Le monde merveilleux et vertueux de Jean-Pierre Brès

Les fonds jeunesse de l’ancien Musée Pédagogique cachent de nombreux trésors. Les livres écrits et illustrés par Jean-Pierre Brès en font certainement partie.

Jean-Pierre Brès

Brès est né le 4 août 1782, à Limoges, dans la paroisse Saint-Pierre du Queyroix. Il est le fils de Joseph, négociant à Limoges, et de Marianne Thévenin. Jean-Pierre Brès devient professeur d’humanités au collège d’Isidore à l’âge de 17 ans. A 20 ans, il vient à Paris et commence des études de médecine qu’il n’achève pas. Ensuite, il travaille en tant que secrétaire et précepteur chez le comte Chabrol de Couzol et est employé dans les bureaux de la préfecture de la Seine. Il donne des cours dans plusieurs institutions de la capitale, en particulier à l’Athénée des arts et au Cercle des arts. A partir de 1823, il occupe aussi le poste de rédacteur de la Revue encyclopédique.[1]

Le livre-joujou avec figures mobiles

Le livre-joujou avec figures mobiles. Librairie Louis Janet, première édition 1831. Premier livre interactif  ? Peut-être. Un livre plein de magie ? Certainement.

« Le livre-joujou avec figures mobiles ». Librairie Louis Janet, première édition 1831. Premier livre interactif ? Peut-être. Un livre plein de magie ? Certainement.

Si l’auteur en lui-même est assez mal connu, l’un de ses livres est en revanche fréquemment cité et considéré comme tout à fait novateur : Le livre-joujou avec figures mobiles. Certains le considèrent comme un « précurseur du livre interactif » ; d’autres lui attribuent le statut de livre qui révolutionne l’édition pour enfants. Il est vrai qu’il s’agit du premier livre avec figures mobiles ; le monde de l’édition pour enfants mettra encore beaucoup de temps avant de s’approprier cette nouveauté.

Ce petit livre (15 x 12 cm) émerveille encore aujourd’hui par ses belles images d’inspiration romantique.

photo-3_Bres

photo-4_bres

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agit de l’histoire merveilleuse du prince Lindor et de sa sœur Serine. L’histoire distingue les vices des vertus afin de guider l’enfant et de lui proposer les valeurs de la bonne morale, tout en l’amusant. Aux endroits marqués par un astérisque, l’histoire prend une tournure surprenante (apparition d’un élément ou changement soudain). Il convient alors de tirer un petit bout de papier sortant de l’image sur la page au regard pour que la suite soit déroulée.

photo-2_bres

Les jeudis dans le château de ma tante

"Quatrième jeudi" de la série des "Jeudis dans le château de ma tante". Paris, Librairie Lefuel, 1820. 2RA 1162-4

« Quatrième jeudi » de la série des « Jeudis dans le château de ma tante ». Paris, Librairie Lefuel, 1820. 2RA 1162-4

En dehors de ce livre original par sa forme, Jean-Pierre Brès a écrit et illustré d’autres ouvrages plus classiques et moins connus : c’est le cas des Jeudis dans le château de ma tante. Il s’agit d’une collection de cahiers de petit format (16 x 11 cm), relatant chacun un jeudi des vacances dans le château de Madame de Rosamont. Cette dame aime égayer son château par la présence des enfants tout en veillant sur leurs activités : l’apprentissage accompagne le jeu mais les devoirs restent plus importants que le divertissement.

L’histoire des Jeudis dans le château de ma tante commence sur un ton éducatif. Dans ces cahiers, nous trouvons des propositions de jeux sportifs pour entraîner l’habileté des enfants, des histoires morales proposant une réflexion sur certains types de comportement ainsi qu’une présentation d’un sujet éducatif sous forme d’histoire amusante. Les cahiers sont remplis d’explications des mots latins à l’usage commun, de réflexions sur le fonctionnement des choses et de modèles de comportements vertueux. Chacun de ces cahiers est accompagné d’une illustration représentant les jeux dans le jardin du château.

Photo-6_Jeudis

Les contes de Robert mon oncle

La troisième réalisation de Jean-Pierre Brès figurant à la Bibliothèque Diderot de Lyon consiste en deux livres des Contes de Robert mon oncle qui contiennent chacun trois histoires.

"Contes de Robert mon oncle". Paris, Libraire Louis Janet, 1820. 2RA 1374.

« Contes de Robert mon oncle ». Paris, Libraire Louis Janet, 1820. 2RA 1374.

"Contes de Robert mon oncle". Paris, Libraire Louis Janet, 1820. 2RA 1374.

« Contes de Robert mon oncle ». Paris, Libraire Louis Janet, 1820. 2RA 1374.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En lisant ces histoires, nous sommes de nouveau plongés dans le monde des vertus et du bon comportement, où ceux qui en manquent apprennent, tout en douceur, l’importance de la franchise, de la bonté et de la maîtrise de soi. A la différence des Jeudis dans le château de ma tante, les Contes de Robert mon oncle proposent de véritables intrigues. Le lecteur endosse le rôle de détectives et de participe à l’enquête. Bien entendu, les mystères sont uniquement déchiffrés grâce aux personnes qui ne cèdent ni à des envies basses d’enrichissement, ni à la peur. Les illustrations de ces petits livres sont en noir et blanc.

Comme beaucoup d’auteurs pour enfants, Jean-Pierre Brès lie étroitement éducation et apprentissage des valeurs. Grâce à ses illustrations, ces livres revêtent également un intérêt pour les enfants en bas âge. Il faut également souligner l’importance qu’il accorde à l’éducation physique de l’enfant, ce qui dérive, probablement, de son passage par les études médicales. Sa création a certainement marqué la littérature pour enfants du XIXe siècle.

Billet rédigé par Martina Gromesova

Bibliographie :

  • Renonciat, Annie : Origines et naissance de l’album moderne. Disponible en ligne [Consulté le 10 septembre 2015]
  • Huguet, Françoise : Les livres pour l’enfance et pour la jeunesse de Gutenberg à Guizot. Paris, Klincksieck, 1997
  • Des pistes sur les livres animés sur le blog Biblioweb
  • Desse, Jacques : L’invention du livre à tirettes : Le livre joujou de Jean-Pierre Brès (1831). Disponible en ligne [Consulté le 10 septembre 2015]

[1] Huguet, Françoise : Les livres pour l’enfance et pour la jeunesse de Gutenberg à Guizot. Paris, Klincksieck, 1997.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 septembre 2015

    […] Le Livre joujou, premier livre à tirette créé pa Jean-Pierre Brès en 1831 (voir aussi ici), et même dès le XVIIIe siècle avec les livres à languettes ou Arlequinades de Robert […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *