Remarques et décisions de l’Académie françoise, recuëillies par M. L. T., Paris, 1698

Ce billet a été réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiants et d’étudiantes du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles »).

Le fonds patrimonial de la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve deux exemplaires d’un livre intitulé : Remarques et décisions de l’Académie françoise, recuëillies par M. L. T. L’ouvrage est imprimé à Paris, chez Jean-Baptiste Coignard, en 1698.

Cote BDL : 22855
Cote BDL : DIV 31

 

Les producteurs de l’ouvrage

L’Académie française

Les Remarques et décisions de l’Académie françoise ont pour productrice intellectuelle principale l’institution même de l’Académie française.

Le XVIIe siècle est en effet marqué par un mouvement progressif d’étatisation de la culture. Une date clé de ce processus est 1635 qui voit la création officielle de l’Académie française, par lettres patentes du roi Louis XIII, à l’initiative du cardinal de Richelieu.

Pierre-Paul Sevin, Une séance à l’Académie au Louvre sous Louis XIV (estampe du temps). Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La Compagnie – à l’origine composée de douze membres seulement, parmi lesquels de nombreux hommes de lettres attachés à Richelieu – se dote de statuts et de règlements visant, en autres aspects, à définir ses objectifs et ses missions. Les articles XXIV à XXVI stipulent :

  • « La principale fonction de l’Académie sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possible à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. (XXIV) »
  • « Les meilleurs auteurs de la langue française seront distribués aux Académiciens pour observer tant les dictions que les phrases qui peuvent servir de règles générales et en faire rapport à la Compagnie qui jugera de leur travail et s’en servira aux occasions. (XXV) »
  • « Il sera composé un Dictionnaire [coordonné par le grammairien Vaugelas], une Grammaire, une Rhétorique et une Poétique sur les observations de l’Académie. (XXVI) »

Les Remarques et décisions de l’Académie françoise voient le jour en 1698, soit quatre ans après le Dictionnaire (1694), cette première édition ayant fort tardé à paraître, comme cela est notoire.
Dans son « Avertissement » liminaire, l’auteur répond de manière habile aux critiques sur l’absence de publications par l’illustre Compagnie depuis les Sentiments sur la tragi-comédie du Cid (1638) en s’abritant justement derrière l’argument du labeur :

  • « Le Public tousjours mal informé du travail de l’Académie Françoise, s’est scandalisé souvent, peut-estre avec quelque raison, de ne voir sortir aucun Ouvrage d’une si Celebre Compagnie. […] Le Dictionnaire a servy d’occupation. »

Or, avance encore l’auteur, le travail effectué par ses collègues est inconnu du public d’où le dessein de l’ouvrage qui consiste à rendre visibles les « remarques et décisions » de l’Académie afin de confirmer et accroître sa réputation.
Au fond, le recueil montre les Académiciens se livrant au travail de révision du Dictionnaire pendant ces cinq années d’intervalle (1694-1698). L’Histoire de l’Academie françoise, publiée en 1729 par l’abbé Pierre-Joseph d’Olivet, fournit des éléments de genèse qui aident à cerner plus précisément le contexte de publication ainsi que les objectifs des Remarques :

Cote BDL : 1R 142655-2 (tome 2, page 52)

 

L’abbé Tallemant

La mention « Recuëillies par M. L. T. » désigne à l’attention du lecteur un second producteur intellectuel, non plus collectif mais individuel : il s’agit de l’abbé Tallemant, qui assure le rôle de compilateur desdites « remarques et décisions », et peut-être aussi de rédacteur principal.
Au titre, Tallemant est identifié à l’aide de ses seules initiales. Sur les exemplaires de la Bibliothèque Diderot de Lyon, une main (sans doute celle d’un bibliothécaire), est venue développer le nom en écrivant « Louis Tallemant » ou « Paul Tallemant » à l’encre.

Deux développements manuscrits des initiales M. L. T. [cotes BDL 22855 et DIV 31]

Ce Louis Tallemant est difficile à situer dans la grande famille de savants et d’hommes de lettres dont il serait issu tant sont inexistantes les informations sur sa personne.

L’auteur des Remarques et décisions de l’Académie françoise serait plutôt Paul Tallemant (1642-1712), dit « le Jeune », élu à l’Académie en 1666. Théologien, prédicateur et numismate, il fut secrétaire perpétuel de l’Académie des Médailles (des Inscriptions).

Paul est le cousin de l’abbé François (1620-1693), lui aussi académicien, et du fameux mémorialiste Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690).

Louis serait-il le frère de Paul, comme on peut le lire quelquefois ? En vérité, l’initiale L ne renvoie pas au prénom, mais au titre ecclésiastique : M.[onsieur] L.[’abbé] T.[allemant]. L’Histoire de l’Academie françoise vient confirmer la signature, qui est bien celle de Paul.

L’éditeur

L’éditeur des Remarques et décisions de l’Académie françoise est l’imprimeur-libraire parisien Jean-Baptiste II Coignard (1667?-1735), qui appartient à la dynastie réputée des Coignard.

Fils aîné de Jean-Baptiste I (1637?-1689), Jean-Baptiste II succède à son père comme imprimeur attitré de l’Académie française.

 

L’adresse typographique précise son titre principal (« Imprimeur ordinaire du Roy » ; 1687), ainsi que le lieu de son atelier (établi dans la prestigieuse rue Saint-Jacques à Paris), et enfin le nom de son enseigne (« à la Bible d’or »), qui n’est pas sans rapport avec la production ayant fait la fortune de sa famille, à savoir l’édition des travaux des Mauristes (œuvres de saint Ambroise, de saint Bernard, ou encore de saint Basile).

Jean-Baptiste II se spécialise quant à lui dans les dictionnaires. L’un des titres les plus fameux et les plus rentables de la fin du règne de Louis XIV – Le grand dictionaire historique, de Louis Moreri – sort de ses presses.

Une édition partagée du Supplément, cote BDL HI 4/1

L’extrait du privilège du roi reproduit à la fin des Remarques et décisions de l’Académie françoise, délivré à Versailles le 2 juillet 1693, précise et souligne l’étendue de son monopole : Jean-Baptiste est autorisé à imprimer « tous les Discours que l’Académie voudra faire imprimer pendant le temps de VINGT ANNÉES, à compter du jour qu’ils seront achevés d’imprimer ».

 

Description des ouvrages

Le premier ouvrage est un petit in-12 de 186 pages imprimé en caractères romains et en italiques (titres, citations), composé de dix-sept cahiers (« A » à « P » pour les seize premiers).
L’état général de l’exemplaire est relativement bon, même si le cuir des plats est épidermé par endroits.
Le second ouvrage est la dernière pièce d’un recueil factice composé de quatre pièces essentiellement écrites par l’abbé d’Olivet.

 

Les ornements typographiques

La page de titre comprend une marque gravée en taille-douce. Elle représente une couronne de laurier surmontée de deux Renommées ailées qui embouchent une trompette à banderole fleurdelysée. La devise de l’Académie « A l’immortalité » est imprimée à l’intérieur.

 

Le matériel ornemental utilisé est usuel et minimal : bandeaux à motifs typographiques, lettrine et lettre de deux points pour les deux pièces liminaires (« Avertissement » et « Table des Remarques & Decisions contenuës dans ce volume »).

 

Le début du texte est illustré par un en-tête de style végétal au bas duquel figurent les initiales P. LS.

 

Il s’agit certainement de Pierre II Le Sueur (1663-1698) ; c’est d’ailleurs lui qui grave sur bois la marque des Coignard, père et fils :

Cote BDL : 1R 180065

Les marques d’appartenance

Les origines des deux exemplaires sont bien différentes comme le montrent les estampilles ou les ex-libris : l’un provient initialement de la bibliothèque de Tournon en partie transférée à la bibliothèque de l’Université de Lyon en 1888 ; l’autre provient de la bibliothèque de l’École normale supérieure de Saint-Cloud mais appartenait auparavant à la bibliothèque de l’abbé Sicard, comme le montrent les deux ex-libris.

Marques de possession de l’exemplaire coté DIV 31

La superposition d’étiquettes papier, collées au bas du dos du livre, est une trace tangible des déplacements successifs de l’exemplaire et de la nécessité d’en actualiser la cote à chaque incorporation dans un fonds nouveau.

Des « remarques et décisions » au service de la langue française

L’abbé d’Olivet nous apprend dans son Histoire de l’Academie françoise que les deux bureaux assignés au projet de la Grammaire qui devait faire suite au Dictionnaire se réunirent au bout de trois mois pour travailler conjointement à des Observations sur les Remarques de Vaugelas.

 

De fait, cinquante ans s’étaient écoulés depuis la parution des Remarques sur la langue françoise (1647), du grammairien Claude Favre de Vaugelas (1585-1650), qui fut l’un des premiers membres de l’Académie.

 

Ces Observations de l’Académie françoise sur les Remarques de M. de Vaugelas parurent en 1704, mais « furent achevées en 1700, & mises au net par T. Corneille : l’Abbé Regnier, Secrétaire perpétuel, ayant prié que l’on tînt de temps en temps la plume à sa place, pour n’avoir qu’à s’occuper de sa Grammaire. » (p. 53).

Finalement, c’est bien l’abbé Regnier Desmarais (1632-1713) qui s’attela à la fameuse Grammaire, laquelle eut « dans le Public l’autorité de tout le Corps » (Traité de la Grammaire françoise, 1705).

 

Les Remarques et décisions de l’Académie françoise de 1698 constituent donc un objet intermédiaire entre le Dictionnaire et la Grammaire, sans véritable envergure. Mais l’ouvrage n’est pas dépourvu d’intérêt : il s’inscrit dans le vaste corpus des remarques sur la langue française qui caractérise le XVIIe siècle (Vaugelas, Ménage, Bouhours), et montre de quelle façon les Académiciens ont pu concrètement réfléchir au bon usage à cette période.

La « Table » liste les remarques qui se succèdent au sein du recueil sans être numérotées ni régies par une quelconque nomenclature. Chacune d’entre elles met en lumière un litige linguistique : termes ou expressions ayant fait débat à l’Académie ; avis et correction (« décisions ») ; énonciation de la norme (à l’écrit comme à l’oral).

Par exemple la remarque « Si, vingt, & cent, sont declinables » examine l’accord en nombre des adjectifs cardinaux (p. 166-168). Elle est précédée de la remarque sur le verbe « s’en/fuir » à la forme pronominale (« Il s’en est enfuy, ou il s’en est fuy », p. 164-165), et suivie de la remarque sur les adverbes « ici » et « ci » (« Cet homme ici, cet homme ci », p. 169).

 

À ce sujet, le rédacteur souligne l’évolution par rapport aux prescriptions de Vaugelas : « le Dictionnaire ne blasme pas absolument cet homme icy, mais il declare que cet homme cy est beaucoup meilleur », avant de résumer l’esprit d’actualisation et de modernisation qui sous-tend les remarques à la fin du siècle : « Il est certain que depuis le temps auquel M. de Vaugelas a escrit, l’usage a bien changé. »

Le statut singulier des Remarques et décisions de l’Académie françoise, recueillies par M.L.T. explique sa faible diffusion : une seule édition, sûrement réservée à des publics restreints. En revanche, le nombre d’ouvrages sur ces sujets de langue française conservés par la BDL montre bien l’intérêt qu’ils ont suscité à l’époque et par la suite.

Billet écrit par les étudiants et les étudiantes du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition »
de l’université Lyon 2
Clarence Gibouin, M1, Librairie
Lucie Ressouche, M1, Librairie

Source

Remarques et décisions de l’Académie françoise, recuëillies par M. L. T.. Paris : Jean-Baptiste Coignard, 1698
> cotes BDL : 22855 et DIV 31

Bibliographie

OLIVET, Pierre Joseph d’. Histoire de l’Academie françoise, Depuis 1652 jusqu’à 1700. Paris : Jean-Baptiste Coignard fils, 1729. p. 52-53.

TALLEMANT, Louis. Remarques et décisions de l’Académie françoise. DELESALLE, Simone Delesalle. Corpus des remarques sur la langue française (XVIIe siècle). Paris : Classiques Garnier, 2010.

DANDEL, Élisabeth Dandel et GUÉGAN, Catherine. Le Collège royal de Tournon, deuxième collège royal de France (1536). In : Inventaire général en Auvergne-Rhône-Alpes. [En ligne]. [Consulté le 26 octobre 2022]. Disponible sur le web : <https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/college-de-tournon-puis-ecole-royale-militaire-ecole-centrale-college-communal-college-royal-lycee-imperial-lycee-de-garcons-actuellement-lycee-gabriel-faure/596b17cb-ff71-41fc-b836-0fe3108a5a78>

Paul Tallemant le Jeune. In : Académie française [En ligne]. Disponible sur le web : <https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/paul-tallemant-le-jeune>

Histoire de l’Académie française. In : Académie française [En ligne]. Disponible sur le web : <https://www.academie-francaise.fr/linstitution/lhistoire>



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 septembre). Remarques et décisions de l’Académie françoise, recuëillies par M. L. T., Paris, 1698. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0af

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 janvier 2024

    […] Remarques et décisions de l’Académie françoise, recuëillies par M. L. T., Paris, 1698 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search