Le fonds de catéchismes de la BDL

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède un fonds de catéchismes catholiques et protestants, allant de l’époque moderne à nos jours.

Qu’est-ce que le catéchisme ?

Chez les protestants comme chez les catholiques, le catéchisme est, depuis le XVIe siècle, l’une des manières d’enseigner la religion aux enfants et aux jeunes, ainsi qu’à ceux qui souhaitent se préparer à recevoir les sacrements. Le terme de « catéchisme » possède d’ailleurs un double sens : il désigne à la fois l’enseignement proprement dit (catéchèse), et les manuels servant de support à cet enseignement.

Catéchisme à l’usage des diocèses de France (1947), refonte du précédent catéchisme national de 1937.

Catéchisme à l’usage des diocèses de France (1947), refonte du précédent catéchisme national de 1937.

L’origine moderne du catéchisme

Le catéchisme, enseignement et livre, a une histoire et une origine. Il s’inscrit dans le vaste mouvement de réforme de l’Eglise (Réforme protestante d’un côté, Réforme catholique – encore appelée « Contre-Réforme »– de l’autre) qui a marqué le XVIe siècle. Le dogme, la discipline et la catéchèse en ont été les objets principaux. Bien que le premier catéchisme soit traditionnellement attribué à Saint-Augustin (fin du IVe siècle ap. J.C.), son « invention » à l’époque moderne est l’œuvre de Luther (1529). Pour sa part, l’Eglise catholique publie, à l’issue du Concile de Trente, un Catéchisme romain (1566), texte de référence universel pour la catéchèse, qui synthétise, clarifie et confirme sa doctrine, et qui est adapté en 1598 à l’usage des enfants par le cardinal Bellarmin (Dottrina cristiana breve).

Exemple de catéchisme diocésain, le Catéchisme du diocèse de Tours, publié en 1891 sous la supervision de l’archevêque de Tours (et futur cardinal) Guillaume Meignan (1817-1896).

Exemple de catéchisme diocésain, le Catéchisme du diocèse de Tours, publié en 1891 sous la supervision de l’archevêque de Tours (et futur cardinal) Guillaume Meignan (1817-1896).

Catéchisme à l’usage des diocèses de France (1947), refonte du précédent catéchisme national de 1937. Il est divisé en trois parties : « Les vérités que Jésus-Christ nous a enseignées » ; « Les secours que Jésus-Christ nous a préparés » ; « Les commandements que Jésus-Christ nous a donnés ». Il contient en outre une leçon préparatoire sur « Le chrétien catholique », et une leçon supplémentaire sur « La journée du chrétien ». Ses dernières pages sont consacrées à « La sainte messe ». Le texte ci-dessus est tiré de la troisième partie.

Catéchisme à l’usage des diocèses de France (1947), refonte du précédent catéchisme national de 1937. Il est divisé en trois parties : « Les vérités que Jésus-Christ nous a enseignées » ; « Les secours que Jésus-Christ nous a préparés » ; « Les commandements que Jésus-Christ nous a donnés ». Il contient en outre une leçon préparatoire sur « Le chrétien catholique », et une leçon supplémentaire sur « La journée du chrétien ». Ses dernières pages sont consacrées à « La sainte messe ». Le texte ci-dessus est tiré de la troisième partie.

Parmi les autres catéchismes célèbres, on compte :

  • chez les catholiques : le Catéchisme du diocèse de Meaux de Bossuet (1687), le Catéchisme historique de l’abbé Fleury (1679 ; mis à l’Index pour soupçon de jansénisme, mais populaire et resté en usage jusqu’au XIXe siècle au moins) ; des catéchismes « nationaux », tels que le Catéchisme du pape Pie X en Italie (1905), le Catéchisme à l’usage des diocèses de France (deux éditions : 1937 et 1947), ou encore le Catéchisme hollandais (1966), qui a déclenché une controverse catéchétique célèbre. Par ailleurs, le Catéchisme de l’Eglise catholique est désormais le nouveau texte de référence universel de l’Eglise pour la catéchèse (1992).
  • chez les protestants : les deux autres grands Catéchismes du XVIe siècle, ceux de Genève (écrit par Calvin et publié en 1542-1545) et de Heidelberg (1563), le Catéchisme du pasteur Ostervald (1702), ou encore le Catéchisme élémentaire du pasteur Bonnefon (deuxième moitié du XIXe siècle).
Le Catéchisme de Genève, dans une édition en français modernisé de 1934, réalisée sous les auspices de la Société calviniste de France. Il est divisé en cinq grandes parties : « De la foi » ; « De la loi » ;  « De la prière » ; « De la parole de Dieu » ; « Des sacrements ».

Le Catéchisme de Genève, dans une édition en français modernisé de 1934, réalisée sous les auspices de la Société calviniste de France. Il est divisé en cinq grandes parties : « De la foi » ; « De la loi » ;  « De la prière » ; « De la parole de Dieu » ; « Des sacrements ».

Le Catéchisme de Heidelberg, dans une édition de 1959, avec un commentaire du pasteur André Péry. Il adopte un plan en trois parties : « La misère de l’homme » ; « La délivrance de l’homme » ; « La reconnaissance de l’homme ».

Le Catéchisme de Heidelberg, dans une édition de 1959, avec un commentaire du pasteur André Péry. Il adopte un plan en trois parties : « La misère de l’homme » ; « La délivrance de l’homme » ; « La reconnaissance de l’homme ».

Une forme restée marquante malgré une diversité de catéchismes

Longtemps destinés à être appris par cœur, les catéchismes se caractérisent, pour certains d’entre eux jusqu’au milieu du XXe siècle, par un exposé de la doctrine chrétienne sous forme de questions/réponses, organisé en quelques grandes parties thématiques. Cette pédagogie fait néanmoins l’objet de critiques dès le XVIIe siècle au moins (et donc aussi de tempéraments et de modifications) pour sa sécheresse supposée, son intellectualisme et sa tendance au psittacisme.

Le catéchisme en vers, dédié à Monseigneur le Dauphin, dans une édition de 1703. Ecrit par Louis d’Heauville (mort en 1680), abbé de Chantemerle, dans le diosèse de Troyes, et publié à Paris en 1669. Se fondant sur l’Ecriture sainte, le concile de Trente et les Pères de l’Eglise, il utilise le procédé traditionnel des questions, tout en versifiant les réponses sous forme de sixains rimés. L’ouvrage est dédié au dauphin Louis (1661-1711), fils aîné de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse, et connaît plusieurs rééditions.

Le catéchisme en vers, dédié à Monseigneur le Dauphin, dans une édition de 1703. Ecrit par Louis d’Heauville (mort en 1680), abbé de Chantemerle, dans le diosèse de Troyes, et publié à Paris en 1669. Se fondant sur l’Ecriture sainte, le concile de Trente et les Pères de l’Eglise, il utilise le procédé traditionnel des questions, tout en versifiant les réponses sous forme de sixains rimés. L’ouvrage est dédié au dauphin Louis (1661-1711), fils aîné de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse, et connaît plusieurs rééditions.

Autre trait marquant, tant chez les protestants que chez les catholiques : de nombreux catéchismes sont publiés concomitamment. Ainsi les catéchismes réformés du XIXe siècle reflètent-ils la diversité des courants de pensée évangéliques et libéraux. Dans l’Eglise catholique, le catéchisme est traditionnellement de la responsabilité des évêques (en tant que « docteurs de la foi »). Il y a donc potentiellement autant de catéchismes que de diocèses, chacun faisant l’objet d’une approbation et d’une supervision épiscopales… et parfois de contestations, notamment doctrinales, de la part du clergé local, avec publication d’ouvrages en forme de lettres ouvertes à l’évêque. Bien entendu, un certain nombre de freins allant dans le sens d’une certaine homogénéisation s’oppose à ces tendances potentiellement centrifuges.

Les vrais sentiments du clergé de Lyon… (vers 1774). En 1767, Antoine de Malvin de Montazet (1712-1788), archevêque de Lyon, fait paraître un nouveau catéchisme à l’usage de son diocèse. Un membre du clergé local, resté anonyme, publie en réponse une Critique du catéchisme en forme de dialogue, dans lequel il accuse celui-ci, dans sa deuxième édition de 1770, de jansénisme. Un second libelle paraît dans la foulée portant la même accusation. L’archevêque réplique en 1772 avec un mandement condamnant la Critique du catéchisme. S’ensuivent au moins deux réponses, toujours anonymes, dont celle ci-dessus, qui offre 169 pages de contestation doctrinale. Il est probable que le diocèse de Lyon ait connu pendant toute cette période une certaine agitation.

Les vrais sentiments du clergé de Lyon… (vers 1774). En 1767, Antoine de Malvin de Montazet (1712-1788), archevêque de Lyon, fait paraître un nouveau catéchisme à l’usage de son diocèse. Un membre du clergé local, resté anonyme, publie en réponse une Critique du catéchisme en forme de dialogue, dans lequel il accuse celui-ci, dans sa deuxième édition de 1770, de jansénisme. Un second libelle paraît dans la foulée portant la même accusation. L’archevêque réplique en 1772 avec un mandement condamnant la Critique du catéchisme. S’ensuivent au moins deux réponses, toujours anonymes, dont celle ci-dessus, qui offre 169 pages de contestation doctrinale. Il est probable que le diocèse de Lyon ait connu pendant toute cette période une certaine agitation.

Idem.

Idem.

Lettre d’un curé de diocèse de Lyon… (1815). Le catéchisme de Montazet reste en usage jusqu’à l’imposition du Catéchisme impérial à tous les diocèses de l’Empire en 1806. En 1815, l’archevêque de Lyon, le cardinal Fesch (1763-1839), oncle de l’Empereur, fait paraître un nouveau catéchisme à destination de son diocèse, qui reprend en grande partie le catéchisme de Montazet, tout en y ajoutant un certain nombre de corrections. A plus de quarante ans de distance, la situation est l’inverse de la précédente : le catéchisme diocésain est critiqué par un ecclésiastique pour n’être plus suffisamment janséniste. L’exemplaire de la BDL, qui a appartenu à la bibliothèque du séminaire Saint-Irénée de Lyon, comporte la mention manuscrite suivante sur la page de titre : « Cette brochure est l’ouvrage d’un prêtre hérétique, interdit et reconnu par sa rage contre les décisions de l’Eglise. Il a beau agir et se remuer comme un démon, il ne réussira jamais à détruire l’Eglise de Dieu. Il se nomme [illisible] Jacquemont ».

Lettre d’un curé de diocèse de Lyon… (1815). Le catéchisme de Montazet reste en usage jusqu’à l’imposition du Catéchisme impérial à tous les diocèses de l’Empire en 1806. En 1815, l’archevêque de Lyon, le cardinal Fesch (1763-1839), oncle de l’Empereur, fait paraître un nouveau catéchisme à destination de son diocèse, qui reprend en grande partie le catéchisme de Montazet, tout en y ajoutant un certain nombre de corrections. A plus de quarante ans de distance, la situation est l’inverse de la précédente : le catéchisme diocésain est critiqué par un ecclésiastique pour n’être plus suffisamment janséniste. L’exemplaire de la BDL, qui a appartenu à la bibliothèque du séminaire Saint-Irénée de Lyon, comporte la mention manuscrite suivante sur la page de titre : « Cette brochure est l’ouvrage d’un prêtre hérétique, interdit et reconnu par sa rage contre les décisions de l’Eglise. Il a beau agir et se remuer comme un démon, il ne réussira jamais à détruire l’Eglise de Dieu. Il se nomme [illisible] Jacquemont ».

Idem.

Idem.

 

 

 

 

 

Un exemple de catéchisme « problématique » : le Catéchisme impérial de 1806

Promulgué à l’apogée du pouvoir de Napoléon Ier, et destiné à être le seul catéchisme enseigné dans tous les diocèses de l’Empire français, le Catéchisme impérial de 1806 tente de donner un fondement catholique au culte impérial. La leçon VII, qui porte sur le quatrième commandement (« Tu honoreras ton père et ta mère »), enseigne la soumission à l’empereur et à la dynastie impériale.

Explication du Catéchisme [impérial], dans une édition de 1811. Début de la leçon VII, qui porte sur le quatrième commandement du Décalogue, « Tu honoreras ton père et ta mère ». En assimilant la figure de l’empereur Napoléon Ier à la figure paternelle, elle entend donner un fondement religieux à l’obéissance au gouvernement et à la fidélité à la dynastie impériale.

Explication du Catéchisme [impérial], dans une édition de 1811. Début de la leçon VII, qui porte sur le quatrième commandement du Décalogue, « Tu honoreras ton père et ta mère ». En assimilant la figure de l’empereur Napoléon Ier à la figure paternelle, elle entend donner un fondement religieux à l’obéissance au gouvernement et à la fidélité à la dynastie impériale.

Idem.

Idem.

 

 

 

 

 

Les évêques ne sont pas consultés lors de la rédaction de ce catéchisme, qui est présenté, sur le fond, comme une simple réédition du Catéchisme du diocèse de Meaux de Bossuet -ce qu’il n’est pas-, et qui bénéficie en outre de l’appui du cardinal-légat Caprara et du cardinal-archevêque de Paris De Belloy.

Mais les résistances s’organisent et s’amplifient, notamment lorsque les exigences liées à la conscription se font plus lourdes, jusqu’à un abandon au moins partiel de ce catéchisme, « objet d’une réprobation générale, cristallisateur de mécontentements et oppositions de diverses natures » (Bernard Plongeron).

La nouvelle église gallicane convaincue d’erreur, ou réfutation du catéchisme à l’usage de toutes les églises de l’empire français (1810), publication anonyme attribuée à l’abbé Le Surre (1763-1844), vicaire général de l’évêque de Broglie à Gand. Elle accuse en termes très vifs, dans un style énergique et direct, et au terme d’une démonstration théologique apparemment serrée, le Catéchisme impérial de gallicanisme, de richérisme, d’hérésie et de blasphème. Voici, pour donner une idée du ton employé, une description du prince de Talleyrand : « […] un ministre des relations extérieures, ex-évêque boiteux, père et fauteur du schisme constitutionnel, parjure de profession, apostat juridique, concubinaire public, marié… avec une femme divorcée, chef ou complice de toutes les branches d’agiotage » (p. 17). L’ouvrage est sous-tendu par la volonté de dénoncer la mainmise supposée du régime impérial sur les cultes.

La nouvelle église gallicane convaincue d’erreur, ou réfutation du catéchisme à l’usage de toutes les églises de l’empire français (1810), publication anonyme attribuée à l’abbé Le Surre (1763-1844), vicaire général de l’évêque de Broglie à Gand. Elle accuse en termes très vifs, dans un style énergique et direct, et au terme d’une démonstration théologique apparemment serrée, le Catéchisme impérial de gallicanisme, de richérisme, d’hérésie et de blasphème. Voici, pour donner une idée du ton employé, une description du prince de Talleyrand : « […] un ministre des relations extérieures, ex-évêque boiteux, père et fauteur du schisme constitutionnel, parjure de profession, apostat juridique, concubinaire public, marié… avec une femme divorcée, chef ou complice de toutes les branches d’agiotage » (p. 17). L’ouvrage est sous-tendu par la volonté de dénoncer la mainmise supposée du régime impérial sur les cultes.

Parallèlement, le culte impérial se nourrit d’autres éléments de nature religieuse : le rétablissement des États pontificaux en 1800 ; la signature du Concordat avec le Saint-Siège en 1801, qui rétablit les cultes (en particulier catholique) en France, et fait de Bonaparte un « nouveau Cyrus » ; son sacre par le pape Pie VII en 1804 ; l’institution, en 1806, du 15 août, jour de l’Assomption, comme fête nationale française (c’est le jour anniversaire de l’empereur et de la signature du Concordat, mais aussi le jour d’un Saint-Napoléon, retrouvé par le cardinal Caprara dans le Martyrologe romain, et dont la fête se célèbre sous les Premier et Second Empires). Toutefois, le Premier Empire annexe aussi les États du pape en 1809 et enlève celui-ci (toujours Pie VII), retenu prisonnier de 1809 à 1814, comme son prédécesseur Pie VI l’avait été du Directoire.

Catéchisme populaire républicain, « catéchisme » non religieux publié en 1848 (ici dans une édition de 1871) et attribué au poète Leconte de Lisle (1818-1894). Il se compose de cinq parties : l’Homme, l’Individu, le Corps social, l’Etat, la République, et doit convenir « à l’homme autant qu’à l’enfant ».

Catéchisme populaire républicain, « catéchisme » non religieux publié en 1848 (ici dans une édition de 1871) et attribué au poète Leconte de Lisle (1818-1894). Il se compose de cinq parties : l’Homme, l’Individu, le Corps social, l’Etat, la République, et doit convenir « à l’homme autant qu’à l’enfant ».

Les « catéchismes » non religieux

Un exemple de catéchisme révolutionnaire : le Catéchisme du genre humain (1789), attribué à François Boissel (1728-1807). Cette « proclamation » en vers ouvre le recueil.

Un exemple de catéchisme révolutionnaire : le Catéchisme du genre humain (1789), attribué à François Boissel (1728-1807). Cette « proclamation » en vers ouvre le recueil.

Idem.

Idem.

 

 

 

 

 

Il s’agit d’ouvrages empruntant le titre et/ou la forme (en questions et réponses) des catéchismes classiques pour exposer des doctrines autres que strictement religieuses : républicaines – particulièrement à l’époque révolutionnaire, qui détourne un certain nombre de formes issues de la littérature religieuse telles que le Décalogue -, ou encore spiritualistes, libres-penseurs, etc. Tous ne s’adressent pas à la jeunesse, même si la référence plus ou moins explicite au catéchisme laisse entendre un contenu élémentaire et accessible à tous. Certains utilisent la forme d’un catéchisme sans le mentionner dans le titre. C’est le cas du Manuel d’instruction laïque d’Edgar Monteil (1884), ouvertement anticlérical, et dont le public visé n’est pas précisé explicitement (enfants, adultes ?). À l’inverse, d’autres mentionnent le terme de catéchisme dans leur titre, mais n’en utilisent pas la forme. Un exemple célèbre en est le Catéchisme positiviste d’Auguste Comte (1852), qui est présenté sous la forme d’un dialogue entre un prêtre et une femme.

Le Manuel d’instruction laïque, publié en 1884 par Edgar Monteil (1845-1921), journaliste libre-penseur, acteur de la Commune, puis homme politique et préfet sous la IIIe République. L’ouvrage, tout en adoptant la forme traditionnelle du catéchisme (questions/réponses), n’en contient pas moins un propos fortement anticlérical, et très critique vis-à-vis du christianisme. A titre d’exemple, voici deux pages où l’auteur, partant d’une critique rousseauiste du principe « Hors de l’Eglise, point de salut », nie la nécessité d’un Messie.

Le Manuel d’instruction laïque, publié en 1884 par Edgar Monteil (1845-1921), journaliste libre-penseur, acteur de la Commune, puis homme politique et préfet sous la IIIe République. L’ouvrage, tout en adoptant la forme traditionnelle du catéchisme (questions/réponses), n’en contient pas moins un propos fortement anticlérical, et très critique vis-à-vis du christianisme. A titre d’exemple, voici deux pages où l’auteur, partant d’une critique rousseauiste du principe « Hors de l’Eglise, point de salut », nie la nécessité d’un Messie.

Un catéchisme positiviste : la Doctrine du réel, de Prosper Pichard, dans une édition de 1889, avec une préface du grand lexicographe Emile Littré (1801-1881). Cet exemplaire a appartenu au savant Marcellin Berthelot (1827-1907).

Un catéchisme positiviste : la Doctrine du réel, de Prosper Pichard, dans une édition de 1889, avec une préface du grand lexicographe Emile Littré (1801-1881). Cet exemplaire a appartenu au savant Marcellin Berthelot (1827-1907).

Comme on le voit, le catéchisme, inventé au XVIe siècle, a eu une postérité nombreuse, durable et protéiforme.

Billet rédigé par Jérémy Del Bel

Bibliographie

  • ENCREVE André, « L’évolution des manuels de catéchisme dans le protestantisme réformé français au XIXe siècle : analyse de quelques exemples significatifs », in BRODEUR Raymond et CAULIER Brigitte (dir.), Enseigner le catéchisme. Autorités et institutions. XVIe-XXe siècles, Presses de l’Université Laval – Editions du Cerf, Ottawa, 1997.
  • PLONGERON Bernard, « Le Catéchisme impérial (1806) et l’irritante leçon VII sur le quatrième commandement », ibid. 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *