Les carnets de tatouage d’Alexandre Lacassagne

  • Fig. 1
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_132
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_133
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_101_2
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_130
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_131
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_035
  • Fig. 3 (b)
  • Fig. 3 (b)
  • V22024_SCI_Livre objet_08
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_051
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_053
  • 2024_SCI_Livre objet_15
  • 2024_SCI_Livre objet_16
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_015
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_029
  • 2024_SCI_Tatouage Lacassagne_134
  • 2024_SAN_LACASSAGNE expo_05

A l’occasion de l’exposition Alexandre Lacassagne et le tatouage à voir à la BU Santé jusqu’au 29 mai nous consacrons ce billet aux sept carnets de tatouages originaux d’Alexandre Lacassagne récemment remis à la bibliothèque universitaire Lyon 1 pour assurer leur conservation.

Alexandre Lacassagne et le tatouage

Portrait photographique du docteur Alexandre Lacassagne,

C’est auprès des Bataillons d’Afrique en Algérie (1872-1874 puis 1878-1880), dans ces compagnies disciplinaires au « régime spécial » particulièrement dur que le médecin militaire Alexandre Lacassagne (1843-1924) commence à s’intéresser aux tatouages et découvre ce qui sera le sujet de sa vie : le criminel.

Il décalque ces tatouages à même la peau des soldats à l’aide d’une toile transparente. Le dessin est ensuite mis en couleur, conformément au modèle, et la reproduction obtenue collée sur un carton et répertoriée avec soin. Elle est accompagnée de renseignements sur le tatoué : nom et prénom, lieu de naissance, profession et niveau d’instruction, date à laquelle il a été tatoué et procédé employé. S’y ajoutent une description du tatouage et sa localisation, et des précisions sur la moralité du tatoué. Son objectif est de cerner la personnalité criminelle. Son postulat : « le grand nombre de tatouages [donne] la mesure de la criminalité du tatoué »1.

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Têtes Bustes portrait de femmes.

Recto

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Têtes Bustes portrait de femmes.

Verso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut dire que se faire tatouer aux Bataillons d’Afrique, c’est une épreuve très douloureuse, « signe brut, palpable, de virilité »2. Sans machine à tatouer, « les bons tatoueurs font une première piqûre en enfonçant obliquement les aiguilles à une profondeur d’un demi-millimètre […]. Puis, l’opération terminée, le tatoueur lave la surface du dessin avec de l’eau, de la salive ou de l’urine. Le plus souvent, ils font usage d’encre de Chine ou de vermillon. Parfois ils emploient du charbon de bois pilé et délayé dans l’eau, l’encre bleue, plus rarement le bleu de blanchisseuse »3.

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne

Recto

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne

Verso

 

 

 

 

 

 

 

Des carnets disparus

Dès 1881, Lacassagne présente ses recherches dans Les tatouages : étude anthropologique et médico-légale, où il reproduit quelques-uns de ses dessins. Les carnets sont ensuite exposés à Rome en 1885, à l’occasion du premier Congrès international d’anthropologie criminelle. S’il n’est pas le seul à présenter ce type de documents, son échantillon est assurément le plus remarquable : le catalogue de l’exposition mentionne une « collection unique de 2000 tatouages ».

L’importance de l’entreprise est reconnue de son temps, et régulièrement mentionnée dans la littérature scientifique, mais sa destinée n’en demeure pas moins floue. Les originaux restent longtemps perdus pour les chercheurs. Ils réapparaîtront grâce au Pr Liliane Daligand, qui en avait hérité lors du déménagement du bureau du Pr Louis Roche, et les avait conservés avant de les confier à l’Université.

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne

Tatouage d’un zouave faisant face à un soldat prussien, réalisé en 1872 et relevé par Lacassagne en 1880. Extraits du carnet « Attributs militaires

Les recueils thématiques

Pour organiser les centaines de croquis qu’il ramène des Bat’ d’Af’, Lacassagne rassemble les tatouages dans des recueils, où chaque pièce est montée sur l’un des onglets assemblés au niveau de la reliure. Objets précautionneusement constitués, les carnets requièrent une manipulation délicate. La numérisation dans Gallica, prévue courant 2024, permettra de rendre accessible leur contenu sans risque de dommages pour les manuscrits.

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne

Dos des carnets reliés.

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne

Carnet relié

 

 

 

 

 

 

 

 

Sept carnets ont été retrouvés, chacun dédié à un thème particulier. Lacassagne s’attache toujours à rapprocher les motifs similaires : dans les emblèmes-métaphores, il compile d’abord les ancres marines, puis des étoiles en tous genres, avant de passer aux mains entrelacées et aux cœurs transpercés d’un poignard. Le tatouage apparaît ainsi comme un véritable idiome, une langue propre aux tatoués, dont le vocabulaire se décline d’un individu à l’autre.

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes et métaphores.

Carnet Emblèmes et métaphores.

Les catégories de tatouages définies par Lacassagne sont également au nombre de sept. Pourtant, la correspondance s’avère illusoire : les emblèmes militaires occupent deux cahiers, de même que les symboles amoureux et érotiques. Par ailleurs, les attributs patriotiques ou religieux n’apparaissent qu’à la marge au sein d’autres thématiques, tandis que les « fantaisistes, historiques » présentés comme les plus nombreux ne sont l’objet d’aucun des recueils.

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes métaphores

Recto

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes métaphores

Verso

 

 

 

 

 

 

 

 

Une collection parcellaire ?

L’absence de grandes sections thématiques laisse supposer l’existence d’autres carnets, dont la trace est aujourd’hui perdue. Le nombre exact de dessins collectés par Lacassagne est difficile à établir définitivement. Il annonce avoir réuni plus de 2000 tatouages, mais détaille les cartons rapportés d’Algérie sur une base de 1333 pièces, relevées sur 378 sujets. Les carnets retrouvés n’en restent pas moins riches d’un ensemble de 864 tatouages, précieux témoignage de l’œuvre d’Alexandre Lacassagne.

Billet composé par Livia Rapatel à partir des textes de l’exposition rédigés par Muriel Salle, chercheure au Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LAHRA), université Claude Bernard Lyon et Emeline Gouillard, élève bibliothécaire enssib

Sources :

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes militaires. Cote SCIFA 800600

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Attributs militaires. Cote SCIFA 800601

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes inscriptions. Cote SCIFA 800602

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes métaphores. Cote SCIFA 800603

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes érotiques. Cote SCIFA 800604

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Têtes Bustes portrait de femmes. Cote SCIFA 800605

Lacassagne, Alexandre [Recueil Tatouages]. Collection du Docteur Alexandre Lacassagne. Emblèmes professionnels. Cote SCIFA 800606

Bibliographie :

Artières, Philippe ; Corneloup, Gérard. Le médecin et le criminel. Alexandre Lacassagne (1843-1924), Lyon, 2004

Bailette, Frédéric. « Inscriptions tégumentaires de la loi », in Quasimodo, n°7 : « Modifications corporelles », 2003, p.65.

Lacassagne, Alexandre. Les tatouages : étude anthropologique et médico-légale. 1881.



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 18 avril). Les carnets de tatouage d’Alexandre Lacassagne. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8qf

  1. Philippe Artières et Gérard Corneloup, Le médecin et le criminel. Alexandre Lacassagne (1843-1924), Lyon, 2004, p.85. []
  2. Philippe Artières et Gérard Corneloup, Le médecin et le criminel. Alexandre Lacassagne (1843-1924), Lyon, 2004, p.85 []
  3. Alexandre Lacassagne, Les tatouages : étude anthropologique et médico-légale. 1881, p.18-19 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une du portail fr.hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search