Un livre imprimé par et pour les aveugles

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède, dans son fonds Éducation, un livre curieux : il est imprimé  avec des lettres en relief, et sans encre. La page de titre indique qu’il s’agit de la Notice historique sur l’institution des jeunes aveugles, imprimée par les jeunes aveugles à Paris en 1817.

Consulter la version intégrale numérisée par la BDL.

Photo-1_BDL_1-R-139264_page-de-titre

Qu’est-ce que l’institution royale des jeunes aveugles ?

Cette institution fut créée en 1785 sous l’impulsion de Valentin Haüy (1745-1822). Celui-ci, traducteur de son état, se consacra sur le tard à l’éducation des enfants aveugles (ou fortement mal-voyants), cherchant à mettre à leur portée certaines méthodes jusqu’alors réservées à quelques enfants aveugles appartenant à la très haute société. Ce projet éducatif est directement influencé par toutes les idées des Lumières sur la philanthropie, la nécessité de faire de chaque homme (et femme) des citoyens, y compris malgré leur handicap. Riches et pauvres reçoivent la même éducation : travaux manuels (filature, typographie), lecture, écriture, calcul, langue, histoire, géographie, musique. Depuis quelques années déjà, l’abbé de l’Epée et ses successeurs s’occupaient de l’éducation des enfants sourds et muets.

En 1785 s’ouvre l’Institution des Enfans aveugles, une école gratuite pour aveugles-nés, qui accueille d’abord 12 enfants. Un an plus tard en 1786, fort d’un certain nombre de succès, Haüy écrit son Essai sur l’éducation des aveugles… imprimé également par les aveugles (la BDL n’en possède malheureusement qu’un fac-similé). Une trentaine d’enfants fréquentent alors l’institution.

Photo-2-BDL_614239_page-de-titre

Pour convaincre de son utilité, l’école organise des exercices publics deux fois par semaine.

L’établissement connut un certain nombre de vicissitudes avec la Révolution et fut un temps réuni à l’hospice des Quinze-Vingt, mais les buts de ces deux institutions ne concordent pas – l’hôpital des Quinze-Vingt étant plutôt fondé sur une philosophie de l’assistance et non sur un projet éducatif. Il connut également une mutualisation malheureuse avec l’institution des sourds-muets de 1791 à 1794. Il devint ensuite l’Institut National des aveugles travailleurs.

En 1816, l’institution recouvre son indépendance et accueille 90 enfants, 60 garçons et 30 filles. Elle est dirigée en 1817 (date de publication de la Notice) par Sébastien Guillié (1780-1865). On doit à celui-ci également un Essai sur l’instruction des aveugles ou exposé analytique des procédés employés pour les instruire publié en 1817. Cet ouvrage présente entre autres l’écriture de Haüy et en expose bien les aspects techniques et les contraintes.

Photo-3-4-BDL_24336_page-de-titre-frontispice

Atouts et contraintes de l’écriture en relief

Le système mis au point par Valentin Haüy est astucieux même s’il n’est pas exempt d’inconvénients. Il a permis pendant des années aux aveugles de l’institution de lire et imprimer. Il repose sur un principe : remplacer la vue par le toucher et donc remplacer la couleur par le relief.

Haüy n’en est pas l’inventeur unique : il a perfectionné, adapté et élargi des méthodes mises au point pour quelques enfants aveugles de la très haute société.

On le voit, la Notice est composée d’un texte court ; néanmoins, le livre est assez épais (32 pages) ; en effet, pour favoriser l’appréhension tactile, les lettres sont plus grandes que des lettres imprimées classiques : il y a donc moins de lignes par page.

Photo-5-BDL_1-R-139264_page-16

L’impression en relief nécessite un papier épais, et empêche une impression recto-verso : le papier n’est imprimé que sur un seul côté, puis les pages sont collées deux à deux. Les textes longs engendrent donc des livres épais et lourds. Pour remédier à cet inconvénient, Haüy essaiera d’introduire un système d’abréviations, mais celles-ci rendent le toucher encore plus compliqué et s’avèrent finalement inadaptées.

Photo-6-BDL_24636_page-129

Les contraintes techniques de l’impression font que les aveugles ne disposent plus de tels livres pour lire une fois sortis de l’institution et beaucoup perdent l’usage de la lecture (il faut en effet une presse spéciale et des caractères typographiques inversés).

Photo-7-BDL_24636_planche-texte

Le système développé par Haüy est cependant rempli d’astuces, mises au point au fil du temps par tâtonnements successifs, avec l’aide des aveugles eux-mêmes : les lettres ne correspondent à aucun type typographique connu mais sont une création nouvelle, la plus adaptée au toucher possible. Les caractères d’imprimerie pour imprimer ces lettres sont d’un alliage et d’une forme particuliers, ainsi que la presse elle-même. Un astucieux système d’onglets dans le livre permet de faire en sorte que le gaufrage ne s’écrase pas.

Photo-8_BDL_1-R-139264_onglets

L’alphabet analogique est cependant assez lent à déchiffrer : le toucher en effet n’est pas la vue et n’embrasse pas les caractères de la même manière. Or le système de Haüy repose sur une analogie entre la vue et le toucher, qui est fausse ; cette notation n’était également pas pratique pour la musique.

Ce système sera cependant le système en vigueur jusqu’à ce que l’alphabet mis au point par Louis Braille le remplace au milieu du XIXe siècle. L’alphabet de Braille sera d’ailleurs présenté pour la première fois dans un livre imprimé en relief linéaire comme la Notice.

Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie :

  • Weygand, Zina, Vivre sans voir, les aveugles dans la société française du Moyen-Age au siècle de Louis Braille, Paris, 2003. [cote : salle Histoire-Philo, 362.4 WEY]
  • Henri, Pierre, préface à l’Essai sur l’éducation des aveugles de Valentin Haüy, Paris, 1985. [cote : mag 5, 614 239]
  • Dreux, André, La bibliothèque des aveugles, Paris, 1917, notamment le chapitre 2 « L’oeuvre de Valentin Haüy », sur les problèmes techniques posés par l’écriture de Haüy. [cote: mag 9, 50182]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.