Astronomia instaurata de Copernic

  • affiche2_2018_a2_by_sanatio-dbvap9a
  • 4
  • 14
  • 9
  • 14
  • 13
  • 8
  • 11
  • 10
  • 5
  • Livre 2
  • 2
  • Livre 1

L’exposition « La tête dans les étoiles » organisée par la BU Lyon1 pour la 9ème édition du Festival Science et Manga, présente des ouvrages du fonds ancien et en particulier l’exemplaire d’Astronomia instaurata, la troisième édition de De revolutionibus orbium coelestium (Des révolutions des sphères célestes) conservée dans les collections de la bibliothèque.

Page de titre

La première édition du De revolutionibus orbium coelestium fut publiée en 1543, l’année même de la mort de Nicolas Copernic. Pour Alexandre Koyre (voir bibliographie) cette date « symbolise la fin d’un monde et le commencement d’un autre […] c’est depuis Copernic que l’homme n’est plus au centre du monde et que le Cosmos n’est plus ordonné autour de lui ».

Nicolas Copernic né en 1473 à Thorn en Prusse polonaise, il est le fils d’un riche bourgeois originaire de Cracovie. A la mort de ses parents il est très jeune, c’est son oncle maternel Lukas Watzelrode chanoine du chapitre de Frauenbourg et futur évêque de Warmie qui devient son tuteur. Après des études de mathématiques, d’astronomie mais aussi de médecine et de droit à l’Université de Cracovie, il part poursuivre ses études à l’université de Bologne et loge chez l’astronome Domenico Maria Novara (1454-1504). En 1503, de retour en Pologne il réintègre son diocèse tout en poursuivant ses recherches en astronomie. Il est vite convaincu de la nécessité d’abandonner le modèle d’Univers de Ptolémée selon lequel la Terre se trouve immobile, au centre de l’Univers au profit d’un système héliocentrique dans lequel c’est la Terre qui tourne autour du Soleil. Vers 1511-1513, il écrit un court traité Commentariolus et présente une première ébauche de sa théorie. Mais c’est seulement en 1530 qu’il termine la rédaction De revolutionibus orbium coelestium et ce n’est que plus de dix ans plus tard en 1543, que son ouvrage sera publié chez Johannes Petreius à Nuremberg.

La troisième édition Astronomia instaurata est éditée à Amsterdam en 1617, il est précisé sur la page de titre que : « 75 ans après la mort de l’auteur cette édition mise à jour, est publiée avec les commentaires et notes de Nicolaus Mulerius professeur de médecine et de mathématiques à l’Université de Groningen ». Nicolaus Mulerius (1564-1630) médecin et mathématicien protestant a vite délaissé la médecine au profit des mathématiques et surtout de l’astronomie. L’Astronomia instaurata est considérée comme son œuvre majeure et cela alors que lui-même n’est pas convaincu par les théories nouvelles de Copernic. Il réalise cette publication pour corriger les erreurs contenues dans les précédentes. Dans ses notes il indique vouloir vérifier, commenter et expliquer les calculs des éditions de 1543 et 1566 afin d’aider les autres astronomes et les étudiants à mieux comprendre l’œuvre copernicienne.

Ses annotations figurent dans les marges et dans les « Notae « placées au milieu des chapitres.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ajoute également un « Thesaurus » comprenant les données astronomiques utilisées par Copernic et propose des exemples sur la manière de s’en servir.

L’ouvrage est imprimé à Amsterdam par Willem Janszon Blaeu (1571-1638) qui fut l’élève de l’astronome danois Tycho Brahe (1546-1601). Blaeu est l’un des plus importants éditeurs de son époque. Comme l’indique Djoeke Van Netten dans l’article qu’il consacre à cette troisième édition (voir bibliographie), l’ouvrage bénéficie à la fois des avancées techniques dans la fabrication des livres au 17ème siècle mais aussi du savoir-faire éditorial de l’imprimeur. Ainsi l’index déjà présent dans les éditions précédentes comprend une numérotation des chapitres et des pages ce qui en facilite la consultation. A noter aussi l’utilisation des chiffres arabes à la place des chiffres romains, une pratique qui s’impose à cette période pour la publication des ouvrages de mathématiques.

Cette édition innove également par la grande qualité des figures gravées sur bois insérées dans le texte et par l’utilisation des symboles des planètes auparavant désignées par leurs noms.

Figure p. 25

Figure p. 21

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la page de titre une vignette liminaire représente la main de Dieu tenant dans la balance deux sphères armillaires avec dessous la devise Praestat (qui l’emporte). Les deux globes symbolisent les deux systèmes de l’Univers, celui de Ptolémée et celui de Copernic et la devise annonce le triomphe du nouveau système sur l’ancien.

Vignette liminaire

L’exemplaire de la BU Lyon1 est relié en parchemin, un ex libris à l’encre « C. Fournerat » est apposé sur la page de garde. Le livre provient de la bibliothèque de Charles Fournerat (1780-1867) qui fut procureur impérial à Mantes-la-Jolie et ensuite substitut du procureur du roi à Paris. Après son décès survenu en 1867, sa bibliothèque fut mise en vente, le catalogue de la vente organisée en octobre 1868, mentionne sous le numéro 657 la mise aux enchères de l’ouvrage : « Copernic (Nic.). Astronomia instaurata libris sex comprenhensa, opera et studio Nic.Mulerii. Amstelodami, 1617, in-4, parch. ». L’exemplaire de la bibliothèque comporte plusieurs annotations manuscrites de Charles Fournerat.

Malheureusement nous ne possédons pas plus d’informations sur l’acquisition du livre et sur comment il est parvenu dans les collections de la bibliothèque de l’Université de Lyon.

Article rédigé par Livia Rapatel

Source :

Copernic, Nicolas, Mulerius, Nicolaus. Astronomia instavrata, libris sex comprehensa, qui de revolutionibus orbium clestium inscribuntur. nune demum post 75 obitu authoris annum integritati suæ restituta, notisque illustrata. Amsterdam : excudebat Wilhelmus Iansonius, 1617. Cote 46713

Bibliographie :

« Astronomia Instaurata? The third edition of Copernicus’s de revolutionibus (Amsterdam, 1617) ». Journal for the History of Astronomy.2012, vol.43, p.75-91. Disponible en ligne [Consulté le 8 mars 2018]

Catalogue de la bibliothèque de feu M. Fournerat. Paris : Bachelin-Deflorenne, 1868. Disponible en ligne [Consulté le 8 mars 2018]

Koyre, Alexandre. La révolution astronomique : Copernic, Kepler, Borelli. Paris : Hermann, 1961


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Garro Olivier dit :

    pourquoi ne peut-on pas le consulter en ligne ?

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Cher Monsieur, l’exemplaire de l' »Astronomia Instaurata » que nous possédons dans nos collections n’est pas numérisé et donc actuellement pas accessible en ligne. Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.