De quelques récits d’expéditions polaires issus du fonds de littérature jeunesse de la BDL

Roald Amundsen (1872-1928) – le premier homme à atteindre le pôle Sud en 1911 – déclare dans ses mémoires que ce fut la lecture de récits d’expéditions polaires, durant sa jeunesse, qui détermina sa vocation. Au XIXe siècle, les terrae incognitae faisaient encore rêver. C’est la raison pour laquelle, le thème des expéditions polaires est présent dans le fonds de littérature jeunesse de la BDL. Il répondait parfaitement aux attentes des prescripteurs de livres pour enfants et adolescents : édifier, instruire et divertir. Les ouvrages portant sur les expéditions au pôle Nord, présentant l’incontestable avantage de montrer des ours blancs, sont les plus nombreux dans le fonds !

 

Plus sérieusement, les expéditions au pôle Sud, de par l’inaccessibilité de celui-ci, ont été documentées plus tardivement. En effet, James Cook (1728-1779), qui fut le premier à atteindre le cercle polaire antarctique en 1773 avait déclaré qu’il était infranchissable. Voici un extrait de son Second voyage […], autour du monde, et dans les régions du pole austral. L’édition, présente dans le fonds de littérature jeunesse de la BDL, est en quatre volumes. Elle date de 1804 et a été publiée à Paris chez la veuve Lepetit. Il s’agit d’une traduction de l’œuvre originale. Elle a également été remaniée afin de ne contenir que des morceaux choisis adaptés à un jeune lectorat.

« Nous ne pénétrâmes pas au-delà de 156 degrés 20’ de longitude ouest, et de 66 degrés de latitude sud. N’espérant point franchir cette mer de glace, ayant couru plus d’une fois le risque de nous briser, je crus devoir remettre le cap au nord. […] J’étois certain qu’il n’y avoit point de continent dans cette mer, à moins qu’il ne fût si près du pole, que les glaces le rendent inabordable. »1

Planche extraite de l’Atlas du second voyage de James Cook. Elle a été gravée en taille-douce par Louis Brion de la Tour (1763-1823).

De vrais récits d’expéditions polaires comme œuvres de prix

La découverte d’un passage de mer libre, permettant de relier l’océan Atlantique à l’océan Pacifique, a fait l’objet d’une véritable quête du Graal depuis le XVIe siècle. La motivation était d’ordre économique (faciliter le commerce avec l’Asie) et stratégique (montrer sa suprématie). C’est le passage du Nord-Ouest, entre l’Amérique du Nord et le Groenland qui semble avoir suscité le plus de récits. En 1616, William Baffin (1584-1622) tenta sans succès sa traversée. Le « petit âge glaciaire » mit un terme à d’autres tentatives.

Au XIXe siècle, l’attrait commercial pour le passage du Nord-Ouest renaquit. Les Anglais entreprirent l’exploration du Grand Nord canadien, intéressés par ses richesses notamment minières.

Ferdinand Tugnot de Lanoye (1810-1870) consacre un ouvrage à la recherche de ce passage. Il s’intitule La mer polaire : voyage de l’Erèbe et de la Terreur et expéditions à la recherche de Franklin. La bibliothèque possède une deuxième édition datée de 1865. Ferdinand Tugnot de Lanoye a écrit de nombreux livres touchant à la géographie, à l’ethnologie et aux récits de voyages notamment en Afrique. Cet ouvrage n’est pas spécifiquement destiné à la jeunesse. Il a toutefois été offert en prix comme en témoigne le fer de lycée apposé sur le plat supérieur de l’ouvrage.

 

L’auteur montre, dans la dédicace, qu’il adresse à Jules Simon (1814-1896), qu’il a pleinement conscience de traiter d’un thème maintes fois rebattu. Pour sa part, il souhaite toutefois témoigner d’un parfait exemple de dévouement « […] ardent, […] complet à la science et à l’humanité ».

Il souligne également, dans l’épilogue de son ouvrage, qu’une étude des régions polaires permettrait de « fournir d’utiles inductions sur nos destinées futures » en écrivant la suite « du procès-verbal incomplet et sans dates des bouleversements du sol qui nous porte. » En effet, les mutations du pôle magnétique et « les phénomènes qui en dérivent, tels que les déplacements des espaces d’eau libre dans l’océan Glacial et la dérive périodique des glaces à laquelle nous devons, tous les cinq ou dix ans, des étés pluvieux et des hivers d’une rigueur exceptionnelle » sont « plus qu’il ne faut pour pousser et lier les inquiètes investigations de l’esprit humain à l’étude approfondie des régions polaires »2.

La disparition tragique de John Franklin (1786-1847), évoquée dans cet ouvrage, fut en effet le point d’orgue de la recherche du fameux passage. Cet amiral de la Royal Navy, ayant combattu à Trafalgar, mena plusieurs expéditions polaires entre 1818 et 1825 pour le découvrir.

 

En 1845, il reprit à nouveau la direction du pôle Nord, avec plus d’une centaine d’hommes et deux navires, les HMS Erebus et Terror. La dernière trace de son expédition se situe sur l’île de Beechey, dans l’archipel arctique canadien. Des tombeaux y furent érigés.

 

À partir de 1847, sous l’impulsion de Lady Franklin, une quarantaine d’expéditions partirent en vain à sa recherche. Ce n’est qu’en 1859 que l’expédition dirigée par un officier de la Royal Navy, Francis Leopold McClintock (1819-1907), découvre sous un cairn situé sur la côte ouest de l’île du Roi-Guillaume, un message rapportant la fin de l’expédition. Il indique la date de la mort de John Franklin survenue le 11 juin 1847. Aucun membre de l’expédition ne survécut. Tugnot de Lanoye a joint le document à son livre.

 

Il nomme les hommes partis secourir Franklin les « croisés arctiques ». De nombreuses nations participèrent à sa recherche, dont la France. John Franklin, surnommé « l’homme qui mangea ses bottes »3 à la suite de l’expédition Coppermine (1819-1822), était considéré comme un héros parce qu’il avait survécu à une expédition particulièrement périlleuse dans le Grand Nord canadien. Sa renommée lui valut d’être nommé membre correspondant de l’Institut de France et de la Société de Géographie. Tugnot de Lanoye s’emploie à retracer le parcours de Franklin ainsi que de ceux qui partirent à sa recherche dont le lieutenant de vaisseau français Joseph-René Bellot (1826-1853). Il est, en effet, le premier explorateur français en Arctique. Il mourra en 1853, lors d’une seconde expédition.

 

Bien que se plaçant dans le domaine du récit factuel, basé sur des faits réels, Tugnot de Lanoye n’hésite pas à donner à son récit des accents dramatiques :

« Après avoir dépassé l’entrée de ce détroit, la glace nous emporta au midi, le long de la côte occidentale de Baffin, jusque par le travers de la baie de Pond, au sud de laquelle étaient amoncelées des montagnes de glace sans nombre, placées de manière à nous barrer le passage, et nous offrant la triste perspective de voir se réaliser nos plus affreuses prévisions. Mais, au moment où nous nous y attendions le moins, nous fûmes dégagés presque miraculeusement. »4

De même, l’iconographie de l’ouvrage oscille entre appuyer la crédibilité du propos à l’aide de cartes…

 

… et éveiller l’imagination en offrant représentations de bateaux pris dans les glaces, de phoques, de traîneaux, etc.

.

 

La vignette ci-dessous, montrant des Esquimaudes en partie dénudées, a-t-elle échappé à la censure ? Elle fait écho aux représentations de tribus africaines ou polynésiennes renvoyant au mythe du « bon sauvage » nu et innocent. Il est également possible d’y voir un exemple parmi les nombreuses « planches [de récits de voyages] où des humains sont traités comme des variétés botaniques »5.

 

L’Expédition anglaise au Pôle Nord (1875-1876) : relation du voyage effectué par les bâtiments de Sa Majesté britannique “Alert” et “Discovery » paraît en 1877 chez Delagrave. L’auteur est un officier de marine nommé F. Le Clerc. Il s’agit d’une traduction du journal de bord du Britannique George Nares. Ce dernier a mené entre 1875 et 1876 une expédition maritime en Arctique afin d’atteindre le Pôle Nord via le détroit de Smith, situé entre l’île d’Ellesmere, qui est la plus septentrionale de l’archipel arctique canadien, et le Groenland. L’expédition Nares n’a pas réussi à l’atteindre ni à démontrer la véracité de la théorie de la mer polaire ouverte mais a néanmoins pu recueillir de nombreuses données scientifiques sur les deux îles.

La traduction de la relation du voyage de Nares est accompagnée d’un appareil critique de 40 pages. Dans l’avertissement, l’officier de marine pose le cadre de son récit rigoureux et factuel. Il ne s’agit pas de narrer un voyage dont le but serait une « recherche aussi folle que fantastique du pôle Nord » mais bel et bien de relater « une expédition scientifique destinée à explorer une vaste région inconnue »6. L’auteur donne un historique des expéditions parties à la recherche de Franklin afin, dit-il, de permettre à son lecteur de pouvoir juger en toute connaissance de cause de la réussite ou non d’une expédition polaire et ainsi de mettre en contexte celle de Nares. L’auteur insiste également sur les motivations à associer à de tels voyages. Outre leur indéniable intérêt scientifique ainsi que le moyen d’assouvir « la soif de pénétrer les secrets de la nature », il s’agit avant tout de démontrer son amour pour la patrie7. 13 pages représentent les pavillons des différentes expéditions parties en exploration sur la banquise. Ces illustrations sont complétées par des notes indiquant la composition de l’équipe, les dates de l’expédition, les lieux visités…

 

Ce n’est pas davantage un livre spécifiquement destiné à la jeunesse. Toutefois, l’exemplaire conservé dans les fonds de littérature jeunesse de la BDL arbore sur son plat supérieur un fer de Lycée.

 

Il s’agit là encore d’une marque qui prouve que sa lecture était jugée propre à édifier de jeunes adolescents puisqu’il s’agissait de montrer la force et le courage d’hommes confrontés à un univers des plus hostiles. Il est conçu sur le même modèle que l’ouvrage de Tugnot de Lanoye. Il se veut factuel. Les seules illustrations de l’ouvrage sont une carte et les vignettes représentant les pavillons précédemment évoqués.

 

Il se sert toutefois du registre dramatique – sans doute de manière involontaire à moins que cela ne soit voulu par l’éditeur – en recourant à un titrage tragique des chapitres « Pris dans la banquise », « En danger d’être écrasés » ou encore « Le scorbut éclate ».

Quand le thème du voyage polaire est repris et adapté par les premiers éditeurs pour la jeunesse

Le pôle arctique est épouvantable. C’est ainsi que commence l’ouvrage d’Henri Feuilleret (1817-1879), professeur d’histoire à Saintes et à Aurillac ainsi qu’écrivain pour l’éditeur tourangeau de cartonnages pour la jeunesse Alfred Mame (1811-1893). Il est intitulé sobrement Voyages à la recherche de Sir John Franklin. La BDL possède une septième édition de cet ouvrage, parue en 1880, ce qui témoigne du succès de l’ouvrage qui parut dans la collection Bibliothèque de la jeunesse chrétienne en 1860. Il se situe dans la continuité de l’ouvrage d’Henri Lebrun, publié chez Mame en 1839 : Abrégé de tous les voyages au pôle Nord : depuis les frères Zeni jusqu’à Trehouard (1380-1836)8. Dans l’avertissement de l’ouvrage, l’auteur insiste sur l’ancrage religieux de son récit. Le frontispice choisi par l’éditeur fait de même. Ce dernier est la seule illustration de l’ouvrage comme c’est souvent le cas dans ce type d’ouvrages fabriqués à faible coût9.

 

L’auteur invite ses jeunes lecteurs à ne pas oublier « cette vérité capitale : que la grandeur et la bonté de Dieu se manifestent dans les régions les plus désolées du globe ».

Dans le premier chapitre, l’auteur invite ses jeunes lecteurs à le suivre en voyage. Depuis le Havre, cap au nord-ouest, direction le Groenland, le détroit de Davis et la baie de Baffin :

« Au fond de cette baie on rencontre, au milieu des glaces éternelles des régions polaires, des îles, des caps, des canaux, des presqu’îles, des banquises, des montagnes de glace, des terres élevées, des côtes douteuses, des détroits sans fin, un labyrinthe inextricable dont les sinuosités et les ouvertures évoluent sans cesse, grâce à la perpétuelle mobilité des glaces flottantes. » p. 14.

Après la leçon de géographie, l’auteur enchaîne avec l’histoire maritime, égrenant les noms des navigateurs partis à la recherche de Franklin : des hommes « intrépides, souvent […] martyrs de la science et de l’humanité ». p. 16. Une citation du français Bellot évoqué plus haut, extraite de ses journaux de voyages, figure sur la page de titre.

 

Un autre ouvrage de Feuilleret, dont la première édition daterait de 1876, de même thématique que le précédent, est présent à la BDL. Il s’agit d’une édition (réédition ?) de 1882, publiée chez Mame, intitulée Les successeurs de sir John Franklin : scènes et tableaux des mers arctiques. Alors que les bases du scientisme, né du positivisme scientifique10 ne sont pas encore posées, les relations entre science et religion ne cessent de se tendre. L’ancrage religieux de cet ouvrage en est d’autant plus marqué.

« Où l’on croyait n’avoir à s’occuper que de science et de découvertes, on fléchit le genou et on lève les yeux vers le ciel ; on cherchait le pôle Nord, et on trouve Dieu ! ». p. 14

Il se démarque toutefois du précédent. En effet, outre les périples des nombreux marins partis à la recherche de Franklin et en particulier son compatriote Bellot, l’auteur s’attarde, dans un souci didactique plus marqué, assez longuement, sur la géographie des contrées boréales en répondant à la fameuse question « Les deux pôles sont-ils recouverts d’une calotte solide, formée de glaciers ou de terres glacées, impénétrables pour les vaisseaux, accessibles seulement aux traineaux ? Ou bien existe-t-il au pôle Nord une mer libre accessible en toute saison ? » p. 8.

À noter que cet ouvrage fut offert en prix d’arithmétique à une jeune demoiselle alors que les explorations lointaines – à de très rares exceptions près – étaient encore réservées aux hommes…

 

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

FEUILLERET, Henri. Voyages à la recherche de Sir John Franklin. Tours : A. Mame, 1880. Cote BDL : 2RB 4189.

FEUILLERET, Henri. Les successeurs de sir John Franklin : scènes et tableaux des mers arctiques. Tours : A. Mame, 1882. Cote BDL : 2RB 7080

COOK, James, BRETON DE LA MARTINIÈRE, Jean Baptiste Joseph (traducteur). Second voyage de James Cook, autour du monde, et dans les régions du pole austral ; fait en 1772, 1773, 1774, et 1775. Tome premier [-quatrième]. Paris : chez la veuve Lepetit, libraire, An XII-1804. Cote BDL : 2RA 3074 et 2RA 3075.

TUGNOT DE LANOYE, Ferdinand, La mer polaire : voyage de l’Erèbe et de la Terreur et expéditions à la recherche de Franklin. Paris : Librairie de L. Hachette et Cie, 1865. Cote BDL : 2RA 6818.

NARES, George Strong, LE CLERC, M. F. L’expédition anglaise au Pôle Nord (1875-1876) : relation du voyage effectué par les bâtiments de Sa Majesté britannique “Alert” et “Discovery ». Paris : Ch. Delagrave, 1877. Cote BDL : 2RB 5755.

Bibliographie

AMUNDSEN, Roald, BEC Maurice (Traducteur), PRADO François (Annotateur). Mémoirescarnets de voyages 1911-1928. Paris, Bruxelles : Futur Luxe Nocturne Éditions, Jourdan Éditeur, 2012.

BOURGUIGNON, Annie. Le récit d’expédition polaire comme genre ? In BERTRAND, Gilles, CHARTIER, Daniel, GUYOT, Alain [et al.]. Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle) : De l’invention de l’imprimerie à celle de la photographie [en ligne]. Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise-Pascal, 2020. p. 63-77. Cote BDL : 809.933 2 VOY

FILLION, Alain. À la recherche de l’expédition Franklin : disparue dans l’archipel arctique. Paris : Le Félin, 2007. Cote BDL : 910.4 FIL

HUMBERT, Fabrice. L’expérience des fantômes : roman. Paris : Gallimard, 2019. Cote BDL : 840.900 92 F HUM

IMBERT, Bertrand. Le grand défi des pôles. Paris : Gallimard, 1987.

RÉMY, Frédérique. Les pôles, territoires de l’imaginaire où science et fiction s’entremêlent. Projets de paysage [en ligne], 23 décembre 2009, [consulté le 18 décembre 2023], n. 3. Disponible sur le Web : <http://journals.openedition.org/paysage/26394>.



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2024, 24 janvier). De quelques récits d’expéditions polaires issus du fonds de littérature jeunesse de la BDL. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnut

  1. tome 2, p. 159 []
  2. pp. 276, 277 []
  3. Humbert, 2019 []
  4. p. 24 []
  5. Bourguignon, p. 68 []
  6. p. 2 []
  7. p. 25 []
  8. la 5e édition publiée en 1843 est disponible dans Gallica []
  9. <Cf. billet Les cartonnages d’éditeurs en littérature enfantine : brillants et sans valeur ? mars 2015> []
  10. BRENNER, Anastasios. Science et scientisme. Raison présente, 2009, n°171, pp. 15-27 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search