L’art de dessiner par Jean Cousin le Jeune

Les fonds Éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon sont bien loin de ne compter que des manuels scolaires… On y trouve des disciplines variées notamment des cours de dessin.

Apprendre à dessiner le corps humain auprès d’un maître, voilà ce que propose L’art de dessiner, réédité d’après l’œuvre de Jean Cousin le Jeune à la fin du XVIIIe siècle. Ce cours est richement illustré : il se compose de trente-trois planches gravées dans un format oblong, représentant le corps dans différentes postures, incluant des croquis de l’homme, de la femme et de l’enfant.

Une unité de mesure : le nez

Les proportions sont enseignées à l’aide de figures géométriques, cependant l’unité de mesure la plus récurrente n’est pas le centimètre mais le nez. En effet, les longueurs sont données par comparaison à une partie du corps qui sert de référence, le plus souvent le nez ou la tête. Par exemple, la largeur des hanches correspond à « deux grandeurs de visage, qui font six longueurs de nez ».

L'art de dessiner par Jean Cousin, "unité de mesure : le nez"

Ces mesures sont notamment utiles à l’apprentissage du dessin  de figures « raccourcies » c’est-à-dire inclinées selon un angle ou un autre. Si l’on prend l’exemple d’une tête penchée en avant, les lignes tracées permettent de respecter les proportions du visage et de placer précisément les yeux, le nez, etc.

La géométrie et la mesure sont la base de ce cours. Chaque dessin s’accompagne de lignes et parfois de cercles, qui donnent une échelle de proportions. L’artiste lui-même se décrit comme un peintre et un géomètre.

Les Cousin père et fils

Nous possédons peu d’informations sur la vie et la formation de Jean Cousin, hormis l’héritage artistique de son père. Le talent de ces artistes était renommé, si bien que le père, Jean Cousin l’Ancien, était souvent comparé à Albrecht Dürer. Suivant ses pas, Jean Cousin le Jeune a été nommé maître peintre en 1560 et a étudié à l’université de Paris. D’après Ch. P. Bellay dans Proportions du corps humain, Jean Cousin le Jeune était surnommé « le Michel-Ange français ». Son œuvre la plus célèbre est certainement le tableau Le Jugement dernier exposé au musée du Louvre. Le Louvre a d’ailleurs consacré une exposition aux Jean Cousin père et fils en 2013-2014. Ils ont pratiqué les mêmes arts : la peinture, la sculpture, le dessin et même la verrerie, ce qui rend parfois difficile l’attribution de la paternité d’une œuvre à l’un ou à l’autre. Pour certaines de leurs créations, les deux peintres ont souvent été confondus.

L'art de dessiner par Jean CousinPour ce qui est du Livre de pourtraicture et de L’art de dessiner, la date de publication rend plus probable le fait que l’auteur soit Jean Cousin le Jeune, ce d’autant plus que son père a annoncé dans son Livre de perspective, paru en 1560, que son fils travaillait à une seconde œuvre. La publication du Livre de pourtraicture, qui enseigne à dessiner le corps humain, a assuré la renommée de Jean Cousin le Jeune. Il a été publié en 1571 et réédité en 1589, mais il semblerait qu’à ce jour aucune copie de ces éditions originales n’ait été sauvegardée. Considéré comme un chef-d’œuvre anatomique, il fut réédité plusieurs fois aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Le Livre de la pourtraicture, si on compare l’édition de 1656 parue chez Guillaume Le Bé, possède la même illustration au frontispice ainsi qu’un grand nombre de planches communes à L’art de dessiner. Ont été ajoutées notamment les planches qui concernent les yeux et les oreilles, mais aussi le squelette.

L'art de dessiner par Jean Cousin, planche Les yeux

La dernière planche qui représente un squelette humain sous trois angles différents est signée « le Sueur l’aisné ». Il s’agit certainement de Pierre II le Sueur dit l’Aîné, par opposition à Pierre I, son père, et Pierre III dit le Jeune, son frère.

L'art de dessiner par Jean Cousin, planche squelette

Les os et les muscles

L’ouvrage ne se contente pas de donner des indications de mesures et de proportion mais inclut des notions sur l’ossature et la musculature humaines. Selon l’auteur, la connaissance des os et des muscles est nécessaire à l’art du dessin car les os sont « la base & le soutien du corps humain » et les muscles quant à eux sont nécessaires au mouvement. Les lettres majuscules présentes sur la gravure renvoient dans le texte à chaque os énuméré. Les muscles également sont représentés et listés avec leur fonction principale.

Uomo Vitruviano

Uomo Vitruviano, Gallerie dell’Accademia, Venise

Jean Cousin le Jeune s’est inspiré du système de proportions de Vitruve qui a été adopté par les écoles d’art à partir de la Renaissance. C’est de ce même traité, le De architectura, que Léonard de Vinci s’inspira pour son célèbre « Homme de Vitruve » censé représenter les proportions idéales du corps humain. Vitruve pensait que « Pour qu’un bâtiment soit beau, il doit posséder une symétrie et des proportions parfaites comme celles qu’on trouve dans la nature » (extrait du livre III du De architectura), c’est pourquoi il imagine un homme, sur le dos, avec les doigts et les orteils touchant la circonférence d’un cercle, lui-même placé dans un carré. Le cercle et le carré étaient en effet considérés comme des formes parfaites. Les lignes présentes sur le dessin représentent les proportions du corps humain ; par exemple, quatre doigts forment une paume. C’est de ces proportions idéales qu’il fallait s’inspirer, selon Vitruve, pour toute création artistique et en particulier architecturale.

Le poids de l’Antiquité

Il n’est donc pas surprenant que la référence artistique choisie par Jean Cousin le Jeune soit celle de l’Antiquité. Les figures antiques représentées ici sont celles d’Hercule et d’Apollon, qui incarnent respectivement la force et la beauté. Ces illustrations ne sont pas sans rappeler les sculptures de divinités gréco-romaines. La reproduction d’Hercule est d’ailleurs celle d’une œuvre découverte au palais Farnèse à Rome. La figure du héros est, selon l’artiste, propre à représenter un « homme fort vigoureux & capable des plus grands exploits » ce qui se traduit par des contours « grands, choisis, forts, & résolus ». Cette sculpture attribuée à Lysippe est aujourd’hui conservée au musée archéologique national de Naples. Une copie de petite taille en bronze est également exposée au Louvre.

Hercule

Figure antique, Hercule

Hercule, palais Farnèse à Rome

Hercule, palais Farnèse à Rome, photographie de Marie-Lan Nguyen, 2011

La Bibliothèque Diderot de Lyon a la chance de posséder deux éditions de L’art de dessiner, mais aussi l’étude détaillée qu’en a fait Ch. P. Bellay en 1890 dans ses Proportions du corps humain et quelques rééditions du De architectura de Vitruve.

Rédactrice du billet : Émilie Bleschet

Sources

COUSIN, Jean. L’art de dessiner, par Jean Cousin, revu, corrigé et augmenté de plusieurs morceaux d’aprés l’antique, avec leurs mesures & proportions ; d’une description exacte des os & muscles du corps humain, & de leurs offices & usages : avec une instruction facile pour apprendre à dessiner toutes ces figures, selon les différens aspects qu’elles peuvent avoir. À Paris, chez Jacques-François Chereau, rue Saint Jacques, aux deux Piliers d’or, 1771.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 82840

COUSIN, Jean. L’art de dessiner, par Jean Cousin, augmenté de plusieurs figures d’après l’antique. À Paris, chez Jean, marchand d’estampes, rue Saint-Jean-de-Beauvais, n°. 10. De l’imprimerie de Vigor Renaudiere, Marché-Neuf, n°. 48, 1821.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 115791

Bibliographie et présence sur le Web

BELLAY, Ch.-P. Proportions du corps humain : abrégé de l’ouvrage de Jean Cousin avec adjonction des canons de proportions employés à différentes époques. Paris : Librairie Ch. Delagrave, 1890, 78 p.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : mag 2, 105890

Édition numérisée du Livre de pourtraicture [consulté le 9 janvier 2018]. Disponible sur le Web : <Gallica>.

Exposition « Jean Cousin père et fils » au Louvre [consulté le 9 janvier 2018]. Disponible sur le Web : <Jean Cousin père et fils>.

« Cousin, Jehan. Livre de pourtraicture. (Paris : Jean Leclerc, 1608) » in Historical Anatomies on the Web [consulté le 9 janvier 2018]. Disponible sur le Web : <Livre de pourtraicture>.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *