Un jésuite au Canada ?

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve dans son fonds ancien un exemplaire illustré des Historiae Canadensis seu Novae-Franciae (Histoires du Canada ou de la Nouvelle-France)1, écrit par le père jésuite François du Creux, et publié en 1664. C’est un récit historique des événements survenus en Nouvelle-France au XVIIe siècle, au moment où le royaume de France tente de coloniser le territoire et de convertir les populations amérindiennes. Illustré de très belles gravures, il est aussi un témoignage des succès et des dangers de la mission, et un éloge de ceux qui ont permis sa réalisation.

 

L’auteur : un jésuite français

François du Creux est né en 1596 à Saintes. En 1614, il entre à la Compagnie de Jésus. Pendant douze ans il enseigne les belles lettres dans un collège. Outre les Historiae Canadensis, il est aussi l’auteur de quatre autres ouvrages, deux vies latines et deux grammaires. C’est au titre d’historien officiel de la Compagnie de Jésus qu’il reçoit en 1643 la commande des Historiae Canadensis.

 

Le contexte de la rédaction: la Nouvelle-France, colonie française

Feuillet e1 recto, pièces liminaires. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae libri decem, ad annum usque Christi 1656. Paris : chez Sébastien Cramoisy et Sébastien Mabre-Cramoisy, 1664. Cote BDL : 6815

 

Lorsque le père François du Creux en entame la rédaction, la France a déjà repris possession de la colonie depuis dix ans, et celle-ci connaît une expansion rapide. Vingt-et-un ans plus tard, quand l’ouvrage paraît, la situation s’est  dégradée.  Dès 1663, la compagnie des Cent-Associés de la Nouvelle-France créée en 1627 sous Louis XIII pour défendre et administrer la colonie est en faillite et sa mission de conversion des Indiens est un échec. Louis XIV décide alors d’instituer un gouvernement royal pour reprendre en main la Nouvelle-France, et dissout la compagnie des Cent-Associés2.

 

Dans les pièces liminaires figure la liste des noms des personnes ayant fait partie de la compagnie des Cents-Associés. Parmi celles-ci, on retrouve le Cardinal de Richelieu, le fondateur de la Compagnie. La commande passée en 1643 au Père du Creux devait certainement avoir pour objectif de valoriser les actions de la Compagnie, et de mettre en avant ses membres.

 

Écrire sur le Canada, sans jamais y être allé : les Relations des Jésuites pour sources

Page de titre. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae…

 

 

L’ouvrage paraît à Paris chez Sébastien Cramoisy et Sébastien Mabre-Cramoisy, son petit-fils. Ces éditeurs sont spécialisés dans la production d’ouvrages religieux. Ils sont connus pour avoir édité une collection de Relations3 de Jésuites. Les Relations sont des rapports annuels écrits par des Jésuites envoyés en mission dans des colonies françaises, sous la forme de récits personnels des événements, ou bien de descriptions des coutumes et des croyances du peuple rencontré. Nombreux sont les missionnaires jésuites envoyés en Nouvelle-France de 1634 à 1760 à faire parvenir en France ces Relations. Le père du Creux n’en fait pas partie, et c’est certainement pour cette raison qu’il s’est largement inspiré de ces Relations de Jésuites4.

 

Une des premières histoires du Canada

Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae… p. 49

 

 

 

Cet ouvrage relate les événements survenus en Nouvelle-France, jusqu’à l’année 1656. Les dates correspondantes sont indiquées dans la colonne de droite. Le père jésuite fait suivre l’événement relaté d’un commentaire qui met en lumière les leçons à retenir de l’épisode évoqué, et souligne la grandeur de l’action du personnage, qu’il soit chef amérindien, père jésuite ou gouverneur de la colonie.

 

 

 

 

 

La richesse de l’ouvrage : de belles gravures en pleine page

Si l’ouvrage du Père du Creux a eu un grand succès au moment de sa parution, il n’est pas complètement tombé dans l’oubli par la suite grâce à ses remarquables gravures en pleine page. Une des gravures a particulièrement intéressé les contemporains de l’auteur : il s’agit d’une carte de la Huronie. Malheureusement, comme c’est très souvent le cas dans les exemplaires des Historiae Canadensis, elle ne figure pas (ou plutôt plus ?) dans celui de la Bibliothèque Diderot de Lyon.
Néanmoins, cet exemplaire présente les treize autres belles gravures sur cuivre, à l’apparence très soignée, et au jeu de tailles et contre-tailles très resserré.

Gravure sur cuivre placée avant le premier livre. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae…, 1664

La plus grande (elle se déplie, sur presque deux pages) et la plus travaillée est l’œuvre du célèbre graveur lyonnais Grégoire Huret5. Elle met en scène dans un même paysage le martyre de neuf jésuites attaqués par les Indiens au cours du XVIIe siècle, et la mort d’un chrétien autochtone (non martyr) tué par un groupe de guerriers iroquois en 1650. De petits numéros permettent au lecteur, en s’aidant de la légende, d’identifier les martyrs. Au premier plan, le graveur a placé les martyrs les plus remarquables. Les neuf jésuites sont représentés encerclés d’Indiens armés6.

Gravures sur cuivre placées entre les p. 70-71. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae…

 

 

 

 

Cinq des treize gravures sont le portrait en pied d’un indien, toujours représenté vêtu d’un pagne et le plus souvent armé. Lorsqu’il ne l’est pas, il fume le calumet. Tantôt il pose près d’une grotte en présentant au regard du contemporain français ses scarifications, parfois il se tient à côté d’une hutte, armé d’un arc et d’un bouclier. Il arrive qu’il porte un costume plus complet composé d’un long manteau et de la partie inférieure d’une armure.

Gravure sur cuivre placée entre les p. 22-23. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae…

Gravure sur cuivre placée entre les p. 22-23. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae…

Le quotidien des femmes indiennes est aussi évoqué à travers deux gravures : on les voit préparer la nourriture, tout près de leurs enfants emmaillotés.

Enfin, cinq autres se rattachent à la représentation du paysage et de la faune environnante. Deux gravures montrent un poisson, et un élan. Deux autres un paysage, et enfin une dernière une scène de chasse aux oiseaux.

Gravures sur cuivre placée entre les p. 54-55 et 56-57. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae…

 

 

 

 

Une œuvre française, traduite en latin

La grande particularité de l’ouvrage, mis à part ses très belles gravures, est certainement le fait qu’il ait été rédigé en latin, à un moment où le vernaculaire est de plus en plus répandu, et concurrence sérieusement le latin. Le contexte est certainement en cause : dans le milieu religieux, le latin est encore largement utilisé au XVIIe siècle.

 

Un bel exemplaire à la reliure frappée des armoiries d’un prieuré

Plat de la reliure. Père François du Creux, Historiae Canadensis seu Novae-Franciae…

 

 

 

L’exemplaire que conserve la Bibliothèque Diderot de Lyon est  de grande valeur non seulement parce qu’il contient presque toutes les gravures, ce qui est relativement rare, mais aussi en raison de sa reliure de basane estampée à chaud, aux armes de la bibliothèque monastique de Saint-Martin-des-Champs à Paris7, un prieuré clunisien. Plusieurs ex-libris de cette même bibliothèque apparaissent sur la page de titre et les contre-plats.

 

 

Billet rédigé par Maryline Desaintjean

 

  1. Cote BDL, fonds patrimoniaux : 6815 []
  2. Thierry, Eric. La France de Henri IV en Amérique du Nord : de la création de l’Acadie à la fondation de Québec. Paris : H. Champion, 2008. Cote BDL, salle histoire-philosophie : 971.6 THI []
  3. Voir l’article de Paschoud, Adrien. « Aborder les Relations jésuites de la Nouvelle France (1632-1672) : enjeux et perspectives » in : Arborescences : revue d’études françaises, n°2, mai 2012. Disponible en ligne [consulté le 7 mai 2013] []
  4. Hamel, Amélie. « Les Historiae Canadensis (1664) du père François du Creux : enjeux et problèmes littéraires » in : Tangence, n°92, hiver 2010, p. 67-82. Disponible en ligne [consulté le 7 mai 2013] []
  5. Pour plus d’informations sur ce graveur lyonnais, voir Brugerolles, E., Guillet, D. « Grégoire Huret, dessinateur et graveur » in : Revue de l’Art, n°117, 1997 p. 9 à 35 []
  6. Pour en savoir plus sur cette gravure, voir Poirrier, Guy (dir.). De l’Orient à la Huronie : du récit de pèlerinage au texte missionnaire. Québec : Presses de l’université de Laval, 2011, p. 116 à 119 []
  7. Pour plus d’informations sur cette bibliothèque, voir Denoël, Charlotte. « La bibliothèque médiévale de Saint-Martin-des-Champs à Paris » in : Scriptorium, 65/1, 2011, p, 67-108 []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Dominique Deslandres dit :

    Bonjour, et merci pour ce bel article qui m’intéresse d’autant plus que nous sommes en train d’éditer la traduction française des Historiae Canadensis.
    Je suis intriguée: comment se fait-il que le frontispice de votre exemplaire diffère de celui que possède la BnF? Y aurait-il eu une réimpression la même année? S’agirait-il d’une édition piratée?
    Merci de m’éclairer

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    C’est la marque de l’imprimeur-libraire qui est différente ; il est fréquent que les imprimeurs-libraires aient possédé plusieurs marques : un changement de marque ne signifie pas forcément que l’édition est différente (pour cela, il faut vérifier les signatures plutôt). Une marque pouvait être trop usée pour continuer à servir par exemple.

  3. Emrys dit :

    Je recommande cet article à tous mes amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *