Charles Démia, une vie au service de l’éducation des pauvres

Certains grands noms de l’éducation sont tombés dans l’oubli collectif pour diverses raisons : c’est le cas de Charles Démia, prêtre et organisateur d’un vaste réseau de petites écoles pour les pauvres au XVIIe siècle, dont le nom n’est guère passé à la postérité et qui ne bénéficie que d’une petite rue dans sa ville natale de Bourg-en-Bresse – et d’une école privée à Lyon…

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve une édition des Règlemens pour les écoles de ville et du diocèse de Lyon dressez par messire Charles Démia, édités à Lyon « aux dépens du Bureau des Ecoles » et qui se vendent chez un libraire, André Olyer, installé rue Tupin à l’enseigne de la Providence. L’ouvrage n’est pas daté mais il doit être postérieur à 1688, d’après l’épître dédicatoire adressée par l’auteur à l’archevêque de Lyon, Camille de Neuville (archevêque de 1653 à 1693). La version manuscrite de ce texte date de 1674.

 

Les Remontrances de Charles Démia : réveiller les consciences

Charles Démia est né à Bourg-en-Bresse en 1637 et mort à 52 ans à Lyon en 1689.

 

Il commence ses études dans ces deux villes. Il devient docteur en droit ecclésiastique et civil et entre à la Compagnie du Saint-Sacrement. Quelques années plus tard, il monte à Paris ; il est ordonné prêtre à l’âge de 26 ans puis revient à Lyon l’année suivante. À Paris, il a fréquenté des milieux ecclésiastiques engagés dans l’enseignement aux pauvres, notamment à Saint-Nicolas-du-Chardonnet ou aux Bons Amis.

Il devient alors visiteur du diocèse de Lyon : il rencontre là encore une grande inculture et pauvreté auxquelles il lui semble ne pouvoir remédier que par l’instruction. Il adresse aux notables de la ville de Lyon en 1666 une lettre intitulée Remontrances à messieurs les Prévôts des marchands, Echevins et principaux habitants de la ville de Lyon touchant la nécessité des écoles pour l’instruction des enfants pauvres ; par ce texte (disparu), il cherche à capter l’attention et les subsides des élites locales en leur faisant valoir les avantages spirituels et matériels qu’elles retireraient en accordant une certaine éducation aux pauvres : éviter le vol, la dissolution, la fainéantise, engendrés par la grande misère, former une future main-d’œuvre, sauver son âme en faisant acte de charité.

 

En 1668, cette lettre est publiée et se répand dans le royaume : elle suscite un grand enthousiasme qui s’accompagne de nombreuses créations d’écoles pour les pauvres. C’est elle qui ouvre le Recueil des […] papiers importans qui accompagnent, illustrent et renforcent les Règlemens et constituent la seconde partie de l’ouvrage.

 

Des écoles de plus en plus nombreuses

À Lyon même, Charles Démia s’active : une première école est ouverte en 1667 tout près de la cathédrale ; la subvention mettra cependant quatre ans à arriver… Puis le mouvement s’accélère entre 1670 et 1672 : on dénombre à cette date plusieurs écoles de garçons qui fonctionnent, ainsi qu’un séminaire pour former les maîtres, le séminaire Saint-Charles.

Charles Démia s’intéresse également à l’éducation des filles : des écoles pour fillettes sont ouvertes, gérées par un Bureau des Dames ; en 1678, il organise la formation pédagogique et spirituelle des maîtresses qui y enseignent. Cela donne lieu en 1680 à la création de la Communauté des Soeurs de Saint-Charles.

Lorsque Charles Démia meurt en 1689, Lyon compte une vingtaine d’écoles de pauvres comptant chacune autour de cent à cent cinquante élèves. Les écoles sur le modèle de celles de Démia essaiment dans le diocèse de Lyon et dans toute la France.

L’organisation des écoles selon les Règlemens de Charles Démia

Charles Démia n’est pas un rêveur, ni au sens strict un pédagogue ou un maître dévoué : c’est un organisateur et un administrateur. Son désir est de mettre en place un système scolaire et de le rendre viable sur le long terme. C’est le but des Règlemens qui forment la première partie de l’ouvrage de la BDL et de plusieurs des pièces annexes qui corroborent les propositions des Règlemens (ordonnances, lettres patentes, décisions consulaires, etc.). Des écoles organisées comme celles de Lyon et alentour peuvent fonctionner dans toute la France. Les prescriptions qu’il fait sont donc très concrètes.

p. 66 : dans ce document, la ville de Lyon accorde une rente de 200 livres aux écoles des pauvres.

Les écoles, de filles comme de garçons, sont sous la tutelle d’un Bureau des écoles, composé de recteurs dont le nombre varie au fil du temps ; on trouve parmi eux un Directeur général, un Trésorier, un Secrétaire, 3 conseillers… Le Bureau est composé d’ecclésiastiques mais aussi de laïcs pieux.

 

Il est confirmé par des lettres patentes du roi en 1680, reproduites dans la deuxième partie de l’ouvrage.

 

Les tâches diverses nécessitées par la gestion d’une école sont toutes couvertes par les fonctions d’un recteur : le paiement des maîtres et maîtresses d’école (le Trésorier), l’achat du mobilier (le Garde-Meuble), la nomination des maîtres (le Directeur général), la gestion des petits séminaires de formation des maîtres, le dépistage des « faux pauvres », etc. Chaque recteur est également chargé de visiter une école. Les membres sont élus pour 4 ans, renouvelables une fois.

Le Bureau procède à des visites mensuelles des écoles, avec charge d’inspecter le maître mais surtout les élèves et leurs familles : il s’agit de s’assurer de leur état de pauvreté mais aussi de leur piété, des relations parents-enfants…

Pour que les écoles fonctionnent, il ne faut pas que les notables négligent les gestes de piété : avocats et notaires furent mis à contribution pour que les riches n’oublient pas les écoles dans leurs legs et testaments !

La pédagogie dans les écoles de Charles Démia

Les Règlemens traitent aussi de questions pédagogiques, sans les séparer toujours nettement des questions administratives. Le modèle d’enseignement choisi n’a rien de particulièrement original : il importe surtout à Charles Démia qu’il fonctionne efficacement.

L’enseignement est mutuel ; le maître est aidé par plusieurs élèves ; les plus avancés, appelés sous-maîtres, s’occupent d’enseigner aux enfants plus jeunes et moins aguerris. Un décurion fait réciter les leçons, deux aumôniers font répéter le catéchisme, un visiteur va s’enquérir des élèves absents, le balayeur nettoie la classe !

 

Ces écoles, dans lesquelles les enfants restent au maximum 3 ou 4 ans, sont là pour offrir les bases de l’instruction : lire, écrire, compter, apprendre les choses de la religion. Les enfants sont répartis en bandes, c’est-à-dire en groupes de niveau. On commence par apprendre à lire en latin, par la méthode syllabique, puis seulement plus tard en français. L’écriture s’apprend après la lecture (et non en même temps) ; l’arithmétique est restreinte aux calculs essentiels pour la vie courante.

.

 

Les Règlemens embrassent tout : les livres des enfants, les exercices réguliers ou exceptionnels, les horaires, les visites, les inspections, les fêtes religieuses, les prières ; tout est évoqué en détail.

.

 

Certains chapitres évoquent des aspects très concrets : un des « moyens d’attirer les enfants aux écoles des pauvres » c’est de leur donner à manger (pour ne pas qu’ils aillent mendier) ; et Charles Démia d’énumérer les moyens possibles pour donner à manger aux enfants pauvres : récupérer les restes des tables des particuliers, que des familles aisées offrent un ou deux repas par semaine, leur faire faire de menus travaux, inciter ou menacer leurs parents…

 

Charles Démia contribua, par son inlassable activité, à donner une éducation à un certain nombre d’enfants pauvres. Comme toujours à cette époque, son but est à la fois religieux et social : les donateurs sauvent leur âme en pratiquant la charité, les enfants pauvres et leurs familles sauvent leur âme en recevant une éducation religieuse ; l’instruction donnée ou reçue évite également que se forment des bandes de petits mendiants délinquants et dépravés qui entretiennent une insécurité dans les villes et les campagnes, elle contribue à former une main-d’œuvre d’autant plus travailleuse et efficace qu’elle est sortie du besoin primaire. Sous une rhétorique différente, ce sont souvent des buts que se fixent tout au long des siècles les partisans d’un accès à l’éducation pour tous.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Source

Démia, Charles, Reglemens pour les écoles de la ville & diocèse de Lyon. Dressez par messire Charles Demia, prêtre, promoteur general substitué de l’archevêché, & directeur general desdites ecoles. Par autorité de monseigneur l’illustrissime & reverendissime Camille de Neufville, archevêque & comte de Lyon, primat de France, commandeur des ordres du roi, & lieutenant general pour sa majesté aux païs de lionnois, forêts & beaujolois, Lyon, Aux dépens du Bureau des Ecoles, sd. Cote BDL : 1R 180489

Bibliographie

Gilbert, Roger. « Charles Démia et les écoles des pauvres (1637-1689) ». In Avanzini, Guy (dir.). Éducation et pédagogie à Lyon de l’Antiquité à nos jours.Lyon, 1993. p. 69-98. Cote BDL : 337467.

Fournier, Lucienne. « Charles Démia (1637-1689) et les écoles des pauvres ». In Pédagogie chrétienne, pédagogues chrétiens. Paris : éditions Don Bosco, 1996. p. 149-158. Cote BDL : 642661.

Poutet Yves. Cahiers lasalliens. Textes, études, documents. Charles Démia (1637-1689) : Journal de 1685-1689. Rome, 1994. Cote BDL : 169695-56.

Saussac, Roland. « Charles Démia, la Compagnie du Saint-Sacrement, l’Aa et les Petites écoles de Lyon ». In Vergé-Franceschi, Michel (dir). Mélanges offerts à M. le Professeur Bernard Grosperrin. Université de Savoie, 1994. Cote BDL : E 2345.



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 24 mars). Charles Démia, une vie au service de l’éducation des pauvres. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2vu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search