Edmond Perrier : une vision « coloniale » de la zoologie

  • Colonies animales 13
  • Colonies animales 64
  • Colonies animales 23
  • Colonies animales 4
  • Colonies animales 4
  • Colonies animales 37
  • Colonies animales 18
  • Colonies animales 27_1
  • Colonies animales 20_1

Jean Octave Edmond Perrier (1844-1921) a profondément marqué la zoologie et influencé la sociologie. Ses deux ouvrages majeurs, conservés dans le fonds ancien de la BU en témoignent. Il s’agit d’une part de son grand Traité de Zoologie, et d’autre part d’un opus intitulé : Les colonies animales et la formation des organismes. Nous présenterons les deux ouvrages de manière synergique, en croisant les données qu’ils contiennent sur les fameuses « colonies animales ». Mais auparavant, il est nécessaire d’évoquer brièvement leur auteur.

Un savant prestigieux

Né à Tulle (1844), fils d’un directeur d’école, le jeune Edmond fait de brillantes études. Ayant été reçu à la fois à l’École Polytechnique et à l’École normale supérieure, il choisit – sur les conseils de Pasteur – d’intégrer le second établissement. Perrier accumule ensuite les diplômes universitaires, avant de faire toute sa carrière au Muséum national d’Histoire naturelle. Il est successivement professeur d’« Histoire naturelle des Annélides, des Mollusques et des Zoophytes » (1876), puis d’« Anatomie comparée » (1899) et il occupe longtemps le fauteuil directorial (1900-1919). Les travaux de Perrier, relatifs aux Annélides, aux Échinodermes et à la zoologie théorique, lui valent d’entrer à l’Académie des sciences (1892). C’est d’une crise cardiaque, dans la maison de Buffon, que le savant décède (1921).

Deux grands ouvrages

Perrier, Edmond. Traité de zoologie. Paris: Savy, 1893-1932. Cote SCI 4700

Publié entre 1893 et 1932, Le Traité se divise en deux parties : zoologie générale et zoologie spéciale. L’ouvrage comporte dix fascicules, dont les trois premiers, Zoologie générale, Protozoaires et Phytozoaires, Arthropodes, sont réunis en un seul volume (1893) de 1343 pages. Les fascicules IV – Vers (1897), V – Amphioxus, Tuniciers (1899) et VI – Poissons (1903) sont dus à la plume du seul Edmond Perrier. Les fascicules suivants (VII à X), dévolus aux Batraciens, Reptiles et Mammifères, sont posthumes. À partir de 1925, ils sont publiés par l’un des trois frères du savant : Rémy Perrier (1861-1936), professeur de zoologie à la faculté des sciences de Paris. Seule la partie générale du premier volume sera étudiée ici.

Dans l’« Avant-propos » du Traité (pp. V-VII) Perrier annonce vouloir construire pour la zoologie une œuvre semblable à celles réalisées par Philippe Van Tieghem (1839-1914) pour la botanique et Albert de Lapparent (1839-1908) pour la géologie. Perrier veut rejeter les « conceptions métaphysiques » des anciens naturalistes, afin d’adopter la méthode rigoureuse des sciences physiques et de valoriser de grandes lois jadis énoncées. Lorsqu’il commence à écrire son Traité, une telle démarche a déjà inspiré au zoologue la première édition des Colonies (1881). La préface de la seconde édition – à laquelle nous limiterons notre propos – fustige les « irréductibles adversaires » des théories de Darwin. Or, celles-ci – Perrier le précise – ont contribué à la rigueur de plusieurs parties du Traité.

Une théorie originale

Perrier, Edmond. Traité de zoologie. Paris: Savy, 1893-1932

Dans ses deux ouvrages, Perrier analyse et recompose le corps des animaux. Il conçoit pour cela une sorte de jeu de construction, basé sur des briquettes capables se multiplier par bourgeonnement et de se coller les unes aux autres pour former des amas de plus en plus importants. Chaque briquette ou amas bénéficie d’une certaine autonomie. Nous passons ainsi de la briquette élémentaire nommée « plastide » (Protozoaires), aux « mérides » (larve de Crustacé, segment de Ver, tentacule de Polype), puis aux « zoïdes » (Méduse, Lombric, Polype) et aux « dèmes » (le plus gros amas de briquettes ou « la puissance quatre » de l’association, selon Perrier). Par exemple, un Insecte est un « dème », dont les trois « régions du corps » (tête, thorax, abdomen) sont des zoïdes, eux-mêmes segmentés en « mérides ». Les mérides sont des « colonies » de plastides, les zoïdes et les dèmes des « colonies » de mérides.

