Félix Vicq d’Azyr : anatomiste du cerveau

  •  Planches pour les oeuvres de Vicq d'Azyr. Paris: L.Duprat-Duverger, 1805. Pl. I. Cote 11155

    Planches pour les oeuvres de Vicq d'Azyr. Paris: L.Duprat-Duverger, 1805. Pl. I. Cote 11155

  • Vicq-d'Azyr (3)
  • Page de titre vol 1 avec mention don de Mr de Polinière 1856

    Page de titre vol 1 avec mention don de Mr de Polinière 1856

  • Moreau, Jacques-Louis. Planches pour les œuvres de Vicq d'Azyr. Paris: L.Duprat-Duverger, 1805. Pl. XIX. Cote 11155

    Moreau, Jacques-Louis. Planches pour les œuvres de Vicq d'Azyr. Paris: L.Duprat-Duverger, 1805. Pl. XIX. Cote 11155

  • Moreau, Jacques-Louis. Planches pour les œuvres de Vicq d'Azyr. Paris: L.Duprat-Duverger, 1805. Pl. XXXI. Cote 11155

    Moreau, Jacques-Louis. Planches pour les œuvres de Vicq d'Azyr. Paris: L.Duprat-Duverger, 1805. Pl. XXXI. Cote 11155

Page de titre T.1 avec mention "don de Mr de Polinière 1856"

Page de titre T.1 avec mention « don de Mr de Polinière 1856 »

La Semaine du cerveau est l’occasion de présenter les planches anatomiques du cerveau que Félix Vicq d’Azyr publia dans son Traité d’anatomie et de physiologie paru en 1786 : 32 planches d’une précision et d’une qualité remarquables pour l’époque. La bibliothèque universitaire conserve dans ses collections, Les œuvres de Vicq-d’Azyr, recueillies et publiées avec des notes et un discours sur sa vie et ses ouvrages par Jacques-Louis Moreau, médecin et bibliothécaire de l’Ecole de médecine de Paris  en 1805. L’ensemble est constitué de six volumes et orné d’un volume de planches.

Félix Vicq d’Azyr (1748-1794) né à Valognes dans la Manche, fut élève puis assistant d’Antoine Petit professeur d’anatomie au Jardin du Roi. Il est considéré comme le fondateur de l’anatomie comparée qu’il enseigna dès 1773 en ouvrant un cours d’anatomie de l’homme et des animaux à l’amphithéâtre des Écoles de médecine. Vicq d’Azyr ne put pas succéder à Petit au Jardin du Roi. Il dispensa donc des cours aux futurs médecins, ainsi qu’à l’école vétérinaire d’Alfort.  Membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie française – où il occupa le fauteuil de Buffon -, Vicq d’Azyr fut médecin de la famille royale. Il se convertit par la suite aux idées révolutionnaires, concevant même un projet de réforme des études médicales.

Les travaux d’anatomiste de Vicq d’Azyr sont considérables. Il a consacré les premiers cahiers de son Traité d’anatomie et de physiologie au cerveau humain. Soulignant le caractère constant des circonvolutions cérébrales, il les a regroupées en  antérieures, postérieures et inférieures. Vicq d’Azyr a aussi découvert la scissure décrite plus tard par Rolando. De plus, il a démontré la véritable origine des nerfs crâniens, dont il a dressé une nomenclature.

Planches pour les œuvres de Vicq d’Azyr. Paris : L. Duprat-Duverger, 1805. Pl. I. Cote 11155 

 

Planches pour les œuvres de Vicq d’Azyr. Paris : L. Duprat-Duverger, 1805. Pl.XIV. Cote 11155

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vicq d’Azyr  innova en utilisant les sections coronales du cerveau et en

 

employant l’alcool pour faciliter la dissection. Ses travaux permirent d’étudier les noyaux gris profonds du cerveau et le système limbique. Ainsi, il fut le premier à observer et décrire en 1783 le faisceau mamillo thalamique qui porte son nom (faisceau de Vicq d’Azyr). L’anatomiste décrivit en 1786 le locus coeruleus (tache bleue en latin), noyau cortical du cerveau situé dans le tronc cérébral, ainsi que la localisation du locus niger (substance noire). On sait aujourd’hui que la dégénérescence des neurones du locus niger provoque des troubles de type parkinsonien : « […] locus niger crurum cerebri, marquée 21,21 » sur la planche XIX.

Moreau, Jacques-Louis. Planches pour les œuvres de Vicq d’Azyr. Paris : L. Duprat-Duverger, 1805. Pl. XIX. Cote 11155

Dans la partie qu’il consacre aux recherches anatomiques sur le cerveau, Vicq d’Azyr explique que les planches qu’il publie sont : « […] rangées dans l’ordre de la dissection, c’est-à-dire qu’elles présentent les parties comme elles sont découvertes, toujours en avançant de la circonférence vers le centre, avec les formes et les grandeurs naturelles. ». Chacune de ses planches est assortie d’un exposé décrivant l’objet de l’étude et comporte une nomenclature détaillée, Vicq d’Azyr précise combien ce travail fut « […] long et difficile, lorsqu’on ne néglige aucun détail. ». Vicq d’Azyr avait comme ambition de redéfinir le langage de l’anatomie, son projet était l’élaboration d’une nomenclature comparable à celle des chimistes permettant d’avoir des dénominations communes, en particulier pour désigner tous les organes analogues de l’homme et de différents animaux. Malheureusement il ne parvint pas à mener à terme ses travaux et ne put terminer qu’une partie de son Traité d’anatomie et de physiologie.

Moreau, Jacques-Louis. Planches pour les œuvres de Vicq d’Azyr. Paris : L. Duprat-Duverger, 1805. Pl. XXXI. Cote 11155

 

Billet rédigé par Livia Rapatel 

Bibliographie :

Parent, André. Histoire du cerveau: de l’Antiquité aux neurosciences. Québec : Presses de l’Université de Laval, 2009.

Pouliquen, Yves. Félix Vicq d’Azyr, les Lumières et la Révolution. Paris : Odile Jacob, 2009.

Mandressi, Rafael. « Félix Vicq d’Azyr : l’anatomie, l’État, la médecine».  Bibliothèque numérique Médic@. 2006 . Disponible en ligne avec le texte intégral d’une quarantaine d’ouvrages de Vicq d’Azyr. [Consulté en mars 2013]

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *