Innovation et rivalité : le marché cartographique du siècle d’or néerlandais

Le Theatre du monde [...]. Amsterdam : Blaeu, 1643

Le Theatre du monde […]. Amsterdam : Blaeu, 1643

À Amsterdam, centre du monde de la production cartographique au XVIIe siècle, les maisons d’édition dominent le marché cartographique. La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve deux atlas hollandais qui illustrent non seulement les frontières géopolitiques, mais aussi la concurrence éditoriale de ce marché lucratif.

Le premier est un grand in-folio en deux tomes comprenant deux cent trente-six cartes aquarellées. Atlas, ou représentation du monde universel et des parties d’icelui (Mercator et Hondius, 1633) est la sixième édition française augmentée et corrigée d’après l’originale en latin de 1595. Le deuxième, Le Theatre du monde (Blaeu, 1643-1645 ; voir le billet de blog dédié sur Interfaces), est un grand in-folio en quatre tomes, composé de six cents cartes colorées. Il est aussi une édition française d’un atlas traduit en plusieurs langues pendant le siècle d’exploration et d’agrandissement du monde et de ses empires. Ces deux atlas sont l’aboutissement du développement cartographique qui prend racine au XVIe siècle.

Comitat Flandria, dans Theatre du monde. Amsterdam : Vischer, 1633

Comitat Flandria, dans Theatre du monde. Amsterdam : Vischer, 1633

Comitat Flandria, dans Theatre du monde. Amsterdam : Vischer, 1633. Il était dans la ville flamande de Rupelmonde où Mercator examina la possibilité de cartographier le monde, région par région.

La cartographie innovatrice de Mercator

Dans la dernière partie de sa vie, le géographe Gérard Mercator commence la production de sa carte universelle, c’est-à-dire la cosmographie complète décrivant les mondes terrestres, maritimes, historiques et célestes. Avec un tel projet, le cartographe a deux tâches principales : choisir une projection appropriée1, ce que Mercator a perfectionné en 1569, et acquérir les informations géographiques les plus actuelles. Pour ce faire, Mercator compile ses données à partir d’une multitude de sources. Par la suite, il interroge et édite l’information, utilisant ses compétences mathématiques et calligraphiques pour la présenter graphiquement. Ses cartes sont ainsi des synthèses critiques et créatives.

America. S. l. : M. Mercator, 1595

America. S. l. : M. Mercator, 1595 (source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

America. S. l. : M. Mercator, 1595. La cartographie de l’époque est une synthèse des cartes imprimées, documents non publiés de divers cartographes et voyageurs, tables de coordination, livres sur l’histoire ainsi que des données primaires provenant de nombreux correspondants.

Les résultats de ce travail sont innovants, incarnant les principes de la cartographie à venir. Les cartes sont conçues dans un style non pictural, avec des symboles normalisés et un système uniforme de coordonnées avec l’utilisation cohérente des grilles de latitude et de longitude. Or, la mesure et le calcul occupent les premiers rôles. Les techniques de représentation sont également standardisées : lettrage en italique, chevauchement de cartes identiques, représentation complète des régions à plus d’une échelle… tous les éléments qui se manifestent par un contrôle éditorial singulier du cartographe. Si la projection de Mercator réconcilie le terrain de l’objet cartographié et le plan, son Atlas enveloppe le monde d’un système intégré de cartes.

Septentrionalium terrarum. S. l. : G. Mercator, 1595

Septentrionalium terrarum. S. l. : G. Mercator, 1595

Septentrionalium terrarum. S. l. : G. Mercator, 1595. Les caractéristiques des cartes de Mercator sont leur uniformité et leur équilibre en termes de leurs signes, leurs coordonnées et leur échelle.

L’histoire éditoriale de l’Atlas de Mercator

En 1595, peu après la mort de Mercator, l’Atlas2est publié. Il contient un traité de la création du monde ainsi que cent sept cartes avec leurs descriptions. Mais l’œuvre n’est que partiellement complète et le reste jusqu’à ce que Jodocus Hondius achète les matrices et les droits d’imprimer aux héritiers de Mercator. Ainsi, Hondius continue l’œuvre de Mercator à Amsterdam. Par la suite, il ajoute du texte et trente-sept nouvelles cartes à celles de Mercator. Ressemblant plus à l’œuvre universelle que Mercator avait prévue, l’Atlas est réédité en 1606, portant les noms de Mercator et Hondius ainsi que le titre original. Suit une quarantaine d’éditions entre 1609 et 1640 sous les noms de Mercator et de Hondius, en cinq langues différentes, avec les ouvrages ultérieurs se développant sur leurs prédécesseurs. Or, ces cartes seront reproduites, revues et augmentées à plusieurs reprises…

Double portrait de Hondius et Mercator [Non signé]

Double portrait de Hondius et Mercator [Non signé]

Double portrait de Hondius et Mercator [Non signé]. Quand Hondius acquit les matrices de l’Atlas de Mercator en 1604, le cartographe cherche à hériter de la réputation de Mercator en commandant ce portrait des deux hommes engagés dans une collaboration fructueuse.

Du marché et de la rivalité

L’âge d’or du mercantilisme hollandais aux XVIe et XVIIe siècles fut aussi l’âge d’or de la cartographie hollandaise. Non soumis à la réglementation féodale, les Pays-Bas sont l’entrepôt central du commerce européen, important des marchandises du monde entier et les distribuant dans toute l’Europe. La richesse ainsi générée permet à tous les niveaux de la société néerlandaise de s’engager dans la consommation de masse d’une grande variété de biens matériels et culturels, y compris des cartes. Cet  ’abord réservé aux collectionneurs et aux voyageurs se termine comme un objet de marché important. Les économies d’échelle signifient que les éditeurs des Pays-Bas peuvent produire des cartes à relativement bon marché ; ces œuvres pourraient ensuite être distribuées avec le thé, le coton, le sucre et tous les autres produits transportés par les marchands hollandais dans toute l’Europe. Les imprimeries d’Amsterdam ont ainsi dominé la production de cartes commerciales en Europe. En conséquence, le succès commercial de la carte résulte de la concurrence florissante parmi les cartographes d’Amsterdam.

Atlas, ou représentation du monde universel et des parties d’icelui [...]. Tome second. Amsterdam : H. Hondius, 1633

Atlas, ou représentation du monde universel et des parties d’icelui […]. Tome second. Amsterdam: H. Hondius, 1633 (source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

La rivalité de Willem Janszoon Blaeu, élève de Tycho Brahe et cartographe ingénieux, avec Hondius et ses héritiers, stimule la production de globes, d’atlas et de cartes à des magnitudes qui resteront inégalées pendant des siècles. Les héritiers de Jodocus Hondius, son fils Henricus et son beau-fils Johannes Janssonius, exploitent le marché en faisant paraître des atlas inédits du monde, en différentes langues, et avec une augmentation constante du nombre de volumes. En 1615, Janssonius ouvre une librairie sur le Damtrak, à côté de son concurrent Blaeu. Mais à partir des années 1630, la rivalité s’intensifie. Janssonius copie des exemplaires de Blaeu et les vend moins cher. Pas étonnant, alors qu’en 1630, Blaeu achète de la veuve de Jocodus Hondius le Jeune trente-sept matrices de l’Atlas de Mercator et de Hondius, remplaçant le nom de Hondius par le sien ! Les héritiers de Hondius répondent immédiatement en publiant un « nouvel » atlas avec des cartes copiées de Blaeu, initiant une bataille entre les deux maisons, l’une essayant de surpasser l’autre en publiant des atlas toujours plus beaux et plus grands.

 

 

Comitatus Hollandiae. Amsterdam : H. Hondius, 1629

Comitatus Hollandiae. Amsterdam : H. Hondius, 1629

 

Hollandia Comitatus. Amsterdam : Blaeu, s. d.

Hollandia Comitatus. Amsterdam : Blaeu, s. d.

Hollandia Comitatus. Amsterdam : Blaeu, s. d. Cette carte, comme un certain nombre d’autres, semble être copiée de celle de Hondius, ci-dessus. Notons les inscriptions effacées dans les cadres à gauche, mais aussi l’addition des lignes maritimes.

La concurrence entre Blaeu et Janssonius aboutit à la publication des Atlas maior par les deux entreprises. Celui de Jansonnius contient entre cinq cents et cinq cent cinquante cartes, mais manque d’uniformité et est principalement composé de cartes déjà existantes et donc parfois périmées. À en juger par les six cents cartes qui composent celui de Blaeu et son héritier et fils, Johannes, il a surpassé son rival Janssonius. Alors que l’Atlas maior illustre la connaissance et l’amélioration de la géographie du monde en expansion, il est aussi un symbole de la réussite sociale. Ainsi, l’Atlas maior de Blaue était un énorme succès commercial, mais il fut aussi un renversement de tendance. Après cette période, le rôle de la cartographie hollandaise fut achevé. Janssonius mourut en 1664, tandis qu’un grand incendie en 1672 détruisit l’une des imprimeries de Johannes Blaeu, ainsi qu’un grand nombre de ses matrices. Johannes Blaeu mourut en 1673, et les quelque deux mille matrices de Janssonius et de Blaeu furent dispersées parmi d’autres maisons d’édition.

Enfin, Mercator, Hondius et Blaeu établirent la norme de qualité et de précision scientifique des cartes et globes, dominant le marché européen du XVIIe siècle. Si nos deux atlas résultent du marché cartographique florissant, ils sont aussi le fruit d’une rivalité entre deux maisons d’édition.

L’Atlas de Mercator et Hondius et le Theatre du monde de Blaeu sont consultables sur place dans la salle « Patrimoine ».

Billet rédigé par Bridget Bowers
(Bibliothèque Diderot de Lyon)

Sources

Gerardi Mercatoris et J. Hondii. Atlas ou Representation du monde universel, et des parties d’icelui, faicte en tables et descriptions tres-amples, et exactes : divisé en deux tomes. Edition nouvelle. Augmenté d’un appendice de plusieurs nouvelles tables et descriptions de diverses regions d’Allemaigne, France, Pays Bas, Italie et de l’une et l’autre Inde, le tout mis en son ordre. Amsterdam : Henry Hondius, 1633.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 500683-1 et -2.
Le tome II est disponible sur Gallica.

Le theatre du monde ou Nouvel atlas contenant les chartes et descriptions de tous les païs de la terre mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu. Amsterdam : Guillaume et Jean Blaeu, 1643-1645.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : A 99

Bibliographie

CRANE, N. Mercator: The Man who Mapped the Planet. New York, NY : H. Holt, 2004.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : PF 04037

DESBOIS, H. Les mesures du territoire : aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique. Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, 2015.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 912 DES

WOODWARD, D. The History of Cartography. Volume Three. Cartography in the European Renaissance. Chicago : Univ. of Chicago Press, 2007.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 912.09 CAR (2)

  1. C’est-à-dire, le rapport des coordonnées sur le plan de la feuille. []
  2. Mercator fut le premier à utiliser cette appellation pour décrire un volume de cartes. C’était d’abord pour rendre hommage au roi Atlas de Maurétanie, considéré comme l’inventeur du premier globe céleste, appareil crucial dans la navigation en mer puisqu’il indique la position des étoiles et des constellations. C’était ensuite une analogie inspirée par l’Atlas du mythe : comme le Titan voit la sphère de son avantage divin, l’Atlas de Mercator offrait un point de vue à ses lecteurs. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *