L’art de nager de Melchisédech Thévenot

L’art de nager, avec des avis pour se baigner utilement est un livre de Melchisédech Thévenot (1620-1692), paru initialement en 1696. La bibliothèque en possède une édition de 1782, dans une demi-reliure de chagrin vert ; la mention « Collection D. Louvet » est estampée à chaud sur le premier plat en percaline. D. Louvet serait quincailler et marchand de couleurs de Clichy-la-Garenne, établi sous l’enseigne « À la Serpe d’or ».

Page de titre

Page de titre

Premier plat

Premier plat

Ce n’est pas le premier livre qui traite de l’art de nager : la primeur reviendrait plutôt à l’ouvrage de Nicolaus Wynman paru en 1538, Colymbetes sive de arte natandi dialogus. Ce n’est pas non plus une œuvre originale puisqu’il s’agit en fait de la traduction en français d’un célèbre livre anglais écrit en latin, le De arte natandi d’Everard Digby, paru en 1587.

L’ouvrage de Thévenot n’est donc ni le premier, ni le seul, ni le plus original, mais c’est un livre en français qui a connu un très grand succès – au point d’avoir été traduit en anglais trois ans plus tard – et qui a fait référence jusqu’à la Révolution ; on raconte que Benjamin Franklin, qui était un très bon nageur, avait essayé les trente nages décrites dans le livre de Thévenot. L’ouvrage a été réédité plusieurs fois au XVIIIe siècle, avec des ajouts notables, et c’est la 4e édition de 1782 que possède la bibliothèque.

L’art de nager ou l’art des bains ?

De façon surprenante pour le lecteur contemporain, qui assimile spontanément nage et natation, et considère la natation comme un sport, le livre commence par parler des bains… La première partie est en effet une « dissertation sur les bains », d’environ 110 pages, complétée en fin de volume par une « dissertation sur les bains des Orientaux » par « un médecin de Constantinople ». Sont évoquées là les différentes façons dont les peuples anciens (Romains, Égyptiens…) ont abordé l’eau dans des cadres aussi divers que la pêche aux perles ou la pratique des thermes. De nombreux exemples de personnes guéries par des bains de type divers sont également mentionnés.

pages de titre sur les bains Pages de titre

L’art de nager c’est d’abord l’art de se baigner, dans une conception à la fois hygiéniste et thérapeutique qui cumule les bienfaits du bain et ceux de l’exercice.

Un manuel de natation ?

Page de titre de la partieLa deuxième partie, qui fait une soixantaine pages, décrit davantage ce que nous appellerions la natation : y sont évoquées les différentes façons dont il est possible de nager ; bien entendu, les dénominations et les techniques actuelles (crawl, dos, brasse…) n’existent pas encore.

Y sont décrites avec précision toutes sortes de nages : des nages sur le dos, sur le ventre, des techniques pour se retourner, pour nager comme un chien ou faire le saut de la chèvre, pour nager avec la jambe en l’air si l’on veut porter un objet en le gardant au sec… L’auteur y donne quelques conseils : le nageur pris d’une crampe doit par exemple nager en tenant son pied dans la main ; comment s’immerger dans l’eau et vaincre la froideur ; comment faire pour ne pas avaler trop d’eau quand on nage, etc.

Sous parties Sous parties

Avant le XXe siècle, on se baigne en espaces naturels et non en piscine ; il faut donc « prendre garde de ne pas heurter le dos contre les bancs qui tapissent le fond de la rivière, s’embarrasser dans la vase ou les herbes » : ces dernières sont une préoccupation récurrente et majeure chez Thévenot et ses prédécesseurs.

À nos yeux, ces conseils ne sont pas très techniques. Ce sont surtout des descriptions textuelles. 22 gravures illustrent les différentes façons de nager évoquées mais malgré les renvois, il n’est pas toujours aisé de faire le lien entre une image et la description qu’elle est censée illustrer.

Planche Planche

Dans ces descriptions, on ne trouve pas de progression pédagogique (les nages se suivent sans ordre particulier) ni de prescription sur l’âge auquel on doit débuter. On ne trouve pas non plus d’exercices recommandés pour progresser (étirements, musculations, routines) : la nage n’est pas encore un art gymnique.

Il n’est jamais fait allusion non plus à des notions, incontournables aujourd’hui, comme la musculature, la propulsion, la recherche de la vitesse maximale ou l’exploit : on est encore loin d’une conception sportive de la nage.

L’ouvrage se présente plutôt comme un recensement, un répertoire des pratiques de nage mais celles-ci n’ont pas encore d’existence autonome ; elles ont toujours un but qui n’est pas la nage en elle-même : le jeu, l’efficacité et la discipline militaires, l’hygiène, la sécurité, la santé, etc. Thévenot est un théoricien et un écrivain de la nage – il n’est d’ailleurs pas sûr qu’il ait su nager… Au sens strict, la « natation » n’existe pas encore (le titre et le sous-titre1 ne mentionnent d’ailleurs pas ce terme).

De la manière de nager artificiellement

La troisième partie de l’ouvrage aborde tout ce qui peut aider l’homme à vaincre les flots. L’art de nager, c’est aussi en effet tout ce qui peut permettre à l’homme, grâce à la technologie et aux artifices, de surpasser le milieu aquatique. Cette partie est d’ailleurs aussi longue que la première, et bien plus importante que la précédente. Sont abordés différents moyens efficaces pour contrer les eaux depuis les machines à nager, les scaphandres, les calebasses qui servent de bouées, les effets de l’huile jetée dans les eaux pour calmer la fureur des flots, les cuirasses et autres habits en liège qui peuvent servir de gilets de sauvetage.

Page de titre

Comme le dit le sous-titre, tout cela peut être utile tant aux marins qui veulent traverser les rivières qu’aux matelots.

Manière de rappeller les noyés à la vie : pour contrer les accidents aquatiques

La quatrième et dernière partie est consacrée aux différents moyens que l’on peut employer pour ranimer les personnes victimes des eaux. Très soucieux de sécurité et de prévention (les noyades sont nombreuses parmi les baigneurs), Thévenot prônait la création d’une école de natation pour la jeunesse afin de limiter les risques d’accident.

Page de titre, Quatrième partieIl semble qu’à l’époque de Thévenot, l’on ne comprenne pas encore exactement comment l’eau entre dans les poumons. L’auteur décrit un certain nombre de méthodes, quelque peu surprenantes, utilisées lorsqu’un noyé est sorti des eaux. Il est bon par exemple de le réchauffer si besoin en l’ensevelissant sous du fumier chaud ou en le bouchonnant comme un cheval, de faire du bouche-à-bouche ou de trouver un moyen pour introduire de l’air dans le noyé.

Ces méthodes peuvent également servir dans les accidents du travail, lorsque des personnes se noient dans l’huile bouillante, dans les fabriques de savon par exemple.

Si le titre, L’art de nager, peut induire le lecteur moderne en erreur, lui qui croit naïvement ouvrir un manuel de natation, le livre de Thévenot est bien plus vaste que cela. Il évoque l’ensemble des pratiques liées à l’eau, dont la natation et ses techniques ne sont qu’une partie. Par ce livre, c’est toute une sociabilité qui est évoquée avec ses jeux et ses loisirs (comme les joutes, les jeux et baignades dans les rivières pour les riverains), avec la pratique des bains ; ce sont également des croyances médicales qui se dessinent en filigrane, des recherches techniques (les explications sur les perfectionnements successifs des cloches de plongée font froid dans le dos), des entraînements militaires. L’ouvrage était d’ailleurs destiné entre autres à « l’éducation des jeunes militaires du corps royal de la Marine » et c’est à ce titre là qu’il a été acquis par la bibliothèque du Musée pédagogique.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

THÉVENOT, Melchisédech. L’art de nager avec des avis pour se baigner utilement […]. Paris : chez Lamy, libraire, 1782.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 70214.
Édition de 1696 disponible sur <Gallica>.

Webradio Kadékol : <IFÉ QUOI ? : épisode 5 (11/01/2018)>.

Bibliographie

PELAYO, Patrick. De l’art de nager à la science de la natation. La revue pour l’histoire du CNRS [en ligne], n°26, 2010 [consulté le 17 août 2018]. Disponible sur le Web : <La revue pour l’histoire du CNRS, n° 26>.

TERRET, Thierry. Les défis du bain. Formes de pratiques, modèles et résistances dans les processus de diffusion de la natation sportive. Thèse de doctorat :Sciences et techniques des activités physiques et sportives. Lyon : université Lyon 1, 1992.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1992 TER (1) et 1992 TER (2).

  1. Le sous-titre est très long : « avec des avis pour se baigner utilement, précédé d’une dissertation, où l’on développe la science des anciens dans l’art de nager, l’importance de cet exercice & l’utilité du bain, soit en santé, soit en maladie. Ouvrage utile à tout le monde, & destiné particuliérement à l’éducation des jeunes militaires du corps royale de la marine. Par Thevenot. Orné de XXII figures dessinées et gravées par Charles Moette. Quatrieme édition, revue, corrigée & considérablement augmentée ; suivie de la Dissertation sur les bains des orientaux. Par M.P.D.L.C.A.A.P ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.