Cette « loi d’association ou de symblastose » étend donc le concept de « colonie » à l’ensemble du règne animal. Réciproquement, elle réfute la distinction opérée jusque-là entre organismes indépendants (Lombric, Insecte, Poisson) et coloniaux (Coraux, Éponges). Les seconds n’étant pas indépendants, mais reliés par des éléments anatomiques (canaux, filaments sensibles, etc.), ils représentent un organisme ou individu. « L’histoire des colonies ne s’écarte pas de celle des organismes ordinaires ». Seul le degré de solidarité varie.

Les animaux reconstruits

Selon son cadre théorique, Perrier revisite les disciplines (histologie, anatomie descriptive et comparée, embryologie, parasitologie, évolution, taxinomie) et les grandes lois de la biologie (« division du travail physiologique » entre les organes d’Henri Milne-Edwards (1800-1885), lois anatomiques d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844. Concernant l’histologie, chaque plastide ou méride étant doté d’une action spécifique, il génère par sa multiplication et ses regroupements un tissu différencié : épithélium, muscle, conjonctif, humeurs, etc. Il y a « division du travail », comme dans les appareils (respiratoire, digestif, circulatoire, etc.). Dans les Colonies, Perrier utilise la loi de « sélection naturelle » de Darwin : la « concurrence vitale » entre les plastides ou les mérides favorise certains organes au développement rapide, par rapport à d’autres qui s’atrophient par compensation (« loi de balancement des organes » de Geoffroy Saint-Hilaire). Chez les parasites, certains mérides disparaissent : des Vers perdent leurs segments, devenant des « Arthropodes déchus » et composant des « séries régressives » (Colonies). Durant le développement embryonnaire, les briquettes de base constituent les feuillets fondamentaux d’où naîtront les organes (Colonies).

Pl. II. Perrier, Edmond. Les colonies animales. Paris: Masson, 1898. Cote 46741

Les organismes forment, aujourd’hui comme dans le passé, des « séries généalogiques » parallèles : chaque espèce est initiée par un méride, dont la multiplication des plastides et les regroupements induisent une complexification progressive. Dans le Traité, Perrier explique les rapports entre espèces fossiles et actuelles par « l’hypothèse d’une variation continue des formes vivantes ». Ainsi apparaît « la grande loi d’unité de la paléontologie, de l’anatomie comparée et de l’embryogénie » (Colonies). Enfin, les systèmes taxinomiques que propose Perrier diffèrent d’un ouvrage à l’autre. Dans le Traité, les plastides et les mérides apparaissent timidement. Ainsi, les Protozoaires sont constitués d’un seul plastide, alors que le corps des Métazoaires est « formé de nombreux plastides différenciés, regroupés en tissus ». A contrario, dans les Colonies, chaque division taxinomique repose, de manière exclusive, sur le système des « colonies ».

Perrier, Edmond. Traité de zoologie. Paris: Savy, 1893-1932. Cote SCI 4700

Perrier, Edmond. Les colonies animales. Paris: Masson, 1898. Cote 46741

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En conclusion, Perrier nous offre une vision dynamique des animaux : « des organismes en voie de complication ou de simplification continuelles, et dérivant les uns des autres ». Ses conceptions nourriront l’étude du commensalisme, du mutualisme et de la symbiose. Par ailleurs, comparant ses « colonies » aux sociétés humaines, Perrier retrouve des lois sociologiques : la restriction de l’indépendance des individus dans une société très centralisée, par exemple, ou la nécessité de pratiquer les vertus sociales – solidarité, durée, sécurité. Enfin, Perrier médite sur la disparition des espèces au cours des temps géologiques. « Des ruines ! Est-ce bien là le dernier mot ? », s’exclame-t-il. Mais, il nous rassure aussitôt : si l’on considère les lois de la biologie, la disparition de l’Homme n’est pas inéluctable.

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie:

Anthony, Raoul. « Edmond Perrier, 1844-1921 ». Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6e série. 1926, vol. 1, pp. 1-14.

Henneguy, Félix, Bouvier, Eugène-Louis, Gravier, Charles. « Discours prononcés aux obsèques de M. Edmond Perrier, Directeur honoraire du Muséum d’histoire naturelle ». Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle. 1921, vol. 27, n°7, pp. 492-504.

La Vergata, Antonello. « Perrier, Jean Octave Edmond 1844-1921 » in Tort, Patrick (ed.), Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution. Paris : PUF, 1996.

Lemoine, Georges. « Notice nécrologique ». Comptes rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences. 1921, vol. 173, n° 5, pp. 265-267.

Limoges, Camille. « Perrier, Edmond » in Gillispie, Charles (ed.), Dictionary of Scientific Biography. New-York : Charles Scribner’s Sons, 1974 .

Perru, Olivier. De la société à la symbiose – Une histoire des découvertes sur les associations chez les êtres vivants. Paris : Vrin, 2010.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *