Le fonds Raymond Tripier

  • Fonds ancien - anatomie 7
  • Fonds ancien - anatomie 64
  • Fonds ancien - anatomie 1
  • Fonds ancien - anatomie 2
  • tripier bis
  • tripier bis
  • tripier bis 2
  • Fonds ancien - anatomie 8
  • Tripier Observations affections cardiovasculaires 253262_5 (2)
  • Fonds ancien - anatomie 3
  • Fonds ancien - anatomie 4
  • Fonds ancien - anatomie 6

Parmi les médecins lyonnais de renom figurent les frères Tripier, Raymond (1838-1916) et Léon (1842-1891). Ce premier billet de l’été sera consacré à Raymond Tripier dont la bibliothèque universitaire conserve un important fonds manuscrit.

Louis-Joseph Raymond Tripier et son frère Léon sont les fils d’un médecin de Bourgoin dans l’Isère. Raymond Tripier l’aîné, débute sa carrière médicale en 1858 comme interne des Hôpitaux de Lyon. C’est à Paris en 1863 qu’il obtient le titre de Docteur en Médecine car la Faculté de Lyon n’existe pas encore. Il soutient une thèse sur De l’anévrysme artério-veineux spontané de l’aorte et de la veine cave supérieure. Il exercera comme médecin des Hôpitaux de Lyon en 1866 et assurera l’enseignement d’anatomopathologie à l’Hôtel Dieu. Après la création de la Faculté mixte de Médecine et de Pharmacie de Lyon (1874), il sera nommé Agrégé et aura la responsabilité du cours de pathologie interne de 1877 à 1883, il occupera ensuite la chaire d’anatomie pathologique entre 1884 et 1908.

La BU Lyon 1 conserve dans son fonds ancien 21 volumes de cours manuscrits que Raymond Tripier assura à la Faculté de Médecine entre 1878  et 1908. Ces leçons abordent différentes pathologies : les maladies du système nerveux (1878), les affections pulmonaires (1884 -1885), les lésions osseuses (1887), l’appareil circulatoire (1888 -1893), l’inflammation et les tumeurs (1896 -1900), les maladies du foie et des reins (1808).

Tripier, Raymond. Cours d’anatomie pathologique. Cote 253265/5

Cours d’anatomie pathologique. 1878

Cours d’anatomie pathologique. 1888

 

 

 

 

 

 

 

 

Le second corpus manuscrit déposé à la BU Lyon 1 comprend 10 volumes grand format rassemblant les rapports d’autopsie rédigés à l’Hôtel Dieu par Raymond Tripier entre 1871 et 1907. Ces observations sont rassemblées par types de pathologies. Ainsi un volume concerne les affections du tube digestif, un autre les affections de la moelle épinière. Deux volumes réunissent les observations sur les affections pulmonaires et deux autres les affections cardiovasculaires, enfin quatre tomes traitent du cerveau.

Observations pathologiques. Cote 253262_5

Observations pathologiques. Cote 253262_5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces ensembles renseignent à la fois sur la méthode anatomo-clinique combinant les principes de l’examen clinique et de l’autopsie pratiquée par Raymond Tripier et constituent une source précieuse sur la manière d’enseigner l’anatomie à Lyon à la fin du XIXème et au début du XXème siècles.

 

Raymond Tripier fut aussi l’auteur de nombreuses publications scientifiques synthétisant ses expériences de praticien et d’enseignant et publia en 1904 son fameux Traité d’anatomie pathologique générale.

 

 

 

 

Fig. 31.Traité d’anatomie pathologique générale. Cote 41651

Fig. 230.Traité d’anatomie pathologique générale. Cote 41651

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raymond Tripier en sus de ses recherches médicales a aussi consacré sa vie à l’art, il fut un grand ami d’Auguste Rodin qu’il reçut à plusieurs reprises à Lyon et publia un livre pour exposer sa conception de l’Art : Considérations pratiques sur l’Art, les artistes et les Musées (1913). A sa mort en 1916, il légua à la ville de Lyon, l’ensemble de sa collection composée de plusieurs sculptures de Rodin mais aussi de nombreuses peintures et dessins des plus grands artistes du XIXème siècle comme, Renoir, Corot, Fantin-Latour , Delacroix ou Courbet.

Fidèle à sa pratique médicale, au cours de ses derniers mois de vie, il notera scrupuleusement ses observations sur l’évolution de sa maladie et demandera que son corps soit autopsié, « ce en quoi [l’autopsie] pourrait être utile au point de vue scientifique ». Il exigera également la crémation, « en vue de l’hygiène publique ». Ce dévouement à la science sera célébré par ses disciples lors de l’hommage post mortem qui lui sera rendu, il sera loué comme un :« […] savant consciencieux, réfléchi, qui ne livre rien au hasard, qui se défie de la théorie, […] qui se propose de fonder la science médicale sur les faits positifs, pour qui enfin l’anatomie pathologique n’est pas une fin mais un moyen, une partie intégrante de la physiologie et de la pathologie »1 .

Article rédigé par Livia Rapatel, Bibliothèque universitaire Lyon 1

Bibliographie :

Dufey, Jean. Les Professeurs Léon (1842-1891) et Raymond (1838-1916) Tripier à la création de la Faculté de Médecine de Lyon. Lyon : thèse de l’Université Claude Bernard Lyon 1, 2000.

Guiart, Jules. L’Ecole médicale lyonnaise. Paris : Masson, 1941

 

  1. Dufey, Jean. Les Professeurs Léon (1842-1891) et Raymond (1838-1916) Tripier à la création de la Faculté de Médecine de Lyon. Lyon : thèse de l’Université Claude Bernard Lyon 1, 2000 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.