Le Voyage de Néarque : une étude de l’expédition d’Alexandre le Grand au tournant des XVIIIe et XIXe siècles

Parmi les fonds anciens hérités de la bibliothèque universitaire de Lyon, la Bibliothèque Diderot de Lyon possède une quantité importante de livres d’histoire datés des XVIe, XVIIe ou XVIIIe siècles. Au sein de ces ouvrages, on remarque notamment le Voyage de Néarque de William Vincent [15388], un essai de géographie historique réalisé à partir de sources antiques mais également d’écrits et relations de géographes et voyageurs du XVIIIe siècle.

William Vincent (1739-1815)

William Vincent est un érudit anglais établi au collège de Westminster, où il gravit progressivement les échelons avant de parvenir à la charge de doyen en 1803, qu’il occupe jusqu’à sa mort. Reconnu au sein du milieu des savants à partir de 1793, son objet d’étude privilégié demeure la géographie ancienne, qu’il examine à travers ses recherches sur l’histoire d’Alexandre le Grand ainsi que d’autres périples antiques. Le Voyage of Nearchus, qu’il écrit à partir de l’année 1795 et publie dans les premiers mois de 1797, occupe une place importante au sein de son travail sur la géographie historique.
Lors de sa publication, cet ouvrage bénéficie d’une audience exceptionnelle en Europe : il fait l’objet d’une deuxième édition en 1807, de nombreux comptes rendus favorables publiés à travers le continent ainsi que de plusieurs traductions et tentatives de traduction par les pays voisins. L’exemplaire disponible à la Bibliothèque Diderot de Lyon est une traduction française de l’ouvrage de William Vincent, réalisée par Jean Baptiste Louis Joseph Billecoq (1765-1829) et publiée en 1800. Cette édition, réalisée par le libraire Maradan, se présente sous la forme d’un in-octavo (3 volumes).

Un ouvrage historique traitant de géographie : le mélange de sources antiques et de témoignages modernes

Cet intérêt marqué de la part de divers milieux et nations s’explique d’abord par le contenu historique de l’ouvrage. Ce dernier relate le périple d’un général d’Alexandre le Grand, Néarque, qui dirigea la flotte macédonienne de l’Inde au Golfe Persique lors du voyage de retour de la grande expédition menée par le Conquérant de sa terre natale de Macédoine jusqu’aux bouches de l’Indus (334-323 av. J.-C.). L’un des intérêts majeurs de ce périple résulte en l’ouverture de la route commerciale entre l’Inde et l’Europe. Sa principale source est l’Inde d’Arrien, œuvre qui complète la célèbre Anabase du même auteur relatant les périples d’Alexandre.

Cependant l’ouvrage de William Vincent ne s’attache pas seulement à proposer une traduction d’Arrien ; en effet, l’auteur fournit un travail de recherche considérable de mise en relation de la géographie antique et de la géographie moderne. Comme le précise le titre développé, ce dernier a également eu recours à des « écrits et relations des Auteurs, Géographes ou Voyageurs, tant anciens que modernes ». Le Voyage de Néarque a ainsi reçu la contribution de nombreux voyageurs tel que le major Rennell – qui suivit l’itinéraire supposé de la campagne d’Alexandre de la Perse à l’Indus –, ou encore celle des lieutenants Robinson et Porter qui réalisèrent la première reconnaissance de la côte entre l’Indus et le Golfe persique.

En parcourant la préface de l’auteur, il semble évident que les objectifs de son travail sont autant géographiques qu’historiques : il accorde en effet une importance majeure à ses cartes et aux modalités de leurs réalisations.

Ainsi, dans un contexte de découverte et de cartographie des régions orientales de l’Empire britannique, William Vincent publie un ouvrage qui, bien que partant d’un sujet historique, propose une étude géographique de territoires qui font alors l’objet de nombreuses questions et intérêts.

Sur les traces d’Alexandre le Grand

À la suite des préfaces de l’auteur et du traducteur, le Voyage de Néarque se compose de quatre livres traitant de manière chrono-thématique les différentes étapes du périple. Le premier livre, « I. Recherches et éclaircissements préliminaires », s’emploie avant tout à offrir au lecteur un tableau des thèses et conclusions essentielles de l’ouvrage. Le second propose une description des territoires et des peuples rencontrés par l’expédition d’Alexandre jusqu’à son point final, « II. De Nicée à l’embouchure de l’Indus ». Le cœur du périple, de l’Indus jusqu’à l’entrée du Golfe persique, est relaté au sein du troisième livre, « III. Navigation de la flotte depuis l’Indus jusqu’au cap Jask ». Enfin, la fin du Voyage de Néarque le long des littoraux de la Carmanie et de la Perse jusqu’à l’embouchure du Tigre et de l’Euphrate apparaît au sein du dernier livre, « IV. Golfe persique », suivi d’une « Suite du voyage de Néarque » ajoutée par Vincent.

En dehors des quatre cartes principales présentes dans l’ouvrage, ce dernier est également illustré de nombreux documents annexes tels que des listes d’officiers ou de noms de lieux, ou encore des tableaux présentant diverses informations géographiques comme les longitudes et latitudes ou le calcul de distances.

L’expédition d’Alexandre ou la « première étape de l’histoire de l’expansion européenne »

Faire d’Alexandre le premier des Européens à ouvrir l’Inde aux entreprises européennes relève d’une tradition qui remonte à l’Antiquité. Au sein de cet ouvrage, William Vincent entretient cette idée en présentant le périple de Néarque comme la première étape d’une grande histoire continue de l’expansion européenne vers l’Orient, et ce dès le titre d’ouverture. Il relie ainsi cette expédition au Périple de la mer Érythrée, puis aux explorations portugaises de l’Océan Indien, avant de faire de la Compagnie anglaise des Indes orientales l’héritière de la grande conquête du Macédonien : cette dernière serait en effet « la cause première, quoique éloignée, de l’heureux succès des établissements anglais dans l’Inde ».
On voit ainsi, au sein du travail de cet érudit anglais, l’influence majeure du contexte britannique et international. L’identification d’Alexandre à un politique ayant anticipé la pérennité du commerce qu’il mit en place, la présence récurrente de la Compagnie des Indes orientales, et surtout les nombreuses références géographiques destinées à clarifier les connaissances anglaises des territoires orientaux, relèvent bien d’une intention et d’une vision politisée du rôle du périple de Néarque dans la domination anglaise de l’Inde.

La traduction française : une commande officielle dans un contexte de rivalité franco-britannique

Un autre élément majeur du contexte de la publication de l’ouvrage est le bouleversement européen que constitue la Révolution française, ainsi que les dangereuses volontés d’expansion qu’elle nourrit envers le continent. Ces préoccupations politiques sont bien présentes au sein du Voyage de Néarque. Ainsi, tandis que d’autres historiens et chercheurs de son temps expriment leur hostilité envers la monarchie à travers leurs opinions critiques d’Alexandre, William Vincent affirme sa passion anti-révolutionnaire en peignant une vision laudative et idéalisée du conquérant macédonien.
Dans ce contexte de tensions franco-britanniques exacerbées, la publication d’une traduction française du Voyage of Nearchus apparaît comme un véritable outil politique et géographique. En effet, elle procéderait d’une commande officielle de Napoléon Bonaparte dont la motivation, clairement expliquée par Billecoq dans sa préface, serait de fournir un moyen de combattre les Anglais en s’appropriant leurs connaissances. En effet, après l’échec de son expédition en Égypte et au Proche Orient contre les Britanniques et la nécessité de rétablir le commerce et la navigation, l’acquisition d’informations anglaises sur les territoires orientaux constituait un bien précieux pour le Premier Consul et futur Empereur.

Mine d’informations géographiques, le Voyage de Néarque fait continuellement le lien entre passé et présent, en tirant de sources antiques les données utiles pour permettre à ses contemporains de comprendre et appréhender des territoires étrangers. Sans négliger son coté historique, cet ouvrage constitue une source intéressante pour l’historiographie, mais également pour l’histoire de la géographie, des mentalités et du contexte géopolitique du tournant des XVIIIe et XIXe siècles.

Billet rédigé par Cécile Marquerie (Master 1 Mondes anciens – ENS de Lyon)

Bibliographie

Sources primaires
– W. Vincent, Voyage de Néarque, des bouches de l’Indus jusqu’à l’Euphrate, ou journal de l’expédition de la flotte d’Alexandre, Rédigé sur le journal original de Néarque conservé par Arrien, à l’aide des éclaircissements puisés dans les écrits et relations des Auteurs, Géographes ou Voyageurs, Paris, Maradan, 1800 [Cote : 15388]

Études modernes
– « D’Arrien à William Vincent, la fortune du Périple de Néarque », journée d’étude internationale, organisée à l’université de Reims le 6 novembre 2012, dans le cadre du programme MeDIan, Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien (ANR, Agence nationale de la Recherche)
– P. BRIANT, « La figure de Néarque dans l’historiographie européenne (XVIIe, XVIIIe) », Le Périple de Néarque et sa postérité : d’Arrien à William Vincent, 2012
– P. BRIANT, Alexandre des Lumières, Fragments d’histoire européenne, Paris, Gallimard, 2012


1 réponse

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *