Deux approches des empreintes criminelles

Empreintes (1bis)

Frécon, Alfred. Des empreintes en général. Lyon : thèse, 1889. Cote 601557

Du 30 mars au 1er avril, Lyon a fêté la littérature « noire » en organisant la 9ème édition des Quais du polar, manifestation à laquelle la bibliothèque universitaire Claude Bernard a participé en recevant l’écrivain Tobie Nathan. Sur les traces du festival, nous proposons un focus sur deux thèses de médecine légale soutenues à Lyon sous la direction d’Alexandre Lacassagne (1843-1924). Ces thèses appartiennent au corpus de plus de 200 thèses que la bibliothèque a numérisées en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et bientôt consultables en ligne sur le site web de la BU. Les deux thèses que nous avons choisies de présenter ont pour sujet d’étude : l’empreinte.

Des empreintes en général et de leur application dans la pratique de la médecine légale

La première intitulée Des empreintes en général et de leur application dans la pratique de la médecine légale fut soutenue à Lyon en 1889 par André Frécon (1862-1944). L’auteur analyse différents types d’empreintes : les « empreintes d’une large surface du corps » (traces de chutes, positionnement du corps de la victime…), les empreintes qualifiées de « limitées »  (morsures, empreintes de la main, des ongles, des pieds) et enfin les « sillons considérés comme empreintes», qu’il range en deux catégories : « les sillons vestimentaires ou accidentels » et les « sillons dans la pendaison, la strangulation ». Les premiers résultent des pièces de vêtement ou des parures portées par les victimes, il donne l’exemple du corset endossé par les femmes de l’époque et provoquant « […] à la longue des changements de la peau ou même une dépression dans les points comprimés. ». Les seconds sont les marques laissées par l’agent de constriction en cas de pendaison ou de strangulation. Sont minutieusement exposées les règles et les méthodes à respecter lors d’une expertise pour exploiter scientifiquement ces traces afin qu’elles contribuent à l’avancement de l’enquête criminelle.

Empreintes (5)

Fig.10 Empreintes de pas d’animaux

Empreintes (12)

Pl.2 Lignes papillaires du pied d’aprés Alix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le document présenté ici est l’exemplaire personnel du Professeur Lacassagne abondamment annoté de sa main pour la soutenance. Au fil des pages on découvre ses nombreux commentaires : certains très sibyllins alors que d’autres sont beaucoup plus argumentés. Divers passages sont biffés et corrigés, ailleurs on observe l’ajout de calculs ou de références bibliographiques. Sur la page de titre, figure une appréciation générale « très bien » sans que l’on sache s’il s’agit d’un avis personnel ou de la mention attribuée par le jury après la soutenance.

Empreintes (2)

Annotations d’Alexandre Lacassagne

Empreintes (4)

Annotations d’Alexandre Lacassagne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empreintes (14)

Commentaires d’Alexandre Lacassagne

 

 

Sur une page blanche à la suite de « L’avant-propos » et des « remerciements », on peut lire des commentaires manuscrits du Professeur Lacassagne  sur la qualité générale du travail ainsi que certaines critiques et remarques formulées par d’autres examinateurs de la thèse.

 

 

 

 

 

Les empreintes latentes relevées par des procédés spéciaux, au point de vue d’anthropologie criminelle.

Empreintes (8)

Forgeot, René. Les empreintes latentes. Lyon : thèse, 1891. Cote SANFA 601557

La seconde thèse sélectionnée s’intitule : Les empreintes latentes relevées par des procédés spéciaux, au point de vue d’anthropologie criminelle, elle a été soutenue en 1892 par René Forgeot (1865-1916). Une première partie traite des différentes techniques permettant de découvrir et de fixer des empreintes invisibles à l’œil nu (traces laissées sur le papier, le bois ou le verre) et détaille plus particulièrement le procédé à l’encre mis au point par l’auteur. La seconde partie est consacrée aux méthodes à utiliser pour procéder à une analyse détaillée des empreintes et expose les renseignements anatomiques et anthropologiques d’identification qu’elles peuvent fournir dans le cadre d’une enquête médico-légale.

Empreintes (10)

Empreinte obtenue sur papier ferro-prussiate

Empreintes (11)

Pl. IV Empreinte d’une phalangette obtenue par la méthode des réseaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’originalité et l’apport de ce travail est souligné par le Professeur Lacassagne dans la mention qu’il note sur la page de titre: « très bien (avec les plus grands éloges) » et dans les longs commentaires qu’il rédige sur la page de remerciements,: « Travail personnel, original. C’est une thèse de doctorat ès sciences : phénomène rare dans nos facultés […]. Ce n’est pas une thèse de médecine légale, c’est aussi une voie nouvelle ouverte à l’anthropologie, à l’ethnographie. […] Cette thèse donne bien la marque de votre esprit personnel, n’aimant pas les sentiers battus, se plaisant au contraire dans les questions nouvelles. ». Le sujet de cette thèse est en effet très novateur pour l’époque puisque c’est en 1891 que Juan Vucetich créé le premier fichier d’empreintes en Argentine en s’appuyant sur les travaux de Galton ; et c’est seulement à partir de 1902 que le criminologue Alphonse Bertillon imposera en France, le recours aux empreintes digitales comme preuve après une investigation policière.

Empreintes (9)

Commentaires d’Alexandre Lacassagne

Autre particularité du document, il contient deux lettres manuscrites et la coupure d’un article de journal, insérées par le Professeur Lacassagne.

Lettre (1)

Lettre de René Forgeot à Alexandre Lacassagne

 

 

Une des lettres a été écrite par René Forgeot à son « Honoré Maître » après son installation à Chaumont (Haute Marne). Le jeune médecin y décrit sa nouvelle vie en province et informe son Maître qu’il poursuit ses recherches sur les empreintes, il vient de rédiger un petit mémoire de 24 pages : L’anatomie normales des lignes papillaires qu’il tient à sa disposition.

Le second courrier, en date du 17 mai 1892, provient d’un membre de la Société d’anthropologie de Lyon signalant au Professeur Lacassagne des articles de presse mentionnant les travaux de Forgeot mais les attribuant à un Docteur de la Faculté de Paris !

 

 

La dernière pièce insérée dans la thèse est un article découpé dans un journal, en date du 16 juillet 1894, il concerne le marquage des chaussures des chasseurs alpins afin de permettre aux soldats égarés en montagne de retrouver la trace de leur compagnie.

Article de journal en date du 16 juillet 1894

 

L’examen de ces documents, au-delà des informations scientifiques qu’elles fournissent sur l’état des recherches dans le domaine à la fin du XIXe siècle, sont un précieux témoignage du travail académique de l’époque et des relations qu’entretenait un Maître de thèse avec ses élèves.

Billet rédigé par Livia Rapatel

Bibliographie:

Beaubatie, Yannick. Empreintes. Tulle : Mille sources, 2004.

Chauvaud, Frédéric. Les experts du crime : La médecine légale en France au XIXème siècle. Paris : Aubier, 2000.

Kaluszynski, Martine. « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie », in Vigier, Philippe (dir.), Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle. Paris : Créaphis, 1987. Disponible en ligne [consulté en avril 2013].

L’empreinte des temps : René Forgeot, un haut-marnais en avance sur son temps. Disponible en ligne [consulté en avril 2013].


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *