Élisée Reclus : un homme aux multiples facettes

Dans un précédent billet, c’est la facette la plus connue d’Élisée Reclus (1830-1905) celle du géographe savant-voyageur qui a été explorée à travers son œuvre (voir <https://bibulyon.hypotheses.org/8614>). Dans celui-ci, ce sont des côtés plus méconnus du personnage qui sont mis en lumière par le biais d’ouvrages issus des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Le libertaire

L’œuvre d’Élisée Reclus porte la marque de sa pensée politique. Cette dernière lui a valu de nombreux exils. Tout d’abord en 1851, à la suite du coup d’État de Louis‑Napoléon Bonaparte, les convictions républicaines d’Élisée Reclus le contraignirent à s’exiler avec son frère Élie par crainte de représailles.

En 1864, Élisée et Élie Reclus durcirent leurs convictions politiques en rejoignant l’Association internationale des travailleurs (AIT) ou Première Internationale, fondée à Londres le 28 septembre 1864. L’AIT fut créée par des travailleurs et des militants français, anglais, allemands et italiens, afin de coordonner le développement du mouvement ouvrier en Europe.

En 1871, Élisée Reclus franchit une autre étape dans sa radicalisation politique en prenant part à la Commune de Paris ce qui lui valut une condamnation à la déportation en Nouvelle‑Calédonie. Grâce à une pétition signée par des membres influents de la communauté scientifique, dont Charles Darwin, sa peine fut commuée en emprisonnement sur le sol français, puis en bannissement avec privation de ses droits civiques durant dix ans. Il fut également soutenu par son éditeur, Louis Hachette qui publia en 1867-1868 le premier ouvrage de géographie scientifique d’Élisée Reclus, La Terre : description des phénomènes de la vie du globe, ouvrage qui a été mentionné dans un précédent billet.

Son bannissement le conduisit en Suisse où il se lia d’amitié avec Pierre Kropotkine (1842‑1921), géographe théoricien du communisme libertaire. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans ses fonds deux ouvrages de Pierre Kropotkine où s’expriment les convictions libertaires d’Élisée Reclus. Il s’agit de Paroles de révolté (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 140 KRO) dont il fut à la fois l’éditeur scientifique, le préfacier et l’annotateur et La conquête du pain (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 010134) dont il écrivit la préface.

Plat supérieur Paroles d'un révolté Plat supérieur La Conquête du pain

En 1879, Pierre Kropotkine et Élisée Reclus fondèrent le journal Le Révolté qui devint peu après La Révolte. Paroles d’un révolté, publié en 1885, est un recueil d’écrits paru dans ce journal, dénonçant les dérives de la société bourgeoise capitaliste. Dans La Conquête du pain daté de 1892, qui lui fait suite, Kropotkine esquisse une société libertaire juste qui repose sur un travail égalitaire et des biens communs. L’économie politique ne doit plus baser ses théories sur la production seule mais avant tout sur la consommation. Chacun doit pouvoir se nourrir.

Élisée Reclus a également écrit un livre politique intitulé L’évolution, la révolution et l’idéal anarchique (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 009803) dont la première édition date de 1880. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède pour sa part une troisième édition datée de 1898.

Élisée Reclus y dresse un tableau de la société capitaliste et de ses travers afin d’imposer un constat : celle-ci doit changer et répondre aux besoins fondamentaux de l’homme :

« Il faut du pain ! et cette parole doit être comprise dans sa plus large acception, c’est-à-dire toutes les satisfactions matérielles utiles à l’existence, tout ce qui permet à la force et à la santé physiques de se développer dans leur plénitude ». [L’évolution, la révolution et l’idéal anarchique, p. 121]

La nouvelle géographie universelle ou NGU dont il a été question dans un précédent billet porte également la marque cachée des idéaux anarchistes d’Élisée Reclus. Certes, cet ouvrage n’a pas de contenu politique. Le contrat d’édition passé avec Louis Hachette prévoyait qu’il n’y ait ni propos politique ni propos religieux. Toutefois, la rédaction de la NGU lui a donné l’occasion de soutenir financièrement de nombreux anarchistes en les prenant comme collaborateurs. Citons le cartographe suisse Charles Perron (1837‑1909) qui en dessina les cartes, le communard Gustave Lefrançais (1826‑1901), le savant ukrainien (économiste, ethnologue, historien, philosophe…) Michail Dragomanov (1841‑1895), les géographes russes Pierre Kropotkine et Léon Metchnikoff (1838‑1888). Élisée Reclus a écrit l’introduction de l’ouvrage de ce dernier intitulé La civilisation et les grands fleuves historiques daté de 1889 (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 45342).

 

Carte dessinée par Charles Perron et réalisée d’après Kropotkine, extraite du tome 6 de la NGU consacré à l’Asie russe Croquis de L. Metchnikov, extrait du tome 7 de la NGU consacré à l’Asie Orientale
Carte dessinée par Charles Perron et réalisée d’après Kropotkine, extraite du tome VI de la NGU consacré à l’Asie russe. Croquis de L. Metchnikov, extrait du tome VII de la NGU consacré à l’Asie Orientale.

 

Par ailleurs :

« Reclus sème à travers sa géographie universelle des graines de “mauvaise herbe”. Dès qu’il peut condamner les oppresseurs, féliciter le courage de ses frères humains, il s’y engage ». [Chardak, p. 422]

Ainsi, il y dénonce le joug des peuples colonisateurs en se penchant notamment sur le sort des Amérindiens.

Le pédagogue

Tout au long de ses premières années d’exil, Élisée Reclus gagna sa vie en tant que précepteur. La rédaction de la NGU lui assura une rente annuelle durant de nombreuses années puisqu’il avait vendu ses droits à Hachette. Lorsqu’elle fut terminée, il dut trouver un autre moyen de subvenir à ses besoins.

Il se dirigea alors à nouveau vers l’enseignement. N’ayant aucun diplôme officiel, il ne pouvait pas enseigner en France. Aussi se tourna-t-il vers la Belgique. Mais, il fut rejeté de l’Université libre de Belgique en 1894 en raison de ses idées politiques et de la condamnation de son neveu Paul Reclus (1858-1941) accusé d’avoir pris part à un attentat anarchiste (celui de Vaillant). Il rallia alors l’Université nouvelle de Bruxelles créée par des professeurs dissidents. Il y prônait l’interdisciplinarité ainsi qu’un enseignement vivant. Dans son ouvrage cité plus haut, L’évolution, la révolution et l’idéal anarchique, Élisée Reclus expose sa conception de l’enseignement :

« Certes l’idéal des anarchistes n’est point de supprimer l’école, mais de l’agrandir au contraire, de faire de la société même un immense organisme d’enseignement mutuel, où tous seraient à la fois élèves et professeurs, où chaque enfant, après avoir reçu les “clartés de tout” dans les premières études, apprendrait à se développer intégralement, en proportion de ses forces intellectuelles, dans l’existence par lui librement choisie ». [page 231]

L’auteur de livres pour la jeunesse

Élisée Reclus écrivit également des romans dont Histoire d’une montagne. Cet ouvrage fut publié par Jules Hetzel tout d’abord sous forme de livraison dans sa revue Magasin d’éducation et de récréation puis sous forme d’ouvrage relié dans sa collection Bibliothèque d’éducation et de récréation (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : P 751). Cette collection était destinée à de jeunes lecteurs ou bien à des lecteurs débutants. Il s’agissait de vulgariser la science.

L’ouvrage de Reclus est agrémenté de quinze illustrations réalisées par le dessinateur de Jules Hetzel, Léon Benett (1839‑1916) et gravées sur métal par Fortuné Louis Méaulle (1844‑1901). Élisée Reclus supervisa la réalisation des illustrations. Selon lui, les illustrations étaient en effet primordiales à la fois en tant que support didactique et source de divertissement.

Histoire d’une montagne est une œuvre romanesque et poétique. Elle est écrite sur le mode autobiographique. Il s’agit d’un livre de souvenirs, ceux d’un exilé de la Commune de Paris même si ce n’est pas clairement explicité, qui plus est, teinté d’anarchisme. En effet, Élisée Reclus, dans Histoire d’une montagne, s’est penché notamment sur la manière dont les montagnards se sont adaptés à leur environnement  (chapitre XV). Il en est arrivé à la conclusion que seule l’entraide permet de survivre dans un environnement hostile. Or, l’entraide est une notion rattachée à la pensée socialiste et notamment anarchiste.

Par ailleurs, Histoire d’une montagne fait d’Élisée Reclus un écologiste avant l’heure parce qu’il y démontre le lien qui unit l’homme à son environnement. Le dernier ouvrage en six tomes, écrit par Élisée Reclus et publié après sa mort en 1905, L’Homme et la Terre, approfondit la question du lien entre devenir de l’humanité et protection de son environnement (voir : <L’Homme et la Terre, livre I> et <L’Homme et la Terre, livre II>). Pour preuve, Histoire d’une montagne a été rééditée chez Artaud en 2017 dans la collection « Les fondamentaux de l’écologie ». Toutefois, Philippe Pelletier préfère le terme de mésologie à celui d’écologie en ce qui concerne Élisée Reclus. La mésologie étudie en effet les relations entre les êtres vivants et leur environnement.

 

L’écrivain réhabilité

La Terre : description des phénomènes de la vie du globe en deux tomes fait partie des fonds éducation de la BDL issus du Musée pédagogique. Il s’agit en effet de livres de prix, remis aux élèves les plus méritants lors d’une cérémonie ayant lieu en fin d’année scolaire.

Le tome I est estampé à chaud sur le plat supérieur de la mention « Prix offert par le ministre ». Le tome 2 est pour sa part orné sur le plat supérieur d’un ex-libris, celui du collège Sainte-Barbe ainsi qu’au recto de la première garde volante supérieure d’une vignette ex‑praemio du collège Sainte-Barbe datée de 1879.

Plat supérieur du tome 1 ex-praemio
Plat supérieur du tome I Plat supérieur du tome II Ex-praemio

 

Il s’agit là de véritables marques de réhabilitation pour l’ancien communard. Les auteurs des ouvrages offerts comme livres de prix se devaient de montrer patte blanche afin de ne pas corrompre la jeunesse. L’ex‑praemio est daté de 1879, année d’une amnistie partielle pour les anciens communards suivie l’année suivante d’une amnistie totale.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

RECLUS, Élisée. L’évolution, la révolution et l’idéal anarchique. Paris : P.‑V. Stock éditeur, 1898.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 009 803

RECLUS, Élisée. Histoire d’une montagne. Paris : Jules Hetzel et Cie, [1880 ?].
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 6584

RECLUS, Élisée. Nouvelle géographie universelle, tomes I à XIX. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1875-1894.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RD 1717-1 à 3RD 1717-19

RECLUS, Élisée. La Terre : description des phénomènes de la vie du globe, tomes I et II. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1868-1869.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 5103

Bibliographie

CHANSIGAUD, Valérie. Reclus Elisée – (1830‑1905). In Encyclopædia Universalis [consulté le 7 avril 2018]. Disponible sur le Web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/elisee-reclus/>.

CHARDAK, Henriette Edwige. Élisée Reclus un encyclopédiste infernal. Paris : L’Harmattan, 2005.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910. 92 CHA

CORNUAULT, Joël. Élisée Reclus, géographe et poète. Gardonne : Éditions Fédérop, 2002.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.92 COR

FERRETI, Federico. La redécouverte d’Élisée Reclus : à propos d’ouvrages récents. ÉchoGéo, Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique [en ligne], 2012 [consulté le 10 mai 2018]. Disponible sur le Web : <http://echogeo.revues.org/13173>.

FERRETI, Federico. Neiges, glaces et géographie sociale : froid et théorie de l’entraide dans les écrits sur la montagne d’Elisée Reclus. In METZGER, Alexis et REMY, Frédérique. Neiges et glaces. Faire l’expérience du froid (XVIIe‑XIXe siècles). Paris : Hermann Éditeurs, 2015, p. 61-79.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 551. 6 MET

FERRETI, Federico. Élisée Reclus : pour une géographie nouvelle. Paris : Éditions du CTHS, 2014.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.92 FER

PELLETIER, Philippe. Élisée Reclus, géographie et anarchie. Paris : Les Éditions du Monde libertaire ; Saint-Georges-d’Oléron : Les Éditions libertaires, 2009.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.92 REC

RANNOU, Patrice. Libertaires et éducation. Paris : L’Harmattan, 2016.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 371.4 RAN

SARRAZIN, Hélène. Élisée Reclus ou la passion du monde. Paris : Éditions du Sextant, 2004.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.92 SAR

SGARD, Anne. Les paysages de montagne chez Reclus : Derrière les conventions, une montagne inattendue [En ligne], septembre 2005 [consulté le 10 mai 2018]. Disponible sur le Web : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00263701/document>.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.