Deux Alphabets de Léon Becker

La BDL conserve dans ses fonds patrimoniaux un grand nombre d’abécédaires à destination des enfants qui apprennent à lire. Deux d’entre eux ont retenu notre attention : l’Alphabet des oiseaux et l’Alphabet des insectes, écrits mais surtout dessinés par Léon Becker (1826-1909). Tous deux sont parus dans la collection « Bibliothèque d’éducation et de récréation » de l’éditeur Pierre-Jules Hetzel (1814-1886), sans doute en 1879 et 1882.

.
.

Les deux cartonnages sont jolis et soignés, recouverts de percaline rouge (pour les oiseaux) et bleue (pour les insectes), dorée, gauffrée, avec des bords biseautés. Les motifs centraux, encadrés de rinceaux divers, représentent un oiseau au nid avec ses oisillons et des insectes cherchant à déchiffrer un alphabet. Les tranches sont dorées. Le cartonnage de l’Alphabet des insectes est signé Paul Souze. Ces abécédaires font partie de la collection des Albums Stahl.

.
.

Ce qui frappe également, dans ces deux ouvrages, c’est la très grande qualité des illustrations, aussi bien dans le détail technique et la précision du dessin, que dans la mise en scène et le rendu gravé. Seuls les lettres et les mots sont en rouge, tout le reste est en noir et blanc, ce qui confère une grande élégance à ces deux albums.

Ces alphabets répondent à bien des égards aux codes classiques du genre : ils sont abondamment illustrés, lettre par lettre, et présentent à chaque fois quelques syllabes et mots commençant par ladite lettre.

.
.
.

Léon Becker, un illustrateur de l’équipe Hetzel

Léon Becker est un artiste belge qui a participé à de nombreux salons et manifestations artistiques. Il pratique aussi bien l’aquarelle que l’eau-forte ou la lithographie. C’est également un illustrateur prolixe.

Son nom était suffisamment connu déjà dans les années 1850 pour apparaître comme argument de vente sur la couverture de l’Histoire d’un aquarium et de ses habitants, écrit par Ernest Van Bruyssel, publié en 1865 : en réalité, le livre n’est illustré que de dessins d’Édouard Riou (1833-1900), autre illustrateur d’Hetzel, d’après Léon Becker…

.
Cote BDL : 2RD 335

Il a collaboré notamment plusieurs fois avec l’écrivain belge Camille Lemonnier (1844-1913), toujours chez l’éditeur Hetzel, dans des ouvrages destinés aux enfants comme L’histoire de huit bêtes et d’une poupée (1884). Dans ce recueil de contes, il illustre sans surprise « Les mésaventures d’un hibou » et l’« Histoire d’un chardonneret prisonnier » ainsi que les « Aventures d’un petit lapin blanc ». Dans l’exemplaire de la Petite bibliothèque blanche (autre collection d’Hetzel, ambitionnant de présenter de courts récits à des prix abordables), bien que son nom n’apparaisse pas (aucun nom d’illustrateurs n’est cité), c’est cependant l’une de ses illustrations qui figure en frontispice.

Cote BDL : 2RB 7613

Dans Les joujoux parlants (1891), autre titre de Camille Lemonnier paru également dans la Petite bibliothèque blanche, sept illustrateurs figurent en page de titre ; Léon Becker n’y illustre pas forcément les textes parlant d’animaux, son talent ne se limitant pas simplement à la peinture animalière.

Cote BDL : 2RB 7614

S’il ne fait peut-être pas partie des dessinateurs les plus prolifiques d’Hetzel, il appartient en revanche au vivier des « plus éminents […] artistes » de la maison d’édition. Il apparaît régulièrement dans les illustrateurs de la rédaction du Magasin d’éducation et de récréation, comme en 1886 où il illustre Périnette : Histoire surprenante de cinq moineaux, écrite par Ernest Candèze (1825-1898). Il est cité également pour les numéros de l’année 1895.

.
.

Dès 1877, Hetzel lui propose de concevoir trois ou quatre alphabets des animaux. L’Alphabet des quadrupèdes, évoqué dans une lettre de Stahl-Hetzel à Becker, n’a pas vu le jour, ni le 4e abécédaire.

Les dessins des deux alphabets ont été gravés par Fortuné-Louis Méaulle (1843-1916), lui-même artiste et graveur sur bois debout renommé (son nom n’apparaît en revanche que sur la page de titre alors que Léon Becker signe chacune de ses illustrations). Hetzel, pour ces beaux livres susceptibles de servir de livres d’étrennes, s’est entouré d’artistes connus et réputés dans le monde de l’illustration. C’est d’ailleurs encore Fortuné Méaulle qui grave les dessins de Léon Becker dans Périnette.

.

Léon Becker, un entomologiste reconnu

Léon Becker cultive une autre passion que le dessin : il est également un entomologiste reconnu. C’est notamment un grand spécialiste des araignées : il en a établi plusieurs catalogues après avoir exploré plusieurs régions d’Europe. Son ouvrage le plus connu sur le sujet est Les arachnides de Belgique qui comprend trois parties publiées entre 1883 et 1896 à Bruxelles, accompagnées de deux importants atlas de planches qu’il a dessinées lui-même. Il a publié sur ce sujet de nombreuses observations dans les Annales de la société entomologique de Belgique. Il n’est pas hostile à la vulgarisation de ces savoirs comme le montrent ses ouvrages Les êtres méconnus : étude sur l’araignée, publié à Bruxelles en 1881 ou Mémoire d’une lycose publié en 1884. Le frontispice de l’Alphabet des insectes peut être vu comme un clin d’œil à cet intérêt.

.

Pour les enfants, il a également illustré un livre d’Ernest Van Bruyssel, Les clients d’un vieux poirier : le monde des insectes, publié chez Hetzel en 1878. La BDL ne le conserve malheureusement pas mais il est visible sur Gallica.

Des alphabets pour petits et grands

Dans les Alphabets de Léon Becker, ce qui est remarquable, par-delà la qualité artistique, c’est également l’humour du propos, uniquement porté par le dessin – puisque le texte est par définition très succinct.

L’Alphabet des oiseaux est particulièrement féroce dans la satire sociale : la plupart des oiseaux sont représentés dans des postures et activités humaines, qui tournent vite au ridicule. Certains sont habillés, du simple chapeau au costume complet, masculin ou féminin. Beaucoup sont représentés dans des attitudes totalement humaines : le contraste entre ces attitudes et les aspects animaux (becs, pattes, plumes) fait naître le rire ; le décorum humain devient risible, d’autant plus que souvent, un petit oiseau « au naturel », quelque part dans l’illustration, fait ressortir l’opposition nature/culture au détriment de cette dernière. L’humour se niche jusque dans les moindres détails qui sont tous extrêmement soignés. On pense à Grandville et à ses caricatures zoomorphes…

.
.

L’Alphabet des insectes est moins incisif : certaines mises en scène des insectes sont juste amusantes car inusuelles pour ces petites bêtes – des insectes font par exemple du patin à glace ou jouent à la corde à sauter avec deux petites filles. La satire est présente (lettres C ou D) mais elle est plus douce et moins systématique pour répondre à une demande de l’éditeur qui enjoint à Becker de « cherche[r] de préférence les bêtes bien connues. [Il s’agit] d’être clair pour les bébés et amusants pour tous ».

.
.

Ces alphabets semblent pouvoir être soumis à une double lecture : une lecture enfantine (accompagnée) qui pourra être intéressée par les animaux, leur environnement, mais aussi une lecture pour jeunes adultes (lycéens et au-delà) et pour parents qui seront plus réceptifs au mordant du propos et à l’humour omniprésents. Le choix des mots qui accompagnent chaque lettre confirme cette impression : certains sont des mots simples ou décrivant l’animal présenté à l’image (nandou, sauterelle) mais d’autres sont complexes et n’appartiennent pas au vocabulaire des enfants (urbanité, victime, émerillon, oisiveté).

.

Ce qui fait la force de ces alphabets c’est d’être à la fois d’une très grande qualité artistique et de faire montre d’un humour qui garde encore aujourd’hui toute sa saveur. C’est en revanche leur absence de couleur, à une époque où la chromolithographie connaît ses premiers grands succès, qui leur vaudra de disparaître du catalogue Hetzel dès 1899…

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Bibliographie

Litaudon-Bonnardot, Marie-Pierre. Les abécédaires de l’enfance : verbe & image. Presses universitaires de Rennes-IMEC, 2014
> cote BDL : 371.33 LIT



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 novembre). Deux Alphabets de Léon Becker. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://bibulyon.hypotheses.org/20141

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search