Auteur : Interfaces/fonds anciens BU Lyon

Madame d'Aulnoy, gravure 0

Madame d’Aulnoy et le conte de fées littéraire

Madame d’Aulnoy (165?-1705), aujourd’hui oubliée du grand public, était une conteuse prolifique : elle écrivit vingt-six contes. Très appréciés en son temps, ses contes avaient autant de succès voire plus que ceux de Charles Perrault. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les contes de Madame d’Aulnoy furent réimprimés cinq fois et ceux de Charles Perrault quatre fois. Aussi semble-t-il juste de l’extraire de l’ombre de ce dernier. Les collections patrimoniales de la Bibliothèque Diderot de Lyon où l’œuvre de Madame d’Aulnoy est fort bien représentée nous permettent cette mise en lumière.   Interfaces/fonds anciens BU LyonMore Posts

0

L’art de nager de Melchisédech Thévenot

L’art de nager, avec des avis pour se baigner utilement est un livre de Melchisédech Thévenot (1620-1692), paru initialement en 1696. La bibliothèque en possède une édition de 1782, dans une demi-reliure de chagrin vert ; la mention « Collection D. Louvet » est estampée à chaud sur le premier plat en percaline. D. Louvet serait quincailler et marchand de couleurs de Clichy-la-Garenne, établi sous l’enseigne « À la Serpe d’or ». Ce n’est pas le premier livre qui traite de l’art de nager : la primeur reviendrait plutôt à l’ouvrage de Nicolaus Wynman paru en 1538, Colymbetes sive de arte natandi dialogus. Ce n’est pas non plus une œuvre originale puisqu’il s’agit en fait de la traduction en français d’un célèbre livre anglais écrit en latin, le De arte natandi d’Everard Digby, paru en 1587. L’ouvrage de Thévenot n’est donc ni le premier, ni le seul,...

0

Le piratage des Œconomies royales

La contrefaçon en édition littéraire relève souvent de la simple économie : la production d’une œuvre à moindre coût. Les Œconomies royales, un étrange et singulier mémoire qui mêle le vrai et le faux, ont été réimprimés frauduleusement après la mort de leur auteur. Ces contrefaçons ont contribué à solidifier le mythe autour d’Henri IV et Maximilien de Béthune, duc de Sully. L’édition des 3 V verts… Après l’assassinat d’Henri IV en 1610, la carrière de son plus proche confident, le ministre des finances Sully, se termine prématurément ; il est écarté du pouvoir par les nouveaux puissants. En tant que seul protestant à la Cour sa position avait toujours été fragile et son comportement bourru ne l’a pas aidé. Pour que sa valeur politique ne tombe pas dans l’oubli, le duc de Sully s’attelle à la rédaction de ses mémoires. Cette publication cependant a été différée jusqu’en 1638. Ayant encore des ambitions politiques, il a hésité à publier un ouvrage critique...

0

Élisée Reclus : un homme aux multiples facettes

Dans un précédent billet, c’est la facette la plus connue d’Élisée Reclus (1830-1905) celle du géographe savant-voyageur qui a été explorée à travers son œuvre (voir <https://bibulyon.hypotheses.org/8614>). Dans celui-ci, ce sont des côtés plus méconnus du personnage qui sont mis en lumière par le biais d’ouvrages issus des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Diderot de Lyon. Le libertaire L’œuvre d’Élisée Reclus porte la marque de sa pensée politique. Cette dernière lui a valu de nombreux exils. Tout d’abord en 1851, à la suite du coup d’État de Louis‑Napoléon Bonaparte, les convictions républicaines d’Élisée Reclus le contraignirent à s’exiler avec son frère Élie par crainte de représailles. En 1864, Élisée et Élie Reclus durcirent leurs convictions politiques en rejoignant l’Association internationale des travailleurs (AIT) ou Première Internationale, fondée à Londres le 28 septembre 1864. L’AIT fut créée par des travailleurs et des militants français, anglais, allemands et italiens,...

0

Élisée Reclus : le géographe savant‑voyageur

Dans la première moitié du XIXe siècle, s’opposent encore deux figures du géographe : le sédentaire ou savant de cabinet et l’homme de terrain, explorateur. Élisée Reclus (1830-1905) est représentatif d’une nouvelle figure : le géographe savant-voyageur. Son œuvre est abondante (plus de 30 000 pages publiées). La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans ses fonds patrimoniaux un grand nombre de ses ouvrages. Face à la surabondance de l’œuvre d’Élisée Reclus, seule une partie a été tirée de l’oubli. Portrait d’Élisée Reclus à l’âge de 19 ans. Ce portrait a été dessiné par le peintre d’histoire Eugène Devéria (1808-1865), il est issu du premier tome de la Correspondance d’Élisée Reclus publié en 1911 (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 01735). Portrait d’Élisée Reclus réalisé pendant sa détention en 1871. Cette photo est extraite du deuxième tome de la Correspondance d’Élisée Reclus...

0

Fête offerte à M. Guérard : un livre unique ?

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans ses collections Éducation un beau livre relié en maroquin vert avec double filet doré sur les chants et festons sur les chasses, enserré dans un étui lui-même en maroquin vert. Les tranches sont dorées, les gardes collées sont en papier marbré peigné typique du XIXe siècle. Sur le dos à cinq nerfs est estampé à chaud ce titre : Fête à Monsieur Guérard. Cinquantenaire barbiste 1881. Cette reliure est signée Victor Champs, un relieur célèbre de la fin du XIXe siècle (1844-1912). Enfin, le corps du texte est imprimé sur un parchemin de belle qualité de type vélin.   Un exemplaire unique Cette Fête offerte à M. Guérard par ses anciens élèves à l’occasion de son cinquantenaire barbiste célébré à Sainte-Barbe des Champs. Le 1er mai 1881 est présentée comme un exemplaire unique offert à M. Guérard. Les archives municipales de Fontenay-aux-Roses et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg...

Deux atlas concurrents 0

Innovation et rivalité : le marché cartographique du siècle d’or néerlandais

À Amsterdam, centre du monde de la production cartographique au XVIIe siècle, les maisons d’édition dominent le marché cartographique. La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve deux atlas hollandais qui illustrent non seulement les frontières géopolitiques, mais aussi la concurrence éditoriale de ce marché lucratif. Le premier est un grand in-folio en deux tomes comprenant deux cent trente-six cartes aquarellées. Atlas, ou représentation du monde universel et des parties d’icelui (Mercator et Hondius, 1633) est la sixième édition française augmentée et corrigée d’après l’originale en latin de 1595. Le deuxième, Le Theatre du monde (Blaeu, 1643-1645 ; voir le billet de blog dédié sur Interfaces), est un grand in-folio en quatre tomes, composé de six cents cartes colorées. Il est aussi une édition française d’un atlas traduit en plusieurs langues pendant le siècle d’exploration et d’agrandissement du monde et de ses empires. Ces deux atlas sont l’aboutissement du développement cartographique qui prend racine au XVIe siècle. Comitat Flandria, dans Theatre...

Figure CLXIV 0

Philosophie naturelle et progrès du savoir : un cours manuscrit de Jean Dominique Campi

Les collections Éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon recèlent un texte de philosophie naturelle sur la physique particulière, rédigé en 1739 par Dominique Campi, lecteur de philosophie au collège Clémentin de Rome. Ce collège, fondé en 1595 par la congrégation des Somasques, était très prestigieux dans la Rome des XVIIe et XVIIIe siècles. Il accueillait la jeunesse noble romaine et étrangère, tel Prosper-Laurent Lambertini, né d’une des plus anciennes familles patriciennes de Bologne, futur pape Benoît XIV. Un texte pédagogique Il s’agit d’un manuscrit en latin, langue de communication universelle du savoir, et de grand format, celui dévolu aux usuels et aux traités de connaissances. D’une écriture régulière, bien lisible, très peu abrégé, structuré en chapitres, ce devait être le texte d’un enseignement dispensé à cette jeunesse noble par Jean Dominique Campi, peut-être mis à disposition pour l’étude à la bibliothèque....

Détail page de titre 0

Sous l’emblème la presse : ce que les poèmes d’Aneau disent du livre lyonnais au XVIᵉ siècle

Barthélémy Aneau est un humaniste lyonnais de la Renaissance, figure importante en son époque, relativement oubliée aujourd’hui, bien que la recherche universitaire se soit penchée sur lui au cours des dernières décennies et ait commencé à le réhabiliter. Il fut un grand éducateur, principal du collège de la Trinité (premier établissement municipal et laïc à Lyon). Cet aspect de sa personnalité est sans doute indissociable de sa pratique scripturaire : lui qui condamnait la poésie comme ne valant pas la rhétorique écrivit néanmoins de la poésie, sans doute dans un but pédagogique, ses vers devaient en effet instruire le lecteur. Il en est de même de son théâtre, et de l’unique roman qu’il écrivit avant sa mort violente en 1561, sans doute liée à ses affinités avec la Réforme. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède un exemplaire des Picta poesis, petit recueil de poésie emblématique à l’intention résolument didactique. Aneau avait justement traduit les Emblèmes d’Alciat,...

Jean Cousin, L'art de dessiner, détail d'une planche sur les proportions 0

L’art de dessiner par Jean Cousin le Jeune

Les fonds Éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon sont bien loin de ne compter que des manuels scolaires… On y trouve des disciplines variées notamment des cours de dessin. Apprendre à dessiner le corps humain auprès d’un maître, voilà ce que propose L’art de dessiner, réédité d’après l’œuvre de Jean Cousin le Jeune à la fin du XVIIIe siècle. Ce cours est richement illustré : il se compose de trente-trois planches gravées dans un format oblong, représentant le corps dans différentes postures, incluant des croquis de l’homme, de la femme et de l’enfant. Une unité de mesure : le nez Les proportions sont enseignées à l’aide de figures géométriques, cependant l’unité de mesure la plus récurrente n’est pas le centimètre mais le nez. En effet, les longueurs sont données par comparaison à une partie du corps qui sert de référence, le plus souvent le nez ou la tête. Par exemple, la largeur des hanches correspond à « deux grandeurs...