Floraison rhétorique parmi les cactus : la Rhetorica Christiana de Diego Valadés (1579)

Rhetorica Christiana

 

De Diego Valadés (1533 ?-1584 ?), on sait peu de choses. Missionnaire franciscain en Nouvelle-Espagne, sans aucun doute était-il d’origine européenne, peut-être fils d’un conquistador espagnol du même nom. Certains de ses biographes affirment qu’il était métis, né d’une mère Tlaxcaltèque, lui-même n’en fait pas mention. C’est à Mexico qu’il étudia la théologie, fit ses humanités, et fut ordonné prêtre, autour de 1556. D’après ses propres écrits, il passa trente ans parmi les Indiens à prêcher l’Évangile en langues « mexicaine [náhuatl], tarasque [purépecha], otomi ». Il voyagea en Europe en 1571 et fut chargé d’une mission diplomatique auprès de Grégoire XIII. La rivalité du pape et du roi d’Espagne qui prétendait contrôler les missions dans ses territoires ultramarins fut cause que Philippe II le fit démettre de ses fonctions. Trouvant refuge à Pérouse, il rédigea ou porta la dernière main à sa Rhétorique Chrétienne qu’il fit publier dans l’enclave vaticane.

L’exemplaire de la Rhétorique Chrétienne que possède la Bibliothèque Diderot de Lyon date de 1579, année de la première édition de l’ouvrage. La reliure simple en cuir, typique au XVIe siècle, abrite un très beau livre, richement illustré de gravures dont nombre sont l’œuvre de Valadés lui-même ; celle de la page de garde place le livre sous le signe de la théologie et de la rhétorique, ici représentées par deux allégories.

Érudition :
le Nouveau Monde, terreau fertile des savoirs anciens

L’ouvrage témoigne d’une immense connaissance de la philosophie et de la théologie, de la part d’un auteur qui vécut la majeure partie de sa vie en Amérique et y reçut une éducation humaniste.

le trivium et le quadrivium

Le trivium et le quadrivium

Analyse des notions de la rhétorique

Analyse des notions de la rhétorique

Le trivium et le quadrivium, soit les sept piliers de l’éducation médiévale puis renaissante, dont fait partie la rhétorique.
Analyse des notions de la rhétorique, dans des termes largement tributaires de l’aristotélisme, la conception de cette page a dû demander un important travail.

Valadés dédie six chapitres de son livre à la mémoire : elle est l’un des membres de la rhétorique. Il s’agit d’emmagasiner des connaissances et de pouvoir les restituer au moment du discours.

Le fonctionnement de la mémoire

Le fonctionnement de la mémoire

Un alphabet mnémotechnique

Un alphabet mnémotechnique

Le fonctionnement de la mémoire. Les différentes parties de l’âme mobilisées renvoient une fois encore à des catégories aristotéliciennes. La gravure est reproduite, quasiment à l’identique, du Congestiorum Artificiose Memoriae, du dominicain allemand J. Romberch (1480-1532).
Alphabet mnémotechnique. Malgré les images associées aux lettres qui renvoient pour certaines à des réalités américaines, la gravure, réalisée en Italie, ne servit jamais à apprendre l’alphabet latin aux Indiens.

Indigènes enseignés :
un compte-rendu pour l’Europe

Le livre est d’abord destiné aux Européens et vise à leur transmettre des méthodes éprouvées par les Franciscains auprès des Indiens, ainsi qu’un aperçu des mœurs de ceux-ci.

Mœurs des Indiens et de leur environnement

Mœurs des Indiens et de leur environnement

Enseignement donné aux Indiens

Enseignement donné aux Indiens

Représentation des mœurs des Indiens et de leur environnement ; des éléments sont légendés, notamment la végétation.
Gravure représentant l’enseignement donné aux Indiens.

Le texte de la Rhetorica renvoie aux lettres sur la gravure dans ces termes (en latin dans le texte) : « (A) C’est le prêcheur de la Parole Divine, qui dans une manière de langage appropriée, enseigne les dons du Ciel. (B) Parce qu’ils sont incultes, il fut nécessaire d’instruire les Indiens, avec cette démonstration. C’est pourquoi il leur donne à voir les mystères de notre Salut à l’aide d’une baguette de sorte qu’ensuite, quand ils parlent de ces choses-là, leurs souvenirs sont mieux fixés. (C) Ceux qui sont assis, tenant dans leurs mains des baguettes, sont les juges chez nos indigènes, auxquels est confié tout le commandement de l’état. les autres écoutent la Sainte Parole, accroupis. Bien qu’ils paraissent sans apprêt et qu’il semble difficile de les distinguer des femmes, ils se rangent néanmoins tous en ordre : d’un côté les femmes, de l’autre les hommes ; le vêtement et les parures des uns et des autres sont beaux. »

Contenus pédagogiques :
inculquer la vision du monde de l’Europe chrétienne aux Indes Occidentales

Les gravures présentant des enseignements aux Indiens témoignent d’une volonté de leur inculquer l’ordre d’un monde hiérarchisé, tel que l’envisagent les Européens.

Scala naturae

Scala naturae

L’ordre de la Création

Scala naturae : cette magnifique gravure est une scala naturae (échelle des êtres), qui hiérarchise l’ensemble de la Création. La Renaissance hérite d’une telle représentation à travers la philosophie médiévale inspirée d’Aristote.

La Trinité siège en haut, entourée de sept archanges et de la vierge (qui, selon la conception franciscaine, est un ange). Immédiatement en-dessous sont les autres anges. Tous ces êtres sont intégralement de nature spirituelle.

Au milieu se trouve l’homme, dont le corps est matériel et dont l’âme peut accéder à la spiritualité, avec au centre Adam et Ève. Immédiatement à gauche, trois Indiens entourent un moine franciscain : ils sont donc bien pour l’auteur des descendants du Premier Couple, comme l’ensemble des autres hommes d’époques diverses ici représentés, certes marqués par le Péché Originel, ils ne sont pas condamnés pour autant. Il convient donc de leur apporter l’Évangile pour qu’ils puissent assurer leur Salut. Sous l’homme, les animaux volants, aquatiques et terrestres : eux ne sont que corps, que matérialité.

Au niveau inférieur se trouvent les végétaux : ils possèdent la vie mais pas le mouvement. Parmi eux, des plantes typiquement américaines, le maïs et le cactus notamment. Tout en bas, l’Ennemi, qui règne sur les Enfers ardents. Il est tenu par la chaîne car, bien qu’il s’oppose à Dieu, il reste contenu en sa puissance.

À droite, la chute d’un ange qui se transforme en démon, qui est aussi une mise en garde symbolique contre le péché, attirant l’homme vers le bas.

Hiérarchies secondaires

Si, dans la gravure précédente, les humains étaient considérés dans leur ensemble, il peut être bon de rappeler qu’ils ne sont pas pour autant égaux ! Les gravures suivantes sont sans doute inspirées – au moins pour la première – de manière directe ou non, du pseudo Denys l’Aréopagite et de sa Hiérarchie Céleste (vers 490).

Hiérarchie ecclésiastique

Hiérarchie ecclésiastique

Hiérarchie temporelle

Hiérarchie temporelle

Hiérarchie ecclésiastique, du Pape (en haut) aux simples fidèles (en bas). L’Enfer, comme l’indique un bandeau en bas, est « la peine établie pour ceux qui n’obéissent pas au plus grand représentant de Jésus-Christ [le pape] ».
Hierarchia Temporalis, Hiérarchie temporelle. Le père de famille, en bas, s’inscrit dans un rapport analogique avec les souverains, en haut : il commande avec bienveillance sur ses « sujets » que sont les membres de sa famille. Encore en-dessous, l’Enfer, « peine établie pour ceux qui n’obéissent pas aux commandements de l’empereur et du roi ».

Eschatologie

Les nombreuses mises en garde contre le péché trouvent sans doute leur plus belle expression visuelle dans cette gravure : le Bien, symbolisé par l’ange, et le Mal, symbolisé par le démon, essaient respectivement d’attirer l’homme vers le haut et vers le bas. Mais c’est à l’homme seul de faire son Salut. Cet individu semble sur la mauvaise pente (!), littéralement enchaîné par le péché et croulant sous son poids ; les serpents sur son bâton symbolisent les vices auxquels s’opposent les vertus inscrites sur celui de l’ange.

Typus peccatoris, le pécheur

Typus peccatoris, le pécheur

Billet rédigé par Adrien Gautier (première année de master Lettres modernes, ENS de Lyon).

Source

VALADÉS, Diego, Rhetorica christiana ad concionandi, et orandi usum accommodata, utriusque facultatis exemplis suo loco insertis ; quae quidem, ex Indorum maxime deprompta sunt historiis. Unde praeter doctrinam, summa quoque delectatio comparatibur. Auctore Rdo. Admodum p. F. Didaco Valades totius ordinis fratrum minorum regularis observantiae olim procuratore generali in Romana curia, Anno domini M.D.L XXVIIII. Cum licentia superiorum. Perusiae, apud Petrumiacobum Petrutium, 1579.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : [1R 180448]

Bibliographie

ALEJOS-GRAU, Carmen José, Diego Valadés educador de la Nueva España. Ideas pedagógicas de la «Rhetorica Christiana» (1579), Pampelune, Ediciones Eunate, 1994, 208 p.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : [B7 2650]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *