Le Précis de médecine judiciaire d’Alexandre Lacassagne

  • 2024_SCI_Lacassagne Interface24
  • _ELR2381
  • 2024_SCI_Lacassagne Interface09
  • 2024_SCI_Lacassagne Interface11
  • 2024_SCI_Lacassagne Interface22
  • 2024_SCI_Lacassagne Interface20
  • 2024_SCI_Lacassagne Interface25

A l’occasion du centenaire de la mort d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) et en lien avec le colloque, « L’histoire de la médecine légale à Lyon » organisé le 16 mai 2024 à la Faculté de médecine Lyon Est, nous vous proposons de découvrir le Précis de médecine judiciaire d’Alexandre Lacassagne. La BU Lyon 1 conserve dans ses collections deux éditions parues chez Masson Editeur en 1878 et en 1886.

Alexandre Lacassagne. Le précis de médecine judiciaire. 1878 et 1886

Alexandre Lacassagne (1843-1924) et la médecine légale

Buste d’Alexandre Lacassagne. Musée d’histoire de la médecine et de la pharmacie

Originaire de Cahors, sa ville de naissance, Alexandre Lacassagne part à Strasbourg en 1864 pour effectuer ses études de médecine à l’école impériale du service de santé militaire. C’est son professeur Gabriel Tourdes (1810-1900) dont il sera le préparateur qui l’initie à la médecine légale. Après avoir exercé comme médecin militaire en Afrique du Nord de 1872 à 1874 puis de 1878 à 1880, il obtient le 3 juillet 1880, la chaire de médecine légale à la faculté de médecine de Lyon. Il développe assez vite, conjointement à son enseignement, un travail de recherche, se constitue un important réseau professionnel et en 1886, il crée la revue les Archives d’anthropologie criminelle. Il s’illustre dans plusieurs histoires criminelles qui assoient sa renommée nationale et même internationale. Ainsi en 1889 il parvient à identifier un cadavre en partie décomposé dans l’affaire dite de la « malle de Gouffé ». Cette notoriété sera à l’origine de ce que l’on désignera comme « L’école lyonnaise ».

Le Précis de médecine judiciaire.

Au XVIIIème siècle, siècle des Lumières, la médecine légale se modernise. Les traités de médecine judiciaire ambitionnent de rassembler un savoir épars pour en faire une discipline structurée permettant de former des médecins compétents aptes à la réalisation de l’expertise qui servira à éclairer le magistrat dans l’appréciation des preuves matérielles.

C’est dans cette démarche pédagogique que s’inscrit le Précis de médecine judiciaire d’Alexandre Lacassagne. Dans son introduction datée de décembre 1877, Lacassagne explique que son ouvrage est le résultat de l’enseignement qu’il a assuré durant quatre ans à l’école du Val-de-Grâce et présente l’organisation de son traité. Il comporte deux parties, la première est consacrée aux droits et aux obligations du médecin dans la société et devant la justice. La seconde étudie les « attentats contre la personne » regroupés en trois ensembles : « les coups et les blessures, les asphyxies et empoisonnements et les questions relatives à l’instinct sexuel et aux fonctions de reproduction. ». Lacassagne insiste beaucoup sur la rigueur scientifique dont doit faire preuve le médecin légiste afin dit-il « […] de fournir à l’expert des preuves à l’abri de toute interprétation ». En bon communicant, il met aussi en avant les apports de son manuel qui contient des chapitres non étudiés auparavant comme, « la mort par la chaleur et par le froid extérieur, par inanition, les accidents causés par les anesthésiques, etc., ». L’ouvrage de petit format, contient 47 figures en noir et blanc dans le texte et 4 planches en couleur dessinées par Eugène Charvot (1847-1924), lui aussi médecin militaire mais également peintre de talent. Alexandre Lacassagne revendique la valeur juridique de son travail en citant sa collaboration avec MM. Guibert, conseiller à la Cour de Montpellier et F. Desjardin, docteur en droit, avocat à la Cour d’appel de Paris.

Alexandre Lacassagne. Précis de médecine judiciaire. 1878

Pl. II

Alexandre Lacassagne. Précis de médecine judiciaire. 1878

Figures dans le texte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1886 parait, toujours chez Masson Editeur, la seconde édition du Précis de médecine judiciaire. Dans son préambule, Lacassagne indique que la première édition est épuisée et qu’il propose une nouvelle version remaniée de son manuel, un traité « spécialement écrit pour les étudiants, les jeunes médecins, les avocats, les magistrats instructeurs ». Un ouvrage qui bénéficie à la fois de son expérience acquise en qualité d’expert auprès des tribunaux d’une grande ville mais aussi en tant qu’enseignant à la Faculté de médecine mais aussi à la Faculté de droit de Lyon. Il affirme donc proposer un ouvrage nouveau qui aidera les débutants à exercer la médecine légale. La trame de l’ouvrage est identique mais certains chapitres sont développés et étayés par de nouvelles données statistiques. Alexandre Lacassagne ne manque pas de remercier les préparateurs de son laboratoire qui l’ont aidé à la mise à jour de son Précis.

Alexandre Lacassagne. Précis de médecine judiciaire. 1886

Alexandre Lacassagne. Précis de médecine judiciaire. 1886

 

Les nombreuses marques de lecture que l’on observe en feuilletant les deux éditions du Précis conservées à la BU, témoignent du succès du manuel de Lacassagne auprès des étudiants. En 1906, l’ouvrage change de titre et devient Précis de médecine légale. Réédité de nombreuses fois et traduit dans de nombreux pays, l’ouvrage devient un standard de la médecine légale en France et à l’étranger.

 

 

 

Article rédigé par Livia Rapatel BU Lyon 1

Bibliographie:

Philippe Artières, « A. Lacassagne : de l’archive mineure aux Archives d’anthropologie criminelle », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie. Autour des Archives d’anthropologie criminelle 1886-1914. Disponible en ligne [consulté le 21 mai 2024]

Dire, Clarisse. Les thèses de médecine légale du fonds Lacassagne.Blog Interfaces/livres anciens, 2012. Disponible en ligne [consulté le 21 mai 2024]

Renneville, Marc. « Alexandre Lacassagne. Un médecin-anthropologue face à la criminalité (1843-1924) », Gradhiva : revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie, n°17, 1995. pp. 127-140. Disponible en ligne [consulté le 21 mai 2024]

Zuberbuhler, Vincent. « Écrire l’histoire de la médecine légale. L’apport des manuels de Foderé à Lacassagne », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 22, no. 1, 2010, pp. 61-77. Disponible en ligne [consulté le 21 mai 2024]

 



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 21 mai). Le Précis de médecine judiciaire d’Alexandre Lacassagne. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11oy4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search