Traité d’anatomie topographique de Paulet et Sarazin : une vision en relief du corps humain.

  • Page titre vol1
  • 20170911_150800
  • Paulet et Sarazin (17)
  • Paulet et Sarazin (19)
  • Paulet et Sarazin (22)
  • Paulet et Sarazin (21)
  • Paulet et Sarazin (21)
  • Paulet et Sarazin (25)
  • Paulet et Sarazin (29)
  • Paulet et Sarazin (28)
  • Paulet et Sarazin (27)
  • Paulet et Sarazin (23)

En attendant de découvrir à partir du 10 octobre dans les bibliothèques universitaires de Sciences, de Santé et à la BU Éducation de Saint-Etienne, l’exposition L’anatomie, de Vésale à la 3D, Philippe Jaussaud vous propose de feuilleter le Traité d’anatomie topographique comprenant les principales applications à la pathologie et à la médecine opératoire (1867-1870) de Vincent Paulet (1828-1906) et Jules Sarazin (1831-1906) conservé dans les fonds patrimoniaux de la BU.

Page de titre

Deux questions se posent d’emblée : qu’est-ce que l’anatomie topographique ? Qui étaient Paulet et Sarazin ?

Plusieurs spécialistes contemporains (cf. Bibliographie) ont défini l’anatomie topographique. Selon Robert Barone (1918-2014), cette discipline « met au premier rang la notion de rapport entre les organes et sa méthode est synthétique. Elle étudie les formations anatomiques par plans successifs, dans l’ordre même où elles se présentent aux investigations, sans considération des appareils dont elles font partie. Elle est dite régionale lorsqu’elle prend pour base d’étude les régions naturelles du corps ». Utile à la médecine et à la chirurgie, l’anatomie topographique utilise plusieurs méthodes : dissection, coupes , etc.

Atlas, T.1, Pl.60 Coupes du thorax. Cote 37515

Né le 9 novembre 1828 à Montpellier, Vincent Paulet baigne dans un milieu familial militaire. Il devient bachelier ès-lettres et ès-sciences, puis il suit dans sa ville natale des études de médecine incluant le clinicat de chirurgie et l’adjuvat d’anatomie (1851). Optant pour la carrière des armes, Paulet rejoint le Val-de-Grâce, soutient sa thèse de médecine – sur le choléra à Arles – et participe à la guerre de Crimée. Il devient professeur agrégé du Val-de-Grâce (1851), où il rencontre Jules Adrien Charles Sarazin. Ce dernier, né le 8 mai 1831 à Calais, est médecin-major à l’escadron des Cent-Gardes de l’Empereur. Les deux hommes décident de rédiger ensemble le Traité, mais la guerre d’Italie interrompt le projet. Après diverses affectations, Paulet est nommé à Lyon médecin chef de l’hôpital de la Charité et professeur d’anatomie à la faculté de médecine (1877). Il dirige comme médecin-inspecteur,  le Service de Santé à Alger et Marseille, puis rejoint Montpellier (1885) où il achève sa carrière universitaire (1898). Paulet meurt le 14 avril 1906 d’une maladie incurable, peu avant son ami Sarazin – décédé le 4 novembre 1906 à Marseille.

Le Traité est dévolu à une anatomie topographique régionale. Il comporte un volume de texte, signés du seul Paulet  (première partie : « La tête et le tronc » – deuxième partie : « Les membres) et deux volumes d’Atlas (Tome premier, 1868, « Tête-Tronc » – Tome deuxième, 1869, « Membres »), signés de Paulet et Sarazin. En marge des pages du texte figurent des renvois aux planches de l’Atlas. Au bas de chacune de ces dernières figure l’indication suivante : « Dessiné d’après nature par J. Sarazin – Préparé par Paulet ». Le dessinateur et le dissecteur sont donc clairement identifiés.

Atlas, T.1, PL.46. Coupes transversales du cou. Cote 37515

Aucune introduction, ou conclusion n’existent dans le Traité – lequel débute et s’achève, en conséquence, de manière abrupte. Les descriptions purement anatomiques sont émaillées d’exemples d’applications chirurgicales. Ainsi, « le cathétérisme des canaux par les points lacrymaux est une petite opération sans difficulté réelle, mais qui demande toujours un peu d’attention et de dextérité » (p. 56). Á propos d’une technique de résection du coude : « Le seul reproche qu’on puisse lui adresser, et il est sérieux, c’est de faire beaucoup de délabrements, de laisser les os à peine soutenus après l’opération et de retarder indéfiniment la cicatrisation de la plaie » (p. 761).

L’auteur livre souvent son expérience, par exemple lorsqu’il indique qu’il a disséqué plus d’une trentaine de fois le canal lacrymal nasal (p. 62). Son ton peut devenir lyrique : «  la face est dans l’espèce humaine un admirable appareil d’expression passionnelle » (p. 37) ou formel et incisif : « la théorie du siphon est insoutenable ; elle est réduite à néant par le procédé de Woolhouse […]. Woolhouse a eu des insuccès ! Soit. Mais à quoi doit-on les attribuer ? Est-ce à la destruction du siphon qu’il remplaçait ? Évidemment non. » (p. 63), « ai-je besoin d’ajouter que l’utérus devient de plus en plus mobile après des grossesses répétées ? » (p. 611). L’anecdote pittoresque n’est pas exclue : « il existe au musée du Val-de-Grâce une tête dans laquelle un fer de zagaie (sic) entré dans la fosse temporale droite […] a traversé obliquement le crâne et s’est implantée dans la protubérance occipitale interne où il est encore solidement fixé ; le blessé n’est mort que le vingt et unième jour » (p. 23).

Atlas, T.1 PL.3. Région temporale. Cote 37515

 

Chaque planche de l’Atlas est chromolithographiée en quadrichromie. Elle est accompagnée, en vis-à-vis, d’une page de texte intitulée « Préparation », qui expose le mode opératoire à respecter pour réaliser la dissection représentée sur l’image.

 

 

 

 

Atlas, T.1 PL.76. région périnéale chez l’homme. Cote 37515

Le lecteur trouve également des remarques, des conseils, voire des encouragements. Dans le cas de la région périnéale chez l’homme, par exemple: « c’est là certainement le temps le plus long et le plus ennuyeux de la dissection, mais on en vient aisément à bout avec un peu de patience […]. Cet expédient est excellent en anatomie descriptive, mais je le rejette complètement parce qu’il altère les rapports, change la forme des parties et ne peut que donner des idées fausses aux commençants. Employez des ciseaux au lieu du scalpel […] vous obtiendrez une préparation très nette », ou : « Je n’ai point de recommandation spéciale à faire pour cette dissection qui n’offre pas de bien grandes difficultés ».

 

Les planches rendent fidèlement compte des étapes de la dissection, réalisée plan par plan – selon le principe de base de l’anatomie topographique (cf. supra). Dans le cas de la face, des fenêtres pratiquées à travers la peau laissent apparaître les nerfs et les vaisseaux superficiels.

Le plan anatomique suivant montre les voies lacrymales, en particulier le canal nasal.

Atlas, T.1Pl.6, Fig.2. régions supérieures de la face. Cote 37515

Des coupes transversales ou longitudinales sont également réalisées.

Atlas, T.1 Pl.41. région sus-claviculaire. Cote 37515

Atlas, T.1, Pl.80. Coupe verticale médiane du bassin chez l’homme. Cote 37515

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il peut s’agir de coupes sériées, dans le cas du cou, de la cuisse ou de la jambe par exemple. Au besoin, les auteurs précisent : « cette coupe ne peut être exécutée que sur des sujets congelés ».

Atlas, T.2, PL.53. Coupes de la cuisse. Cote 37515

Notons que, lorsque le sujet disséqué est de sexe masculin, il porte quasi systématiquement la moustache et la barbe – impériale ou bouc. Nous sommes bien sous le second empire et il est rare de trouver des hommes totalement rasés : au-delà des aspects purement scientifiques, le Traité s’enracine donc fidèlement dans son époque.

Atlas, T.1 pl.19 Régions latérales de la face. Cote 37515

Pour conclure, si le Traité est utile aux chirurgiens, il représente aussi une excellente introduction à l’étude de l’anatomie pathologique. Alexandre Laboulbène (1825-1898) n’a-t-il pas affirmé dans sa leçon inaugurale : « Rappelez-vous que c’est l’anatomie pathologique qui stimule vos études réitérées d’anatomie normale et surtout d’anatomie topographique ou chirurgicale » ? (cf. Bibliographie).

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie

Anonyme. Le Progrès Médical, 35ème année, 3ème série. 19 mai 1906, T. XXII, n°20, p. 317.

Barone, Robert. Anatomie comparée des Mammifères domestiques – Tome premier – Ostéologie. Lyon : Laboratoire d’anatomie, École nationale vétérinaire de Lyon, 1966.

Delmas, André. L’anatomie humaine. Paris : P. U. F., 1979.

Gilis, Louis. « Un agrégé du Val-de-Grâce, médecin-inspecteur de l’armée, devient professeur titulaire de la chaire d’Anatomie à la Faculté de médecine de Monrpellier », Communication devant la Société montpelliéraine d’histoire de la médecine. 1981. Disponible en ligne [consulté le 11 septembre 2017]

Gilis, Paul. Éloge du professeur Vincent Paulet, médecin inspecteur de l’armée (1828-1906) prononcé le 9 novembre 1906, dans la première leçon du cours d’anatomie par le professeur P. Gilis. Montpellier : Imprimerie générale du Midi, 1907.

Guéniot, Maurice-Alexandre. « Décès de M. Paulet ». Bulletin de l’Académie de Médecine, 3ème série. 1906, T. LV, p. 523-525.

Laboulbène, Alexandre. « Anatomie pathologique – Leçon d’ouverture ». Revue des Cours Scientifique de la France et de l’Étranger. T. III, n°47, 20 octobre 1865, pp. 761-768.

Sakka, Michel. Histoire de l’anatomie humaine. Paris : P. U. F., 1997.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *