Construction et usage des instruments de mathématiques de Nicolas Bion

  • 2024_SCI_Bion22
  • 2024_SCI_Bion03
  • 2024_SCI_Bion02
  • 2024_SCI_Bion01
  • 2024_SCI_Bion25
  • 2024_SCI_Bion17
  • 2024_SCI_Bion27
  • 2024_SCI_Bion07
  • 2024_SCI_Bion42

La Bibliothèque universitaire possède dans ses collections anciennes deux éditions du Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique de Nicolas Bion : la 3ème édition imprimée à Paris en 1725 chez Michel Brunet (1672-1745) et la 4ème publiée par l’imprimeur-libraire Charles-Antoine Jombert (1712-1784) en 1752. Cette version posthume fut réalisée par son fils et successeur, Jean-Baptiste Nicolas Bion.

Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1725Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1752

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicolas Bion constructeur d’instruments scientifiques

Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1752

Portrait gravé par Nicolas de Larmessin

Nicolas Bion (1652-1733) fut l’un des plus importants fabricants d’instruments scientifiques de son temps. Au service du Roi Louis XIV, il était possible de se procurer dans sa boutique, installée au Quai de l’Horloge sur l’Ile de la Cité, tous types d’instruments de mathématiques et d’astronomie, des plus simples comme les compas, les règles, les équerres, aux plus complexes et spécialisés comme ceux nécessaires pour la levée des cartes, les fortifications ou encore la navigation et l’astronomie. On ignore où Nicolas Bion a fait son apprentissage mais ce fut probablement avant 1678, date de son mariage avec Catherine Malafaire avec laquelle il a eu dix enfants. Il acquiert vite une grande réputation pour la qualité et la diversité des objets qu’il propose, Le Journal des Sçavans du 13 septembre 1688 mentionne : « Ceux qui voudront avoir de ces compas de Trissection, en trouveront chez Mr Bion, sur le quai de l’Horloge du Palais, au Quart de Cercle ».

 L’édition de 1725

Il s’agit de la troisième édition du Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique, l’édition originale date de 1709. Cet exemplaire conservé à la BU Lyon 1 provient du fonds d’ouvrages de l’ancien collège de Tournon transféré à l’université de Lyon en 1888 par décision ministérielle. L’ouvrage est illustré d’un frontispice allégorique et d’une vignette placée en tête de la dédicace au Roi tous deux furent gravés, par Jean-Baptiste Scotin (1678-1740).

Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1725

Frontispice

Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1725

Vignette gravée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De format In-4, l’ouvrage fut imprimé à Paris chez Michel Brunet, Étienne Ganeau, Claude Robustel et Charles Osmont. Il est relié en veau brun, comporte un dos à nerfs orné et une pièce de titre de maroquin rouge. Les tranches sont rouges. La page de titre est en rouge et noir. Le volume devrait contenir 37 planches hors texte gravées en taille-douce or la trente quatrième planche, celle  sur la construction des machines hydrauliques annoncée dans le chapitre II du livre IX est manquante dans l’exemplaire de la BU.mais la planche existe dans l’édition de 1752.

Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1752

Planche XXXIV 1752

Nicolas Bion explique dans sa préface : «  L’accueil favorable qui a été fait aux deux ouvrages que j’ai mis à jour il y a quelques années [en 1709 et 1723] m’a déterminé à exécuter le dessein que j’avais formé depuis long-tems de donner au Public la Construction & les principaux Usages des plus curieux & plus utiles Instrumens de Mathématique qui ont été inventés jusqu’à présent » et il précise «  […] j’ai augmenté cette Edition d’un neuvième Livre où je donne la Construction et les Usages de plusieurs instrumens de Mathématique, de Physique & d’autres machines différentes, qui ont rapport à ce Traité. L’ajout de cette nouvelle partie qui traite des machines hydrauliques, de l’optique et de la construction des différents verres s’accompagne de l’ajout de quatre planches destinées à illustrer ces explications. Les illustrations « […] sont placées dans le corps du livre à la fin des matières dont elles traitent ».

Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1725

Planche XXXVI construction des lunettes de longue vue ou télescopes

 

Edition de 1752

La quatrième édition du traité, paraît après le décès de Nicolas Bion survenu en 1733. Elle est réalisée à l’initiative de son troisième fils, Jean-Baptiste Nicolas Bion (1660-1775) qui lui succède à la tête de la boutique de construction et de vente d’instruments scientifiques. Dans la préface, ce dernier indique que le Livre IX a été fortement retouché et complété par une partie contenant la description des principaux outils qui servent à la construction des instruments de mathématiques. Dans cette édition, le frontispice est complété d’un portrait de Nicolas Bion gravé par Nicolas de Larmessin (1684-1755). Jean-Baptiste Nicolas Bion précise qu’à la demande du Roi, le graveur a ajouté sous la gravure un distique latin tiré des Fastes d’Ovide et quatre vers français. De format In Quarto, l’ouvrage contient toujours 37 planches dépliantes mais le nombre de pages a augmenté atteignant 448 pages1.

Nicolas Bion. Traité de la construction et des principaux usages des instrumens de mathématique. 1725

 

Il est à noter que dès la première édition, l’ouvrage de Nicolas Bion propose une description détaillée du fonctionnement du stylo plume à réservoir. La présentation est illustrée par une planche accompagnée de différentes figures et cela bien avant le dépôt du brevet par Edson Waterman en 1883.2

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Livia Rapatel BU Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie:

Daumas Maurice. “L’histoire des techniques : son objet, ses limites, ses méthodes”. In: Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, tome 22, n°1, 1969. pp. 5-32. Disponible en ligne [consulté le 13 février 2024]

Millet, Audrey.Tracer le monde : outils et instruments de la Renaissance aux Lumières,  Artefact, 4 | 2016, p.215-231.. Disponible en ligne [consulté le 13 février 2024]

Turner, Anthony. Nicolas Bion, Globe-maker, instrument-maker, author and business man” In Globe Studies, no. 59/60, 2014, pp. 198–218. JSTOR

 



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 13 février). Construction et usage des instruments de mathématiques de Nicolas Bion. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtqy

  1. 431 pages dans l’édition de 1725 []
  2. Parvulesco, Constantin. L’art d’écrire : une histoire du stylo plume, Antony, Du May, 2010 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search