Enthousiasme pour la langue à la fin de la Renaissance : le Thresor de Claude Duret

Les langues occupent une place fondamentale dans la connaissance à la Renaissance, moment qui voit naître d’importantes pratiques d’exégèse : on retourne aux sources linguistiques, selon le célèbre adage d’Erasme « Ad fontes », notamment pour relire les textes sacrés. Les langues anciennes puis vernaculaires suscitent l’intérêt des humanistes en général, d’où une multiplication des traités et des compilations des langues connues au XVIe siècle. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède deux éditions du Thresor de l’histoire des langues de cet univers… (voir titre complet ci-dessous), datées de 1613 et 1619, œuvre de Claude Duret (1570-1611).

Une œuvre totalisante

Nombre d’œuvres de la Renaissance compilent les savoirs disponibles et synthétisent les connaissances nouvelles et anciennes. Claude Duret est un bon représentant de cette tendance à l’encyclopédisme. Ce magistrat moulinois rédige plusieurs ouvrages érudits sur des sujets variés.
Le Thresor participe de cette ambition, comme le montre son impressionnant titre qui accuse bien, par son accumulation laissée en suspens, une démarche totalisante, dans la description des langues connues.

Page de titre

Mais contrairement à ce que cette liste pourrait laisser présager de l’organisation de l’œuvre, il ne s’agit pas d’une somme homogène d’examens systématiques des diverses langues. D’abord, les informations disponibles pour chaque aire linguistique sont en quantité variable. Le grec ancien ou l’hébreu font ainsi chacun l’objet de nombreux chapitres, quand un petit nombre regroupe plusieurs langues extrême-orientales.
Ensuite, conformément aux pratiques de l’époque qui ne séparent pas les sphères du savoir, le discours n’est pas tout entier d’ordre linguistique : abondent les remarques culturelles liées à la parole et à l’écriture (composition du papier, outils scripturaires), mais aussi les commentaires théologiques, géographiques, historiques, littéraires…
L’auteur fait par ailleurs montre d’érudition dans ses références : Hérodote, Ptolémée, Jean Léon l’Africain, l’Ancien et le Nouveau Testament, dialoguent avec André Thevet (auteur d’une Cosmographie Universelle parue en 1575, soit un immense recueil des connaissances géographiques, au sens le plus large du terme), ou encore les cabalistes chrétiens.

Langues fantasmatiques

Pour Claude Duret, la langue a nécessairement une signification profonde et cachée, qu’il s’emploie à exhumer. Ainsi, et bien qu’il ait lu certains des ouvrages les plus récents avant d’aborder son thème, l’importance qu’il attache à l’hébreu témoigne d’une conception déjà datée de cette langue, qui la survalorise pour en faire la langue de l’origine, la langue-mère, celle du Verbe, dont découleraient toutes les autres après l’épisode de Babel – la question de l’origine se retrouve précisément dans le titre de nombreux chapitres. Cette obsession pour l’hébreu explique l’ampleur du développement dont elle fait l’objet, sa place en début d’ouvrage, ou encore la préférence que l’auteur lui accorde sur le grec. Les humanistes la tiennent pourtant, depuis le milieu du XVIe siècle, pour une langue comme les autres, prise dans une histoire – il faut dire que les textes sacrés ne la mentionnent pas, ce qui facilite sa « normalisation ». Cet intérêt pour les filiations donne néanmoins lieu à des regroupements, solides même d’un point de vue contemporain. On trouve ainsi un magnifique feuillet dépliant comparant les alphabets de trois langues aujourd’hui classées sémitiques : l’hébreu, le syriaque et l’arabe.

Feuillet dépliant, intercalé entre les pp.400 et 401 : comparaison de l’hébreu, du syriaque et de l’arabe

Le rapport mystique à la langue se retrouve dans la fréquentation intellectuelle de la Cabbale, qui donne notamment lieu à la reproduction d’un alphabet de l’Ange Raphaël, tiré de l’œuvre de Theseus Ambrosius, qui le tenait lui-même de la tradition. Duret ne se prononce pas sur l’authenticité de ce document de troisième main.

L’alphabet de l’Ange Raphaël

Enfin, l’ouvrage se clôt sur un chapitre qui traite des « Sons, voix, bruits, langages, ou langues des animaux, et oiseaux ». Le dernier paragraphe relate une anecdote qui témoigne une fois de plus de la fascination de Duret pour toutes les langues.

p.1030, dernier paragraphe : Un homme imite les cris des différents animaux. Duret ne cache pas son admiration

L’actualité linguistique

Si par certains aspects ce Thrésor méconnaît les dernières avancées de la pensée dans le domaine linguistique, il n’en demeure pas moins une œuvre inscrite dans son époque. L’épître dédicatoire au prince de Nassau, signée par le libraire Pyrame Candolle, place explicitement l’ouvrage sous le signe des échanges linguistiques liés au commerce ultramarin des Provinces Unies (en particulier aux Indes Orientales) et sous celui du prosélytisme chrétien. Duret reproduit une pièce, de grande valeur à ses yeux semble-t-il, pour illustrer la langue japonaise. Il s’agit d’une de lettres patentes bilingues, transmise par des Jésuites. Émise par un seigneur local japonais, elle autorise la Compagnie de Jésus à fonder une église.

Lettres patentes, en japonais avec traduction française

Duret note, à la suite d’autres auteurs, que les mêmes sinogrammes sont utilisés dans de nombreux pays pour transcrire des langues totalement différentes, permettant une intercompréhension à l’écrit.

Les caractères typographiques représentant des sinogrammes, qui ont dû être créés ad hoc

Un long travail de publication

Les pièces liminaires attestent que la rédaction de l’ouvrage était bien avancée dès 1607, puisque l’on trouve une « approbation » du docteur en théologie Claude Feydeau, datée de cette année. Peut-être l’auteur a-t-il ensuite souhaité mettre la dernière main à son livre ; il meurt néanmoins en 1611, comme en atteste la date d’une épître à la veuve de Claude Duret, signée par le même Claude Feydeau. L’ouvrage paraît donc finalement en 1613, soit deux ans après la mort de l’auteur et six ans après les premières dispositions (attestées) prises pour sa publication.

Billet rédigé par Adrien Gautier (Master 1 de Lettres Modernes – ENS de Lyon)

Bibliographie 

  • Duret Claude, Thresor de l’histoire des langues de cest univers […],1613 [1R 100050]
  • Demonet Marie-Luce et Uetani Toshinori, « Les langues des Indes orientales entre Renaissance et âge classique », Histoire Epistémologie Langage, 30/2, 2008 (« Les langues du monde à la Renaissance »), p. 113-140.
  • Demonet Marie-Luce, Les Voix du signe. Nature et origine du langage à la Renaissance (1480-1580), Paris, Honoré Champion, 1992.
  • Jourde Michel, « Qu’y a-t-il d’imaginaire dans le Thresor de l’histoire des langues de cest univers de Claude Duret (1613) ? », communication du 3 décembre 2015, à paraître.
  • Mathieu-Castellani Gisèle, « Origine de la langue, langue de l’origine : mythe et désir dans le Thresor de Claude Duret », Réforme, Humanisme, Renaissance, n° 15, 1982, p. 79-84.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *