Élisée Reclus : le géographe savant‑voyageur

Dans la première moitié du XIXe siècle, s’opposent encore deux figures du géographe : le sédentaire ou savant de cabinet et l’homme de terrain, explorateur. Élisée Reclus (1830-1905) est représentatif d’une nouvelle figure : le géographe savant-voyageur. Son œuvre est abondante (plus de 30 000 pages publiées). La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans ses fonds patrimoniaux un grand nombre de ses ouvrages. Face à la surabondance de l’œuvre d’Élisée Reclus, seule une partie a été tirée de l’oubli.

Portrait d’Élisée Reclus à l’âge de 19 ans Portrait d’Élisée Reclus réalisé pendant sa détention en 1871 Portrait d’Élisée Reclus âgé
Portrait d’Élisée Reclus à l’âge de 19 ans. Ce portrait a été dessiné par le peintre d’histoire Eugène Devéria (1808-1865), il est issu du premier tome de la Correspondance d’Élisée Reclus publié en 1911 (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 01735). Portrait d’Élisée Reclus réalisé pendant sa détention en 1871. Cette photo est extraite du deuxième tome de la Correspondance d’Élisée Reclus publié en 1911 (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 01736). Portrait d’Élisée Reclus âgé gravé par William Barbotin (1861-1931), il est tiré du volume XIX publié en 1894 de la Nouvelle géographie universelle (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RD 1566-19). Barbotin grava également d’autres planches de la Nouvelle géographie universelle.

Le grand voyageur

Jacques Élisée Reclus est né le 15 mars 1830 à Sainte-Foy-la-Grande en Gironde. Il a passé son enfance à Orthez dans le Béarn. Son père était pasteur. Il est issu d’une famille nombreuse. De ses quatorze frères et sœurs, citons les plus connus : Élie (1827-1904), ethnologue et anarchiste et Onésime (1837-1916) également géographe. Il était par ailleurs le cousin de Pauline Kergomard née Reclus (voir <Pauline Kergomard pédagogue et écrivaine>).

Après des études inachevées de théologie, Élisée Reclus fut formé en Allemagne à la géographie par Carl Ritter (1779-1859), l’un des pionniers de la géographie moderne1.

Son retour en France coïncida avec le coup d’État du 2 décembre 1851. Ses convictions républicaines le contraignirent alors à s’exiler jusqu’en 1857 avec son frère Élie. Ses nombreux voyages lui inspirèrent des écrits qui furent la traduction de son expérience d’homme de terrain.

Durant son premier exil, il se rendit en Angleterre mais aussi en Irlande, en Louisiane et en Colombie. À la suite de son séjour anglais, Élisée Reclus écrivit pour la collection des Guides-Joanne le Guide du voyageur à Londres et aux environs dont la Bibliothèque Diderot de Lyon possède un exemplaire daté de 18622. Les Guides-Joanne d’Hachette portaient le nom du directeur de la collection Adolphe Joanne (1813-1881). Cette collection succéda en 1857 à la « Bibliothèque des chemins de fer ». Cette dernière fut créée par Louis Hachette en 1851 afin d’exploiter un nouveau filon, celui des guides de voyages alors en plein essor du fait de l’expansion des lignes ferroviaires. Les Guides-Joanne disparaîtront pour leur part en 1919 et deviendront les Guides bleus.

Plan du Crystal Palace de Londres

Plan du Crystal Palace de Londres.
Le Crystal Palace était un grand palais d’exposition construit à Hyde Park pour abriter la première exposition universelle en 1851.
Il fut ensuite déplacé au sud de Londres mais brûla en 1936.

Le savant géographe

En France, l’enseignement de la géographie à l’université resta exceptionnel jusqu’en 1870. C’est pourquoi la géographie, pourtant directement utile aux coloniaux, missionnaires et hommes d’affaires, se développa dans d’autres structures comme la Société de géographie de Paris créée en 18203. Élisée Reclus y fut admis en 1858.

Mais ce ne fut que bien plus tard, en 1867-1868, qu’il publia chez Hachette son premier ouvrage de géographie scientifique : La Terre : description des phénomènes de la vie du globe.

Dans la préface, Élisée Reclus relate ainsi la genèse de son ouvrage : « Le livre qui paraît aujourd’hui, je l’ai commencé, il y a bientôt quinze années, non dans le silence du cabinet mais dans la libre nature. C’était en Irlande, au sommet d’un tertre qui commande les rapides du Shannon. […] C’est là, dans ce site gracieux, que naquit en moi l’idée de raconter les phénomènes de la Terre […] ».

Le premier tome est consacré aux continents et le second à l’océan, l’atmosphère et la vie.

Ce sont des ouvrages richement illustrés, les deux tomes comprennent à eux deux 437 cartes ou figures ainsi que 41 cartes hors texte en couleur. Les cartes sont l’œuvre du cartographe Alexandre Vuillemin (1812-1886) et les figures d’Edmond Guillemin-Tarayre (1832-1920) géographe connu pour ses explorations au Mexique et ses talents d’illustrateur.

Mappemonde

Mappemonde. Le terme mappemonde vient du latin mappa mundi, il s’agit d’une représentation cartographique plane de l’ensemble du globe terrestre en deux hémisphères distincts, elle est signée Vuillemin et extraite de La Terre, tome I (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 5103).

Élisée Reclus y décrit la formation de la Terre, les continents, les phénomènes terrestres, la faune, la flore mais aussi l’origine de l’homme, son évolution ainsi que son action sur la nature. Ainsi, il consacre un chapitre aux « modifications que le travail de l’homme apporte aux climats »4. Il cite par exemple le problème de la déforestation. La pluie n’étant plus filtrée par les forêts, elle tombe directement sur les sols qui ne peuvent tout absorber ce qui accentue les risques d’inondation. Toutefois, il n’hésite pas à rappeler aussi que l’homme peut défaire le mal qu’il a fait, par exemple en reboisant. Élisée Reclus dresse également la longue liste des espèces animales détruites par l’homme, comme les bœufs marins de Steller, mais aussi végétales.

La grande œuvre d’Élisée Reclus fut La nouvelle géographie universelle : la Terre et les hommes (ou NGU). Élisée Reclus voulait dépeindre la Terre dans sa globalité : « Ma plus grande ambition serait de pouvoir décrire toutes les contrées de la Terre […] ».

Son but était de succéder à des géographies universelles dont le contenu était en partie obsolète telles que l’Erdkunde5 de Carl Ritter ou le Précis de géographie universelle ou Description de toutes les parties du monde6 de Conrad Malte-Brun (1775-1826), publié entre 1810 et 1829 et qui fut la première géographie universelle française. Élisée Reclus dans l’avertissement du premier tome justifie ainsi son travail : « La publication d’une Géographie universelle peut sembler une entreprise téméraire, mais elle est justifiée par les progrès considérables qui se sont accomplis récemment et qui ne cessent de s’accomplir dans la conquête scientifique de la planète. […] Les acquisitions de la science sont en trop grand nombre et trop importantes pour qu’il soit possible d’en introduire le résumé dans quelque ouvrage ancien, fût-il même de la plus haute valeur, comme l’est celui de l’illustre Malte-Brun ».

Le projet prit forme en juillet 1872, date à laquelle Élisée Reclus signa un contrat avec l’éditeur Hachette.

Louis Hachette, républicain libéral, n’avait pas de préjugés idéologiques contre Élisée Reclus. La maison Hachette était alors considérée depuis les années 1860 comme la première agence de production de géographie savante.

Pour mener à bien cette œuvre gigantesque, qui à terme comptera 19 volumes, Élisée Reclus lut et collationna, avec de nombreux collaborateurs dont nous parlerons dans le prochain billet, des récits de voyages et des articles de revues ce qui fut complété par de nombreux voyages.

Carte de la France
Carte de la France. Cette carte est extraite du volume II publié en 1877 de la Nouvelle géographie universelle (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RD 1566-2).
Plat, cartonnage d’éditeur chromolithographié et doré Dos, cartonnage d’éditeur chromolithographié et doré
Un exemple de NGU dans ses plus beaux atours soit sous forme de cartonnage d’éditeur chromolithographié et doré : plat supérieur et dos. Il s’agit du volume II publié en 1881 de la Nouvelle géographie universelle (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 88765) ; le plat supérieur de l’ouvrage présente une gravure réalisée à l’aide d’une plaque à dorer qui a été dessinée par Auguste Souze, elle représente le globe terrestre au centre des points cardinaux. Le dos est orné d’un décamètre, d’un compas, d’une équerre et d’une boussole.
La reliure est signée Charles Magnier (en bas du dos).

Cette œuvre parut tout d’abord en fascicules hebdomadaires de 16 pages illustrées d’une gravure et de plusieurs cartes. Elle fut reliée par la suite, les 19 volumes parurent entre 1875 et 1894. Chaque volume était consacré à une partie d’un continent plus rarement à un seul pays comme ce fut le cas pour le volume II consacré à la France. Il s’agit là d’une encyclopédie géographique destinée à mettre la culture à la portée de tous ainsi qu’à favoriser une meilleure connaissance des peuples et des cultures et ainsi leur bonne entente. Notons que Jules Verne s’est inspiré de La Terre citée plus haut et de la NGU pour écrire ses Voyages extraordinaires (Dupuy, 2006). Ainsi, on peut lire dans Le Château des Carpathes : « Puisque Élisée Reclus a pu dire de Vulkan « qu’il est le dernier poste de la civilisation dans la vallée de la Sil valaque » […] »7.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

RECLUS, Élisée. Guide du voyageur à Londres et aux environs. Paris : L. Hachette, 1862. Collection Guides-Joanne.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RB 01710

RECLUS, Élisée. Nouvelle géographie universelle, tomes I à XIX. Paris : L. Hachette, 1875-1894.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RD 1717-1 à 3RD 1717-19

RECLUS, Élisée. La Terre : description des phénomènes de la vie du globe, tomes I et II. Paris : L. Hachette,1868-1869.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 5103

Bibliographie

CHANSIGAUD, Valérie. Reclus Élisée (1830-1905). In Encyclopædia Universalis [en ligne] [consulté le 7 avril 2018]. Disponible sur le Web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/elisee-reclus/>.

CHARDAK, Henriette Edwige. Élisée Reclus un encyclopédiste infernal. Paris : L’Harmattan, 2005.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.92 CHA

DUPUY, Lionel. D’Élisée Reclus à Jules Verne. Aux origines de la géographie dans les Voyages Extraordinaires. La Géographie – Acta Geographica [en ligne], 2006, 1521, p. 63-74, [consulté le 10 mai 2018]. Disponible sur le Web : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00487502/document> .

FERRETTI, Federico. La redécouverte d’Élisée Reclus : à propos d’ouvrages récents. EchoGéo, Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique [en ligne], 2012 [consulté le 10 mai 2018]. Disponible sur le Web : <http://echogeo.revues.org/13173>.

FERRETI, Federico. Élisée Reclus : pour une géographie nouvelle. Paris : Éditions du CTHS, 2014.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.92 FER

FERRETTI, Federico, Un regard hétérodoxe sur le Nouveau Monde : la géographie d’Élisée Reclus et l’extermination des Amérindiens (1861-1905). Journal de la société des américanistes [en ligne], 2013 [consulté le 27 avril 2018], n° 99-1. Disponible sur le Web : <http://journals.openedition.org/jsa/12645>.

MORLIER, Hélène. Les Guides Joanne : invention d’une collection. In Situ [en ligne], 2011 [consulté le 23 avril 2018], n° 15. Disponible sur le Web : <http://journals.openedition.org/insitu/524> .

SARRAZIN, Hélène. Élisée Reclus ou la passion du monde. Paris : Éditions du Sextant, 2004.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.92 SAR

WOLFF, Denis. Albert Demangeon : un géographe moderne face au terrain [Communication] [en ligne]. Congrès À travers l’espace de la méthode: les dimensions du terrain en géographie, juin 2008, Arras, France, 2012 [consulté le 5 juin 2018]. Disponible sur le Web : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00358350>.

  1. RITTER, Carl. Géographie générale comparée ou Étude de la Terre dans ses rapports avec la nature et avec l’histoire de l’homme, pour servir de base à l’étude et à l’enseignement des sciences physiques et historiques : L’Afrique. Paris : Paulin, 1835-1836 (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 116564). []
  2. Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 5103. []
  3. CLAVAL, Paul, Histoire de la géographie [en ligne]. Presses universitaires de France, 2011 [consulté le 26 avril 2018]. Coll. Que sais-je ? Disponible sur le Web : <https://www.cairn.info/histoire-de-la-geographie–9782130586524.htm>. []
  4. Tome II, p. 734-757. []
  5. Traduit en France sous le titre Géographie générale comparée (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 116654 et 116655). []
  6. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède une édition de 1831 publiée chez Aimé André (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 103301 à 103312). []
  7. VERNE, Jules. Le Château des Carpathes. Paris : J. Hetzel et Cie, [19..], p. 30. Coll. Bibliothèque d’éducation et de récréation (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 505). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.