Une petite histoire de l’illustration botanique

Apparus au XVe siècle, les premiers herbiers ne satisfont que peu d’exigences. Ainsi ils ne suivent pas les règles d’une stricte observation des végétaux ; les éditeurs réutilisant parfois des gravures pour faire baisser les coups de production. Cela aboutit à des situations ubuesques où une gravure sert d’illustration à des plantes différentes.

La première moitié du XVIe siècle est marquée par Otto Brunfels, Jérôme Bochs et Leonhard Fuchs qui prennent conscience que la réutilisation des bois nuit à la botanique. Ils vont alors révolutionner le genre grâce à une méthode simple : l’observation directe des végétaux dans la nature.

« Bulbus sylvertris », gravure sur bois Leonard Fuchs, De historia stirpivm commentarii insignes … adiectis earvndem vivis plvsqvam quingentis imaginibus … Accessit … uocum difficilium & obscurarum passim in hoc opere ocurrentium explicatio …, 1542.

Dans les premières décennies du XVIIe siècle : la gravure sur bois1 conserve son hégémonie dans l’illustration des traités de botanique tandis que l’utilisation du cuivre est croissante dans le monde des arts. Dans la seconde partie du siècle puis au XVIIIe siècle : l’usage des cuivres prend place en premier lieu sur les frontispices des ouvrages avant de gagner les illustrations botaniques. Cela permet de développer la présentation d’éléments organiques comme les bulbes, les graines ou les racines. L’utilisation de la gravure sur cuivre2 apporte alors un supplément de précision.

« Ornithogalum giganteum », gravure sur cuivre Nikolaus Joseph Jacquin, Plantarum rariorum horti caesarei Schoenbrunnensis descriptiones et icones, 1797-1804

Le XIXe siècle est particulièrement riche qualitativement et quantitativement en documents botaniques de toutes sortes. De nouveaux procédés de gravures d’impressions sont utilisés démocratisant cette branche de l’édition. Ainsi la lithographie3 permet des reproductions en grand nombre. Au croisement du XIXe et du XXe siècle, illustrateurs et graphistes font des plantes une de leurs principales sources d’inspirations. L’art nouveau est le dernier mouvement artistique d’envergure qui ait réservé ne serait-ce qu’une petite place à l’illustration botanique.

« Tulipe cultivée », lithographie Jean Henri Jaume Saint-Hilaire, Plantes de la France décrites et peintes d’après nature, 1808-1809

  1. Appelée également xylographie, il s’agit de la technique la plus ancienne de l’estampe. Le bois est gravé en taille d’épargne : il s’agit ainsi d’ôter sur une planche travaillée, tout ce qui ne sera pas encré. []
  2. La gravure sur cuivre est un terme générique qui désigne diverses techniques de gravure : taille directe à l’aide de burin ou de pointe sèche ou gravure à l’acide à l’aide de l’eau-forte ou d’aquatinte. Cette technique est facilement repérable car elle laisse une cuvette sur le papier du aux pressions de la plaque de cuivre sur la feuille. []
  3. La lithographie est une technique inventée en 1797 par Aloys Senefelder qui utilise une pierre calcaire sur laquelle un artiste dessine avec un crayon gras. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *