Les faictz merveilleux de Virgille

  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07-Trautz
    Source : Le bibliomane moderne, Bertrand Hugonnard-Roche [en ligne] ((Disponible sur : http://le-bibliomane.blogspot.fr/2009/03/histoire-de-georges-trautz-1808-1879.html))
  • Portrait_virgile
    Portrait présumé de Virgile. Gravure de F. Huot dans l'édition des Œuvres de Virgile par l'abbé Des Fontaines (Paris, Billois, 1802)

Parmi les livres anciens des fonds Éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL), un très beau fac-similé a été redécouvert. Il s’agit d’une réimpression lithographique, datant du XIXe siècle, d’un ouvrage enluminé intitulé Les faictz merveilleux de Virgille, publié au XVIe siècle chez Guillaume Nyverd à Paris.

Ce petit roman est une œuvre anonyme qui propose une biographie légendaire de Virgile, d’un Virgile magicien, sous la forme d’une succession de récits. La légende remonte en fait au Moyen-Age, et s’est constituée à travers des recueils de fables, tels que le Von Virgilio dem Zauberer, conservé à la Bibliothèque de l’Université de Munich, et dont le plus ancien serait l’Otia imperialia de Gervais de Tilbury, datant du XIIIe siècle. Les faictz merveilleux de Virgille est l’une des versions les plus riches de cette biographie fictive. Elle semble avoir servi de base aux textes ultérieurs. Les premières éditions, dont celle de Jean Trepperel et celle de Guillaume Nyverd, ne sont pas datées mais auraient vraisemblablement été publiées dans le premier quart du XVIe siècle.  Il s’agit d’une publication relativement rare. En effet Brunet, dans son Manuel1, en énumère cinq datant du XVIe siècle, la plus récente ayant été publiée en 1530. À ces publications s’ajoutent ce fac-similé de l’édition de Guillaume Nyverd publié par Techener en 1831 et un autre paru chez Pinard la même année. La réédition la plus récente serait celle de Philomneste junior, parue à Genève en 1867 et tirée à une centaine d’exemplaires2.

Portrait présumé de Virgile. Gravure de F. Huot dans l’édition des Œuvres de Virgile par l’abbé Des Fontaines (Paris, Billois, 1802)

Pour les lecteurs comme pour les philologues, la question s’est posée de savoir si le Virgile de la légende est également le poète de l’Enéide. Car le personnage historique semble bien éloigné du magicien légendaire. Pour autant, certains spécialistes sont arrivés à la conclusion qu’il s’agit bel et bien du même personnage, dont le mémorialiste flamand Jacob Van Maerlant dans son Spieghel Historiael, ainsi que Domenico Comparetti, philologue et professeur de littérature grecque à l’Université de Florence. Ce dernier a rassemblé dans son étude sur Virgile les éléments permettant de reconnaître le poète dans la légende médiévale.

Le Moyen-Age a vu se multiplier les fables qui faisaient de Virgile un enchanteur des plus puissants, qui aurait même été le maître de Merlin. Un grand magicien donc, et aussi un prophète : en effet la quatrième églogue des Bucoliques a été interprétée comme une prophétie annonçant la naissance du Christ. Dante en fait quant à lui, rien de moins que le guide de sa descente aux enfers.

Les pouvoirs attribués à Virgile sont nombreux. Il aurait notamment fondé Naples et protégé Rome, mystifié l’empereur et le peuple, fabriqué des statues parlantes et un tonneau de vin toujours plein. Mais il avait aussi des pouvoirs de guérisseur :

« Virgile avait créé à Puteoli, aujourd’hui Pouzzoles, des thermes qui pouvaient guérir toutes les maladies internes et externes. Plus tard, lorsqu’une école de médecins se monta à Salerno, les praticiens envièrent la ville de Naples et ses thermes, craignant que personne n’ait besoin de leurs conseils. Ils firent donc détruire en secret toutes les inscriptions indiquant quel bain avait des vertus contre quelle maladie. »3

Les faictz merveilleux de Virgille compte une quinzaine de fables, parmi lesquels : « Comment Virgille estaignit le feu de Rome », « Comment Virgille fit un serpent d’airain » et pour finir « Comment Virgille mourut ». L’histoire commence par la légende de la fondation de Rome et de la ville de Reims. Virgile vient au monde peu après la fondation de Rome, qui tremble le jour de sa naissance. Il est le fils d’un chevalier des Ardennes, lui-même descendant de Remus, fondateur de Reims et frère de Romulus. Alors que le jeune Virgile étudie à Tolède, il apprend que sa mère a été dépossédée de ses biens. Échouant à obtenir justice auprès de l’empereur romain, c’est grâce à ses pouvoirs qu’il restaure la paix et l’héritage familial.

Cet ouvrage a d’abord été publié au XVIe siècle en français – c’est l’édition originale -, puis en anglais et enfin en néerlandais. D’autres éditions ont suivi et au XIXe siècle, le roman était devenu un livre à succès à nouveau édité et retraduit. Le texte a connu certaines variantes : des noms changent, des récits sont ajoutés ou supprimés. L’édition à l’origine du fac-similé conservé par la BDL n’est pas datée mais, d’après Brunet, la réimpression lithographique de Techener a été publiée en 1831.

Il s’agit d’une édition richement décorée. L’impression reproduit les caractères gothiques de l’édition du XVIe siècle, ainsi que les pieds de mouche en début de paragraphe. La vignette gravée sur bois au titre et au verso du dernier feuillet a également été imprimée par lithographie. La première est de surcroît encadrée d’un filet doré.  L’éditeur précise au titre que seuls trente exemplaires ont été tirés de cet ouvrage, dont dix-huit sur vélin, l’exemplaire de la BDL comptant parmi ces derniers.

Les lettres ornées et les bouts de ligne ont été rubriqués et dorés à la main. De même, les enluminures en marge du texte ont été peintes et dorées manuellement et on peut distinguer, notamment sur les animaux, de fins coups de pinceaux.

Quant à la reliure, un très beau maroquin citron, elle est signée Trautz-Bauzonnet. Le commanditaire de cette reliure n’a malheureusement pas laissé d’ex-libris nominatif. L’un des anciens possesseurs de l’ouvrage a ajouté au contreplat supérieur une marque ovale orange décorée d’une croix de Malte dorée mais ne portant aucun nom.

Il s’agit d’une reliure luxueuse. Le dos, malgré sa finesse, possède cinq nerfs et est orné du titre et de petits motifs floraux estampés à chaud aux entre-nerfs. Les tranchefiles, très fines elles aussi, sont cousues de fils verts, rouges et beiges. Les plats sont décorés d’un médaillon central à motif végétal, estampé à chaud et mosaïqué de deux pièces de cuir : une bleue, une rouge.  Ce motif n’est pas sans rappeler la couronne de laurier attribuée depuis l’Antiquité aux hommes illustres pour récompenser leur génie.

Pour les gardes a été choisi un papier marbré peignes double-comb4 dont la couleur dominante est le rouge. Les contreplats sont encadrés d’une large frise dorée à l’intérieur de laquelle on peut lire au bas du contreplat supérieur : « Trautz-Bauzonnet ». Les tranches sont décorées d’or et un filet doré orne les coupes. Enfin, un signet de soie bleu se glisse entre les pages.

Source : Le bibliomane moderne, Bertrand Hugonnard-Roche [en ligne]5

Le créateur de ce bel ouvrage n’est autre que le relieur Georges Trautz. Il est âgé de 14 ans seulement lorsqu’il entre en apprentissage chez un relieur d’Heidelberg en 1822. Reçu compagnon deux ans et demi plus tard, il se rend à Paris en 1830 et trouve un emploi chez M. Kleinhans où il apprend le travail de la dorure. C’est cette formation qui lui permet d’entrer comme ouvrier doreur chez Antoine Bauzonnet, le « maître des filets ». Les deux relieurs deviennent associés et à partir de 1840 ils décident que les reliures confectionnées dans leur atelier seront signées « Bauzonnet-Trautz ». Antoine Bauzonnet prend sa retraite en 1851, et Georges Trautz signera désormais ses reliures « Trautz-Bauzonnet ». Il continuera à dorer lui-même chaque reliure fabriquée dans son atelier.

Les contemporains de Georges Trautz étaient particulièrement admiratifs de son travail, si bien que ses reliures étaient très en vogue.  Les ouvrages reliés par ses soins vendus aux enchères pouvaient voir leur valeur doubler voire tripler. Georges Trautz avait à cœur de confectionner des reliures à l’ancienne, en imitant les traditions des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Il se distinguait par là des nouveaux procédés anglais et allemands qui tendaient à l’industrialisation et à la fabrication de reliures bon marché, comme les cartonnages d’éditeur et les reliures en percaline. La BDL a la chance de compter parmi ses collections plusieurs ouvrages reliés par Georges Trautz.

Billet rédigé par Émilie Bleschet

Bibliographie

  1. Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Jacques-Charles Brunet. Paris, Firmin Didot frères, 1860-1865. []
  2. Vergil in the Middle Ages, Domenico Comparetti. Chapitre X. Princeton, Princeton University Press, 1997. []
  3. Virgile, l’enchanteur Les fables et légendes sur Virgile, l’enchanteur, nouvellement composées et contées par Katharina Feisst, Bitedition 2014. []
  4. Planche XXV n°31-32, Marbled paper : its history, techniques, and patterns, Richard J. Wolfe, University of Pennsylvania Press, 1990. []
  5. Disponible sur : http://le-bibliomane.blogspot.fr/2009/03/histoire-de-georges-trautz-1808-1879.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *