Traces de l’édition humaniste lyonnaise à la BDL : deux exemplaires de la presse de Sébastien Gryphe

  • Photo7_LeGriffon-3
  • photo 1_gryphe
    La finesse esthétique de la production de Sébastien Gryphe. Un texte, aussi simple qu’il soit, doit rentrer dans la symétrie et offrir du plaisir à l’œil.
  • Photo2_gryphe
    La finesse esthétique de la production de Sébastien Gryphe. Un texte, aussi simple qu’il soit, doit rentrer dans la symétrie et offrir du plaisir à l’œil.
  • photo 3_gryphe
    La marque d’éditeur-imprimeur accompagnée d’une devise latine : « Virtute duce, comite fortuna »
  • photo 5_gryphe.in16
    Historiographie de Polybe (Polybii historiographi Historiarum libri quinque. Nicolao Perotto interprete). Publié à Lyon en 1548. In-16°. Res2 29563
  • photo 2_lettre historiee
    La finesse esthétique de la production de Sébastien Gryphe. Un texte, aussi simple qu’il soit, doit rentrer dans la symétrie et offrir du plaisir à l’œil.
  • photo 6_gryphe
    Les Colloques d’Erasme (Familiarium colloquiorum opus. Des. Erasmo Roterodamo autore), publiés à Lyon en 1536. Reliure en vélin, dos long avec le titre manuscrit, in-8°. 1R 35552
  • photo 4_gryphe
    Les Colloques d’Erasme (Familiarium colloquiorum opus. Des. Erasmo Roterodamo autore.), publiés à Lyon en 1536. Reliure en vélin, dos long avec le titre manuscrit, in-8°. 1R 35552

Deux exemplaires de la Bibliothèque Diderot de Lyon portent la signature de cet imprimeur lyonnais dont le nom est gravé dans la mémoire des bibliophiles.

Photo7_LeGriffon-3

Sébastien Gryphe

Sébastien Gryphe (1493?-1556) est né à Reutlingen, ville de l’Allemagne du Sud. La première partie de son apprentissage se déroule dans sa ville natale jusqu’au moment où il décide de partir à Venise pour se perfectionner en lettres. Finalement, il reçoit une proposition de travail qu’il accepte et s’installe à Lyon, à mi-chemin entre l’Italie et l’Allemagne. D’après les estimations, ses dates de séjour dans la capitale des Gaules se situeraient entre 1515 et 1528. Selon les registres municipaux, Sébastien Gryphe s‘y installe, au tournant de 1522, dans la rue Ferrandière, dans une maison appartenant à Aimé de la Porte (un associé de la Compagnie des libraires). C’est pour cette compagnie qu’il travaille avant de prendre son indépendance, ce qui lui permettra d‘acheter d’autres locaux dans la rue Thomassin (une rue voisine) afin d’augmenter sa production.

Entre 1523 et 1528, il travaille pour la Compagnie des libraires qui met tout son matériel à sa disposition. Cette collaboration lui facilite grandement ses débuts, d’autant plus qu’il gagne immédiatement du soutien auprès de ses pairs les plus influents. Pendant cette période, il publie essentiellement des ouvrages de jurisprudence civile. L’année 1528 est décisive : Gryphe commence à ne travailler que pour son compte. Dès lors, ses choix éditoriaux se tournent davantage vers les auteurs classiques permettant de profiter du succès des aldines (petits formats imprimés en italique afin d’économiser l’espace). Gryphe assoit alors, de plus en plus, son statut, avant tout grâce à la qualité de ses impressions contenant peu de fautes dans le texte. La marque « Sébastien Gryphe » gagne en prestige et en notoriété. Ce sont la qualité et la finesse qui en garantissent le succès.

Lettres historiées et terminaisons en pyramides inversées

La finesse esthétique de la production de Sébastien Gryphe. Un texte, aussi simple qu’il soit, doit rentrer dans la symétrie et offrir du plaisir à l’œil.

La finesse esthétique de la production de Sébastien Gryphe. Un texte, aussi simple qu’il soit, doit rentrer dans la symétrie et offrir du plaisir à l’œil.

 

 

 

 

 

 

 

 

Gryphe utilise ses propres lettrines pour des impressions en caractères majoritairement romains (plus lisibles que celles en caractères gothiques). Dans le domaine esthétique, il s’investit dans l’utilisation des terminaisons de textes en pyramide inversée et dans les belles lettres historiées gravées sur bois.

 

La marque au griffon

La marque d’éditeur-imprimeur accompagnée d’une devise latine : « Virtute duce, comite fortuna »

La marque d’éditeur-imprimeur accompagnée d’une devise latine : « Virtute duce, comite fortuna »

Le griffon, animal mystique, devient l’emblème de cette prestigieuse marque. Il se retrouve dans ses livres à différents endroits : à la page de titre et au colophon. Claude-François Menestrier en donne une belle explication dans son Art des emblèmes (Paris, J. B. De la Caille, 1784) : « … un griffon, symbole de la diligence, avec un cube, symbole de la constance et le globe de la fortune avec ses ailes pour dire qu’il falloit pour réussir dans le monde de la diligence, de la constance et du bonheur. » Une devise fait également partie de cette marque d’imprimeur : « Virtute duce, comite fortuna » (La vertu pour guide, la chance pour compagne).

Polybe et Erasme

Les deux exemplaires présents dans notre bibliothèque témoignent des choix éditoriaux de cet homme. Il est à souligner que Sébastien Gryphe n’est pas uniquement un imprimeur mais également un amateur de lettres et, principalement, un commercial. Ses qualités personnelles se reflètent dans ses choix éditoriaux.

Historiographie de Polybe (Polybii historiographi Historiarum libri quinque. Nicolao Perotto interprete). Publié à Lyon en  1548. In-16°. Res2 29563

Historiographie de Polybe (Polybii historiographi Historiarum libri quinque. Nicolao Perotto interprete). Publié à Lyon en 1548. In-16°. Res2 29563

D’un côté, il publie « les grands classiques », c’est-à-dire, les philosophes, les historiens et les poètes antiques. En soi il ne s’agit pas d’un choix surprenant. Néanmoins, les petits formats, in-8° et in-16°, sont novateurs. Ces livres, essentiellement destinés à l’étude, étaient davantage imprimés en grands formats et restaient dans les bibliothèques mais l’esprit de l’époque humaniste, où les déplacements des savants sont indispensables, fait évoluer le monde de l‘édition. Il est à noter qu’avant l’année 1542, les formats in-16° ne sont pas utilisés. Gryphe est alors un des premiers à s’en servir.

Les Colloques d’Erasme (Familiarium colloquiorum opus. Des. Erasmo Roterodamo autore), publiés à Lyon en 1536. Reliure en vélin, dos long avec le titre manuscrit, in-8°. 1R 35552

Les Colloques d’Erasme (Familiarium colloquiorum opus. Des. Erasmo Roterodamo autore), publiés à Lyon en 1536. Reliure en vélin, dos long avec le titre manuscrit, in-8°. 1R 35552

Les Colloques d’Erasme (Familiarium colloquiorum opus. Des. Erasmo Roterodamo autore.), publiés à Lyon en 1536. Reliure en vélin, dos long avec le titre manuscrit, in-8°. 1R 35552

Les Colloques d’Erasme (Familiarium colloquiorum opus. Des. Erasmo Roterodamo autore.), publiés à Lyon en 1536. Reliure en vélin, dos long avec le titre manuscrit, in-8°. 1R 35552

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l’autre côté, sa production porte sur les œuvres contemporaines des grands penseurs humanistes et leurs critiques. Gryphe, étant ami avec certains d’entre eux, n’hésite pas à mettre sous presse les ouvrages controversés et les critiques des auteurs qu’il a publiés précédemment. Dans le cas d’Erasme de Rotterdam, Gryphe est le réalisateur d’un grand nombre de ses premières éditions. La production humaniste représente une valeur sûre car le milieu universitaire est en plein éveil.

Billet rédigé par Martina Gromesova

Bibliographie :

  • MOUREN, Raphaële : Quid novi ? : Sébastien Gryphe à l’occasion du 450ème anniversaire de sa mort : actes du colloque -23 au 25 novembre 2006, Lyon-Villeurbanne, Bibliothèque municipale de Lyon, Enssib. Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, impr. 2008
  • BAUDRIER, Henri : Bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle. Cinquième série / par le président Baudrier ; publ. et continuées par J. Baudrier. Paris : F. De Nobele, 1964
  • BATS, Raphaëlle ; MIACHON, Coralie ; MONTLAHUC, Marie-Laure ; SCHMAUCH-BLENY, Roseline : Étude de la production éditoriale de Sébastien Gryphe sur deux années caractéristiques : 1538 et 1550. Mémoire de recherche DCB, ENSSIB, 2006 [Disponible en ligne] (consulté le 22/06/2015)
  • Gérard Morisse, « Pour une approche de l’activité de Sébastien Gryphe, libraire-imprimeur lyonnais du XVIe siècle »  in Revue française d’histoire du livre, 2005-2006, n126-127, pp. 13-68.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Merci pour cet article. La notice m’a bien aidé pour un post qui vient de paraitre et pour lequel je vous ai chipé une image; c’est que je ne peux pas vous rejoindre à l’envie!!! Aussi, je vous fais suivre ma très modeste contribution, elle-même en relais de celle d’un autre blogueur bibliophile:

    https://bibliomab.wordpress.com/2010/02/08/tommaso-bozzola-un-italien-au-griffon/

    qui s’emploie à recenser les utilisations de la marque au griffon au delà de l’officine de Gryphe. Puissiez-vous trouver quelque récréation dans mon complément d’enquête:

    http://laitramshop.blogspot.fr/2015/11/griffes-dimprimeurs-suite.html#more

    Au plaisir d’investir de nouveau vos précieuses ressources!

    Bien à vous.

    Martial Roulot.

  2. itmsonline dit :

    Pour donner cependant a tout cela la touche humaniste la plus certaine, il fallait trouver un garant et une autorite incontestable et contemporaine, fournie par la personne du curateur du texte, Jean Regnier, nom estime dans le milieu de l’imprimerie savante lyonnaise a cette periode.

  1. 24 février 2017

    […] première édition de l’ouvrage fut publiée à Lyon en 1536 par Sébastien Gryphe5). La seconde est l’œuvre d’un autre éditeur. En effet, à l’issue de la première édition, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *