Gaston Bonnier : la flore et le nectar

  • Bonnier - Les nectaires 1
  • IMG_20180906_172641_resized_20180906_052758264
  • IMG_20180906_172641_resized_20180906_052758264
  • Bonnier - Botanique
  • Bonnier - Les nectaires 2
  • Bonnier - Les nectaires 3
  • Bonnier - Les plantes 8
  • Bonnier - Les plantes 1
  • Bonnier - Les plantes 10
  • Bonnier - Les plantes 9
  • Bonnier - Les plantes 14
  • Bonnier - Les plantes 6
  • Bonnier - Les plantes 3
  • Fleur web

Cet automne la Bibliothèque universitaire Lyon 1 met la botanique à l’honneur. À partir du 9 octobre, l’exposition, Les plantes, un monde en mouvement fera découvrir l’univers fascinant des plantes et les multiples interactions hommes-plantes. Une belle occasion de présenter sur le blog Interfaces/livres anciens quelques ouvrages anciens de cette discipline conservés à la BU. Ce mois-ci Philippe Jaussaud présente les publications de Gaston Bonnier.

Les étudiants et les naturalistes amateurs connaissent bien les Petites flores de Gaston Bonnier (1853-1922), « véritable révolution dans l’art de déterminer les plantes […] chef-d’œuvre de miniaturisation, aujourd’hui encore inégalés ».1 De même, la Flore complète illustrée en couleurs de France, Suisse et Belgique (1912-1935) – ou « grande flore » – de Bonnier est indémodable. Á cela s’ajoutent des manuels d’histoire naturelle, des planches pédagogiques et des travaux purement scientifiques. Le triple talent de Bonnier – pédagogue, chercheur et naturaliste de terrain – transparait dans deux ouvrages anciens de la BU Lyon 1 : Les nectaires : étude critique, anatomique et physiologique (1879) (abrévié en Nectaires dans ce qui suit) et Les plantes des champs et des bois : excursions botaniques printemps, été, hiver (1887) (abrévié en Plantes). Ces deux publications vont être présentées, après quelques données biographiques sur Bonnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un brillant botaniste

Né à Paris dans une famille d’intellectuels, Gaston Eugène Marie Bonnier s’engage comme volontaire durant le conflit franco-prussien (1870), avant d’intégrer l’École normale supérieure (1873). Dans cet établissement se déroule la première partie de sa carrière : agrégé de « sciences physiques et naturelles » (1876), puis docteur ès sciences (1879) et maître de conférences (1879), Bonnier noue des collaborations avec Louis Mangin (1852-1937) et Philippe Van Tieghem (1839-1914) – dont il épouse la fille (1881). Succédant ensuite à Pierre Duchartre (1811-1894) comme professeur de botanique à la Sorbonne (1887), Bonnier fonde le Laboratoire de biologie végétale de Fontainebleau (1889) où il poursuit ses recherches jusqu’à son décès, survenu à Paris.

Les travaux scientifiques du savant concernent la physiologie, l’anatomie expérimentale, la biogéographie et l’écologie végétales. Ils portent notamment sur les nectaires (cf. infra), les échanges gazeux et caloriques, la vie ralentie des graines, les Lichens – dont Bonnier réalise la synthèse à partir d’Algues et de spores de Champignons – et l’influence du climat – alpin ou arctique – sur la structure des plantes. Membre de l’Académie des sciences (1897), fondateur de la Revue générale de Botanique (1889), Bonnier collabore avec son cousin l’apiculteur Georges de Layens (1834-1897). Les deux hommes signent ensemble des publications floristiques, ainsi qu’un célèbre Cours complet d’apiculture (1897). Ce lien familial a favorisé la rédaction des Nectaires.

 

Des glandes attractives

Les Nectaires sont la thèse de doctorat de Bonnier. Le sujet de ce travail nait lors d’un séjour chez Layens, dans les Alpes (1871) : l’observation d’abeilles butinant les fleurs incite Bonnier à étudier les structures végétales qui attirent les insectes.

Le résumé historique qui introduit les Nectaires mentionne la création de ce terme – en 1735 – par Carl Linné (1707-1778), pour désigner « les parties de la fleur qui produisent une matière sucrée ». Soucieux de précision, Bonnier préfère parler de « tissu nectarifère », voire de « tissu saccharifère ». Ce tissu joue un rôle dans la fécondation des fleurs et éclaire les relations entre les insectes et les plantes. Ayant établi l’état de l’art du sujet, Bonnier décrit ensuite ses études personnelles. Utilisant l’anatomie expérimentale, il localise les tissus saccharifères grâce à un outil phytochimique : la détection de glucides dans les cellules végétales. L’origine morphologique des nectaires apparaît alors comme très variable, selon la famille, le genre et même l’espèce des plantes. Huit planches, regroupant cent trente figures au total, illustrent cette constatation.

Pl.3. Bonnier Gaston. Les nectaires. Paris: Masson, 1879. Cote 47043

Pl. 8. Bonnier Gaston. Les nectaires. Paris: Masson, 1879. Cote 47043

 

 

 

Les dessins au trait dévoilent, par exemple, l’existence de cristaux de sucres dans le nectar de la Primevère de Chine et de l’Ellébore noir (fig.124-126).

 

 

 

 

 

Au plan physiologique, Bonnier conduit un grand nombre d’expériences – certaines chez son cousin. Il montre notamment que le pouvoir attractif des fleurs sur les abeilles ne dépend pas de la couleur ou du parfum des pétales. Par ailleurs, le tissu nectarifère contient une enzyme convertissant le saccharose en glucose. Bonnier parvient à une conclusion générale, dans laquelle il se réfère à Claude Bernard. En effet, le seul caractère commun à tous les nectaires est d’ordre physiologique : il s’agit de réserves utiles à la vie des plantes. De ce fait, le botaniste nuance la théorie selon laquelle tout serait réalisé dans la fleur pour attirer les insectes mellifères. Il conteste également cette « adaptation réciproque » dans les Plantes.

La botanique sur le terrain

Pl.XIV. Le bord d’un chemin en été

 

 

 

Á la différence des Nectaires, ancrées dans la biologie expérimentale, les Plantes sont dédiées à l’herborisation sur le terrain. L’illustration se compose de 873 dessins ou schémas et de 30 planches hors-texte qui représentent les espèces étudiées dans leur habitat naturel (décombres, murs, terrains vagues, source, bord de mer, etc.).

 

 

 

 

 

 

 

La préface cite abondamment la Lettre sur la Botanique du philosophe moraliste Ernest Bersot (1816-1880) : « La botanique est une des sciences les plus trompeuses. Comme les fleurs sont charmantes, on s’imagine qu’elle est charmante aussi »2. Puis, l’introduction présente des Notions élémentaires de botanique – morphologie et classification. Le plan de l’étude proprement dite est original, puisque Bonnier répartit les plantes selon les saisons de l’année.

 

Chacune des quatre parties ainsi définies est divisée en chapitres, selon des critères chronologiques, anatomiques, écologiques ou taxinomiques. Pour l’été, par exemple : « XIV – Excursion à l’étang (Nymphéacées, Typhacées, Joncées, etc.) » ; « XVII – Les plantes parasites (Cuscutes, Gui, Monotrope, etc.) » ; « XIX – Relations entre les familles (Diagrammes des fleurs) » ; « XX – Les insectes mellifères et les plantes (Récolte du pollen et du nectar par les Abeilles) » ; XXVII – Les fruits (Baies, drupes, capsules, akènes, etc.) ».

Fig.655 & 656

Fig. 654 Anthophores et leurs habitations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pl. XXVI. Les champignons en automne

 

 

 

S’adressant souvent de manière directe au lecteur : « allons faire une promenade, arrachons quelques pieds, prenons une fleur, observons-la avec une loupe, etc. », Bonnier subordonne la diagnose des espèces à des descriptions anatomiques. Il ne se limite pas aux plantes à fleurs (Phanérogames), évoquant aussi les Cryptogames (Fougères, Champignons, Lichens, Algues, Mousses).

 

 

 

 

 

Les autres divisions taxinomiques apparaissent dans des définitions (ainsi, les Labiées sont des « Dicotylédones Gamopétales à corolle irrégulière, ordinairement à deux lèvres, l’une supérieure, l’autre inférieure, etc. ») ou des tableaux.

Tableau B. Dicotylédones ( Gamopétales)

Quant à la nomenclature binominale latine, elle apparaît dans des notes infrapaginales. D’autres notes décrivent des techniques horticoles – bouturage, marcottage – ou des propriétés particulières. Ainsi, « certains auteurs prétendent que [l’Utriculaire] prend de petits crustacés et même de petits poissons dans ses outres pour en faire sa nourriture. Cela n’est nullement prouvé » ; « le Mouron des oiseaux fleurit toute l’année dans les champs humides, sur les murs », au bord des fossés ou des chemins. On en récolte pour le mettre sur la cage des oiseaux, qui mangent ses graines » ; « la matière colorante que renferment les pétales des Borraginées est rose sous l’action des acides et bleue sous l’action des bases, comme la teinture de tournesol dont se servent les chimistes » ; « le suc qui s’écoule des incisions faites dans la capsule jeune du Pavot des jardins constitue l’opium, substance dont on extrait la morphine et la codéine, employées en médecine » ; « l’atropine, substance extraite de la Belladone ». Enfin, les nectaires ne sont pas oubliés dans les Plantes.

Pl.IV Un vieux mur, au mois de mai

En conclusion, l’analyse des ouvrages de Bonnier révèle une approche pédagogique originale. Celle-ci s’inscrit, en effet, dans un cadre théorique très actuel : fournir « un exemple de cette marche progressive qu’il faut connaître pour bien comprendre comment se sont posés les problèmes de la Science » (Bonnier, 1894).

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie

Benest, Gilles. « Le laboratoire de biologie végétale de Fontainebleau : création et héritage de Gaston Bonnier », Bulletin de la Société Botanique de France. Lettres Botaniques. 1990, vol. 137, n°2-3, p. 115-119.

Bonnier, Gaston. « La vie et la carrière scientifique de M. Duchartre », Revue Générale de Botanique. 1894, vol. 6, p. 481-503.

Bournieras, Marcel. « Gaston Bonnier, éminent pédagogue et botaniste de terrain, Bulletin de la Société Botanique de France. Lettres Botaniques. 1990, vol. 137, n° 2-3, p. 93-105.

Charle, Christophe ;Telkès, Eva. « Bonnier (Gaston, Eugène, Marie) », in : Les professeurs de la faculté des sciences de Paris, 1901-1939. Dictionnaire biographique. Paris : Institut national de la recherche pédagogique, 1989. Disponible en ligne [consulté le 7 septembre 2018].

Molliard, Marin. Notice sur la vie et les travaux de Gaston Bonnier. Paris : Publications de l’Institut de France, 1923,vol. 58, p.I-XXIV.

Molliard, Marin. « Mort de M. Gaston Bonnier », Revue Générale de Botanique. 1923, vol. 35, p. 1-5.

Archives Départementales de Seine-et-Marne. Disponible en ligne [consulté le 7 septembre 2018]

  1. Bournieras, Marcel. « Gaston Bonnier, éminent pédagogue et botaniste de terrain, Bulletin de la Société Botanique de France. Lettres Botaniques. 1990,  vol. 137, n° 2-3, p. 93-105 []
  2. Bersot, Ernest. Un moraliste. Paris: Hachette, 1882, p.277 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.