Du lugubre au terrible : « Los proverbios » de Goya

La série de gravures intitulée Los Proverbios a été réalisée par Goya dans les dernières années de sa vie, caractérisées par une prégnance croissante de la folie rampante et des visions macabres dans son œuvre. L’occupation de Napoléon Ier et les massacres qui s’ensuivent inspirent au peintre une première série d’aquatintes intitulée Les Désastres de la guerre, dans laquelle il condamne le conflit, donnant ainsi à son travail une réelle portée de contestation sociale et politique, déjà amorcée avec Los Caprichos, 80 dessins audacieux parus en 1799. Loin de ses portraits officiels, le monde angoissant latent dans l’œuvre peinte de Goya explose dans Los Proverbios, un ensemble de 18 planches dans la lignée des Caprices, que Goya appelait indistinctement disparates (folies) ou sueños (songes) et que l’on nomme aujourd’hui généralement Disparates.

 

 

 

Le dessin préparatoire de cette gravure montre un homme étendu près du cheval. Goya n’a pas repris ce détail qui complète le sens de l’image et tranche avec le sourire de la femme enlevée. Condamnation de la passion ? Métaphore matrimoniale ? La scène ici représentée retient en tout cas l’attention par le mouvement qui s’en dégage et les yeux noirs de la femme. Il faut également remarquer le décor qui figure des roches hybrides, transformées en animaux menaçants et dévorants.

 

L’exemplaire que possède la BIU est un tirage des 18 aquatintes de Los Proverbios, réalisé en 1916 à Madrid sur les presses de l’Académie des Beaux-Arts de San Fernando dont Goya a été le directeur. La série, exécutée entre 1810 et 1816, a connu une impression restreinte et tardive (en 1864) qui l’a empêchée d’être connue des contemporains de l’artiste. Plus tard, avec les réimpressions, lui ont été adjoints des numéros de planches et parfois des légendes, que n’avait sans doute pas décidés le peintre de son vivant : l’exemplaire qui nous intéresse ici comporte uniquement une numérotation. Perçu comme un précurseur de l’art moderne, Goya fait pénétrer la laideur dans le domaine esthétique qu’accentuent ici l’obscurité des planches et son crayon incisif. Il y mêle aquatinte pour les fonds noirs et profonds, et eau-forte pour les personnages, et repasse parfois les traits au burin ou à la pointe sèche. Diverses tentatives d’interprétation de ces estampes, les plus mystérieuses de Goya, ont paru sans qu’aucune ne parvienne réellement à mettre à jour le sens très complexe qu’il développe et qui relève sans doute plus de la psychanalyse que de l’histoire de l’art.

 

Les Ensachés

Procession nocturne de silhouettes fantomatiques, cette planche est peut-être une métaphore de la vie politique espagnole dont les acteurs sont comme pieds et poings liés, incapables d’action. Il peut aussi s’agir d’une représentation du peuple privé de liberté qui remet son destin entre les mains d’un personnage également prisonnier. On retrouve par ailleurs une dimension grotesque dans la physionomie des personnages qu’on imagine se tordant, sautant pour tenter en vain de se mouvoir.

 

Façon de voler

Cette image n’est pas sans rappeler les machines volantes de Léonard de Vinci. On retrouve dans cette planche une certaine précision mécanique pour agiter les ailes de ces grands volatiles coiffés de becs et qui volent en troupeau dans une nuit sans lune. Ici encore on peut envisager une interprétation politique dans la représentation des puissants qui dominent la plèbe. Mais la capacité de voler qui était encore à l’époque un rêve pour l’homme donne par ailleurs à cette image une connotation chimérique.

 

Goya, Francisco de (1746-1828)

Los proverbios : colección de diez y ocho láminas inventadas y grabadas al agua fuerte / por Don Francisco Goya. – Madrid : publicala la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, 1916.

Cote BIU Lsh : R2 8736

 

Bibliographie :

  1. Fundación Juan March. Goya l’œuvre gravé ; Caprichos, Desastres, Tauromaquia, Disparates. Madrid : Fundación Juan March, 1993.
  2. Goya ; gravures et lithographies. Toulouse : Ed. Chorus, 2005.
  3. Gautier, Théophile. Voyage en Espagne. Paris : Ed. Charpentier, 1859.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *