Interfaces Site

Madame d'Aulnoy, gravure 0

Madame d’Aulnoy et le conte de fées littéraire

Madame d’Aulnoy (165?-1705), aujourd’hui oubliée du grand public, était une conteuse prolifique : elle écrivit vingt-six contes. Très appréciés en son temps, ses contes avaient autant de succès voire plus que ceux de Charles Perrault. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les contes de Madame d’Aulnoy furent réimprimés cinq fois et ceux de Charles Perrault quatre fois. Aussi semble-t-il juste de l’extraire de l’ombre de ce dernier. Les collections patrimoniales de la Bibliothèque Diderot de Lyon où l’œuvre de Madame d’Aulnoy est fort bien représentée nous permettent cette mise en lumière.   Interfaces/fonds anciens BU LyonMore Posts

0

La Quinologie de Delondre et Bouchardat

L’exposition « Les plantes, un monde en mouvement » à voir actuellement à la BU sciences de l’Université Claude Bernard Lyon 1, est l’occasion de feuilleter quelques ouvrages de botanique conservés dans les fonds patrimoniaux du SCD Lyon 1. Après avoir présenté le mois dernier les travaux du botaniste Gaston Bonnier, les deux prochains billets seront l’occasion de découvrir les études menées au XIXème...

0

L’art de nager de Melchisédech Thévenot

L’art de nager, avec des avis pour se baigner utilement est un livre de Melchisédech Thévenot (1620-1692), paru initialement en 1696. La bibliothèque en possède une édition de 1782, dans une demi-reliure de chagrin vert ; la mention « Collection D. Louvet » est estampée à chaud sur le premier plat en percaline. D. Louvet serait quincailler et marchand de couleurs de Clichy-la-Garenne, établi sous l’enseigne « À la Serpe d’or ». Ce n’est pas le premier livre qui traite de l’art de nager : la primeur reviendrait plutôt à l’ouvrage de Nicolaus Wynman paru en 1538, Colymbetes sive de arte natandi dialogus. Ce n’est pas non plus une œuvre originale puisqu’il s’agit en fait de la traduction en français d’un célèbre livre anglais écrit en latin, le De arte natandi d’Everard Digby, paru en 1587. L’ouvrage de Thévenot n’est donc ni le premier, ni le seul,...

0

Gaston Bonnier : la flore et le nectar

Cet automne la Bibliothèque universitaire Lyon 1 met la botanique à l’honneur. À partir du 9 octobre, l’exposition, Les plantes, un monde en mouvement fera découvrir l’univers fascinant des plantes et les multiples interactions hommes-plantes. Une belle occasion de présenter sur le blog Interfaces/livres anciens quelques ouvrages anciens de cette discipline conservés à la BU. Ce mois-ci Philippe Jaussaud présente les publications...

0

Le piratage des Œconomies royales

La contrefaçon en édition littéraire relève souvent de la simple économie : la production d’une œuvre à moindre coût. Les Œconomies royales, un étrange et singulier mémoire qui mêle le vrai et le faux, ont été réimprimés frauduleusement après la mort de leur auteur. Ces contrefaçons ont contribué à solidifier le mythe autour d’Henri IV et Maximilien de Béthune, duc de Sully. L’édition des 3 V verts… Après l’assassinat d’Henri IV en 1610, la carrière de son plus proche confident, le ministre des finances Sully, se termine prématurément ; il est écarté du pouvoir par les nouveaux puissants. En tant que seul protestant à la Cour sa position avait toujours été fragile et son comportement bourru ne l’a pas aidé. Pour que sa valeur politique ne tombe pas dans l’oubli, le duc de Sully s’attelle à la rédaction de ses mémoires. Cette publication cependant a été différée jusqu’en 1638. Ayant encore des ambitions politiques, il a hésité à publier un ouvrage critique...

0

Léon, le cadet des frères Tripier (1842-1891)

Après avoir évoqué dans un précédent billet Raymond Tripier dont la bibliothèque universitaire conserve un important corpus manuscrit, nous consacrons cet article aux travaux de son frère cadet Léon Tripier, né à Bourgoin (Isère) le 7 mars 1842 et décédé à Lyon le 6 décembre 1891. C’est en 1860 que Léon Tripier débute ses études de médecine à l’Ecole de Médecine de...

0

Élisée Reclus : un homme aux multiples facettes

Dans un précédent billet, c’est la facette la plus connue d’Élisée Reclus (1830-1905) celle du géographe savant-voyageur qui a été explorée à travers son œuvre (voir <https://bibulyon.hypotheses.org/8614>). Dans celui-ci, ce sont des côtés plus méconnus du personnage qui sont mis en lumière par le biais d’ouvrages issus des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Diderot de Lyon. Le libertaire L’œuvre d’Élisée Reclus porte la marque de sa pensée politique. Cette dernière lui a valu de nombreux exils. Tout d’abord en 1851, à la suite du coup d’État de Louis‑Napoléon Bonaparte, les convictions républicaines d’Élisée Reclus le contraignirent à s’exiler avec son frère Élie par crainte de représailles. En 1864, Élisée et Élie Reclus durcirent leurs convictions politiques en rejoignant l’Association internationale des travailleurs (AIT) ou Première Internationale, fondée à Londres le 28 septembre 1864. L’AIT fut créée par des travailleurs et des militants français, anglais, allemands et italiens,...

0

Le fonds Raymond Tripier

Parmi les médecins lyonnais de renom figurent les frères Tripier, Raymond (1838-1916) et Léon (1842-1891). Ce premier billet de l’été sera consacré à Raymond Tripier dont la bibliothèque universitaire conserve un important fonds manuscrit. Louis-Joseph Raymond Tripier et son frère Léon sont les fils d’un médecin de Bourgoin dans l’Isère. Raymond Tripier l’aîné, débute sa carrière médicale en 1858 comme interne des...

0

Élisée Reclus : le géographe savant‑voyageur

Dans la première moitié du XIXe siècle, s’opposent encore deux figures du géographe : le sédentaire ou savant de cabinet et l’homme de terrain, explorateur. Élisée Reclus (1830-1905) est représentatif d’une nouvelle figure : le géographe savant-voyageur. Son œuvre est abondante (plus de 30 000 pages publiées). La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans ses fonds patrimoniaux un grand nombre de ses ouvrages. Face à la surabondance de l’œuvre d’Élisée Reclus, seule une partie a été tirée de l’oubli. Portrait d’Élisée Reclus à l’âge de 19 ans. Ce portrait a été dessiné par le peintre d’histoire Eugène Devéria (1808-1865), il est issu du premier tome de la Correspondance d’Élisée Reclus publié en 1911 (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 01735). Portrait d’Élisée Reclus réalisé pendant sa détention en 1871. Cette photo est extraite du deuxième tome de la Correspondance d’Élisée Reclus...

0

Le Libro de abacho, la première arithmétique commerciale

En 2010 la famille Itard fait don à la bibliothèque universitaire Lyon1 de la collection sur l’histoire et l’enseignement des mathématiques constituée par Jean et Gilles Itard. Cet ensemble est déposé à la bibliothèque universitaire de mathématiques. L’ouvrage le plus ancien du fonds est un post incunable, Le livre d’abaque de Pietro Borghi imprimé à Venise le 10 décembre 1501 par Jean...