Oswald Croll, Paracelse et la théorie des signatures

  • Oswald CROLL001
  • Oswald CROLL27
  • Oswald CROLL35
  • Oswald CROLL13
  • Oswald CROLL15
  • Oswald CROLL44
  • Oswald CROLL18
  • Oswald CROLL19
  • Oswald CROLL21
  • Oswald CROLL26
roll, Oswald. Royale Chimie.1634?

P. de titre

Le mois dernier, nous avions consacré un article à la place de l’alchimie dans les pratiques médicales du XVIe siècle, à travers un ouvrage du médecin et alchimiste Paracelse. Ce mois-ci, nous vous invitons à poursuivre cette exploration en découvrant une édition ancienne de la Royale Chimie d’Oswald Croll, un traité qui s’appuie sur la doctrine alchimiste de Paracelse pour développer la théorie des signatures et son application en médecine.

Oswald Croll (1560-1609)

Oswald Croll, ou Crollius, est l’un des principaux disciples de Paracelse, dont il reprend les théories en accroissant leur dimension théologique. Né en 1560 à Wetter, dans le Saint-Empire romain germanique, il reçoit une excellente formation à la médecine dans plusieurs universités. Il fait de nombreux voyages en Europe, au cours desquels il aurait rencontré plusieurs alchimistes tels que Giambattista della Porta ou Venceslas Lavinius. Après plusieurs années en tant que médecin itinérant en Europe de l’Est, il s’établit à Prague en 1602, où il acquiert une certaine renommée après avoir soigné le prince Christian Ier d’Anhalt-Bernbourg. Il rejoint alors le cercle d’alchimistes et d’astrologues de l’empereur Rodolphe II et reçoit un soutien matériel de la part du prince Christan Ier pour mener ses expériences

La Royalle Chymie

 

 

 

 

 

 

 

La Royalle Chymie, initialement publiée en latin sous le titre Basilica Chymica, est une somme de la pensée et des expériences de Croll. Parue en 1609, son succès est tel qu’elle fut constamment rééditée tout au long du XVIIe siècle et connut des traductions en allemand, français, anglais et arabe. On la considéra longtemps comme la meilleure introduction à la pensée de Paracelse. L’exemplaire conservé par la BU est une traduction de l’ouvrage en français par I. Marcel de Boulene, publié vers 1634 chez l’éditeur Mathurin Henva. Le document est en format in-8°. La reliure est en parchemin et fait apparaître clairement le passage du temps ; le titre manuscrit se déchiffre encore sur la tranche. Le document comporte un ex-libris manuscrit, peu lisible. La page de titre présente une marque d’imprimeur arborant un L, des sceptres et une couronne. Les premières pages, endommagées, ont été restaurées avec du papier japon.

 

Croll, Oswald. Royale Chimie.1634?

Préface admonitoire

L’ouvrage débute par une « préface admonitoire » de plus de 200 page au cours de laquelle Croll résume la conception du monde de Paracelse, en particulier sa pensée théologique. Croll s’inspire ici de Petrus Severinus, autre disciple de Paracelse, qui avait déjà tenté de synthétiser sa doctrine. Tout en reprenant les théories du médecin suisse, Croll développe la dimension chrétienne de l’alchimie, en replaçant Dieu au centre de tout : la connaissance de la nature serait inféodée à la connaissance de Dieu, à laquelle l’homme peut accéder grâce à son « âme immortelle ». Cette croyance se traduit par la théorie des correspondances macrocosme-microcosme, au cœur des pratiques médicales de Croll : selon cette théorie, tout organe du corps humain (microcosme) correspond à une substance du monde (macrocosme), telle qu’un végétal ou un animal, de laquelle le médecin va pouvoir tirer un remède. De cette conception découle la théorie des signatures.

Croll, Oswald. Royale Chimie.1634?

Royalle Chymie, p.32-33

 

La deuxième partie de l’ouvrage constitue la Royalle Chymie de Crollius proprement dite, dans laquelle Croll propose un guide pratique de préparation des remèdes. Il y détaille les opérations chimiques à réaliser sur chaque substance afin d’en isoler la partie « parfaite », qui agira comme puissance active contre la maladie, et expose les effets des remèdes ainsi préparés.

 

 

 

 

 

Un traité des « signatures »

Enfin, la troisième partie du livre consiste en un « Traicté des signatures. Ou vraye Anatomie du grand & petit monde », dans laquelle Croll développe la théorie des signatures esquissée par Paracelse. Cette partie de l’ouvrage est la seule à présenter quelques lettrines et bandeaux décoratifs. La croyance selon laquelle la ressemblance d’un animal, végétal ou minéral avec un organe du corps humain serait le signe de son efficacité à soigner cet organe était déjà présente au Moyen Âge. Paracelse préconisait l’étude de la nature afin de reconnaître ces connexions entre les substances et les maladies qu’elles pourraient soigner.Croll, Oswald. Royale Chimie.1634?

Croll, Oswald. Royale Chimie.1634?

Traité des signatures p.42-43

Croll développe et systématise cette idée, en exposant d’abord ses fondements théoriques. Il affirme ainsi que Dieu aurait « signé » son œuvre, la nature, si bien que l’initié peut apprendre à lire celle-ci en observant le monde et donc accéder au savoir. Il entreprend ensuite une liste des substances aptes à soigner du fait de leur ressemblance avec l’objet du soin. On apprend ainsi que l’on soulage des membres engourdis par le froid en les lavant d’« eau de neige », parce que « le froid attire le froid » ; que porter autour du ventre la peau de l’estomac d’un loup, d’un vautour ou d’un cygne calmera grandement les problèmes de digestion ; ou encore que la fleur de lys, qui « porte la signature d’une goutte » du fait de sa forme pendante, servira à soigner la maladie du même nom (la goutte).

Le « Traité des signatures » se poursuit par une liste des correspondances de toutes natures entre l’univers et l’homme : ainsi, les « disciples indociles » tiendraient leur signature « par les asnes & les moutons », quand la tempête serait liée à l’épilepsie. Enfin, l’ouvrage se conclut par une table des symboles attribués aux planètes, métaux, substances chimiques et autres éléments intervenant dans la pratique alchimique ; et par une table des substances naturelles et de ce qu’elles sont amenées à soigner selon la théorie des signatures. Si la notion de signatures nous paraît aujourd’hui fantaisiste, les conceptions scientifiques de Croll, en s’opposant à la théorie des humeurs de Galien, marquent le tournant progressif de la médecine galéniste vers la médecine moderne basée sur la biochimie. L’auteur est également représentatif du courant iatrochimique qui aboutira à la naissance de la chimie en tant que science indépendante, distincte de l’alchimie.

Croll, Oswald. Royale Chimie.1634?

Royalle Chymie, Traité des signatures p.118

Royalle Chymie, Traité des signatures p.118

Table «Seconde indice des matières principales»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Marine Marchelli bibliothécaire enssib

 Source:

Croll, Oswald. La Royale Chimie de Crollius. Paris : Mathurin Henva,[1634]

Bibliographie :

Hutin Serge. L’Alchimie. Paris: Presses Universitaires de France, 2011. Disponible en ligne [consulté le 12 septembre 2023]

Lécaille, Claude. L’Aventure de la chimie jusqu’à Lavoisier. Paris : Vuibert : Adapt, impr., 2004

Priesner, Claus. « Oswald, Crollius (ca. 1560-1609) », in Applebaum,Wilbur. Encyclopedia of the Scientific Revolution. London: Taylor & Francis, 2000, p. 277-279. Disponible en ligne [consulté le 12 septembre 2023]

Richardson-Boedler, Cornelia. «The Doctrine of Signatures: a historical, philosophical and scientific view (I)», in British Homeopathic Journal. Stockton Press, 1999, n°88, p. 172-177. Disponible en ligne [consulté le 12 septembre 2023]

 

 

 



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 12 septembre). Oswald Croll, Paracelse et la théorie des signatures. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0ae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search