Les voyages extraordinaires de Jean-Baptiste Tavernier

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve parmi ses collections anciennes deux éditions des Six voyages de Jean-Baptiste Tavernier, écuyer baron d’Aubonne, en Turquie, en Perse et aux Indes […]. Ces volumes étaient conservés aussi bien par la bibliothèque universitaire de Lyon que par la bibliothèque du Musée pédagogique de Paris, deux des institutions dont est héritière la BDL.

L’édition de 1677

L’édition de l’Université de Lyon date de 1677 : il s’agit de deux volumes in-4° édités à Paris par Gervais Clouzier et Claude Barbin, tous deux imprimeurs-libraires au Palais. La toute première édition des Voyages date de 1676.

 

Le premier volume commence de façon très classique par une épître dédicatoire de Tavernier au roi, quelques pages expliquant le dessein de l’auteur (p. 7-23), une table de la première partie (les voyages en Turquie et en Perse). Après une planche de monnaies, commencent les cinq livres des Voyages de Perse (p. 1 à 698). Ce premier tome se termine par le privilège, précédé de trois feuillets intitulés Relation d’un lâche attentat commis en Perse par les Hollandois l’an mil six cens soixante-sept, quand ils brulèrent en effigie le roy d’Angleterre. Des gravures parsèment l’ensemble de l’ouvrage : une planche de monnaie, une planche de chiffres, une carte (malheureusement découpée et disparue de notre exemplaire), un plan de village, un navire, une grande planche dépliante de calligraphie religieuse, un beau plan illustré du Golfe persique…

 

Le deuxième volume comprend la seconde partie « Où il est parlé des Indes et des Isles voisines » : il commence également par une table. Une pagination indépendante (p. 1 à 40), enrichie de nombreuses planches, présente des monnaies de différents pays (monnaies du roi de Cheda, lingots d’or et d’argent du Japon …). Trois livres couvrant 525 pages concernent ces voyages aux Indes.

 

Un troisième volume est coté à la suite des deux premiers et semble en être la suite. Intitulé Recueil de plusieurs relations et traitez singuliers et curieux de J. B. Tavernier […], paru à Paris chez Gervais Clouzier en 1679, il comprend cinq parties, correspondant à ce qui n’aurait point esté mis dans ses six premiers Voyages. Un portait de l’auteur en médaillon est en frontispice, un portrait de l’auteur en pied fait face à l’épître dédicatoire. Quelques gravures et cartes ont existé mais elles ont été découpées dans l’exemplaire de l’Université de Lyon, très mutilé ; une très belle planche dépliante subsiste dans la Relation nouvelle du royaume du Tunquin. En réalité, il ne s’agit pas de la suite des deux premiers titres mais d’un ajout qui a peu à peu été intégré aux éditions postérieures.

 

L’édition de 1712

Comme souvent pour les ouvrages à succès, des éditions en plus petit format existent : la bibliothèque conserve une édition in-12° publiée à Rouen en 1712-13. Le format est plus petit, le titre rehaussé de couleurs. L’édition est « revüe par un des amis de l’autheur compagnon de ses voyages & augmentée de cartes & d’estampes curieuses ».

 

Cette édition comprend six volumes et est agrémentée de très nombreuses illustrations dépliantes. Les volumes 1 et 2 correspondent au premier volume de la première édition, les volumes 3 et 4 au deuxième volume, le volume 5 au troisième volume ; cette nouvelle édition est augmentée d’un autre texte : la Nouvelle relation de l’intérieur du sérail du grand seigneur qui constitue le 6e volume. Celui-ci, à la différence des cinq autres, n’est pas illustré.

 

Qui est Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689) ?

Jean-Baptiste Tavernier est né en 1605, dans une famille protestante de graveurs et imprimeurs de cartes. Très tôt attiré par les voyages, il a déjà à 22 ans visité l’Europe et maîtrise plusieurs langues. Pendant 40 ans, il parcourut des milliers de kilomètres en Orient allant jusqu’à Constantinople, Goa, Delhi etc. Il s’enrichit notamment par le commerce de pierres précieuses : c’est donc à la fois un grand voyageur et un grand négociant.

Tavernier portait fréquemment dans les salons parisiens un vêtement réservé aux personnages de prestige, offert par le shah de Perse.

Il prépare minutieusement ses voyages, faisant appel à des investisseurs, emportant des marchandises européennes à échanger avec les grands (montres, bijoux…) ; il échange et achète en cours de route (par exemple des perles dans le Golfe persique) pour augmenter la valeur ajoutée et pouvoir rapporter d’Inde en Europe des diamants. Lors de son 6e voyage, il achète 1083 diamants qu’il vend au roi de France à son retour en 1668 (le roi utilisant les diamants pour le trésor royal et pour offrir des cadeaux diplomatiques). C’est un marchand prospère ainsi qu’un grand collectionneur d’objets orientaux (cabinets laqués, soieries, tapis, émaux).

Cette gravure, attribuée à Abraham Bosse, fut diffusée d’abord en feuillet séparé puis intégrée aux éditions.

Il fut anobli par Louis XIV en 1669 et put acheter la seigneurie d’Aubonne, dans le canton de Vaud (où il fit installer un bulbe oriental sur le toit du donjon). Pendant cette (courte) période d’immobilité, il entreprit de publier le récit de ses voyages (ou de voyages accomplis par des proches, comme celui de son frère Daniel au Tonkin ou comme les passages sur le Japon).

Cote BDL 3129/3

Pressé par le démon du voyage, il se lance à 82 ans dans un nouveau périple vers la Perse en passant cette fois-ci par la Russie, où il meurt en 1689 dans les environs de Moscou.

Des récits utiles qui font rêver

Tavernier a passé la plus grande partie de sa vie à voyager. Pour qui cherche à connaître exactement la chronologie de ses itinéraires ou de ses détours, ses récits sont assez touffus mais ils regorgent en revanche de renseignements en tous genres, y compris dans ses nombreuses digressions.

Il évoque tout d’abord beaucoup d’aspects qui touchent le voyage en lui-même, les voyageurs et les façons de voyager : les caravansérails, les voleurs de grand chemin, les péages indus sur les routes, le manque d’eau, les bêtes qui accompagnent les caravanes, la façon de s’habiller, de cacher son argent dans ses vêtements, les routes prises ou celles à éviter, les armes à emporter…

.

.

 

Il parle bien sûr commerce et tractations commerciales (parfois à la limite de l’honnêteté…) ; il décrit les monnaies, parle de poids et mesures, énumère les marchandises convoitées, le prix des denrées.

 

Mais il décrit également ce qu’il voit : des villes et des villages, des cours de grands personnages, les colonisateurs et les colonisés, des coutumes, des costumes, des anecdotes…

.

 

C’est à la fois un livre qui prodigue des conseils aux autres voyageurs et un livre qui peut faire rêver ou intéresser lorsque l’on reste en France, ce qui explique une grande partie de son immense succès attesté par ses nombreuses rééditions et traductions.

Sources

Les six voyages de Jean Baptiste Tavernier, ecuyer baron d’Aubonne, qu’il a fait en Turquie, en Perse, et aux Indes, pendant l’espace de quarante ans, & par toutes les routes que l’on peut tenir, accompagnez d’observations particulieres sur la qualité, la religion, le gouvernement, les coûtumes & le commerce de chaque païs […], à Paris, chez Gervais Clouzier et Claude Barbin, 1777. [Cote BDL : 3129/1 et /2]

Recüeil de plusieurs relations et traitez singuliers et curieux. De J. B. Tavernier,chevalier, baron d’Aubonne. Qui n’ont point esté mis dans ses six premiers voyages […], à Paris, chez Gervais Clouzier, 1779. [Cote BDL : 3129/3]

Les six voyages de Monsieur Jean-Baptiste Tavernier, ecuyer Baron d’Aubonne, en Turquie, en Perse, et aux Indes, pendant l’espace de quarante ans, & par toutes les routes que l’on peut tenir : accompagnez d’observations particulieres sur la qualité, la religion, le gouvernement, les coûtumes & le commerce de chaque païs, avec les figures, les poids, & la valeur des monnoyes qui y ont cours. Nouvelle edition. Revûë, corrigée par un des amis de l’autheur, compagnon de ses voyages, & augmentée de cartes & d’estampes curieuses, à Rouen, chez Eustache Hérault, 1712-13. [Cote BDL : 1R 69793-1 à 6].

 

Bibliographie

Joret, Charles. Jean-Baptiste Tavernier, écuyer baron d’Aubonne, chambellan du grand électeur d’après des documents nouveaux et inédits. Paris : Plon, 1886. [104224]

Van der Cruysse, Dirk. Le noble désir de courir le monde. Voyager en Asie au XVIIe siècle. Fayard, 2002. àç09[Cote BDL : 910.4 CRU]

Une conférence en ligne du Muséum national d’Histoire naturelle : https://www.mnhn.fr/fr/evenement/jean-baptiste-tavernier-et-les-routes-du-diamant

Sur le blog du SCD de Poitiers : https://blogs.univ-poitiers.fr/budl/2016/12/01/une-vie-de-voyages-en-orient-jean-baptiste-tavernier-voyageur-et-negociant-du-xvii%E1%B5%89-siecle/

Sur le blog du Musée national suisse : https://blog.nationalmuseum.ch/fr/2024/01/tavernier-un-baron-en-voyage/



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 24 avril). Les voyages extraordinaires de Jean-Baptiste Tavernier. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9jo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search