De quelques ouvrages éducatifs de Madame Dufrénoy, femme de lettres au tournant du XIXe siècle

Le fonds de littérature jeunesse de la BDL s’est enrichi depuis peu d’une œuvre supplémentaire de Mme Dufrénoy : Le Tour du monde ou Tableau géographique et historique de tous les peuples de la terre édité par la Librairie d’éducation d’Alexis Eymery en 1821. Celle-ci vient compléter la liste des ouvrages de cette autrice conservés dans ce fonds.

 

Adélaïde-Gillette Dufrénoy (ou Dufresnoy) (1765-1825) est en effet une poétesse française qui a également écrit des ouvrages éducatifs pour la jeunesse. Tout comme sa cadette Amable Tastu1, Mme Dufrénoy a été reléguée dans l’oubli. Dans un ouvrage publié en 1812 et intitulé La Femme auteur ou Les inconvéniens de la célébrité 2, Adélaïde Dufrénoy fait le même constat que son aînée Stéphanie de Genlis3 : l’échec d’une autrice est la conséquence directe de sa condition féminine.

Une destinée malmenée par la Révolution

Adélaïde Gillette Billet est née à Paris en 1765 dans une famille bourgeoise et libérale. Son père était un prospère maître joaillier aimant les arts et les lettres. Elle reçut une solide éducation et apprit même le latin – pourtant réservé aux garçons – au couvent des Hospitalières de la Roquette dont sa tante était la supérieure. Elle était avide de lectures. Aussi, sa tante lui permit-elle d’accéder à de pieuses lectures telles que les Sermons de Bourdaloue4, de Massillon5, L’Imitation de Jésus-Christ de Thomas a Kempis6 ou des hagiographies. Ce fut une lectrice assidue du Magasin des enfants de Mme Leprince de Beaumont7.  Elle fut initiée à la poésie par son cousin Jean-Louis Laya8. À quinze ans, elle épousa Simon Petit-Dufrénoy9, de 26 ans son aîné, qui avait acquis une charge de procureur au Châtelet de Paris. Ce dernier lui fit lire les poésies galantes d’Évariste de Parny10 qui influencèrent son œuvre. Après la Révolution, M. Dufrénoy se retrouva ruiné. Il se réfugia alors à Sevran en tant qu’officier public. En l’an X, il fut nommé greffier au Tribunal de première instance d’Alexandrie, une petite cité piémontaise, rattachée à la France de 1796 à 1814. En l’an XII, M. Dufrénoy perdit la vue et sa femme le suppléa alors au tribunal ce qui ne fut pas longtemps toléré puisqu’il fut révoqué. De retour en France, Mme Dufrénoy prit en charge sa famille grâce à sa production littéraire.

Mme Dufrénoy : une carrière littéraire fluctuante

Adélaïde-Gillette Dufrénoy se consacra dès 1787 à la poésie et publia des élégies dans l’Almanach des Muses.

 

Elle dirigea de 1785 à 1789 le Courier lyrique et amusant ou Passe-temps des toilettes, un petit fascicule périodique rassemblant des partitions de musique, des textes de chansons ainsi que de petites historiettes.

 

Mme Dufrénoy tint également un salon qui était très recherché. Elle y reçut de nombreuses personnalités littéraires comme l’homme politique et poète Louis de Fontanes11 dont elle était éprise, l’homme de lettres Pierre-François Tissot12, le chansonnier Béranger13 ou encore les poétesses Marceline Desbordes-Valmore14 et Amable Tastu15 qui, à sa mort, lui écrivit une élégie funèbre intitulée sobrement : Sur la vie de Madame Dufrénoy. Elle y rencontra également l’orientaliste et poète Joseph Agoub16, qui écrivit un poème posthume lui rendant hommage : La Lyre brisée.

Durant le Consulat, après son retour d’Italie, elle se fit traductrice par nécessité (Le Jeune héritier, ou Les appartemens [sic] défendus (1801) de William Linley17 18 ; Santa-Maria, ou La grossesse mystérieuse (1800) de Joseph Fox19).

 

Par l’entremise de deux hommes de lettres et politiciens, Antoine-Vincent Arnault20 et Louis-Philippe de Ségur21, qui appréciaient son œuvre poétique, elle reçut une pension littéraire.

En 1806, ses Opuscules poétiques furent édités et l’année suivante ses Élégies. Elle fréquenta la cour de l’impératrice Marie-Louise et écrivit en 1811 une poésie intitulée La Naissance du Roi de Rome et l’année suivante L’Anniversaire de la naissance du Roi de Rome. En 1815, son poème intitulé Les Derniers momens [sic] de Bayard reçut le prix de l’Académie française.

 

Mme Dufrénoy contribua à de nombreuses revues comme le Mercure de France, le Petit magasin des dames, les Dimanches, l’Abeille littéraire et la Gazette de France. Elle dirigea l’Almanach des dames, l’Hommage des demoiselles et la Minerve littéraire.

Mme Dufrénoy et l’écriture d’ouvrages éducatifs, un passage obligé pour une autrice désargentée

Sous la Restauration, Mme Dufrénoy perdit sa pension ce qui la contraignit à vivre de nouveau de sa seule plume. Bien qu’elle ne possédât aucune expérience de l’enseignement, elle sut mettre à profit la solide culture classique qu’elle avait acquise chez les sœurs hospitalières ainsi que ses talents d’écriture. Ses ouvrages n’ont rien de très remarquable. En effet, jusqu’en 1830, les ouvrages destinés à la jeunesse « exploite[nt] toujours les formules littéraires découvertes entre 1750 et 1800 : ouvrages encyclopédiques, ouvrages didactiques « amusants », romans édifiants, recueils d’historiettes, adaptations de romans pour adultes […]22 ».

Les ouvrages éducatifs écrits par Mme Dufrénoy étaient sans doute des commandes de son éditeur, Alexis Eymery (1774-1854). Ce dernier fut l’associé de Pierre Blanchard de 1809 à 1811. Ils avaient inséré dans la raison sociale de leur société le terme de « Librairie d’éducation » érigeant ainsi un nouveau modèle éditorial celui d’éditeurs-libraires spécialisés dans l’éducation. Lorsqu’ils se séparèrent en 1812, ils conservèrent tous les deux l’appellation de « Librairie d’éducation ». Les ouvrages d’Eymery sont généralement jugés plus didactiques que ceux de Blanchard orienté davantage vers la fiction23.

Un guide pour éduquer les jeunes enfants

Le Livre du premier âge ou Instruction religieuse et maternelle a été publié en 1822.

Mme Dufrénoy l’a dédié à son petit-fils Antoine-Armand-Léonce Dufrénoy. Son fils Ours-Pierre-Armand Dufrénoy (1792-1857), formé à Polytechnique, fut professeur de minéralogie au Muséum d’Histoire naturelle et directeur de l’École des mines de Paris.

Cet ouvrage est un manuel préscolaire destiné aux mères de jeunes enfants issues de la classe bourgeoise. Émile ou De l’éducation (1762) de Rousseau valorisait l’éducation familiale et marqua profondément la pédagogie des Lumières. La société postrévolutionnaire considérait la famille comme la base de la société française et privilégiait l’éducation des enfants au sein du foyer, par leur mère, tout au moins avant leur entrée au collège pour les garçons.

 

Les ouvrages édités sous forme de cartonnages comme c’est le cas du Livre du premier âge24 étaient souvent réimprimés voire réédités. Eymery faisait travailler tout un réseau d’imprimeurs. Un même contenu pouvait ainsi revêtir des atours très différents, avec une modification de la couverture, de la ou des pages de titre, des pages liminaires, du frontispice, des illustrations hors texte… C’est pourquoi, il n’est pas rare qu’un ouvrage possède deux pages de titre comme c’est le cas de l’exemplaire de la BDL. L’une, datée de 1823, est ornée d’une vignette gravée en taille-douce sans sous-titre.

 

La seconde, datée de 1822, n’est pas illustrée, elle comporte un sous-titre, porte le monogramme de l’éditeur, sa raison sociale est libellée différemment.

 

De même, le corps du texte de cet exemplaire est un curieux assemblage constitué de deux blocs distincts. Le premier est paginé en chiffres romains et cherche à inculquer les bases de la lecture (abécédaire et syllabaire).

 

Celles-ci sont suivies de notions élémentaires sur Dieu, les quatre éléments de la nature, les couleurs, les sens, la géographie et les nombres avec une table de multiplication.

 

Le second bloc de texte commence curieusement par un feuillet non numéroté au recto et paginé 38 au verso.

 

Il approfondit la notion d’un Dieu créateur et bienfaiteur mais aussi punisseur. En appui du discours créationniste véhiculé par le texte, s’ajoutent de multiples citations empruntées au Traité de l’existence de Dieu de Fénelon25. Les devoirs de l’homme envers Dieu sont exposés : respect, amour et reconnaissance agrémentés de nombreuses références bibliques.

 

Le chapitre 2 est consacré à la piété filiale : « Notre amour pour nos parens [sic] n’est qu’un juste retour de ce qu’ils font pour nous. »26. Comme le souligne, en effet, Michelle Perrot : « Au XIXe siècle, l’enfant est, plus que jamais, au centre de la famille. ».27 Le rappel des règles de comportement à suivre est véhiculé par de petites historiettes au contexte historique marqué, allant de l’Antiquité aux Temps modernes, dans des pays de l’Ancien Monde (Autriche, Portugal) comme du Nouveau Monde (États-Unis).

Les liens fraternels et la solidarité intergénérationnelle sont également valorisés. Les devoirs de la vie civile sont empruntés à la religion catholique. Les milieux sociaux évoqués sont très variés. Cet ouvrage s’inscrit dans une volonté de régénération chrétienne de la société. La Charte constitutionnelle de 1814 a fait du catholicisme une religion d’État.

Une somme géographique adressée aux garçons 

L’exemplaire présent dans les fonds de la BDL du Tour du monde, ou Tableau géographique et historique de tous les peuples de la Terre est une « deuxième édition, revue, corrigée, de beaucoup augmentée »28. Il date de 1821, année où fut fondée la Société de géographie, la première au monde, chargée de donner une place à cette discipline dans les classifications des savoirs. Cet ouvrage se divise en six tomes et s’enorgueillit de posséder cinquante gravures.

Comme l’indique le sous-titre, il s’agit de décrire les pays du monde selon différentes approches, celles de la géographie physique et humaine, de l’histoire (« des révolutions qu’ils ont éprouvées », hommes illustres), de l’ethnologie (mœurs et coutumes), de la sociologie (lois, religions), des arts (monuments, antiquités, littérature).

Dans un avis faisant suite à la page de titre, Alexis Eymery rappelle le succès de la première édition de cet ouvrage ainsi que la nécessité d’en mettre à jour le contenu suite aux « [changemens [sic] considérables qui sont survenus dans les divisions territoriales de l’Europe et de l’Amérique, ainsi que dans leurs gouvernemens [sic] ». En effet, la première édition date de 1814, les frontières de l’Europe ont été remaniées à la suite du congrès de Vienne (1814-1815). Aux États-Unis, la frontière située au Nord est désormais délimitée par les montagnes Rocheuses, au sud la Confédération américaine s’est étendue à l’est du Mississippi et au Sud la Floride a été rachetée aux Espagnols. Les guerres d’indépendance hispano-américaines durent jusqu’en 1823. Ainsi, l’éditeur est-il tout à fait en droit d’ajouter en conclusion de son avis que « Le Tour du monde est le seul ouvrage destiné à la jeunesse dans lequel on trouve les divisions géographiques maintenant adoptées ».

Cet ouvrage est destiné aux garçons, les filles n’ayant pas besoin d’un enseignement aussi poussé. Il donne la parole à un enseignant, M. Duport ce qui permet à son autrice de légitimer son discours. À la fin de leurs études, les jeunes hommes des classes aisées accomplissent une série de voyages en Europe que l’on appelle le « Grand Tour » afin de se forger une culture de classe commune. Cette pratique aristocratique était très en vogue au XVIIIe siècle. Au siècle suivant, après avoir quasiment disparu sous la Révolution et le Premier Empire, elle fut reprise par la classe bourgeoise sous la Restauration. Afin de les y préparer, M. Duport est chargé par leur père de leur donner « une idée générale des contrées, des mœurs, du gouvernement et de l’histoire de tous les peuples de la terre […]. »29. Pour ne pas nuire à la fin de leurs études qui se soldent par la remise d’un diplôme ainsi que de prix, l’enseignant propose de consacrer les heures de récréation à cette tâche. Chaque chapitre est ainsi intitulé une récréation. En 1864, l’éditeur Pierre-Louis Hetzel30 franchira un seuil décisif dans l’histoire de l’édition pour la jeunesse en réunissant dans un même titre les termes d’éducation et de récréation avec le Magasin d’éducation et de récréation.

La première récréation est consacrée à l’acquisition (la révision) de notions géométriques (lignes, angles, figures et solides) qui préparent à la description du globe terrestre.

 

Elle est complétée par des rudiments d’astronomie ainsi que par des méthodes de calculs de latitude, longitude et distance.

La 2e récréation porte sur la géographie qui « présente ainsi deux objets différens [sic] d’étude : la nomenclature des lieux, leur description, leur histoire naturelle et politique, et la représentation des lieux et des contrées par des dessins nommés cartes qui en offrent la configuration et les retracent à nos yeux ».

L’autrice justifie ainsi la priorisation qu’elle donne aux différents continents :

« Comme Européens, nous serions déjà justifiés de commencer par nous occuper de cette partie du monde que nous habitons ; mais l’Europe a encore d’autres droits à cette préférence ; elle est le centre des arts et des lettres, et si, dans les temps antiques, elle a pu recevoir de l’Asie les premiers rayons de lumière qui ont éclairé l’esprit humain, le degré de supériorité où sont parvenus les peuples anciens et modernes de l’Europe n’a pas été surpassé, même atteint, par aucune nation des autres parties du globe. »31

Une récréation est par conséquent entièrement consacrée à la description de l’Europe. Deux récréations ont pour objet d’étude la France dont l’une est chargée de décrire son gouvernement, ses grands édifices ainsi que sa production commerciale.

Les villes principales françaises et Paris en particulier font l’objet d’une 6e récréation.

 

Les six récréations suivantes divisent la France en six bassins fluviaux : ceux de la Meuse, du Rhin, de la Seine, de la Loire et de la Garonne et du Rhône.

13 récréations détaillent les pays de l’Europe du congrès de Vienne. Elles sont illustrées de gravures sur cuivre à caractère folklorique.

 

La Turquie et la Russie sont abordées en deux temps puisqu’elles sont à cheval sur l’Europe et l’Asie.

.
La Turquie d’Asie n’est pas illustrée.

 

Ainsi par ordre d’importance sont décrites après l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Océanique et l’Amérique. Chaque continent est illustré par des gravures pittoresques.

.
.

Deux autres ouvrages de Mme Dufrénoy feront l’objet d’un second billet.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

DUFRÉNOY, Mme. Le Livre du premier âge : ou Instruction religieuse et maternelle. Paris : Alexis Eymery, 1822
> Cote BDL : 2RA 1174

DUFRÉNOY, Mme. Le tour du monde, ou Tableau géographique et historique de tous les peuples de la Terre, contenant une description succincte des pays qu’ils habitent, un aperçu des mœurs, coutumes, religions et lois qui leur sont particulières, ainsi que des révolutions qu’ils ont éprouvées ; un exposé de leurs principaux monumens [sic] et antiquités ; des notices biographiques sur leurs hommes les plus illustres ; l’état de leur littérature, celui de leur industrie, de leur commerce, etc. Deuxième édition, revue, corrigée, de beaucoup augmentée, et ornée de cinquante gravures. Tome premier [-sixième]. Paris : Librairie d’éducation d’Alexis Eymery, 1821.
> Cote BDL : 2RA 7832-1 à 6

DUFRÉNOY, Mme. Œuvres poétiques de Mme Dufrénoy. Précédées d’observations sur sa vie et ses ouvrages par M. A. Jay. Paris : Moutardier, libraire-éditeur, 1827.

Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec les renseignements bibliographiques et l’indication des sources à consulter. Tome XV. Paris : F. Didot frères, 1857.

PLANTÉ, Christine. Femmes poètes du XIXe siècle. Une anthologie. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2010.



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 24 mai). De quelques ouvrages éducatifs de Madame Dufrénoy, femme de lettres au tournant du XIXe siècle. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pss

  1. cf. billet Amable Tastu, de la poésie à la pédagogie, mai 2021 []
  2. disponible dans Gallica []
  3. La Femme auteur, 1802 []
  4. 1632-1704 []
  5. 1663-1742 []
  6. vers 1380-1471 []
  7. cf. billet Madame Leprince de Beaumont : une écrivaine et pédagogue au temps des Lumières, juin 2019 []
  8. 1761-1833 []
  9. 1739-1812 []
  10. 1753-1814 []
  11. 1757-1821 []
  12. 1768-1854 []
  13. 1780-1857 []
  14. 1786-1859 []
  15. 1795-1885 []
  16. 1795-1832 []
  17. 1771-1835 []
  18. disponible dans Gallica []
  19. disponible dans Gallica []
  20. 1766-1834 []
  21. 1753-1830 []
  22. Dictionnaire encyclopédique du livre, 2005, tome II, p.637 []
  23. Dictionnaire encyclopédique du livre, 2005, tome II, p.637 []
  24. cf. billet, avril 2015, Une nouvelle forme éditoriale : les cartonnages d’éditeurs pour enfants []
  25. 1713 []
  26. p. 75 []
  27. PERROT, Michelle. « L’enfance révolutionnée par la Révolution ? parents et enfants au XIXe siècle ». In LEVY, Marie-Françoise. L’enfant, la famille et la Révolution française. Paris : Plon, 1989, p. 401-412. []
  28. La première édition datée de 1814 est disponible dans Gallica []
  29. p. 2 []
  30. 1814-1886 []
  31. p. 39 et 40 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search