Augier du Fot et Le Bousier du Coudray : deux figures de l’obstétrique naissante au 18ème siècle

  • Copie de CIMG0099

    Augier Du Fot, Anne – Amable. Catéchisme sur l'art des accouchements pour les sages-femmes de la campagne. Montpellier, Jean Martel ainé, 1776. Pp x – xj

  • Coudray

Pendant longtemps en Occident, l’accouchement a été une affaire de femmes. L’une d’elles, la matrone, était choisie par la communauté pour assister et accompagner les femmes en couches. Elle s’appuyait sur un tour de main empirique, hérité de celles qui l’avaient précédée. Au 18ème siècle, l’Etat devient soucieux de la croissance démographique et de la protection de la vie. A compter des années 1750, l’administration du Royaume de France va  ainsi encourager dans les provinces l’organisation de cours d’accouchement qu’elle confie à des démonstrateurs, chirurgiens pour la plupart.

Pour frapper les esprits, certains, tel l’accoucheur – démonstrateur Anne – Amable Augier du Fot dans son Catéchisme sur l’art des accouchements, n’hésiteront pas à développer une rhétorique violente qui vise à stigmatiser la vieille matrone, ignorante et superstitieuse, et à l’opposer à la sage – femme, jeune si possible, adroite et instruite des bases de l’art obstétrical.

Augier Du Fot, Anne – Amable. Catéchisme sur l’art des accouchements pour les sages-femmes de la campagne. Montpellier, Jean Martel ainé, 1776. Pp x – xj

Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray fut une autre figure marquante de l’obstétrique naissante. Sage – femme jurée, elle sillonna les provinces de France comme démonstrateur d’accouchement entre 1760 et 1785. Elle inventa une pédagogie adaptée à ses élèves souvent analphabètes. Ainsi, son ouvrage, l’Abrégé de l’art des accouchemens,  est – il complété par une quinzaine de planches, qui, de part leur facture assez naïve rehaussée de deux couleurs, ne font pas là figure d’illustrations scientifiques, mais font fontion d’outil de mémorisation, susceptible de faciliter l’apprentissage des bons et mauvais gestes.

Le Boursier du Coudray, Angélique Marguerite. Abrégé de l’art des accouchements… ouvrage très utile aux jeunes sages-femmes … Nouv. éd. avec figures gravées en taille-douce & imprimées en couleurs. A Paris, chez Debure, père, libraire, 1777

Pour aller plus loin :

  • Gélis, Jacques. La sage – femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie. Fayard, 1988
  • Gélis, Jacques. L’arbre et le fruit : la naissance dans l’Occident moderne, XVIe – XIXe siècle. Fayard, 1984

Article rédigé par Chantal Jonneaux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *