Les pôles au cœur de la fiction destinée à la jeunesse

De la seconde moitié du XIXe siècle au début du XXe siècle, le récit de voyage polaire ne cesse d’osciller entre réalisme et fiction. Il est aimanté au nord comme au sud. Des ouvrages issus des collections jeunesse de la BDL en témoignent.

La force d’attraction des pôles

Les régions polaires, en raison de la fascination qu’elles exercent, sont idéales pour servir de toile de fond aux récits d’aventures et repousser toujours plus loin les frontières du vraisemblable. Ce sont les dernières terres inconnues et inexploitées de la planète situées, qui plus est, aux confins du monde. Il s’agit d’un milieu particulièrement hostile, inhospitalier avec des phénomènes naturels remarquables qui laissent présager d’étonnantes découvertes scientifiques. À cela s’ajoute la possibilité de recourir, dans un tel environnement, à d’extraordinaires machines que rendent plausibles les progrès de la technique.

Jules Verne et le roman d’aventures scientifiques polaires

 

L’auteur des Voyages extraordinaires ne pouvait que posséder une importante connaissance livresque sur les grandes expéditions comme en témoignent les ouvrages de vulgarisation qu’il a écrits sur le sujet. Dans Les Voyageurs du XIXe siècle, il consacre un chapitre entier aux expéditions polaires et à la recherche du passage du Nord-Ouest. Celui-ci devait permettre d’ouvrir une nouvelle route maritime plus courte entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique en contournant les îles arctiques situées au large du Grand Nord canadien et en empruntant un ensemble de chenaux accessibles uniquement durant l’été.

Une dizaine de romans d’aventures verniens se situent aux pôles. L’Épave du Cynthia (1885), co-écrit avec André Laurie, est centré sur la découverte du passage du Nord-Est allant du cap Nord au détroit de Béring par le baron suédois Nils Adolf Erik Nordenskjöld (1832-1901) en juillet 1879 à bord d’un baleinier, la Vega.

L’Épave du Cynthia raconte l’histoire d’un homme sauvé d’un naufrage dans la mer de Norvège alors qu’il était enfant. Devenu adulte, il part en quête de ses origines à bord d’un voilier (l’Alaska) ce qui l’amène à emprunter la même route que la Vega. Son périple le conduisant dans l’océan Arctique est un véritable exploit puisqu’il boucle sans hivernage « en sept mois et quatre jours, le premier périple circumpolaire »1.

Cartonnage aux deux éléphants du relieur Antoine Lenègre (1819?-1867). La plaque à dorer ayant servi pour le décor est signée par Auguste Souze (1829-1900).
Frontispice

Les Anglais au pôle Nord, aventures du capitaine Hatteras (1867) s’inspire des expéditions polaires en quête du passage du Nord-Ouest. L’histoire tragique de John Franklin2 et de son équipage3 est contée par le capitaine anglais John Hatteras. Ce dernier s’est fixé un but mégalomaniaque : atteindre le pôle magnétique afin d’honorer sa patrie en accomplissant un exploit que même un héros comme Franklin n’a pas pu réussir.

Comme c’est l’usage dans un roman vernien, d’autres leçons de vulgarisation sont dispensées tout au long du récit. Ainsi, l’érudit docteur Clawbonny offre un abrégé des récits d’expéditions polaires.

Jules Verne réunit dans son roman l’ensemble des topoï attendus dans un récit d’expédition polaire : bateaux pris dans les glaces, ours polaires, phénomènes naturels grandioses…

Il y souscrit également à la théorie de la polynie (espace de mer libre dans la banquise) ainsi qu’à la légende faisant du pôle Nord une île volcanique magnétique protégée par un immense tourbillon. L’Inventio Fortunata, ouvrage prétendument perdu, qui daterait du XIVe siècle, est à l’origine de cette croyance en une mystérieuse île, entourée par un vortex, située au pôle Nord magnétique constituée de roches noires et baptisée Rupes Nigra. En 1596, le cartographe Gérard Mercator4 la fait figurer sur une carte. En 1855, l’américain Matthew Fontaine Maury (1806 -1873) traite des courants et des vortex océaniques dans son ouvrage Physical Geography of the Sea. Il faudra attendre la fin du XXe siècle pour qu’un volcan sous-marin soit découvert au fond de l’océan Arctique.

Le Sphinx des glaces est le dernier voyage polaire écrit par Jules Verne (1897). Dans ce roman, il impose à ses lecteurs un contrat de lecture trompeur : son écrit est basé sur la relation d’un véritable récit de voyage polaire alors qu’il y met en abyme le roman d’Edgar Poe Les Aventures d’Arthur Gordon Pym (1838) dont il raconte la suite. Verne se détache de cette manière de ses romans précédents en brouillant ostensiblement les frontières entre réel et fiction. Sans doute se joue-t-il ainsi du reproche que lui ont toujours fait ses détracteurs : repousser toujours plus loin les frontières de la vraisemblance.

Un jeune aventurier américain attend avec impatience l’arrivée d’un bateau afin de quitter les îles Kerguelen appelées par James Cook les « îles de la désolation ». Il monte sans hésitation sur la première goélette venue, l’Halbrane. L’homme à la barre de ce navire n’est autre que le frère de Len Guy, capitaine de la Jane qui a sombré en mer. Il n’a qu’un seul but atteindre l’océan Austral afin de retrouver des survivants.

 

Le destin de l’Halbrane rejoint celui de la Jane lorsqu’il est éperonné par un iceberg.

 

Les rescapés sont alors contraints de dériver vers le pôle Sud. Le terme de leur voyage est une île située dans un chenal d’eau libre séparant en deux le continent antarctique. Cette représentation du pôle Sud a été transmise par le géographe français Philippe Buache de Verpont (1700-1773).5.

L’île est dominée par une montagne aimantée en forme de sphinx qui attire inexorablement tout objet métallique. Arthur Gordon Pym, avec son fusil en bandoulière, en a été la victime.

 

Le Sphinx des glaces est l’occasion pour Jules Verne de démythifier le pôle Sud alors qu’il est toujours inviolé à l’époque où il écrit son roman6. Bien qu’il lui conserve son caractère inaccessible – puisque ses personnages dérivent à proximité sans jamais l’atteindre – il en réduit l’étrangeté, considérée jusque-là comme surnaturelle, à un simple phénomène physique. L’électromagnétisme a été théorisé en 1865 par James Clerk Maxwell (1831-1879) (A Dynamical Theory of the Electromagnetic Field).

Salgari, apôtre du dépassement de soi

 

Émilio Salgari (1862-1911), qui s’était autoproclamé le Jules Verne italien, est l’auteur d’Un défi au Pôle Nord paru chez Delagrave en 1912. Deux hommes, l’un français et l’autre canadien, sont épris d’une riche héritière américaine. Afin de les départager, celle-ci leur propose de partir à la conquête du pôle Nord en automobile : « […] lancez-vous à la conquête de ce pôle qui est le rêve de tant d’audacieux navigateurs et de tant de sportsmen. »7. Dans ce roman apparaît une nouvelle forme de motivation poussant à vouloir conquérir le pôle Nord : l’exploit sportif, le dépassement de soi. Les héros, les « surhommes » donnés en exemple aux jeunes lecteurs de Salgari, lui valurent l’approbation du mouvement fasciste.

L’idée de recourir à des véhicules motorisés pour conquérir le pôle n’appartient pas qu’à la fiction. En 1908, Ernest Shackleton (1874-1922)8 avait prévu l’usage d’une automobile pour partir à la conquête du pôle Sud ce qui s’avéra une très mauvaise idée (train des roues motrices endommagé par la glace, roues arrière trop lourdes s’enfonçant dans la neige). En 1911, son rival et compatriote Robert Falcon Scott (1868-1912) fit de même avec des chenillettes sans plus de succès.

Le voyage polaire au féminin

L’ouvrage dont il va être question s’inscrit dans une collection genrée, empreinte de morale, constituée d’ouvrages destinés aux jeunes filles. Il ne s’agit en rien d’une simple bluette. Son intrigue est au contraire riche de nombreux éléments dignes d’intérêt.

Vignette ex-praemio collée au contreplat supérieur

Dans Une Française au Pôle Nord, publié en 1893 chez Hachette, Charles Causse9 et Charles Vincent10, sous le pseudonyme collectif de Pierre Maël, narrent l’expédition polaire menée par un riche industriel à la retraite accompagné de sa fille et de son futur gendre à bord d’un steamer baptisé l’Étoile Polaire.

Le riche capitaine d’industrie souhaite dans un but patriotique « mettre au service de la science une partie de son immense fortune »11 en résolvant le problème posé par l’océan Arctique : est-il libre de glace ?

« […] on avait deux témoignages contradictoires : celui de Nares et Markham, qui, arrêtés le 12 mai, par 83° 20’ 26’’, n’avaient vu devant eux que le pack ininterrompu de l’océan paléocrystique, et en avaient conclu à la négation de la mer libre, et celui de Greely, fondé sur les observations de Lockwood et Brainard qui, parvenus à la même saison par 83° 23’ 8’’, avaient dû reculer devant la dislocation des glaces et la présence de nombreux chenaux dans le pack »12.

 « Qui donc avait raison, des membres de l’expédition anglaise ou de ceux de la mission américaine ? »13.

Les expéditions anglaises évoquées sont deux de celles qui partirent à la recherche de John Franklin et furent prises dans les glaces. L’une est celle à laquelle participa en 1846 Clements Robert Markham (1830-1916) à bord du HMS Assistance. L’autre fait référence à celle à laquelle prit part George Strong Nares (1831-1915) en 1852 à bord du HMS Resolute.

La mission scientifique américaine évoquée est celle de la baie Lady Franklin (1881-1884) commandée par Adolphus Washington Greely (1844-1935) à laquelle collaborèrent James Booth Lockwood (1852-1884) et David Legge Brainard (1856-1946). En hivernage sur l’île d’Ellesmere, l’expédition devait récolter des données en météorologie, en astronomie ainsi que sur les phénomènes magnétiques. Elle aurait battu le record de latitude en atteignant 83°35′ mais tout comme celle de Franklin elle s’acheva très mal puisque seuls sept hommes, dont Brainard, sur vingt-six en réchappèrent. Charles Lanman publia en 1885 un récit basé sur le carnet d’expédition de Lockwood14. Brainard ne fit publier le sien qu’en 194015. La réputation des survivants fut en effet entachée de cannibalisme.

Les héros d’Une Française au Pôle Nord se targuent également d’avoir battu le record de latitude :

 « Nul homme n’est allé aussi loin que nous sur la route du Pôle, puisque nous nous trouvons par 84°35’ de latitude boréale. Sans la fâcheuse barrière que nous oppose le pack, nous aurions atteint le 85e parallèle. »16

En ce début de XXe siècle, les explorateurs savent que le pôle Nord ne peut être atteint en bateau au-delà d’une certaine distance : « Mais ce qu’un navire ne peut faire, j’entends l’accomplir par la route de terre » : clame l’ancien industriel17.

Tous les moyens de transport sont alors susceptibles de suppléer à celui-ci. Ainsi, afin de gagner le pôle par voie terrestre, les héros d’Une Française au Pôle Nord chargent sur des traîneaux un ballon et un sous-marin en pièces détachées.

Quatre ans plus tard, en 1897, le suédois Salomon August Andrée (1854-1897) tentera de rejoindre, avec deux de ses compatriotes, le pôle Nord en ballon à hydrogène à partir du Spitzberg mais sans succès. Les restes de son aérostat ne seront retrouvés qu’en 1930 sur l’île Blanche.18.

 

Le voyage en ballon ayant échoué, le sous-marin est alors testé afin d’atteindre le pôle Nord en passant sous la banquise ce qui n’avait rien d’impossible tout au moins dans le domaine de la fiction. Le capitaine Nemo est en effet le premier héros de fiction à passer sous la banquise antarctique en submersible.

 

Dans le monde réel, après une tentative ratée en 1931, il faudra encore attendre 1958 pour qu’un sous-marin américain réussisse cet exploit. Il s’appelait le Nautilus.

Dans Une Française au pôle Nord, le sous-marin se heurte à une muraille percée par un conduit souterrain. Celui-ci donne accès à d’immenses grottes zébrées par des éclairs de lumière générés par le pôle, véritable condensateur électrique. La théorie d’une Terre creuse fut émise en 1692 par l’astronome anglais Edmond Halley19. Elle serait constituée d’une première coquille creuse, d’environ 800 km d’épaisseur, de deux autres coquilles concentriques et d’un noyau central ; chacune serait séparée par une couche d’atmosphère lumineuse.

Le conduit est également peuplé de monstres antédiluviens qui attaquent le sous-marin : plésiosaures, ichtyosaures, mégalosaures, ce qui n’est pas sans rappeler Voyage au centre de la Terre (1864).

Menacés d’asphyxie dans le tunnel, les occupants du sous-marin regagnent les abysses et sont aussitôt pris dans un vortex créé par la rotation de la Terre – comme dans Les Anglais au pôle Nord, aventures du capitaine Hatteras. Le danger passé, ils finissent par atteindre une île paradisiaque. Depuis le XVIe siècle, persistait une croyance, répandue par le cartographe français Guillaume Postel20, qui situait le paradis au pôle Nord.

Un enfant, héros polaire malgré lui

 

En 1910, deux Malouins, un jeune garçon et son père sont engagés sur une goélette anglaise pour chasser le phoque en Terre de Feu. Tel peut se résumer Un petit Français au pôle Sud publié chez Hachette. Cet ouvrage se situe dans une longue lignée de romans d’aventures vécues par des enfants. Il est écrit en partie sur le modèle vernien – sans toutefois présenter un quelconque caractère extraordinaire. Le récit débute en effet par une leçon d’histoire naturelle avant de tourner au drame avec un naufrage. Sa seule extravagance consiste à faire de Roald Amundsen le sauveur du jeune garçon. L’explorateur est alors en hivernage dans la fameuse baie des Baleines d’où partira son expédition vers le pôle Sud ! Ce roman présente un dernier intérêt qui est de souligner l’immense contribution que les marins naviguant à bord de baleiniers et autres phoquiers ont apportée à la connaissance des régions polaires en particulier en matière de cartographie.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Laurie, André, Verne, Jules. L’Épave du Cynthia. Paris : J. Hetzel et Cie, 1886.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3206

Maël, Pierre. Une Française au pôle Nord. Paris : Librairie Hachette, 1907.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 5166

Salgari, Émilio. Un défi au pôle Nord. Paris : Delagrave, 1912.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 6701

Verne, Jules. Le Sphinx des glaces. Paris : J. Hetzel et Cie, 1897.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 6660

Verne, Jules. Les Anglais au pôle Nord, aventures du capitaine Hatteras. Paris : J. Hetzel, 1867.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 511

Verne, Jules. Les Voyageurs du XIXe siècle. Paris : J. Hetzel, 1880.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 537

Voyages et explorations: la conquête du pôle Nord : un petit français au pôle Sud : au pays des diamants : au pays des perroquets. Paris : Larousse, 1934.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 2100

Bibliographie

Battail, Jean-Francois. Jules Verne et l’imaginaire arctique. Nordic Journal of Francophone Studies / Revue nordique des études francophones, 2020, 3(1), p.  32-42.

Brot, Muriel, Destination Arctique. Sur la représentation des glaces polaires du XVIe au XIXe siècle. Hermann, 2015.

Lépy, Élise. Les représentations de l’Arctique dans L’Épave du Cynthia de Jules Verne et d’André Laurie », Cybergeo : European Journal of Geography [en ligne], 14 février 2020 [consulté le 13 décembre 2023]. Disponible sur le Web : <http://journals.openedition.org/cybergeo/34110>

Rémy, Frédérique. Les pôles, territoires de l’imaginaire où science et fiction s’entremêlent. Projets de paysage [en ligne], 23 décembre 2009 [consulté le 13 décembre 2023], n° 3. Disponible sur le Web : <http://journals.openedition.org/paysage/26394>

Rémy, Frédérique. Les voyages polaires de Jules Verne, Cybergeo : European Journal of Geography [en ligne], 11 juin 2019 [consulté le 13 décembre 2023]. Disponible sur le Web : <http://journals.openedition.org/cybergeo/32455>

Weber, Anne-Gaëlle. Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au XIXsiècle, Sociétés & Représentations, 2006/1, n°21, p. 59-77.



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 24 février). Les pôles au cœur de la fiction destinée à la jeunesse. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwgr

  1. p. 306-307 []
  2. 1786-1847 []
  3. voir billet janvier 2024 []
  4. 1512-1594 []
  5. « Observations géographiques et physiques où l’on donne une idée de l’existence des Terres antarctiques & de leur Mer glaciale intérieure, Mémoires de l’Académie royale des sciences,‎ 1757, p. 190-203, disponible dans Gallica []
  6. Roald Amundsen (1872-1928) le vaincra en 1911 []
  7. p. 67 []
  8. Au cœur de l’Antarctique. Vers le pôle sud (1908-1909) []
  9. 1862-1904 []
  10. 1851-1920 []
  11. p. 11 []
  12. p. 122 []
  13. p. 122 []
  14. Farthest North or The Life and Explorations of Lieutenant James Booth Lockwood, of the Greely Arctic Expedition []
  15. Six Came Back : The Arctic Adventure of David. L. Brainard []
  16. p. 130 []
  17. p. 140 []
  18. Gaudy Hélène, Un monde sans rivage, Actes Sud, 2019 []
  19. 1656-1742 []
  20. 1510-1581 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search