Les Descriptions des arts et métiers faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences : une histoire mouvementée

La BU Sciences du SCD Lyon 1 possède dans son fonds ancien une grande partie de la première édition de la collection des Descriptions des arts et métiers faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences. Ladite Académie, qui ne portera le nom d’Académie royale des sciences qu’à partir de 1699, fut créée par Colbert en 1666. Elle entreprit à partir de 1675, à la demande de son fondateur, de réaliser un traité qui aurait rassemblé l’ensemble des arts mécaniques. Précurseur du mouvement philosophique des Lumières, cette entreprise ne publia pourtant rien avant 1761, soit plus de 85 ans après ses débuts. Même si l’on ne connait pas grand chose des premiers travaux, les membres d’origine souhaitaient, d’après la préface de Joseph Jérôme Le Français de Lalande dans L’art du tanneur paru en 1764, établir la meilleure édition raisonnée possible, repoussant l’impression au moment où tous les articles auraient été rédigés. Ils tardèrent tant à faire paraître leurs travaux que l’Encyclopédie finit par être publiée avant les Descriptions, alors que ce sont les auteurs de ces dernières qui, pour la première fois, sous l’impulsion de René Antoine Ferchault de Réaumur, avaient fait se rencontrer des savants et des ouvriers dans le but de constituer une description raisonnée de tous les arts et métiers. L’important pour les membres de l’Académie était alors de connaître au mieux les Arts afin de pouvoir les perfectionner. Le but principal des Descriptions des arts et métiers est d’ailleurs parfaitement expliqué par Lalande dans sa préface :

Préface. Académie des sciences, Descriptions des arts et métiers faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences de Paris, Tome III, nouv. éd., Neuchâtel, de l’imprimerie de la Société typographique, 1776. Source : Conservatoire numérique des Arts et Métiers (CNUM)

Le projet fut, dans un premier temps, dirigé par l’abbé Jean-Paul Bignon. La collection aurait alors dû débuter par un ouvrage consacré aux arts du livre : le texte fut établi en 1704 par Gilles Filleau Des Billettes et plusieurs planches furent gravées, mais l’ouvrage ne fut jamais publié.

La direction de la collection fut reprise par Réaumur à son arrivée à l’Académie en 1708. Très productif, il rassembla des dessins et des notes, fit graver de nombreuses planches et rédigea plusieurs descriptions dont la plupart ne furent jamais publiées, comme tous les autres travaux produits sous sa direction.

C’est finalement à Henri-Louis Duhamel du Monceau que revint la direction des Descriptions des arts et métiers, après la mort de Réaumur en 1757. Auteur le plus productif de la collection, il fut l’auteur du premier fascicule à paraître en 1761, l’Art du charbonnier ou manière de faire le charbon de bois. Il s’entoura de nombreux autres auteurs membres de l’Académie, simples correspondants ou maîtres dans leur Art. Ces articles allaient d’une dizaine de pages à plusieurs centaines. Plusieurs autres articles furent ajoutés à la collection : cinq qui ne lui étaient pas destinés à l’origine, et deux qui ne furent pas approuvés par l’Académie.

Page de titre. BEAUVAIS-RASEAU, L’art de l’indigotier, Paris, Saillant et Nyon, 1761 (Descriptions des arts et métiers faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences). Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La production se poursuivit jusqu’en 1788, comprenant au final 85 descriptions rassemblées en 27 volumes, sur les 250 descriptions prévues au départ. Un catalogue établi par la veuve du libraire Desaint, figurant dans L’art du fabricant d’étoffes de soie de Paulet (1773), ne référence que 82 fascicules disponibles à la vente ou en phase de le devenir, ainsi que leurs prix. Certains sont notés comme étant encore sous presse au moment de la parution de cette liste. Il apparait que les fascicules normalement en cours d’impression et relatifs aux arts du diamantaire, du vinaigrier, de faire les poêles et du vernisseur, ne sont jamais parus.

La BU Sciences possède 74 de ces descriptions, rassemblées en 48 volumes. Mais il est à supposer que la bibliothèque possédait l’ensemble de la collection car des traces de volumes manquants subsistent.

Presque tous les fascicules comprennent, dans un ordre pouvant varier, une table des matières, l’article à proprement parlé, la description des planches, un glossaire, ainsi qu’un extrait des registres signé par l’Académie et qui certifie de la qualité du travail. La page de titre est très souvent portée manquante dans les exemplaires de la BU Sciences. Des notes adressées aux relieurs indiquent l’ordre dans lequel les différentes parties des fascicules devaient être reliées (les livres étaient alors vendus simplement protégés par une couverture d’attente, la reliure étant aux frais de l’acheteur) mais l’on peut s’apercevoir que les consignes n’ont pas toujours été respectées pour ce qui est des exemplaires de la BU.

Billet rédigé par Marion Chalvin

Bibliographie :

DAUMAS, Maurice, TRESSE, René, « La Description des Arts et Métiers de l’Académie des Sciences et le sort de ses planches gravées en taille douce », dans Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1954, Tome 7 n°2, p. 163-171.

HUARD, Georges, « Les planches de l’Encyclopédie et celles de la Description des Arts et Métiers de l’Académie des Sciences » dans Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1951, Tome 4 n°3-4, p. 238-249.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *