Léon, le cadet des frères Tripier (1842-1891)

  • Pr.L.Tripier-1
  • DSC_3928 T3
  • DSC_3925 (2)
  • DSC_3937 (2)_LI V3
  • DSC_3931 (2)
  • tripier revu
  • DSC_3954 Tripier

Après avoir évoqué dans un précédent billet Raymond Tripier dont la bibliothèque universitaire conserve un important corpus manuscrit, nous consacrons cet article aux travaux de son frère cadet Léon Tripier, né à Bourgoin (Isère) le 7 mars 1842 et décédé à Lyon le 6 décembre 1891. C’est en 1860 que Léon Tripier débute ses études de médecine à l’Ecole de Médecine de Lyon. Il est rapidement remarqué par le Professeur Léopold Ollier (1830-1900) dont il deviendra l’élève et le chef de clinique. En 1866, il est reçu Docteur en Médecine de la Faculté de Médecine de Paris, puis part à Berlin suivre les cours de Rudolf Virchow (1821-1902) fervent partisan des doctrines bactériennes ; il en revient convaincu de l’importance de l’asepsie et de l’anatomie pathologique.

Portrait de Léon Tripier par José Frappa. Musée d’Histoire de la Médecine et de la Pharmacie Lyon 1

Excellent dessinateur, il est nommé en 1869, Professeur d’Anatomie à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon. Durant la guerre de 1870, il accompagne son maître le Professeur Ollier dans la première ambulance française. Ensemble ils appliquent les méthodes de chirurgie conservatrice expérimentées par Ollier, des procédés qui permettent de remplacer les amputations par la conservation du membre. En soignant un blessé, il contracte un phlegmon du bras qui manque l’emporter. Après la création de la Faculté de médecine de Lyon, il est d’abord chargé du cours de médecine opératoire puis en 1882, il occupe la chaire de clinique chirurgicale. Le Doyen Lortet (1836-1909) vantera l’excellence de son enseignement.

Léon Tripier laisse d’importants travaux scientifiques, parmi les ouvrages conservés dans le fonds ancien de la BU Lyon1 figure sa thèse, Du cancer de la colonne vertébrale et de ses rapports avec la paraplégie douloureuse. Le cancer était une pathologie encore peu connue à son époque, il étudie les masses secondaires de la colonne vertébrale en rapport avec une tumeur primitive et utilise la microscopie pour effectuer ses observations et analyser les différents stades de la formation néoplasique au sein de l’os.

Figures. Tripier, Léon. Du cancer de la colonne vertébrale et de ses rapports avec la paraplégie douloureuse. Thèse Paris, 1866. Cote 137047/1866/13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec son complice et ami Saturnin Arloing (1845-1911), Léon Tripier mène des études sur la sensibilité récurrente dans le bout des nerfs sectionnés en effectuant des expériences sur divers animaux comme le cheval, l’âne, le chien ou le lapin. Leur principale conclusion est que : « dans tous les cas, la sensibilité du bout périphérique est due à la présence de tubes nerveux dont les relations avec les centres trophiques et perceptifs n’ont pas été interrompues par la section. »1.

F.2 Nerf facial du cheval (bout périphérique) cote 4812

 

Fervent adepte de l’asepsie, Léon Tripier insiste dans la lettre publiée en préface au Guide pratique de petite chirurgie de Michel Gangolphe (1888) sur le rôle que doit avoir l’infirmier dans la stérilisation des instruments chirurgicaux et la préparation des pansements. Il écrit qu’il est « indispensable d’avoir un personnel fixe pour assurer le service », il faut « s’en remettre à lui du soin d’appliquer rigoureusement la méthode […] il faut un apprentissage […] car si les substances que j’emploie sont contaminées, il surviendra des accidents plus ou moins graves : c’est fatal.2 ».

Fig. A autoclave système Chamberland

 

 

 

 

 

 

 

Fig. C. Bain d’huile pour la stérilisation des instruments

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léon Tripier disparaît à Lyon le 6 décembre 1891 à seulement 49 ans, il succombe à une angine de poitrine, voici un extrait de l’article paru dans Le Progrès illustré quelques jours après son décès : « Léon Tripier fut non seulement un vrai savant, un chirurgien remarquable, mais aussi un esprit indépendant et libéral, une âme d’artiste, un cœur excellent et généreux. Lyon lui a fait des obsèques dignes de sa haute valeur morale et scientifique ; son nom restera parmi les plus glorieux de la grande école chirurgicale lyonnaise. ».

Article rédigé par Livia Rapatel, Bibliothèque universitaire Lyon 1

Bibliographie :

Dufey, Jean. Les Professeurs Léon (1842-1891) et Raymond (1838-1916) Tripier à la création de la Faculté de Médecine de Lyon. Lyon : thèse de l’Université Claude Bernard Lyon 1, 2000.

Guiart, Jules. L’Ecole médicale lyonnaise. Paris : Masson, 1941

Rapatel, Livia. Le fonds Raymond Tripier. Disponible en ligne Blog Interfaces/Livres anciens de l’Université de Lyon, 2018 [consulté le 28 août 2018]

  1. Arloing, Saturnin; Tripier, Léon. Des conditions persistantes de la sensibilité dans le bout périphérique des nerfs sectionnés. Paris: Masson,1876. P.63 []
  2. Gangolphe, Michel. Guide pratique de petite chirurgie. Lyon: Waltener, 1888. P III []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.