Charles Estienne. La Dissection des parties du corps humain. Paris, Simon de Colines, 1546

  • La dissection des parties du corps humain, p.135, Veines, artères, coeur et foie
  • La dissection des parties du corps humain, p. 275
  • La dissection des parties du corps humain, p. 310

L’impression de cette importante œuvre d’anatomie illustrée  a débuté en 1530. D’abord supervisée par le chirurgien et dessinateur Etienne de la Rivière, assisté du graveur Jollat, elle fut, à partir de 1534, confiée par Simon de Colines à son gendre Charles Estienne, médecin de son état et humaniste. Ce dernier apporta des corrections aux premières planches par l’insertion d’encarts anatomiques et confia la gravure des planches du tiers livre à un artiste plus confirmé.  En 1539, l’ouvrage était prêt à sortir des presses mais un procès intenté par Etienne de la Rivière en retarda la publication1 . C’est ainsi que la 1ère édition en latin – De Dissectione partium corporis humani2  – parut en 1545, suivie dès 1546 d’une seconde édition en français La dissection des parties du corps humain. Cette œuvre est donc contemporaine du Tabulae anatomicae sex3 et du De humani corporis fabrica4 ,  les 2 ouvrages anatomiques que Vésale publia respectivement en 1538 et 1543. Si le travail mené par Vésale est incomparablement plus précis, faisant de lui le père de l’anatomie, la Dissection des parties du corps humain n’en reste pas moins à plus d’un titre une oeuvre emblématique de la Renaissance.

Son auteur, Charles Estienne (1504 – 1564) s’inscrit dans la tradition des humanistes du 16ème siècle. Issu de la grande famille des imprimeurs Estienne / Colines / Bade, il se consacre aux langues anciennes avant d’étudier la médecine. Il voyage en Allemagne et en Italie. Son esprit éclectique l’amène à écrire sur des sujets aussi différents que l’agriculture, la médecine, les auteurs de l’Antiquité. Il rédige aussi un guide de voyage consacré aux chemins de France, peut–être le premier du genre 5 .

La présentation du texte, choisie par l’éditeur Simon de Colines, est remarquable : page de titre dépouillée et éminemment moderne, qui rompt avec la présentation chargée des débuts de l’imprimerie ; typographie aérée en caractères romains et italiques repris de ceux de l’italien Alde Manuce6. Par ailleurs, Charles Estienne est le premier à introduire à l’intérieur des planches un système – certes encore imparfait – de numérotation et de légendes, destiné à faciliter la lecture et la compréhension des dessins anatomiques.

Charles Estienne inscrit son livre dans le renouveau de l’enseignement médical, préférant au discours dogmatique médiéval l’observation directe pratiquée sur des cadavres disséqués, et la prolongeant par la réalisation de planches anatomiques. Ce faisant, à la suite de Bérenger et de Vésale, il pose les tout premiers fondements d’une démarche scientifique médicale. C’est en effet en ces termes qu’il décrit dans sa préface le travail de l’anatomiste : … Il est bien nécessaire à l’historien du corps humain de prendre garde que ce dont il doit écrire lui soit manifeste et apparent à l’œil ; et qu’il n’ait pas la hardiesse de dire ou présenter rien qui ne contienne vérité… Nous estimons avoir satisfait à l’essentiel de notre devoir si nous faisons voir en bref la vraie forme, situation, connexion et rôle des parties selon notre médiocrité et petite capacité… Se faisant l’exacte représentation de la nature, la planche anatomique devient donc outil de mémorisation et de conceptualisation en rendant compte de l’organisation des parties du corps7.

La dissection des parties du corps humain, p.135, Veines, artères, coeur et foie

Objet scientifique donc. Mais tout autant œuvre d’art. Les squelettes et cadavres disséqués qui composent les planches de l’œuvre de Charles Estienne font l’objet d’une mise en scène. Ils apparaissent dans des paysages ou des décors d’intérieur ; ils sont pour la plupart en mouvement. Charles Estienne partage ce trait avec Vésale et d’autres anatomistes de la Renaissance mais il le pousse dans un sens macabre plus affirmé. Ainsi ces mises en scène, loin de tenir la mort à distance, la rendent–elles plus palpable, presque insoutenable. Certains de ces écorchés sont clairement des écorchés vifs, des suppliciés, telles ces têtes penchées qui évoquent des têtes de pendus (p.194, 203), cet écorché qui semble empalé sur son arbre (p. 177), cet autre, le crâne ouvert, qui cherche désespérément à se relever (p. 275). La table sur laquelle le cadavre est affalé à la page 262 fait penser à une table d’exécution etc.8. Ces cadavres pathétiques ne sauraient se tenir debout seuls. Dans le second livre, ils sont tantôt adossés à un arbre, tantôt appuyés à une ruine qui, au fil de l’imagination du graveur, finit par se transformer en siège monumental (p. 210, 225, 238, 246, 248).

La dissection des parties du corps humain, p. 275

Le propos esthétique et artistique de ce graveur s’affirme d’ailleurs de page en page jusqu’à se manifester de manière éclatante dans le tiers livre. Cette section de l’ouvrage est consacrée à l’exploration des parties de la génération chez la femme,  toujours par un système d’insert de petits blocs anatomiques appropriés dans la gravure de la silhouette. Mais l’atmosphère générale des planches a changé du tout au tout. Les décors sont des intérieurs raffinés et luxueux de la Renaissance ; les cadavres éplorés ont fait place à des nues aux formes avantageuses et sensuelles, directement inspirées des figures antiques chères à cette époque, telles Proserpine, Vénus ou Bethsabée.

La dissection des parties du corps humain, p. 310

Cette célébration anatomico–érotique d’un style maniériste s’inspire de l’œuvre de Rosso et de l’Amour des dieux, gravé par Caraglio d’après Perino del Vaga9. Elle n’a rien de très surprenant. Dans son ouvrage Le péché et la peur, Jean Delumeau nous rappelle que, dans le contexte de guerres et d’épidémies à répétition qu’a connues l’Europe à l’époque de la Renaissance, le macabre pouvait être reçu comme une invitation à l’érotisme10. Toute œuvre anatomique est traversée par un paradoxe, puisqu’il s’agit d’expliquer la vie à partir de la dissection de corps d’hommes morts11. Par cette conclusion  ouvrant au plaisir des sens, Charles Estienne résout cette tension à sa manière dans un style qui est en pleine adéquation avec son époque.

Article rédigé par Chantal Jonneaux

  1. Rifkin, Benjamin A, Ackerman, Michael J., Folkenberg, Judith. L’anatomie humaine (cinq siècles de sciences et d’art). Paris : La Martinière, 2006. P. 19-22 ; 83. []
  2. Estienne, Charles. Dissectione partium corporis humani libri tres. Simon de Colines, 1545. []
  3. Vésale, André. Tabulae anatomicae sex, Venise : B. Vitalis, 1538. []
  4. Vésale, André. De humani corporis fabrica. Bâle : Jean Oporin, 1543. []
  5. Charles Estienne [en ligne] in http://fr.wikipedia.org/wili/Charles_Estienne (le 04/01/2010). []
  6. Febvre, Lucien. L’Apparition du livre. Paris : Albin Michel, 1971. P. 217 – 218. []
  7. Guillerme, Jacques. L’anatomie artistique. In Encyclopedia universalis, tome 2, Encyclopedia universalis, 1996. P. 295 – 303. []
  8. Guillerme, Jacques. L’anatomie artistique. In Encyclopedia universalis, tome 2, Encyclopedia universalis, 1996. P. 295 – 303. []
  9. Joly, Morwena. La leçon d’anatomie : le corps des artistes de la Renaissance au Romantisme. Hazan, 2008. P. 13. []
  10. Delumeau, Jean. Le péché et la peur : la culpabilisation en Occident : XIIIe – XVIIIe siècles. Paris : Fayard, 1983. P. 108 – 128. []
  11. Barbin, Evelyne. Arts et sciences à la Renaissance. Paris : Ellipses, 2007. P. 14. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Merci pour votre commentaire. En effet, toute l’anatomie du 16ème siècle est intéressante pour cette articulation entre la science et l’art.

  2. raymond njoya dit :

    c’et formidable et je souhaite connaitre plus je suis au cameroun en afrique

  3. Livia Rapatel dit :

    Bonjour,

    Pouvez-vous me préciser les éléments d’informations que vous souhaiteriez obtenir sur ce document remarquable?
    Vous pouvez consulter l’ouvrage numérisé par la BIUS à cette adresse: http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?cote=02075&p=1&do=page
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *