Sous l’emblème la presse : ce que les poèmes d’Aneau disent du livre lyonnais au XVIᵉ siècle

Page de titre

Page de titre

Barthélémy Aneau est un humaniste lyonnais de la Renaissance, figure importante en son époque, relativement oubliée aujourd’hui, bien que la recherche universitaire se soit penchée sur lui au cours des dernières décennies et ait commencé à le réhabiliter. Il fut un grand éducateur, principal du collège de la Trinité (premier établissement municipal et laïc à Lyon). Cet aspect de sa personnalité est sans doute indissociable de sa pratique scripturaire : lui qui condamnait la poésie comme ne valant pas la rhétorique écrivit néanmoins de la poésie, sans doute dans un but pédagogique, ses vers devaient en effet instruire le lecteur. Il en est de même de son théâtre, et de l’unique roman qu’il écrivit avant sa mort violente en 1561, sans doute liée à ses affinités avec la Réforme.

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède un exemplaire des Picta poesis, petit recueil de poésie emblématique à l’intention résolument didactique. Aneau avait justement traduit les Emblèmes d’Alciat, œuvres de référence dans toute l’Europe, qui avaient défini le genre en associant à une image un texte versifié, sur un sujet généralement moral. L’édition des Picta poesis que possède la Bibliothèque Diderot de Lyon date de 1563, mais la première publication remonte à 1552 ; cette même année, l’auteur en donne une traduction en français sous le titre d’Imagination poétique. Une critique estime que le titre français insiste davantage sur l’image (l’élément le plus important est le substantif « imagination »), tandis que le titre latin (littéralement « Poésies peintes ») insiste pour sa part sur la dimension textuelle1. La traduction en français relèverait donc bien d’une démarche pédagogique, puisqu’il s’agirait d’offrir à ceux qui ne maîtrisent pas le latin un accès à cette poésie édifiante, l’usage de l’image facilitant pour ce public l’assimilation des notions.

Voici un parcours choisi dans cet in-12, dont la taille ajoute encore au charme.

 

Dieu est un archer

Les hommes tirent leur matière de l’homme, leur forme de Dieu

Les hommes tirent leur matière de l’homme, leur forme de Dieu

Une traduction approximative en prose de cet emblème : « Dieu, qui fait naître l’amour, frappe les cœurs d’un même trait, liant ensemble les corps par l’alliance du mariage. Puis il commande que les enfants soient nourris par Chiron à la forme double. Car celui-ci a une partie rationnelle et une autre animale. De même, les enfants naissent de l’étreinte charnelle et amoureuse de l’homme, et Dieu leur donne vie au moyen de la raison. »

Dans l’Imagination poétique, Aneau réécrit ce poème en français, le texte est disponible sur le site de l’université de Glasgow2.

L’image nourrit donc une méditation autour du thème classique, cher au néoplatonisme, de la dualité du corps et de l’âme ; celui-ci est matériel donc terrestre, celle-là participe du divin. La première partie du poème est résolument allégorique, mais son interprétation pose problème : on pourrait supposer que, si l’amour charnel se rapporte au corps – ce qui paraît évident –, alors le centaure Chiron auquel l’enfant est ensuite confié symbolise uniquement l’âme, donc le divin. Mais en seconde lecture, sa nature double (homme et cheval) sert aussi de métaphore à l’idée de dualité entre le corps et l’âme. Dans ce cas, il représente l’homme dans sa dualité, et pas seulement dans sa composante spirituelle. Il y a là un paradoxe. Qui plus est, l’image de Dieu qui tire à l’arc est plutôt inhabituelle, il faut bien en convenir.

À partir de l’idée simple de dualisme matière/forme, Aneau tire une allégorie particulièrement étrange. Tout se passe comme si les idées exprimées dans le texte n’étaient pas faites pour se rapporter à l’image. C’est en fait le cas, puisque les bois dessinés par un certain Pierre Vase (alias Pierre Eskreich) ont été en fait conçus à l’origine pour illustrer les Métamorphoses d’Ovide, dans une édition traduite en français parue chez l’imprimeur-libraire lyonnais Roville. Cette traduction a été effectuée pour les deux premiers tomes par le célèbre poète Marot et pour le troisième… par Aneau lui-même ! Dans ce premier contexte, l’illustration a un sens bien différent de celui que lui donne Aneau, ici dans les Picta poesis3 ! L’archer n’est en effet autre que Phébus, divinité solaire, qui, fou de rage après avoir appris d’une corneille que son épouse Coronis le trompe (elle et son amant sont au premier plan), lui décoche une flèche mortelle. Il confie ensuite son propre fils, désormais privé de mère, au centaure Chiron.

 

« Faire plaisir au Bonhomme »

Marque et devise de l’imprimeur : du travail l’honneur

Marque et devise de l’imprimeur : du travail l’honneur

Aneau s’est donc inspiré d’une image préexistante – et dessinée à une autre fin – pour son poème, ce à quoi il fait allusion dans la préface de la première édition en français. Se trouvant chez le célèbre imprimeur Macé Bonhomme, il aurait mis la main par hasard, sur des bois gravés qu’il décida d’illustrer. Il rapporte même avoir composé l’œuvre pour plaire à son imprimeur : « Affin que […] feisse plaisir au Bonhomme, & bon amy. Vela la cause de l’œuvre. »4 L’exemplaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon, réédition posthume de 1563, est également imprimé chez Macé Bonhomme. Un poème est par ailleurs consacré à l’éloge de cet homme.

Le texte glose l’image en décrivant Persée qui vole loin au-dessus des mortels après avoir tué Méduse. Il se clôt sur une sentence énigmatique : « La gloire se ménage par le travail ». La traduction en vers français par Aneau est disponible en ligne5.

Le texte désigne sans le nommer Macé Bonhomme : la devise en grecque représentée sur l’emblème et traduite en latin en fin de poème n’est autre que celle de l’imprimeur.

 

Le mythe de l’imprimerie lyonnaise

Le mythe de l’imprimerie lyonnaise

La comparaison avec Persée triomphant, volant loin au-dessus de la foule hagarde, est un bel éloge. Il est très commun de rencontrer ce genre d’éloge à la Renaissance ; ils répondent souvent à des impératifs de protection et il n’est pas rare que les ouvrages soient dédiés à des grands, dont un portrait flatteur peut être dressé.

Ici, Aneau mesure sans doute la chance d’être publié. Il est tout à fait possible par ailleurs que la relation entre les deux hommes ait été véritablement amicale, comme le prétend l’auteur. Il semble effectivement que Macé Bonhomme était plutôt apprécié dans le milieu de l’imprimerie lyonnaise. Le monde de l’imprimerie lyonnaise fait enfin l’objet d’une allégorie dans un autre poème. Il s’agit d’un réinvestissement du mythe de Cadmus, censé avoir apporté l’écriture phénicienne au monde grec, et qui apparaît ici comme un précurseur de l’imprimerie lyonnaise. Nulle mention explicite de la ville de Lyon. Pourtant, la référence à la peau de lion dont le héros est vêtu, lui qui par ailleurs est « courageux comme un lion » (ut Leo magnanimus), sert sans doute de support à un rapprochement entre l’animal et la ville de Lyon… La version française de l’Imagination poétique, œuvre qui n’est pas une simple traduction mais une réécriture avec ajouts, corrobore cette hypothèse (« Un fier Lyon » / « la ville [de] LYON »)6.

Même si c’est de manière cryptique, la poésie d’Aneau témoigne donc d’une attention toute particulière portée par son auteur au monde de l’imprimerie, y compris dans sa dimension institutionnelle, tandis que la préface rend bien compte de certains procédés de production du livre qui peuvent être surprenants pour le public d’aujourd’hui.

Billet rédigé par Adrien Gautier
(première année de master Lettres modernes, ENS de Lyon)

 

Bibliographie

ANEAU, Barthélémy. Picta poesis. Ab authore denuò recognita. Ut pictura poesis erit. Lyon : Macé Bonhomme, 1563.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 88

ANEAU, Barthélémy. Imagination poétique. Lyon : Macé Bonhomme,1552. Disponible sur le Web [consulté le 8 février 2018] : <French Emblems at Glasgow>.

OVIDE, Trois premiers livres de la Métamorphose d’Ovide, traduictz en vers françois […]. Lyon : Guillaume Roville, 1556. Disponible sur le Web [consulté le 8 février 2018] : <Gallica>.

BIOT, Brigitte. Barthélémy Aneau, régent de la Renaissance lyonnaise. Paris ; Genève : Honoré Champion ; Slatkine, 1996.

DEXTER, Greta. L’Imagination poétique (à propos de B. Aneau). Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance. 1975, XXXVII-1, p. 49-62.

  1. Il s’agit de Brigitte Biot qui a rédigé une thèse sur Barthélémy Aneau, Barthélémy Aneau, régent de la Renaissance lyonnaise. []
  2. Emblème dans la traduction française d’Aneau, tirée de l’Imagination poétique : voir <French Emblems at Glasgow>. []
  3. La même illustration dans son contexte originel, c’est-à-dire dans un passage des Métamorphoses : voir <Gallica>. []
  4. Préface de l’Imagination poétique : voir <French Emblems at Glasgow>. []
  5. Traduction française par Aneau de l’emblème reprenant la devise de Macé Bonhomme : voir <French Emblems at Glasgow>. []
  6. Traduction française par Aneau du mythe de l’imprimerie lyonnaise : voir <French Emblems at Glasgow>. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *