Le piratage des Œconomies royales

Maximilien de Béthune. École française du XVIIe siècle, Musée Condé, Chantilly. Photo (C) RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

Maximilien de Béthune. École française du XVIIe siècle, Musée Condé, Chantilly. Photo (C) RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly), René-Gabriel Ojéda

La contrefaçon en édition littéraire relève souvent de la simple économie : la production d’une œuvre à moindre coût. Les Œconomies royales, un étrange et singulier mémoire qui mêle le vrai et le faux, ont été réimprimés frauduleusement après la mort de leur auteur. Ces contrefaçons ont contribué à solidifier le mythe autour d’Henri IV et Maximilien de Béthune, duc de Sully.

L’édition des 3 V verts…

Après l’assassinat d’Henri IV en 1610, la carrière de son plus proche confident, le ministre des finances Sully, se termine prématurément ; il est écarté du pouvoir par les nouveaux puissants. En tant que seul protestant à la Cour sa position avait toujours été fragile et son comportement bourru ne l’a pas aidé. Pour que sa valeur politique ne tombe pas dans l’oubli, le duc de Sully s’attelle à la rédaction de ses mémoires.

Cette publication cependant a été différée jusqu’en 1638. Ayant encore des ambitions politiques, il a hésité à publier un ouvrage critique sur la régence actuelle. Sully a choisi de renoncer au privilège royal, une lettre patente qui accorde à la fois la permission d’imprimer ainsi qu’un monopole d’édition pour un temps donné.

Nous savons d’après un contrat conservé aux Archives nationales, signé par Sully et un imprimeur d’Auxerre, Jacques Bouquet, que Sully a imprimé ses mémoires vers la fin de sa vie entre 1638 et 1640. Une presse typographique a été amenée dans une tour du château de Sully-sur-Loire, avec laquelle Bouquet et un autre imprimeur publièrent clandestinement les Œconomies royales. Dans le contrat, il est convenu que le tirage soit entre 300 et 1 000 exemplaires ; grâce au prix pour l’impression des deux volumes (5 223 livres 8 sols), on peut établir un modeste tirage de 395 exemplaires.

Afin de cacher la véritable adresse, l’édition fut attribuée à deux libraires imaginaires « d’Amstelredam », Aléthinosgraphe de Cléaretimelée et Graphexechon de Pistariste. D’après Bernard Barbiche, ces noms allégoriques signifient « Ecrivain véridique de gloire et vertu » et « Secrétaire émérite de haute probité ».

libraires imaginaires « d’Amstelredam », Aléthinosgraphe de Cléaretimelée et Graphexechon de Pistariste

Leur adresse fictive est « À l’enseigne des trois Vertus couronnées d’Amaranthe » : les trois V peints en vert qui figurent sur la page de titre évoquent ces trois vertus : foi, espérance, charité. On appelle cette édition « édition des trois V verts ».

trois vertus : foi, espérance, charité

Cette édition n’est cependant que partielle, car elle ne couvre que les années 1572 à 1605. La suite, les volumes III et IV, ont été publiés de façon posthume chez Augustin Courbé en 1662, cette fois-ci avec un privilège royal.

Page de titre, édition Courbé Page intérieure, édition Courbé

 

…et ses contrefaçons

N’étant pas protégées par le privilège du roi, les Œconomies royales étaient vulnérables aux impressions contrefaites. D’après Jacques-Charles Brunet, il y a au moins trois tirages différents : l’original provenant du château de Sully, une contrefaçon de Rouen imprimée en 1649, puis une de Paris en 1664. Les imitations, qui semblent identiques à l’originale au premier regard, sont reconnaissables par deux indices : les deux tomes ne forment qu’un seul volume (deux tomes en deux volumes dans l’édition de 1638) et, dans le titre, l’adjectif « royales » est écrit avec deux « l ».

édition de Rouen, 1649 Édition de Paris, 1664 Édition de Paris, variante, 1664
Édition de Rouen, 1649 Édition de Paris, 1664 Édition de Paris, variante, 1664

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve trois contrefaçons des Œconomies royales. Chacun de ces livres diffère des autres. Deux d’entre eux sont probablement des variantes de l’édition parisienne. Ceux-ci sont reconnaissables par les caractères romains dans le Parallèle de César avec Henry le Grand. L’édition de Rouen de 1649, quant à elle, est celle qui imite le plus l’originale. Mais alors qu’elle suit de près la collation originale, le Parallèle est en caractères italiques. Quel que soit le cas, en 1860, Brunet affirme aux libraires et amateurs du livre que ces anciens tirages méritent d’être conservés !

Édition de Rouen (1649), caractères italiques Édition de Paris (1664), caractères romains
Édition de Rouen (1649), caractères italiques Édition de Paris (1664), caractères romains

Enfin, la comparaison entre plusieurs exemplaires n’est qu’un début dans une étude de la contrefaçon. La bibliographie matérielle (ou l’archéologie du livre), la consultation des archives, des revues de l’époque et des catalogues des libraires sont les outils indispensables pour dévoiler la véritable adresse.

Copier une production est beaucoup moins cher que de publier soi-même ; c’est ainsi que les imitations des Œconomies royales sont bien plus répandues que l’édition originale de 395 exemplaires. Paradoxalement, en publiant ses souvenirs sans privilège, Sully leur a assuré une diffusion plus large que s’ils avaient été publiés dans les conditions légales.

Billet rédigé par Bridget Bowers
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

SULLY, Maximilien de Béthune (duc de). Memoires des sages et royalles oeconomies d’Estat, domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand, l’exemplaire des roys, le prince des vertus, des armes & des loix, & le père en effet de ses peuples françois. Et des servitudes utiles obeissances convenables & administrations loyales de Maximilien de Bethune, l’un des plus confidens, familiers & utiles soldats & serviteurs du grand Mars des François. Dédiez à la France, à tous les bons Soldats & tous peuples françois. Amsterdam [i.e. Rouen, 1649].
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : Rés1, 1775

SULLY, Maximilien de Béthune (duc de). Memoires des sages et royalles oeconomies d’Estat, domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand, l’exemplaire des roys, le prince des vertus, des armes & des loix, & le père en effet de ses peuples françois. Et des servitudes utiles obeissances convenables & administrations loyales de Maximilien de Bethune, l’un des plus confidens, familiers & utiles soldats & serviteurs du grand Mars des François. Dediez à la France, à tous les bons Soldats & tous peuples françois. Amsterdam [i.e. Paris, 1664].
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RE 0118 et Rés1, 229

SULLY, Maximilien de Béthune (duc de). Memoires ou Œconomies royales d’Estat. domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand. par Maximilian de Bethune duc de Sully. Tome troisiesme [-quatriesme]. Paris : Courbé, Augustin (libraire), 1661.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : Réserve1, 229-3

Bibliographie

AVEZOU, Laurent. Sully à travers l’histoire : les avatars d’un mythe politique. Paris : École nationale des Chartes, 2001.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 907.2 AVE

BARBICHE, Bernard. La première édition des Œconomies royales de Sully (1638-1640). L’écrivain éditeur 1. Du Moyen âge à la fin du XVIIIe siècle. Genève : Droz, 2001.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : Mag1 139452

BRUNET, Jacques-Charles. Manuel du libraire et de l’amateur de livres. 5e édition, 6 volumes. Paris : F. Didot frères fils et Cie, 1860-1865.

BUISSERET, David et BARBICHE, Bernard (éd.). Les Œconomies royales de Sully, tome I 1572-1594. Paris : C. Klincksieck, 1970.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : Mag2 079496


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.