Les œuvres charitables de Philibert Guybert

  • Médecine charitable (5)
  • Médecine charitable (6)
  • Médecine charitable (7)
  • Médecine charitable (8)
  • Médecine charitable (1)
  • Médecine charitable (3)
  • Médecine charitable (2)
  • Médecine charitable (9)
  • Médecine charitable (11)
  • Médecine charitable (10)

Depuis juin 2014, le fonds d’histoire de la pharmacie et de la médecine de l’ISPB (Institut des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lyon) a rejoint les collections du SCD Lyon 1. L’intégration de ce fonds a permis le rapprochement de deux éditions des Œuvres Charitables de Philibert Guybert, l’une de 1648 et l’autre plus tardive provenant du fonds particulièrement riche constitué par le Professeur Locher, ancien doyen de l’ISPB.

Page de titre. Cote SCIFA 800077

Médecine charitable (1)

Page de titre. Cote 57795

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Œuvres Charitables sont un recueil de différents traités écrits entre 1623 et 1633. Le premier traité, intitulé Le Médecin Charitable a été écrit à la suite d’un conflit opposant médecins et apothicaires parisiens. Philibert Guybert, médecin et ami du grand ennemi des apothicaires qu’est Guy Patin (qui fut Doyen de la Faculté de Médecine de Paris), publie cet ouvrage dans le but de « décrire familièrement la manière de faire et préparer en votre maison les remèdes qui se pratiquent journellement par les bons et fidèles Médecins pour toutes sortes de maladies, lesquels pourrez faire facilement vous-même, ou si vous n’en voulez prendre la peine, les pourrez faire faire par votre serviteur ou servante, comme il se pratique tous les jours en plusieurs bonnes maisons de cette ville de Paris, et ailleurs ». Ainsi Guybert conseille à ses lecteurs de se passer des apothicaires, en allant se procurer directement chez les épiciers, les droguistes et les herboristes les produits nécessaires à la confection des remèdes et, ensuite de préparer eux-mêmes ces remèdes. Il décrit ainsi la préparation de 106 remèdes, en particulier des remèdes purgatifs (clystères, suppositoires, bouillons, eaux ou tisanes purgatives…) et des remèdes externes (collyres, cataplasmes, vésicatoires, épithèmes…), ainsi que des vomitoires, des gargarismes…

Médecine charitable (5)

P.35. Guybert, Philibert. Le médecin charitable. Cote SCIFA 800077

Médecine charitable (6)

P.79. Guybert, Philibert. Le médecin charitable. Cote SCIFA 800077

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le succès est rapide, et l’ouvrage est réédité de nombreuses fois, ce qui entraine la colère des apothicaires. En 1625, Guybert poursuit son action de dénigrement des apothicaires avec deux nouveaux ouvrages : le Prix et Valeur des Médicaments et L’Apothicaire charitable.

Médecine charitable (7)

Page 158. Guybert, Philibert. Le médecin charitable. Cote SCIFA 800077

Médecine charitable (8)

P. 234. Guybert, Philibert. Le médecin charitable. Cote SCIFA 800077

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1627, parait le premier recueil des Œuvres Charitables, regroupant les trois précédents traités ainsi qu’une Manière d’embaumer les corps morts. En 1629, il est complété d’autres traités: les Tromperies du Bézoard découvertes, le Choix et élection des médicaments qui sont tous les jours en usage, le Traité du séné, (traduction française, par Guybert, de l’Opusculum de Sena de Mizault publié en 1572), la Manière de faire toutes sortes de gelées, la Manière de faire diverses confitures; auxquels s’ajoute Le Traité de Conservation de Santé de Guy Patin en 1632.

Médecine charitable (3)

P.364. Guybert, Philbert Toutes les œuvres charitables. Paris: Claude Marette; 1648. Côte 57795

Médecine charitable (10)

Page 519. Guybert, Philibert. Le médecin charitable. Cote SCIFA 800077

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1633, parait chez Jost, l’édition de référence de Toutes les Œuvres charitables. Elle comprend 13 traités avec trois nouveaux titres : le Discours de la peste et de la manière de s’en préserver (reprise de l’Avis sur la peste de Nicolas Ellain de 1606, annotée par Guy Patin), le Traité de la Saignée de Galien (également annoté par Patin) ainsi que la Méthode agréable et facile pour se purger tout doucement et sans aucun dégoût. Après cette date, une trentaine d’éditions « fidèles », furent publiées à Paris ou en province. L’édition de 1648 du SCD Lyon 1 publiée chez Claude Marette est une de ces éditions fidèles.

A partir de 1634, on assiste à l’apparition de deux types d’éditions dont le but était de détourner les privilèges détenus par Jost : les éditions en latin et les « éditions pirates » . Celles ci, dont au moins six éditions (publiées entre 1634 et 1640) ont été dénombrées, reprennent les quatre traités de l’édition de 1627, additionnés d’autres textes dont les titres ressemblent étrangement à ceux des éditions « officielles » de Jost, mais différents de ces derniers ; le but étant de tromper le public sur la marchandise… L’exemplaire qui vient de rejoindre les collections du SCD est possiblement une de ces éditions pirates, en témoigne par exemple la substitution du Traité du séné de Mizault (traduit par Guybert) par L’Apologie pour la défense du séné contre les calomniateurs, par Roch Janvier.

Médecine charitable (2)

P.342 Guybert Philbert .Toutes les œuvres charitables. Paris: Claude Marette; 1648. Côte 57795

Médecine charitable (9)

Page 451. Guybert, Philebert. Le médecin charitable. Cote SCIFA 800077

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou encore l’ajout d’un traité non présent dans l’édition officielle: L’operateur des pauvres ou la fleur d’operation nécessaire aux pauvres pour conserver leur santé, & soy guerir à peu de frais, par M. G. Vaussard publié à Paris chez Nicolas Rousset en 1636 .

Médecine charitable (11)

Page 665. Guybert, Philebert. Le médecin charitable. Cote SCIFA 800077

La comparaison des deux ouvrages est particulièrement intéressante, puisqu’elle permet de constater les différences existant entre édition officielle d’un ouvrage et édition pirate; ainsi, dans l’édition de 1648 la pagination est continue, alors que l’autre édition semble être un habile mélange entre traités officiels, faux traités inspirés des originaux, et traités inventés de toutes pièces. De plus, chaque traité a un éditeur et une date de publication différents, la pagination est discontinue.

Deux ouvrages très intéressants à consulter en parallèle, en particulier depuis la remarquable restauration par la BU de l’ouvrage provenant du fonds Locher.

Billet rédigé par Marie Desroys

Sources:

Guybert, Philbert. Toutes les œuvres charitables de Philbert Guybert a çavoir le médecin charitable; le prix et valeur des medicamens; l’apothicaire charitable; le choix des médicamens; le traité du séné ; la manière de faire toutes sortes de gelées ; la manière de faire div. confitures; la conservat. de santé; le traité de la saignée; la méthode agréable et facile pour se purger doucement et sans aucun dégoust avec les singuliers préservatifs la peste, La manière d’embaumer les corps morts. Paris: Claude Marette; 1648. Cote 57795.

Guybert P, Citoys F, Roch J, Vaussard MG. Le médecin charitable, enseignant la maniere de faire & preparer en la maison avec facilité peu de frais, les remedes propres à toutes fortes de maladies ; selon l’advis du medecin ordinaire. Augmenté de plusizeurs remedes, tant pour les riches que pour les pauvres. Premierement. Un estat des ustensilles & medicamens, tant simples que composez, que l’on doit avoir chez soy, tant aux champs qu’a la ville. Plus un notable &charitable avertissement au public. Par Philebert Guybert, Escuyer, Docteur Regent en la Faculté de Paris. Ensemble un discours du Bezoart. De la conservation de la santé, ou Advis salutaire sur la saignée. Avec un ample Traicté de la Peste. & Augmenté en ceste derniere edition, de l’Opérateur des pauvres. Paris : [sd]. Cote SCIFA 800077.

Bibliographie:

Albou, Philippe. « Histoire des Œuvres charitables  de Philibert Guybert » in Histoire des sciences médicales. 1998, T.32, n°1. Disponible en ligne [Consulté le 10 juin 2015]

Desroys, Marie ; Lézarme, Bénédicte. Un patrimoine méconnu: le potentiel historique du centre de documentation pharmaceutique de l’institut des sciences pharmaceutiques et biologiques de Lyon. Th. D. Pharm, Lyon 1, 2014.

Lafont, Olivier. Des médicaments pour les pauvres. Ouvrages charitables et santé publique aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paris : Pharmathèmes, 2010.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *