Hansi ou l’Alsace heureuse

L’Oncle Hansi est trop connu dans la littérature enfantine alsacienne pour que la Bibliothèque Diderot de Lyon ne conserve pas un certain nombre de ses ouvrages dans ses collections patrimoniales jeunesse.

Deux exemplaires notamment méritent l’attention : L’Histoire d’Alsace racontée aux petits enfants contient sur la page de garde un dessin signé H. représentant une petite Alsacienne sur fond de paysage et de village alsaciens. Le livre porte la dédicace suivante « À ma nièce George Le Cerf, Bon souvenir, Hansi 1916 ».

La merveilleuse histoire du bon St Florentin d’Alsace racontée aux petits enfants par l’oncle Hansi avec beaucoup d’images par Hansi et Huen est conservée en deux exemplaires, un exemplaire classique, et une édition de luxe numérotée, en feuilles avec une suite en noir de tous les dessins sur papier Madagascar.

Qui est l’Oncle Hansi ?

Hansi est le pseudonyme de Jean-Jacques Waltz, né à Colmar en 1873 et mort dans cette même ville en 1951. Hansi est un nom de plume qui joue sur la traduction allemande de son prénom (Hans pour Jean et J/I pour Jakob). Après avoir fait ses années de lycée sous occupation allemande, Jean-Jacques Waltz part à Lyon pour y apprendre le dessin industriel ; malade, il doit rentrer en Alsace après deux ans, en 1896, pour travailler comme dessinateur dans des usines textiles. Parallèlement, il se lance dans le dessin de cartes postales et de caricatures, toujours très anti-allemandes ; il écrit et dessine également dans des revues. En 1908 paraît chez Bader un premier livre : Professor Knatschke. La BDL conserve l’édition française parue chez Floury en 1916.

 

À Noël 1912 paraît une œuvre grand format L’Histoire d’Alsace racontée aux petits enfants d’Alsace et de France, dont la BDL conserve une édition de 1913, parue chez Floury, ainsi que Mon village, ceux qui n’oublient pas. Sa production d’ouvrages, notamment pour enfants, continue tout au long de sa vie. En 1919 paraît L’Alsace heureuse où il raconte, toujours de façon illustrée et romancée, son engagement dans le 152e régiment d’infanterie.

 

Dans l’après-guerre, Hansi voit sa popularité diminuer, bien qu’il ait reçu en 1920 la croix de la Légion d’honneur. Ses ouvrages se vendent moins bien et sont tirés à moins d’exemplaires. Il n’est plus au diapason de l’Alsace réintégrée à la France. De cette période, la BDL conserve un ouvrage qui célèbre les beautés de l’Alsace, Colmar en France, écrit par Carlos Fischer et publié en 1923 toujours par l’éditeur Floury.

 

Les aquarelles et les dessins nombreux mettent l’architecture de la ville à l’honneur. Hansi signe de nouveau Jean-Jacques Waltz. Il se concentre désormais sur son métier de conservateur du musée Unterlinden, travaille sur l’héraldique alsacienne et continue de peindre des aquarelles, des dessins publicitaires, des enseignes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fuit l’Alsace intégrée au Reich, et se réfugie à Agen puis en Suisse. Il retourne à Colmar en 1946 où il meurt en 1951.

L’histoire d’Alsace racontée aux petits enfants : un livre d’histoire de l’Alsace ?

 

La préface de l’ouvrage, intitulée « Pourquoi j’ai écrit ce livre », surmontée d’un dessin, expose bien les intentions de l’auteur : il s’agit de prendre sa revanche sur la germanisation forcée qu’ont subie les écoliers alsaciens scolarisés après la défaite de 1870 lorsque l’Alsace était sous domination allemande, domination toujours actuelle lorsque le livre paraît fin 1912. De la même façon qu’un « Gaulois français », en braies, tenant un bouclier avec la croix de Lorraine et le coq gaulois, attaque, sur fond de fleurs, l’hydre germanique aux sept têtes, de la même manière Hansi entend s’opposer à la germanisation. Nul discours de vérité ou de recherche historique dans cette préface dominée par l’émotion, les adjectifs emphatiques et les exclamations ! Hansi va bien écrire « le livre que nous aurions tous aimé avoir », qui se soucie plus de répondre à des attentes patriotiques que de réfléchir à la notion de vérité historique. Pour qui lit attentivement cette préface, le livre ne peut décevoir car tout son programme y est clairement annoncé.

Quant à l’histoire, elle est partout transformée pour servir le dessein premier : dans la construction de l’ouvrage, dans les légendes des illustrations (« Les Huns devant Strasbourg » pour la légende du siège de Strasbourg en 1870), dans la négation de toute la culture germanique de l’Alsace, des conflits internes à la région ou des expériences politiques originales de celle-ci. Il ne s’agit donc pas d’un livre d’histoire mais bien d’un livre à charge.

 

Un artiste-illustrateur

Si Hansi a eu beaucoup de succès et peut en avoir encore aujourd’hui, c’est en raison de ses illustrations et non de ses textes, dont le chauvinisme flagrant ne rencontre plus d’écho aujourd’hui : on regarde avec plaisir Hansi mais on ne le lit plus. Seuls ses ouvrages illustrés ont survécu dans la mémoire collective.

Mon village […], p. 5.

C’est un dessinateur qui a un fort sens de la mise en page et de la couleur : il n’y a pas deux pages dont la construction soit identique ; on trouve ainsi tour à tour des illustrations de pleine page, des doubles pages, des encadrements, des vignettes, des encadrés de différentes formes, des frises, des images détourées. À chaque fois qu’il tourne une page, le lecteur découvre une autre organisation graphique.

L’Alsace heureuse, p. 22 et 43

Les couleurs sont également très variées, empruntant à tous les tons ; le dessin est précis, aussi bien dans l’architecture que dans les personnages ou les paysages ; il regorge de petits détails qui sont toujours un plaisir à rechercher dans des scènes globales.

Un humour très anti-Allemand

Les ouvrages de Hansi ne sont pas dépourvus d’humour. Cet humour est certes très partial et se déploie toujours au détriment des Allemands, mais il fonctionne encore assez bien ! Les références et motifs, qui se répondent, se répètent et se transforment tout au long de l’œuvre, confèrent à celle-ci une unité. Les clichés sont évidents : les Gaulois sont bons vivants et malins, les Allemands, féroces, grossiers, primitifs. Ils se reconnaissent à un certain nombre de caractéristiques : dégingandés ou gros, portant lunettes, souvent avec un sac à dos dans lesquels ils emportent des objets volés.

L’histoire d’Alsace […], p. 9, 15, 62, 76, 85

Dans L’Histoire d’Alsace racontée aux enfants, un captif allemand de l’époque romaine porte des lunettes ; autour de son cou, un cadran solaire qui au fil du temps deviendra pendule : allusion soi-disant à ces pendules que l’occupant aurait volées au temps de l’occupation post-1870 ? allusion à la ponctualité allemande ? Toujours est-il que la caricature est tellement énorme que ce comique de répétition finit par fonctionner – on peut penser aux ressorts comiques qui ont fait pendant des années le succès d’Astérix.

La force de Hansi c’est d’imposer ces personnages œuvre après œuvre : le public a plaisir à les retrouver, à la fois identiques et toujours un peu transformés.

Professor Knatschke p. 115

L’Allemand vient également en touriste en Alsace, toujours habillé en randonneur, avec sa femme, mal habillée et trop maigre, ses enfants ridicules – les jeunes filles allemandes font penser aux jeunes Artémise et Cunégonde de La Famille Fenouillard.

Mon village […], p. 17

C’est l’outrance qui fait sourire : même le paysage allemand est décrété sans intérêt – paysage plat, laid et froid, agrémenté de corbeaux moribonds…

Professor Knatschke, p. 86-87

En réalité, ces illustrations n’ont pas été pensées et dessinées avec la distance qui nous permet d’en sourire aujourd’hui. Dans l’entre-deux-guerres d’ailleurs, le succès de Hansi décline car cet anti-germanisme forcené n’est plus forcément partagé dans l’Alsace redevenue française.

Une certaine vision de l’Alsace

Chez Hansi, tout ce qui touche la France et en particulier l’Alsace est magnifié. Ces images ont la vie dure car aujourd’hui, ces dessins de Hansi participent d’une véritable industrie touristique avec un musée à Colmar et d’innombrables cartes postales et bibelots qui reprennent ces images peignant une Alsace heureuse, pour reprendre un titre de Hansi paru en 1919, fortement française et mythique. Les cigognes, les cocardes bleu-blanc-rouge, les coiffes noires en signe de deuil, la cathédrale de Strasbourg avec sa flèche manquante, toute l’imagerie populaire attachée à l’Alsace est présente. Après la victoire de 1918, s’ajoute le poilu bleu horizon. Seuls le riesling, les kougelhopfs et les bretzels, pourtant clairement de culture germanique, sont intégrés comme symboles alsaciens, curieusement dénués de toute germanitude. Dans ce très beau style coloré qui caractérise Hansi, les drapeaux tricolores sont de toutes les pages. Quant aux Allemands, toujours aussi ridicules dans la fuite que dans la conquête, ils terminent en épouvantail. Lorsque l’on connaît le mélange de culture germanique et française qui caractérise le territoire alsacien, l’on peut être surpris de cette volonté de fer de n’être assimilé qu’à la France.

 

La merveilleuse histoire du bon St Florentin

Parmi les ouvrages de l’après-guerre, est publié en 1925 La merveilleuse histoire du bon St Florentin d’Alsace racontée aux petits enfants par l’oncle Hansi avec beaucoup d’images par Hansi et Huen, toujours chez l’éditeur Floury. La mise en page est toujours aussi belle, soignée, changeante, ce qui en fait un très beau livre pour enfants. Vignettes, illustrations de pleine page, textes mordant sur l’image, armoiries, lettrines, frises courant d’une page sur l’autre mettant en scène monuments, personnages, animaux, architectures : toutes les possibilités de l’illustration sont utilisées dans un très beau style médiévalisant, qui a abandonné les références permanentes aux motifs anti-germaniques.

 

Même s’il est surtout connu pour ses livres sur l’Alsace, Hansi est un artiste complet qui a travaillé dans tous les domaines de l’illustration avec diverses techniques. Son aversion pour l’Allemagne, qui pourrait être incompréhensible et choquante aujourd’hui, a été transfigurée par la qualité de ses dessins à la ligne claire et s’est transformée sur un malentendu en motifs comiques, à nos yeux dénués de nationalisme sérieux. Ne reste que cette image d’une Alsace mythique et colorée, entrée dans l’imaginaire national.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Professor Knatschke. Œuvres choisies du grand Savant allemand et de sa fille Elsa. Paris : H. Floury, 1916. Cote BDL : 2RC 7177.

L’Histoire d’Alsace racontée aux petits enfants d’Alsace et de France. Paris : H. Floury, 1913. Cote BDL : 2RE 1139.

Mon village. Ceux qui n’oublient pas. Paris : Floury [1913]. Cote BDL : 2ROM 1066.

L’Alsace heureuse, la grande pitié du pays d’Alsace et son grand bonheur raconté aux petits enfants. Paris : H. Floury, [192?]. Cotes BDL : 2RE 1181 et 2RE 6507.

Fischer, Carlos. Colmar en France, 110 aquarelles dessins et eaux-fortes par Hansi. Paris : H. Floury, 1923. Cote BDL : 2RE 1734.

La merveilleuse histoire du bon St Florentin d’Alsace racontée aux petits enfants par l’oncle Hansi avec beaucoup d’images par Hansi et Huen. Paris : H. Floury, 1925. Cotes BDL : 2RE 3024 et 2RE 3216.



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 décembre). Hansi ou l’Alsace heureuse. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vej5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search