Jean-Nicolas Bouilly, un auteur à succès pour la jeunesse

Bouilly_1La Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL), très riche en livres à destination de la jeunesse (fictions, contes, albums, documentaires), possède de nombreux livres de Jean-Nicolas Bouilly (1763-1842), auteur autrefois célèbre et très apprécié, aujourd’hui tombé dans l’oubli.

 

 

 

 

Un auteur à succès

Monté à Paris, ce jeune avocat tourangeau accéda à la renommée dès 1790 lorsque sa pièce Pierre le Grand, mise en musique par Grétry, fut jouée au Théâtre italien ; il écrivit par la suite une bonne trentaine de pièces de théâtre, drames, comédies, vaudevilles et opéras aux intrigues agréables et bien menées, astucieuses, souvent basées sur un épisode historique, littéraire ou sur un fait d’actualité ; beaucoup de ces pièces connurent à l’époque un vif succès, comme Léonor ou l’amour conjugal (1798), L’Abbé de l’épée (1800) ou Valentine de Milan (1809). Il rédigea une autobiographie romancée, Mes récapitulations, et au soir de sa vie, laissa également des souvenirs littéraires (Soixante ans au théâtre français, 1842).

Bouilly_2

Assez mondain, même s’il s’en défendait, Jean-Nicolas Bouilly a fréquenté assidument les milieux artistiques et littéraires parisiens ; sur le plan politique, il a su naviguer entre les différents partis de cette époque complexe, changeant  plusieurs fois d’opinion et de protecteur, ce qui lui a valu d’être fréquemment taxé d’opportunisme. Tantôt royaliste tantôt jacobin, ami de Mirabeau, il écrit pourtant en 1824-25 les Contes aux enfants de France pour le comte de Chambord à la demande de la duchesse de Berry.

Un auteur pour la  jeunesse

A partir de 1809, il écrit des livres pour enfants. Ces ouvrages ont remporté un immense  succès et sont conservés en grand nombre dans nos collections. L’éducation de sa propre fille l’a sans doute inspiré, comme il le laisse entendre, mais son intérêt pour la jeunesse était certainement plus général et antérieur : il a participé par exemple à la commission de l’instruction publique qui cherchait à réorganiser les écoles publiques sous la Révolution.

La BDL possède plusieurs éditions des Contes à ma fille, publiés une première fois en 1809.

Bouilly_5_bis

Bouilly_5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand succès également pour Les conseils à ma fille, publiés en 1811.

Bouilly_3Bouilly_3_bis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques années plus tard paraissent les Nouveaux conseils à ma fille qui attestent de la vogue de ce type de littérature.

Bouilly_4

Ces livres s’adressent aux fillettes de 8-12 ans. Ils sont à la fois agréables et éducatifs ; ils véhiculent des idées simples, accessibles aux enfants, se déroulent dans de jolis décors, mettent en scène des héroïnes auxquelles l’enfant peut s’identifier aisément et se terminent par des dénouements conformes à la morale : les enfants, qui agissent parfois d’abord mal, comprennent au cours du récit qu’il vaut mieux agir bien et être obéissant. Sans tomber dans la caricature ou la mièvrerie (même si aujourd’hui certains passages font sourire), les histoires plaisent aux petites par leurs intrigues mais également aux parents par les valeurs qu’elles véhiculent : les Causeries d’un vieillard (1807) sont d’ailleurs dédiées aux mères de famille et aux institutrices.

Bouilly_8

 

 

 

 

Ses livres furent beaucoup offerts en cadeau d’étrennes.

 

Certaines œuvres sont plus directement didactiques : les Encouragements de la jeunesse (1814) mettent en scène des personnes célèbres (Marmontel, La  Harpe, Bernardin de Saint-Pierre…) dans des scénettes de la vie quotidienne (une promenade, une sieste, une chanson, un jardin…) rendant ainsi ces personnages « proches » du lecteur tout évoquant leur œuvre.

Bouilly_6Bouilly_7

 

 

 

 

 

 

 

C’est le cas également du Portefeuille de la jeunesse qui comprend 20 volumes et dont le sous-titre est La morale et l’histoire enseignées par des exemples.

Outre le contenu, ces récits sont édités et réédités de façon soignée avec de jolies gravures et lithographies, dont certaines colorées, dans des formats variés et agrémentés de jolis cartonnages d’éditeurs. Les nombreuses rééditions témoignent du grand succès de ces œuvres tout au long du XIXe siècle.

 Bouilly_9_complet

 

« Poète lacrymal », opportuniste, auteur de berquinades, Bouilly n’a pas eu que des amis… Si aujourd’hui, nous trouvons certes cette littérature très datée, il eut cependant suffisamment de succès pour être traduit, notamment  en allemand et en italien, et son succès égalait celui d’auteurs comme Berquin,  Mme de Genlis ou Mme Leprince de Beaumont.

Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie

  • Huguet, Françoise. Les livres pour l’enfance et la jeunesse de Gutenberg à Guizot : les collections de la Bibliothèque de l’Institut national de recherche pédagogique. Paris : INRP : Klincksieck, 1997, p.63-67 (notices 120 à 135). Cote : REF 82-93 (01) HUG
  • Dictionnaire des lettres françaises. Tome V. Le dix-neuvième siècle. Paris : A. Fayard, 1971, p.190-191
  • Handbuch zur Kinder – und Jugendliteratur. [4]. Von 1800 bis 1850. Stuttgart-Weimar : J.B. Metzler, cop. 1998, col. 1171 à 1173
  • Larousse, Pierre. Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Nîmes : C. Lacour, 1990-1992
  • Bernet, Jacques. « Une représentation à Compiègne de Pierre le Grand, opéra révolutionnaire d’A.M. Grétry (1790) ». Annales historiques de la Révolution. 2002,  n° 329, p. 169-172. Disponible en ligne [consulté le 04 octobre 2014]

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *