Un best seller anatomique : le traité de Léo Testut

  • Affiche 3 web sans logos
  • Testut (2)
  • Testut (1)
  • Léo Testut
  • Testut (3)
  • Testut (4)
  • Testut (9)
  • Testut (12)
  • Testut (7)
  • Testut (8)
  • Testut (6)

A partir du 10 octobre 2017 et jusqu’au au 6 janvier 2018, la bibliothèque universitaire Lyon 1 propose dans trois bibliothèques (BU Sciences, BU Santé Rockefeller et BU Education de Saint-Etienne) un parcours anatomique pour découvrir cette discipline et son enseignement de la Renaissance à aujourd’hui.

En complément à l’exposition, L’anatomie, de Vésale à la 3 D, à découvrir à la BU Sciences et à la BU Santé, le blog Interfaces Livres anciens vous invite à parcourir des ouvrages fondateurs pour l’enseignement de l’anatomie. Après le Traité d’anatomie topographique de Vincent Paulet et Jules Sarazin, Philippe Jaussaud présente un classique pour les étudiants de médecine, Le Testut.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Traité d’anatomie humaine (1891) en quatre volumes de Léo Testut (1849-1925), n’a pas connu moins de neuf éditions. Les deux dernières (1928-1931) et (1948-1949) ont été « revues, corrigées et augmentées » par André Latarjet (1877-1947), disciple de Testut.  Ce sont deux agrégés de médecine, Gabriel Ferré (1858-1921) et Louis Vialleton (1859-1829) qui ont rédigé les parties histologiques et embryologiques du Traité.

La carrière et l’ascension sociale de Testut

Portrait de Léo Testut. Musée d’Histoire de la médecine et de la pharmacie Lyon 1

De très modeste origine, Testut naît le 22 mars 1849 dans le village périgourdin de Saint-Avit-Sénieur. Il fait ses études secondaires aux séminaires de Bergerac et de Sarlat, avant de suivre un cursus médical à Bordeaux. Durant la guerre de 1870, Testut combat courageusement comme aide-major. Interne, puis docteur en médecine (1876) de la faculté de Paris, chef de travaux (1878) et agrégé d’anatomie et physiologie (1880) à Bordeaux, professeur d’anatomie à Lille (1884), Testut rejoint finalement Lyon (1886) où il professera durant trente-trois ans. Il séjourne régulièrement dans sa belle propriété de Beaumont-du-Périgord, conduisant des travaux de préhistoire d’anthropologie et d’histoire locale – il étudie en particulier le squelette de l’homme magdalénien de Chancelade (1888). Le 16 janvier 1925, Testut succombe à une crise cardiaque à Caudéran, près de Bordeaux.

 

Un travail innovant sur la forme et le fonds

Comme le précise Testut dans sa préface, sa volonté est de « mettre entre les mains de nos élèves un ouvrage élémentaire qui, sans dépasser les limites de nos programmes d’enseignement, résumât d’une façon aussi complète que possible l’état actuel de la science ». Le Traité est donc un ouvrage pédagogique de pointe, puisqu’il intègre les connaissances les plus récemment acquises, à l’époque, dans le champ de l’anatomie humaine. De surcroît, le livre répond à des exigences déjà exprimée par Testut dans sa leçon inaugurale (1886) : « Je veux une anatomie à la fois pratique et scientifique […]. Nous avons pour devoir de relever les études de morphologie humaine, dans un pays qui les a malheureusement laissé décliner »1.

Pour faciliter la lecture, Testut utilise une double typographie : les parties du textes réservées aux spécialistes de la discipline – comme la bibliographie de travaux récents – apparaissent en petits caractères. Les étudiants pourront donc restreindre leur lecture aux champs typographiés en caractères normaux. Plus de trois mille figures, reproduites pour la plupart en quadrichromie, constituent une illustration aussi riche qu’agréable à l’œil. Elles sont dues aux talents de plusieurs dessinateurs et graveurs, essentiellement Edmond Boulenaz, Georges Devy et Thiebault. Devy et Boulenaz signent habituellement ensemble, de leurs noms complets ou de leurs seules initiales (G. D. et E. B.).

Fig 514. Artères superficielles de la tête

Fig. 573. veines superficielles du crâne et de la face, vue latérale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’iconographie est très variée : squelettes, écorchés, thorax et abdomens  ouverts pour montrer les viscères, os ou organes isolés, dissections ou coupes transversales des diverses régions du corps, schémas simplifiés, etc. Par ailleurs, la vascularisation et l’innervation de chaque organe – vessie, poumons, foie, glandes salivaires, etc. – sont représentées. Dans le cas de l’œil, l’auteur exploite les images fournies par l’ophtalmoscope, montrant ainsi le lien entre l’anatomie et la clinique.

Fig.617. La colonne grise centrale dégagée de son manteau médullaire

 

Certaines illustrations sont frappantes. Ainsi, émergeant après dissection de la substance blanche qui l’entoure, la substance grise de la moelle épinière ressemble à un rocher abrupt émergeant des eaux pour sauter aux yeux du lecteur.

 

 

 

 

Fig. 616. Tableau graphique

Ce dernier découvre aussi quelques graphiques, comme celui comparant les volumes respectifs des substances grise et blanche dans la moelle épinière.

 

 

 

 

Le plan général qui structure le Traité est à la fois classique et logique, donc didactique : les grandes divisions correspondent aux diverses branches de l’anatomie (ostéologie, myologie, angiologie, etc.). Quant aux descriptions, elles sont très précises, faisant parfois découvrir au lecteur un vocabulaire imagé. Il en va ainsi pour les méninges, par exemple : la dure mère sépare les hémisphères cérébraux en formant la « faux du cerveau », protège l’hypophyse en formant une « tente ». Quant à l’« arachnoïde », elle est ainsi nommée en raison de sa ressemblance avec une toile d’araignée.

Fig.852. Faux du cerveau et faux du cervelet

Sur le fond, Testut est persuadé que l’anatomie humaine n’est pas complètement connue : de nombreuses publications dans des journaux scientifiques étrangers – allemands, anglo-saxon, etc. – en font foi. Si la découverte d’organes nouveaux est très improbable, en revanche la signification des éléments anatomiques et la justification de leur existence restent à dégager. Le moyen que choisit Testut pour combler ces lacunes est de compléter l’approche traditionnelle, purement descriptive, grâce à l’anatomie comparée et à l’embryologie. En d’autres termes, il s’agit de prendre en compte la phylogenèse et l’ontogenèse. L’application de ce principe apparaît dans divers chapitres du Traité. Par exemple, à propos des vaisseaux sanguins, Testut présente les variétés d’origine des troncs sus-aortiques chez diverses espèces animales : le magot, la taupe, le cheval, l’éléphant et les Cétacés. Notons au passage que l’auteur adopte la théorie d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, selon laquelle il existe une unité de plan d’organisation dans le règne animal. Quant à l’embryologie, celle-ci permet par exemple de « comprendre la signification de la fosse ovale » du cœur.

Testut montre également l’intérêt de recourir à la physiologie expérimentale, à l’histologie et à la pathologie. C’est l’approche physiologique qui permet de définir des localisations fonctionnelles dans l’encéphale – centres de la parole, de la vision, etc. Testut cite à ce propos les travaux conduits par Jean-Martin Charcot (1825-1893) à la Salpêtrière. De même, l’origine spinale et le trajet des fibres du nerf grand sympathique ont été précisés grâce aux expériences des physiologistes Claude Bernard, Albert Dastre (1844-1917) et Jean-Pierre Morat (1846-1920). L’histologie permet, quant à elle, de localiser les origines « réelles » des nerfs crâniens : il s’agit de petit amas de cellules sensitives ou motrices, situés dans les profondeurs de la substance nerveuse. Le lieu d’émergence encéphalique du nerf, immédiatement visible à la dissection, n’est qu’une origine « apparente ».

Fig.903. Nerfs superficiels de la tête et du cou

Testut fournit aussi quelques éléments d’anatomie topographiques. Ainsi, la projection du cœur sur la paroi du thorax définit-elle la « région précordiale », importante pour l’auscultation. L’anatomiste publiera au début du XXème siècle un traité spécifiquement dévolu aux aspects topographiques.

En conclusion, le Traité de Testut démontre que – comme l’auteur l’indique dans sa préface – l’anatomie humaine est non seulement une « science utile », mais aussi une « science aimable quant on la comprend bien ». De plus, l’ouvrage constitue une véritable « défense et illustration » de l’anatomie, une réponse à des critiques déjà identifiées dans un article de 18842 : « qu’on n’adresse pas aux anatomistes cette accusation imméritée de vouloir abaisser l’homme, de le dégrader ; l’anatomie sans doute ramène l’homme dans la classe des mammifères, mais elle le place dans l’ordre le plus élevé de cette classe, l’ordre des Primates ».

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie

Collet, Fréderic-Justin. « Testut et Jaboulay ». Cahiers Lyonnais d’Histoire de la Médecine. 1960, n°3, pp. 13-21.

Grenier J., Bisch, X, Pampouille, J et Bonjean, Pierre. « Le Professeur Léo Testut et le Périgord ». Histoire des Sciences Médicales, T. XX. 1986, n°3, pp. 295-298.

Nécrologie. « Le Dr. Léo Testut ». Bulletin de la Société Préhistorique Française. 1925, n°1, p. 35.

Testut, Léo. « Les anomalies musculaires et la théorie de l’Évolution ». Revue Scientifique. 1884, n°12, pp. 369-372.

Testut, Léo. « Qu’est-ce que l’homme pour un anatomiste ? ». Revue Scientifique. 1887. n°3, pp. 65-77.

 

  1. Testut, Léo. « Qu’est-ce que l’homme pour un anatomiste ? ». Revue Scientifique. 1887. n°3, pp. 65-77 []
  2. Testut, Léo. « Les anomalies musculaires et la théorie de l’Évolution ». Revue Scientifique. 1884, n°12, pp. 369-372. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *