Bilder-Akademie : un cabinet de curiosités imprimé

Au XVIIIe siècle en Allemagne, Johann Sigmund Stoy publia une encyclopédie illustrée conçue dans le dessein de nourrir « un esprit sain et un cœur noble » pour les enfants des Lumières. Imprimée entre 1780 et 1784 en neuf parties, offrant un cours de formation de cinquante-deux semaines, la Bilder-Akademie für die Jugend [L’académie d’images pour la jeunesse] comprenait deux volumes in-octavo de texte et cinquante-deux planches de gravures sur cuivre. Elle était censée moderniser les approches pédagogiques afin de les rendre plus ludiques. Voici ce qui la rend singulière : les enfants devaient découper les images de l’Akademie, les coller sur des cartons et ensuite organiser ces cartons dans des compartiments dédiés, le monde tout entier était ainsi déposé dans une boîte d’images.

Frontispice gravé sur cuivre par Schellenberg, d’après Chodowiecki

Frontispice gravé sur cuivre par Schellenberg, d’après Chodowiecki

Frontispice : Livre ouvert, entourée par des putti, Clio entrouvre un rideau pour dévoiler des tableaux de scènes de l’Ancien Testament, toutes scènes qui se trouvent dans l’Akademie. Autour d’eux se trouvent le manuel scolaire de Basedow, Elemtarwerk, des fables, ainsi que des livres sur les arts, l’histoire, la philosophie naturelle et l’éducation.

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve dans son fonds « Éducation » un exemplaire du volume de gravures de la Bilder-Akademie relié en veau marbré. Chacune des planches gravées sur cuivre comprend un tableau d’images gravées par Chodowiecki, Schellenberg, Schleuen et Penzel, images qui pouvaient être assemblées par l’acheteur dans l’un de ces trois formats : soit reliées en in-folio, soit montées sur un carton sous forme de grandes affiches, ou découpées en neuf images puis montées sur des cartons et déposées dans une « boîte spécialement conçue avec des partitions séparées pour chaque domaine » (Heesen, 2002).

Leçons en puzzles

Dans la préface à ses jeunes lecteurs, Stoy, prêtre devenu pédagogue, explique les thèmes de chacune des neuf images numérotées sur les planches : la gravure centrale est tirée d’une histoire biblique de laquelle dépendent toutes les autres images pour leur signification ; la deuxième image est une scène de la vie quotidienne ; la troisième de l’histoire séculaire ; la quatrième provient de l’Elementarwerk, un manuel scolaire du réformateur d’éducation allemand, Johann Basedow ; la cinquième représente le monde naturel ; la sixième une profession ; la septième est tirée d’une fable ; la huitième est un concept mythologique ; et la neuvième énonce une forme morale.

Tableau II gravé par Schleuen d’après Chodowiecki

Tableau II gravé par Schleuen d’après Chodowiecki

Tableau II : « Adam et Ève en innocence : humanité et apprentissage »
1) Adam et Ève en innocence
2) L’homme vit sur Terre et puis il la quitte
3) Les différents types de personnes
4) Les sens et l’âge des personnes
5) Le corps humain
6) Le potier à qui le Créateur de l’homme se compare
7) La nature, le fardeau, le travail et le malaise des hommes, dans la partie principale de leur vie
8) L’éducation de l’homme selon l’Ancien Testament
9) Les nombreuses attaques et manifestations infructueuses des gens

Sous la direction du texte ou de l’enseignant qui en préparait les cours, chaque image pouvait être catégorisée, connectée et organisée de façon significative. Par exemple, dans le tableau II, Adam et Ève, nouvellement créés, vivent dans un état d’innocence. Les gravures correspondantes montrent en conséquence des scènes des différents états et formes de l’humanité et de sa formation. Les gravures 3 et 5 représentent les formes humaines selon la connaissance de l’époque ; les gravures 2, 4, 7 et 9 représentent différents états de la condition humaine ; et le potier et la dénomination de Création par Adam dans les gravures 6 et 9 sont des représentations de la création et l’apprentissage.

Autre exemple, dans le tableau XXV, les thèmes sont centrés autour du roi David. En concordance, les images autour de lui concernent la musique ou la poétique.

Tableau XXV gravé par Schellenberg

Tableau XXV gravé par Schellenberg

Tableau XXV : « Le roi David : musique et poétique »
1) Les trois parties de l’histoire de David
2) Anciens instruments de musique
3) Les célèbres poètes grecs et romains
4) Le concert
5) Les oiseaux chanteurs
6) Instruments modernes de musique
7) La fable du jardinier et les jeunes orties
8) La chanson d’Orphée
9) Le miracle musical

Toutefois, la connexion entre les images n’est pas toujours immédiatement évidente, et l’ingéniosité de l’enseignant et de l’élève était avivée par la découverte d’un lien significatif et par les leçons appropriées qui en étaient tirées. Prenons par exemple le tableau XIII. La planche centrale montre une scène de l’Exode : la fille de Pharaon trouve Moïse dans un panier parmi les roseaux du Nil. Dans le premier volume du texte d’accompagnement, Stoy donne comme description : « Moïse. Le danger qui l’a menacé dans son enfance lui a donné une chance ». Les autres gravures racontent donc des histoires de l’enfance de Cyrus et d’Œdipe, de l’enfance en général, avec ses difficultés et les opportunités qui peuvent se présenter… mais ils illustrent aussi des thèmes liés à l’Égypte, tout simplement !

Tableau XIII gravé par Schellenberg

Tableau XIII gravé par Schellenberg

Tableau XIII : « L’enfance de Moïse : enfance et Égypte »
1) Moïse. Le danger qui l’a menacé dans son enfance lui a donné une chance
2) De la manière dont l’homme est subjugué
3) De l’histoire de la jeunesse de Cyrus
4) Les premiers jours de vie des enfants
5) Une carte du Nil
6) Le papier  a été inventé en Égypte
7) Le pharaon est cruel envers les Hébreux, comme le sont ces enfants qui jettent des pierres aux grenouilles
8) Œdipe jeune
9) Un enfant sauvé au bon moment

Une encyclopédie pour les sens

Au siècle des Lumières, l’apprentissage a été de plus en plus orienté vers la connaissance encyclopédique. Conformément aux méthodologies pédagogiques de l’époque, la Bilder-Akademie privilégie l’acquisition de la raison et de la vertu en employant un apprentissage sensible : l’élève peut à la fois voir  et manipuler les images. La main et surtout la vue étaient parmi les plus importants portails de l’esprit d’un enfant, auxquels on pouvait avoir le meilleur accès avec des gravures, des cabinets d’histoire naturelle et même un Theatrum naturae et artis.

Dans l’encyclopédie de Stoy, ces exigences méthodologiques sont condensées dans le plus petit espace possible. Bilder-Akademie illustre la préoccupation des Lumières avec la création et le maintien d’un ordre moral, intellectuel et social approprié. Ainsi, la boîte et ses images de la nature, du mythe et de l’histoire biblique tentent d’enseigner aux enfants comment recueillir, ordonner et classer les connaissances.

Tableau XIV gravé par Schleuen

Tableau XIV gravé par Schleuen

Tableau XIV : « Les dix plaies d’Égypte : la culture égyptienne, la justice et la peste, le (sur)naturel, les animaux et le déplacement »
1) Moïse devant Pharaon avec les plaies d’Égypte
2) En Égypte, il y avait toutes sortes d’artistes capables d’accomplir des exploits apparemment impossibles
3) Les dix plaies sont semblables à l’histoire de l’archevêque Hatto
4) Balanciers
5) Différents types d’insectes dont beaucoup faisaient partie des plaies
6) Une collection de spécimens à la fois identiques et différents trouvés dans un cabinet de curiosités
7) Le Pharaon est susceptible d’être exposé à la justice, comme ce meurtrier
8) Les plus nobles divinités égyptiennes
9) Un couple bohémien

Cependant, l’encyclopédie n’a pas connu un grand succès commercial. Il semble que la confiance de Stoy dans les anciennes traditions de l’iconographie biblique a été considérée par ses contemporains comme obsolète, engendrant la confusion des lecteurs plutôt que de les faire travailler en harmonie avec le texte et l’objectif de synthèse de l’ouvrage. Enfin, la connaissance et la morale ne pouvaient être harmonieusement fusionnées à la fin du XVIIIe siècle en Allemagne. Néanmoins, le microcosme éducatif de Stoy est une curiosité fascinante.

Dédicace au dauphin de Suède gravée sur cuivre par Penzel

Dédicace au dauphin de Suède gravée sur cuivre par Penzel

Dédicace au dauphin de Suède : un jeune homme est agenouillé devant un portrait du dauphin, tenant devant lui la Bilder-Akademie. Minerve casquée, la déesse tutélaire des arts et des sciences, est accompagnée d’Apollon et les sept muses. Ils sont entourés de putti, d’instruments scientifiques, de spécimens et de tableaux.

Billet rédigé par Bridget Bowers (master 2 « Politique des bibliothèques et de la documentation », ENSSIB).

Sources

STOY, Johann Sigmund, Bilder-Akademie für die Jugend: Abbildung und Beschreibung der vornehmsten Gegenstände der jugendlichen Aufmerksamkeit: aus der biblischen und Profangeschichte, aus dem gemeinen Leben, dem Naturreiche und den Berufsgeschäften, aus der heidnischen Götter -und Alterthums- Lehre, aus den besten Sammlungen guter Fabeln und moralischer Erzählungen: nebst einem Auszuge aus Herrn Basedows Elementarwerke. Erster-Zweiter Band und [Tafelband] / In vier und funfzig Kupfertafeln und zweyen Bänden Erklärung herausgegeben von J. S. Stoy, Prof. der Pädagogik in Nürnberg, Nüremberg, 1784 [consulté le 6 décembre 2017]. Disponible sur le Web : <Gallica>.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 180076

BASEDOW, Johann Bernhard, Kupfersammlung zu J. B. Basedows Elementarwerke für die Jugend und ihre Freunde. Erste Lieferung in 53 Tafeln. Zweyte Lieferung in 47 Tafeln von L bis XCVI. Recueil d’estampes relatives au Manuel élémentaire d’éducation par Jean Bernard Basedow destiné à l’usage des jeunes gens et de leurs amis. Tabularum ænearum collectio ad Joannis Bernhardi Basedovii Opus elementare in usum juventutis et illius amicorum, Berlin und Dessau, 1774
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 180307 et 1R 180458

Bibliographie

GROULT, Martine (dir.). L’encyclopédie ou la création des disciplines. Paris : CNRS Éditions, 2003, 346 p. ISBN 2-271-06171-7.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.9/5 ENC

HEESEN, Anke te. The World in a Box: The Story of an Eighteenth-Century Picture Encyclopedia. Trad. Ann M. Hentschel. Chicago, IL : University of Chicago Press, 2002. ISBN 0-226-32287-4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *