Philosophie naturelle et progrès du savoir : un cours manuscrit de Jean Dominique Campi

Les collections Éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon recèlent un texte de philosophie naturelle sur la physique particulière, rédigé en 1739 par Dominique Campi, lecteur de philosophie au collège Clémentin de Rome. Ce collège, fondé en 1595 par la congrégation des Somasques, était très prestigieux dans la Rome des XVIIe et XVIIIe siècles. Il accueillait la jeunesse noble romaine et étrangère, tel Prosper-Laurent Lambertini, né d’une des plus anciennes familles patriciennes de Bologne, futur pape Benoît XIV.

Un texte pédagogique

Figure CXXXIX

Figure CXXXIX : illustration du dispositif de compression de l’air pour mettre en évidence son élasticité

Il s’agit d’un manuscrit en latin, langue de communication universelle du savoir, et de grand format, celui dévolu aux usuels et aux traités de connaissances. D’une écriture régulière, bien lisible, très peu abrégé, structuré en chapitres, ce devait être le texte d’un enseignement dispensé à cette jeunesse noble par Jean Dominique Campi, peut-être mis à disposition pour l’étude à la bibliothèque. Il est accompagné, en fin de volume, de quarante-deux tables manuscrites des illustrations des savoirs et des expériences exposés dans le corps du texte, certaines tables comprenant plusieurs schémas (figurae), ce qui témoigne d’une volonté de clarification pédagogique. Si, comme le pensait Aristote dans la Poétique, en 1448b, « on se plait à la vue des images parce qu’on apprend en les regardant », il semble que certains schémas, artistiquement soignés, riches de détails et d’ornementation, témoignent à la fois d’un plaisir esthétique et de ce souci proprement pédagogique de faciliter la compréhension par une visualisation concrète de l’idée.

Philosophie naturelle et science

Il peut paraître surprenant à certains que ce texte, portant sur des éléments de physique particulière, vienne d’un lecteur de philosophie, et soit catégorisé comme texte de « philosophie naturelle ». Il faut le remettre dans le contexte non seulement de cette époque mais, bien plus largement, de tout le cheminement du savoir depuis l’Antiquité. L’Académie de Platon était réservée aux géomètres ; Aristote est, quant à lui, l’auteur de nombreux traités de science, comme sa Physique, les Parties des animaux, ou encore le De anima sur l’âme comme principe de nutrition, de mouvement et de raison. La sagesse antique a toujours été indissociable d’un savoir du monde.

Figure CLXIV

Figure CLXIV : les phénomènes du monde régis par des lois physiques

En 1739, date de rédaction de ce manuscrit, philosophie et science n’étaient toujours pas clairement séparées et la physique faisait partie de ce champ qu’on appelait la philosophie naturelle. Celle-ci se définissait toujours en tant que quête du savoir, mais plus précisément comme la construction d’une vision systématique de la réalité, c’est-à-dire comme mise au jour de l’unité d’un ordre du monde, ce qui peut être jugé d’une portée tant scientifique que métaphysique.

Page de garde des planches d’illustration

Page de garde des planches d’illustration, présentant l’arbre symbole de connaissance

Afin d’affirmer cette inclusion des sciences dans la philosophie, Campi reprend à Descartes son symbole bien connu de l’arbre de la connaissance, exposé dans ses Règles pour la direction de l’esprit de 1628 : « toute la philosophie est comme un arbre, dont les racines font la métaphysique, le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences, qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale, j’entends la plus haute et la plus parfaite morale qui, présupposant une entière connaissance des autres sciences, est le dernier degré de sagesse ». Le lecteur de philosophie du collège Clémentin s’inscrit volontairement dans cette lignée en inscrivant ce symbole de l’arbre sur la page de garde de ses tables d’illustration, avec ce glissement qu’au niveau du tronc est fait mention de la géométrie. Celle-ci a joué un rôle fondamental dans la construction de la science au XVIIe siècle, de la physique justement, aussi bien pour caractériser la matière chez Descartes, comme étendue géométrique, que chez Newton dont les Principia sont construits sur un mode géométrique.

Figure CXLII

Figure CXLII : illustration du chapitre sur l’intensité du son

Les grands savants du XVIIe siècle, tels Pascal, Torricelli, Huygens, ou encore Newton, dans ses Principes mathématiques de la philosophie naturelle, sont, avec Mersenne, Gassendi, Descartes et Leibniz (plus connus aujourd’hui en tant que philosophes, alors qu’ils ont fait œuvre de science ; Descartes en redécouvrant, après des savants arabes, la loi de réfraction de la lumière, Leibniz sur le calcul infinitésimal ou sur la dynamique) les principaux représentants de la philosophie naturelle à l’époque classique. Or, c’est bien à eux que ce manuscrit fait précisément référence lorsqu’il présente un certain nombre de connaissances, aussi bien sur des propriétés des corps comme la mobilité, la solidité ou encore l’élasticité, qu’un état du savoir sur la gravitation, la fermentation, la vision réflexive ou l’intensité du son. Le parcourir permet donc de cheminer à la fois dans la construction de la science de ce temps et dans sa mise à la portée du public, ici des élèves, par l’enseignement.

Un miroir de la diffusion de la science de l’époque par l’enseignement

Le texte met en évidence les différentes facettes du travail scientifique. Il retrace certaines expériences, telle celle de Torricelli sur la mise en évidence de la gravité de l’air par les tubes de mercure, ou celle de Pascal au puy de Dôme en 1648 sur ce même sujet. Il présente certaines applications techniques que l’on peut tirer de ces connaissances, comme le thermomètre et le baromètre. Il expose également, sur différentes questions, aussi bien la pensée des philosophes de l’Antiquité que les théories des plus grands savants de l’époque moderne, qu’il s’agisse de Copernic, de Galilée, de Newton, de Bernoulli, de Huygens, de Descartes ou de beaucoup d’autres encore.

Texte manuscritConcernant par exemple la question de la cause de la gravitation, il commence par évoquer les thèses des péripatéticiens, des atomistes, puis de Descartes, avant de faire cheminer le sujet avec Huygens et Newton. Il n’y a donc manifestement pas, dans l’esprit de Jean Dominique Campi, de rupture entre une pensée philosophique qui serait jugée périmée et une pensée scientifique actuelle seule valable, mais un cheminement global du savoir à travers les temps. Le manuscrit s’ouvre d’ailleurs sur la question de l’existence du vide. Il s’agit d’un grand sujet de recherche et d’expérimentation scientifiques au XVIIsiècle. Or, ce sont ses enjeux philosophiques poussés qui en ont fait une véritable querelle. Les théories scientifiques et l’interprétation des expériences menées, qui seule leur donne un sens, dépendent ici en effet de prises de position philosophiques sur la réalité ontologique à attribuer au vide, dont la nature n’est ni substance ni accident, et qui ne rentre évidemment pas dans la typologie métaphysique des êtres.

La vérité pour seul guide

Loin de s’en tenir à l’autorité des Anciens, cet homme d’Église n’hésite pas à écrire, dans le chapitre sur l’origine des fontaines, où il traite en fait des fleuves, que l’opinion d’Aristote est fausse, ou, en mentionnant les Saintes Écritures, que « tous ne sont pas d’accord » et qu’il y a des arguments du contraire.

L’exposé érudit semble se déployer très librement dans le champ de la science, sans autre souci que de dégager la vérité. Il est en ce sens significatif que ce soit le pape Benoît XIV, instruit chez les Somasques du collège Clémentin, qui ait autorisé la publication du Dialogue sur les deux grands systèmes du monde de Galilée, sous réserve que cela soit présenté comme une hypothèse.

Figure CLXXXIX

Figure CLXXXIX : illustration du phénomène de la diffraction de la lumière

Entre le texte et les tables d’illustration en fin d’ouvrage prennent place des « ajouts », certainement insérés un peu plus tard sur des pages restées vierges, concernant divers points de physique particulière évoqués auparavant, comme le suc nutritif, les comètes ou la propagation de la lumière. Ces ajouts, là encore, témoignent de la volonté manifeste de Jean Dominique Campi de prendre en compte l’approfondissement de la construction scientifique du monde, pas à pas, par discussion, corroboration ou réfutation. Une pensée scientifique se déroule, une forme de philosophie en acte.

Billet rédigé par Caroline Lamotte, agrégée de philosophie

Source

Physica particularis cujus auctor Io.Dominicus Campi C.R.C.S. in Collegio Clementino Philosophiae Lector. Manuscrit, 1730.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 210090

Bibliographie

ANDLER, Daniel, FAGOT-LARGEAULT Anne et SAINT-SERNIN, Bertrand. Philosophie des sciences. Paris : Gallimard, coll. Folio essais, 2002.

DESCARTES, René. Règles pour la direction de l’esprit. Paris : Vrin, rééd. 1996.

JULLIEN, Vincent. Philosophie naturelle et géométrie au XVIIsiècle. Paris : Honoré Champion, 2006.

TANTURRI, Alberto. Ordres et congrégations enseignants à l’époque de la Contre-Réforme : Barnabites, Somasques, Scolopes. ». Revue historique. Octobre 2011, n° 660.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.