La donation Amédée Bonnet dans les collections de la BU Lyon1

  • Bonnet (14)
  • Bonnet (18)
  • Bonnet (4)
  • Bonnet (3)
  • Bonnet (15)portrait
  • Bonnet (15)portrait 3
  • Amédée Bonnet statue
  • registre2
  • Aquapendente 41800
  • Bonnet (15)portrait
  • Aquapendente 41800
  • Bonnet (10)
  • Bonnet (5)
  • Bonnet (19) web
  • Bonnet (15)

Garin, Joseph. Le docteur Bonnet : sa vie, sa mort et ses funérailles. Lyon : A. Vingtrinier, 1859. Cote 37095

Amédée Bonnet (1809-1858)

Parmi les libéralités constitutives des collections de la BU Lyon1 figure la donation d’Amédée Bonnet consignée dans les registres sous la mention, « Donation Am. Bonnet » ou « Don Bonnet ».

Amédée Bonnet, fils de médecin est né en 1809 à Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, après avoir obtenu un baccalauréat ès-lettres (1825) et ès-sciences (1826), il s’oriente vers les études médicales. Après une année préparatoire de médecine à Lyon, il poursuit ses études à Paris. En 1928, il est major de la promotion d’internes de Paris et l’année suivante à l’âge de 19 ans il est interne à l’Hôtel Dieu dans le service du docteur Récamier. A la fin de son internat, il soutient une thèse intitulée : Recherches sur quelques points de physiologie et pathologie, tels que la surdité, les luxations, le mouvement des côtes. Quelques années plus tard, il revient à Lyon et en 1833 réussit brillamment le concours de Chirurgien-Major de l’Hôtel-Dieu. En 1844, il est nommé Professeur de l’École de Médecine de Lyon créée en 1841.

Les travaux d’Amédée Bonnet concernent principalement la pathologie articulaire, il sera qualifié de « véritable précurseur de la chirurgie orthopédique ». Il est le fondateur de l’École orthopédique lyonnaise dont Léopold Ollier sera le digne successeur. Adepte de l’immobilisation pour soigner les fractures, il fait dessiner et fabriquer diverses sortes de gouttières et d’appareils en fil de fer. Il est aussi précurseur dans l’utilisation de la ponction et l’injection d’iode antiseptique pour éviter l’amputation au-dessus de l’articulation infectée.

Fischer, Louis. « Amédée Bonnet… ». Histoire des sciences médicales. 1996

En 1843, il cesse ses fonctions de chirurgien-major mais poursuit son activité hospitalière en qualité de professeur de clinique chirurgicale et cela jusqu’à sa mort en 1858. Lors de son décès à l’âge de 49 ans, il jouit d’une estime et d’une réputation telle qu’une souscription est lancée par ses élèves pour l’édification d’une statue en bronze d’une taille de 2,5 m, statue destinée à la cour Saint-Martin de l’Hôtel-Dieu de Lyon.

La donation

Nous avons peu d’informations sur le don lui-même, les seules traces dont nous disposons sont les annotations figurant sur les registres sous la forme « Don de Bonnet » ou « Donation Am.Bonnet »

Registre ancien BU

Sur les ouvrages est apposé un cachet rectangulaire de 1,5X2,9 cm avec l’inscription « Donation Am.BONNET », la date de la donation n’est pas précisée et nous ne disposons pas non plus de la volumétrie du don. Toutefois nous avons identifié dans la collection patrimoniale de la BU Lyon1 au moins deux cents volumes provenant de cette libéralité.

Parmi les ouvrages reçus en dons figurent plusieurs ouvrages du XVIIème siècle  en particulier :

 

Les Œuvres chirurgicales du célèbre anatomiste de Padoue, Girolamo Fabrizi d’Acquapendente (1533-1619) en deux volumes, le premier contient le Pentateuque chirurgical.

 

 

 

 

 

 

 

Le volume suivant, Toutes les opérations manuelles qui se pratiquent sur le corps humain, publié chez Jean Poquet en 1658 comporte plusieurs illustrations:

Girolamo Fabrizi d’Acquapendente, Les Oeuvres chirurgicales T.2. Cote 41800

Girolamo Fabrizi d’Acquapendente, Les Oeuvres chirurgicales T.2. Cote 41800

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le don comporte également des traités du chirurgien et anatomiste Jean-Louis Petit (1674-1750

Le Traité des maladies chirurgicales, et des opérations qui leur conviennent de 1774

 

 

Le Traité des maladies des os de 1723

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ouvrages du XVIIIème siècle sont moins nombreux mais on peut citer :

L’essai sur la physiognomonie des corps vivans, considérée depuis l’homme jusqu’à la plante (1797), par Jean Joseph Sue (1760-1830), médecin personnel de Joséphine de Beauharnais et père d’Eugène Sue.

La donation Amédée Bonnet comprend aussi plusieurs atlas parmi lesquels le Traité pratique des hernies, ou mémoires anatomiques et chirurgicaux sur ces maladies  d’Antonio Scarpa contenant de nombreuses planches copiées par Adam, sur les gravures originales de Pietro Anderloni (1785-1849).

Tab V. Cote 41818

Tab. VI. Cote 41818

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Livia Rapatel

Bibliographie :

Fischer, Louis. « Amédée Bonnet (1809, Ambérieu-en-Bugey-1858, Lyon) Chirurgien  major de l’Hôtel-Dieu -de  Lyon, novateur  de la chirurgie ostéo-articulaire  et homme de lettres ». Histoire des sciences médicales. 1996, T. XXX-n°4, p.449-457. Disponible en ligne [consulté le 5 juillet 2017]

Garin, Joseph. Le docteur Bonnet : sa vie, sa mort et ses funérailles. Lyon : A. Vingtrinier, 1859.

Guiart, Jules. L’école médicale lyonnaise. Paris : Masson, 1941.

Valligny, Anne-Claire. Les collections de la bibliothèque universitaire de Lyon des origines à 1914. Lyon : Enssib, Mémoire d’étude, 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *