Un curieux marque-page, le signet à roulette

Tout au long de l’histoire du livre manuscrit ou imprimé, ses producteurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour rendre l’accès à l’œuvre plus aisé, pour permettre au lecteur de s’orienter au sein des textes les plus denses : foliotation puis pagination, disposition en paragraphes clairs, rédaction de tables des matières et d’index… Le lecteur lui-même a souvent laissé des traces de son travail intellectuel sous la forme de  notes manuscrites dans les marges ou entre les lignes. Pour marquer un passage important, il dessine une main à l’index tendu appelée  manchette (du latin manicula). Mais il arrive que ces outils de  repérage prennent une forme matérielle, comme le signet à roulette.

 

Signet à roulette. Biblia sacra ad optima quaeque veteris …, Lugduni, apud Sebastianum Gryphium, 1550. Cote BIU Lsh : Res. 1 132168

 

Cet objet, réalisé en parchemin, permet de retrouver rapidement un passage. Les chiffres figurant sur le disque mobile  servent à désigner l’une des quatre colonnes des deux pages entre lesquelles est placé le signet. La ligne est indiquée en le faisant coulisser le long d’un ruban ou d’une ficelle. Notre exemplaire se trouve dans la grande bible latine publiée en 1550 par Sébastien Gryphe1, sa datation est inconnue.

Signet à roulette. Biblia sacra ad optima quaeque veteris …, Lugduni, apud Sebastianum Gryphium, 1550. Cote BIU Lsh : Res. 1 132168

 

Un autre spécimen, probablement du XIVe siècle, est conservé dans un manuscrit de la Bibliothèque municipale d’Autun.

Signet à roulette. Thomas de Aquino. Summa theologiae, prima pars. Début XIVe siècle. Manuscrit Ms S 66 (57), bibliothèque municipale d’Autun

 

Cet instrument a-t-il été conçu par les copistes des manuscrits pour faciliter leur travail comme le pense Jean Destrez ? Il aurait ensuite été  imité au bénéfice des lecteurs d’ouvrages imprimés, comme  dans l’exemple lyonnais ? Ou a-t-il été  conçu d’emblée à l’usage de ces mêmes lecteurs ? La question reste ouverte.

 

Bibliographie :

  1. Destrez, Jean. L’Outillage des copistes du XIIIe et du XIVe siècles. Munchen : Huebert, 1959.
  2. Patrimoine des bibliothèques de France : un guide des régions. Vol. 5 :  Auvergne-Bourgogne-Rhône-Alpes. Paris : Payot, 1995.
  3. Institut de recherche et d’histoire des textes ; MAÎTRE, Claire (dir.). Catalogue des manuscrits d’Autun : bibliothèque municipale et Société Éduenne. Turnhout : Brepols ; Paris : CNRS, 2004.

 

  1. La BIU Lsh a organisé du 23 novembre au 22 décembre 2006 une exposition sur les éditions de Sébastien Gryphe. Le catalogue d’exposition Faire bonne impression : Sébastien Gryphe et ses héritiers dans les collections de la BIU est consultable sur place. []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Jean-Paul Fontaine dit :

    Cet objet est plus proche du « mordant » ou « guide-âne » que du signet ou marque-page.

  1. 24 décembre 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Pierre A.. Pierre A. said: RT @HObillets: Un curieux marque-page, le signet à roulette http://bit.ly/hTnIY1 […]

  2. 7 janvier 2011

    […] en fait été inventé au début du 14e siècle comme le montre cette trouvaille émouvante du blog Interfaces/Livres anciens de l’université de Lyon : Tout au long de l’histoire du livre manuscrit ou imprimé, ses producteurs n’ont pas ménagé […]

  3. 29 janvier 2017

    […] Interfaces. Livres anciens de l’Université de Lyon. 26 février 2014. Disponible sur : < https://bibulyon.hypotheses.org/829 > (consulté le 15 décembre 2016). BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE. « L’aventure des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *